background preloader

Le papier contre l’électronique (2/4) : Lequel nous rend plus intelligent

Le papier contre l’électronique (2/4) : Lequel nous rend plus intelligent
Suite de notre dossier sur ce qui oppose le papier à l’électronique. Après avoir constaté combien la question déclenchait de débats passionnés entre ceux qui viennent de la culture du livre et ceux qui vivent avec la culture du web, il est temps de nous mettre à comprendre l’impact des différences de support. Et notamment de nous demander vraiment si l’un des deux supports est capable de nous rendre plus intelligents. Le calme est bon pour l’esprit La psychologue et neurologue Maryanne Wolf est la directrice du Centre de recherche pour la lecture et le langage de la Tufts University. Caleb Crain, dans le long dossier consacré au « Crépuscule des livres » qu’il livre au NewYorker signale une très intéressante étude pour mesurer la différence entre une lecture attentive et silencieuse et une lecture troublée par un commentaire audio. Reste que ces exemples ne permettent pas de différencier l’impact du support sur la lecture. L’idiotie de nos sociétés n’est pas la faute de la technologie

http://www.internetactu.net/2009/02/10/le-papier-contre-l%e2%80%99electronique-24-lequel-nous-rend-plus-intelligent/

Related:  Numérique et apprentissageLire ?Lecture numérique

L'année 2013-2014 en bref Avant la rentrée, le rappel de certaines notions et tendances pédagogiques ayant marqué l’année 2013-2014, est un bon moyen de faire le point et de se remettre dans le bain avant d’entamer les projets à venir.La liste des activités pédagogiques et notions est assortie de documents récents éclairant le propos Des usages pédagogiques avec le numérique au CDI Tablettes tactiles Bilan de mon expérimentation « Tablettes au CDI » 2013-2014 Diaporama de l’expérience avec les liens vers des séquences pédagogiques menées avec les tablettes. Par Magali Lesince de l’académie de Limoges. Expérimentation « tablettes au CDI » Blog dédié à l’expérimentation Utiliser des tablettes tactiles au CDI : bilan d’une expérimentation Académie de Rouen, Mise à jour 2013 Utiliser les tablettes au CDI Académie de Dijon, par Khadidja Derraze.

Le papier contre l’électronique (1/4) : Nouveau support, nouvelle culture Lit-on de la même manière sur un support de papier et sur un support électronique ? Le débat commence à être ancien : on pourrait le faire remonter aux critiques de Socrate à l’encontre de l’écriture à une époque où la transmission du savoir se faisait uniquement de manière orale. Elle se pose également en terme de conflit depuis la naissance de l’hypertexte, comme l’évoquait Christian Vandendorpe dans Du Papyrus à l’hypertexte. Un peu comme si deux mondes s’affrontaient : les anciens et les modernes. Le papier contre l’électronique (3/4) : Vers de nouvelles manières de lire Comme le résume bien le philosophe Larry Sanger – en réponse à l’inquiétude de Nicolas Carr se plaignant d’être devenu incapable de lire des documents longs à force de parcourir des formes courtes sur le web -, si nous ne sommes plus capables de lire des livres, ce n’est pas à cause d’un déterminisme technologique, mais uniquement à cause d’un manque de volonté personnelle. La question est alors de savoir : le média a-t-il un impact sur notre capacité de concentration ? Quel est l’impact du média sur notre capacité de concentration ? Pour l’écrivain Jeremy Hatch, qui pour seul bagage avance avoir lu les Confessions de Thomas De Quincey ou les mémoires de Tolstoy sur son PDA : « Notre capacité à nous concentrer sur un long texte ne dépend pas du média qui le délivre, mais de notre discipline personnelle et de l’objectif que nous avons quand nous lisons. « L’expérience de Jeremy est plutôt proche de la mienne », poursuit Kevin Kelly :

Socrate 2.0 - Internet rend-il idiot? (version intégrale) Alerte ! l'écriture se répand... La mémoire et le savoir sont menacés. C'était du temps de Socrate. La crainte que le progrès technique attente à la culture ne date pas d'hier. Les postures des élèves à besoins éducatifs particuliers face à la tablette au C.D.I Dans le cadre des TraAM (Travaux Académiques Mutualisés), un groupe d’enseignants a mené une réflexion autour de l’accompagnement, des apprentissages, qui pouvaient être dispensés sur le Centre de Documentation par les professeurs documentalistes, en partenariat avec les enseignants disciplinaires, en utilisant des outils nomades. 1. Les utilisations de la tablette pour les élèves à besoins éducatifs particuliers Les situations peuvent être différentes en fonction des besoins des élèves et des projets pédagogiques des classes. - L’usage des tablettes peut remplir un rôle d’appui à la pratique méthodologique des cartes heuristiques. En effet, pour des élèves à besoins éducatifs particuliers (dyspraxiques, dysorthographiques, dyslexiques ...), l’utilisation de la carte heuristique permet de synthétiser les idées.

Le papier contre l’électronique (4/4) : Qu’est-ce que lire Dans cette bataille d’arguments sur les vertus de la lecture selon les supports, un excellent papier du New York Times essaye dépassionner le débat en se référant aux derniers travaux des chercheurs sur le sujet. Pour son auteur, Motoko Rich, tout l’enjeu consiste au fond à redéfinir ce que signifie lire à l’ère du numérique. Quels sont les effets de la lecture en ligne sur nos capacités de lecture ?

Nicolas Carr : « Est-ce que Google nous rend idiot ? » En introduction à un dossier à paraître sur le papier contre l’électronique, il nous a semblé important de vous proposer à la lecture Is Google Making Us Stupid ?, l’article de Nicolas Carr, publié en juin 2008 dans la revue The Atlantic, et dont la traduction, réalisée par Penguin, Olivier et Don Rico, a été postée sur le FramaBlog en décembre. Dans cet article, Nicolas Carr (blog), l’auteur de Big Switch et de Does IT matter ?, que l’on qualifie de Cassandre des nouvelles technologies, parce qu’il a souvent contribué à un discours critique sur leur impact, part d’un constat personnel sur l’impact qu’à l’internet sur sa capacité de concentration pour nous inviter à réfléchir à l’influence des technologies sur notre manière de penser et de percevoir le monde.

L’effet d’internet sur l’intelligence La navigation en ligne engendre une lecture hachée d’un nouveau type. Ce «cogitus interruptus» galvanise-t-il nos connexions neuronales? Controverse. Confronté à une innovation importante dans le domaine des médias, «le système nerveux central produit une anesthésie auto-protectrice qui le prémunit contre la pleine conscience de ce qui lui arrive», relevait en 1969 le sociologue canadien Marshall McLuhan dans une célèbre interview avec le magazine «Playboy». Le nouvel environnement créé par une innovation «ne devient pleinement visible qu’après son remplacement par un nouvel environnement: nous avons toujours un temps de retard dans notre vision du monde». L’engagement et le mythe technologique en classe Beaucoup de gens du milieu scolaire croient que les élèves sont très engagés quand ils utilisent la technologie. Cependant, sont-ils vraiment engagés dans la tâche, ou sont-ils tout simplement excités par la nouveauté? Voici différentes pistes de réflexion sur la question. Le 28 février dernier, la soirée TEDxWilfridBastienEd sur l’éducation a eu lieu à Montréal. L’un des conférenciers était l’enseignant et auteur Yves Nadon. Il y a raconté comment, depuis les 30 dernières années, il a vu l’arrivée de plusieurs technologies dans les écoles.

La convergence : des médias aux systèmes Henry Jenkins (blog, @henryjenkins) est professeur de communication, de journalisme et de cinéma à l’université de Californie du Sud. Longtemps directeur du programme d’Etudes comparées des médias au MIT, il est désormais responsable du projet New Media Literacies (que l’on pourrait traduire par “Alphabétisation aux nouveaux médias”). Il est surtout connu pour ses travaux sur les communautés de fans et la culture de la participation, mais également pour son analyse de la convergence médiatique. Sur ce sujet, son livre, Convergence Culture fait référence. Penser la (dé-)cohérence Dans leur grande majorité, les étudiants que nous accueillons dans nos formations universitaires à la « méthodologie universitaire » ou aux technologies de l’information et la communication (TIC) sont des « insérés » du numérique : ils écrivent des messages sur Facebook, ils envoient des e-mails et des SMS, ils utilisent fréquemment des moteurs de recherche. Conjointement, un grand nombre d’initiatives de formation de type C2i 1 ont visé une familiarisation avec les « techniques usuelles 2 » du numérique, structurées selon des compétences avant tout opérationnelles. Comme l’affirme Vincent Liquète, ces dispositifs de certification, instaurés depuis les années 1990 par les cours de TIC ou de méthodologie documentaire dans beaucoup d’universités, et souvent assurés en partenariat avec les bibliothèques, « s’inscrivent dans ce rapport mêlant préoccupations techniques et documentaires ». Expérimenter la lecture hypertextuelle

La pensée éparpillée par la Toile «Google nous rend-il stupide ?» L’article publié dans la revue The Altantic en juillet-août 2008, a fait débat (1). Au-delà du titre provocateur, son auteur, Nicholas Carr, aussi blogueur, décrivait comment il avait le sentiment que l’usage intensif d’Internet avait transformé son cerveau, particulièrement sa manière de lire.

Related: