background preloader

Les banques et la monnaie

Et super bonus, un grand moment de candidature de Ron Paul, sans beaucoup de moyens, a provoqué une explosion des réalisations vidéo de soutien (au point que les grands networks se sont interrogés gravement sur le phénomène Ron Paul). Aimee Allen, chanteuse californienne, a écrit et réalisé cette chanson de soutien à Ron Paul. Pour vous aider à mieux situer ce monument gentiment kitchounet des chants politiques modernes, je vous propose un commentaire seconde par seconde du clip qui a enflammé les libéraux américains l'année dernière. 0:00 Symbole anarchiste qui n'est pas le clip original. Mais bon, il n'est pas non plus complètement incongru, la méfiance vis à vis de l'Etat de certains libéraux (ultra) les amènent souvent barboter dans les eaux de l'anarchisme individualiste. 0:19 Aimee appelle l’Amérique à se réveiller. 0:37 Aimee propose de détruire les institutions illégales. 0:43 Aimee salue religieusement le drapeau américain. 1:19 Aimee a des jolies ailes tatouées sous les bras.

http://www.dantou.fr/banques.html

Related:  Autres explicationsbanque entrepreneur lcr

Monnaie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La monnaie est définie par Aristote[1] par trois fonctions : unité de compte, réserve de valeur et intermédiaire des échanges. Depuis la suppression de toute référence à des matières précieuses et la dématérialisation des supports monétaires, et après l’intervention des économistes « nominalistes »[2], les aspects légaux de l'usage de la monnaie (et notamment les droits juridiques qui sont attachés au cours légal et au pouvoir libératoire) sont plus apparents.

Qui contrôle l’argent ? Une banque centrale du monde, responsable devant personne et dont les membres ne sont pas élus Un article de Michael Snyder (The Economic Collapse), traduit de l’anglais par Résistance 71. "Une organisation internationale immensément puissante dont la plupart des gens n’a jamais entendu parler contrôle secrètement toute la source monétaire mondiale. Elle est appelée la Banque des Règlements Internationaux (ou BRI, BIS en anglais pour Bank for International Settlements) et elle est la banque centrale des banques centrales. Elle est localisée à Bâle en Suisse et possède des succursales à Hong Kong et à Mexico City. Elle est essentiellement une banque centrale du monde dont les membres ne sont pas élus et ne sont responsables devant personne ; elle possède une immunité totale contre toute imposition que ce soit ainsi que contre les lois nationales. Même Wikipedia admet “qu’elle n’est responsable devant aucun gouvernement”.

31977L0780 Première directive 77/780/CEE du Conseil, du 12 décembre 1977, visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l'accès à l'activité des établissements de crédit et son exercice Journal officiel n° L 322 du 17/12/1977 p. 0030 - 0037 édition spéciale grecque: chapitre 06 tome 2 p. 0003 édition spéciale espagnole: chapitre 06 tome 2 p. 0021 édition spéciale portugaise: chapitre 06 tome 2 p. 0021 édition spéciale finnoise: chapitre 6 tome 1 p. 0210 édition spéciale suédoise: chapitre 6 tome 1 p. 0210 PREMIÈRE DIRECTIVE DU CONSEIL du 12 décembre 1977 visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l'accès à l'activité des établissements de crédit et son exercice (77/780/CEE) vu le traité instituant la Communauté économique européenne, et notamment son article 57, vu la proposition de la Commission, vu l'avis de l'Assemblée (1),

La Monnaie, Conseillère de confiance. L’étymologie se révèle souvent utile pour retrouver le sens réel et profond des mots. Le terme « monnaie » vient du latin moneta, mère des muses qui a averti les Romains d’un tremblement de Terre. Par la suite, la monnaie fut frappée dans le Temple de Junon Moneta, alors considérée comme la conseillère de Rome. La valeur de l’argent était à l’époque dépendante de sa valeur intrinsèque, de sorte qu’une pièce d’un sesterce contenait la valeur d’un sesterce en or ou en métal précieux. Si les citoyens perdaient confiance en leur système monétaire, ils pouvaient toujours fondre la pièce pour en tirer sa valeur. Ce n’est que très récemment que la monnaie a changé de référentiel, pour finalement tirer sa valeur d’un autre « actif » : on pouvait présenter ses billets à la Banque Centrale pour recevoir leur contrepartie en or.

Fiches Métiers : Banque - Finance - Studyrama.com Les besoins de recrutement du secteur de la banque et de la finance ne diminuent pas, surtout en ce qui concerne les commerciaux. Découvrez les autres métiers liés à la banque et à la finance. Le secteur de la banque et de la finance emploie 600 000 personnes et affiche une santé à toute épreuve. Margrit Kennedy - Pourquoi avons nous besoin d’innovation monétaire ? Retour à l'accueil Pourquoi avons nous besoin d’innovation monétaire ? Rapport d'une conférence de Margrit Kennedy Loi bancaire : les contribuables ne doivent pas payer pour la finance Nous, économistes, pensons que le projet de loi de séparation bancaire présenté à l’Assemblée nationale ne fait pas ce qu’il prétend et ne protègera pas plus qu’avant les dépôts des ménages français. En réalité, il laisse libre cours aux activités spéculatives des banques et sauvegarde leur pouvoir. L’objectif affiché du projet consiste à sécuriser les dépôts et, pour cela, à séparer les activités de marché dangereuses des activités de crédit-dépôt.

L'Argent. L’argent n'existe pas ou si peu. Il est presque totalement virtuel. Cet argent est nommé monnaie scripturale car il est fabriqué à partir d’un jeu d’écritures comptables. Il se nomme ainsi par opposition à cette monnaie palpable que chacun utilise pour acheter une baguette de pain ou un paquet de clopes… Cette monnaie que chacun possède en assez petite quantité se nomme la monnaie fiduciaire parce qu’elle fait l’objet de la confiance publique. Mais d’où vient le « faux » argent ?

«Nous, entrepreneurs…» Nous, entrepreneurs, ne nous reconnaissons pas dans cette idée selon laquelle la taxation des plus-values de cession du capital au même niveau que le travail pourrait abimer la passion d’entreprendre, car rien n’est plus éloigné que l’idée de cession lorsque l’on crée une entreprise et que l’on a la vocation de la développer sur le long terme. Le patron de PME de croissance n’est pas cette caricature d’homo-economicus mu par le désir de minimiser ses impôts ou de faire une plus-value spéculative en quelques années mais un aventurier qui assume le risque de ses choix et dont la revente ou la «sortie» n’est pas l’objectif quand il crée. Chaque signataire de cette tribune a créé une ou plusieurs entreprises. Les motivations sont nombreuses : la passion de l’innovation, le désir d’indépendance, l’envie de réussir, l’idée que l’on puisse apporter sa contribution à l'évolution de notre société. Ou tout simplement l’aventure humaine avec nos équipes et nos associés.

Les trois principes de base du Credit Social Il existe trois principes de base dans le Crédit Social: 1. l’argent émis sans dette par le gouvernement, représentant de la société, selon la production, et retiré de la circulation selon la consommation; 2. le dividende social attribué à chaque citoyen ; 3. l’escompte compensé. Les trois principes sont nécessaires, le premier n'étant qu'une simple explicitation des idées de Douglas exposées dès 1930 dans "The Monopoly of Credit", et concerne l'ajustement entre production, pouvoir d'achat et prix "Les moyens d'achat (cash credits) entre les mains de la population d'un pays doivent, en tout temps, être collectivement égaux aux prix collectifs à payer (collective cash prices) pour les biens consommables mis en vente dans ce pays ; et ces moyens d'achat (cash credits) doivent être annulés lors de l'achat des biens de consommation". Explicitons ces trois principes, le premier principe, déjà esquissé, étant aussi appelé le principe de la juste monnaie, ou de la monnaie juste adéquate.

L'affacturage Qu'est-ce-ce l'affacturage et le factor ? L'affacturage est une technique de financement au service de tout type d'entreprise, dans tous les secteurs d'activité quelle que soit leur taille, à condition qu'elles travaillent avec une clientèle d'entreprises. Cependant, comme pour tout financement, un accord préalable de l'organisme financier est nécessaire.

Textes fondamentaux l’échec d’une refondation sociale() Bruno Mallard* * GRESAL-MSH-alpes (Social Siences Research Group on Latin America), France. mac_call@hotmail.com Pourquoi donner tant d’importance à cet article qui porte sur l’expérience sud-américaine des réseaux de troc ?

Related: