background preloader

La Stasi, histoire d'une police politique (RDA)

La Stasi, histoire d'une police politique (RDA)
La Stasi. Ce mot à la fois célèbre et mystérieux faisait froid dans le dos de chaque allemand de l'est. Cette institution aujourd'hui disparue, était la police politique, le service d'espionnage et de contre-espionnage de la République Démocratique Allemande, proclamée en 1949 et disparue en 1990 avec la réunification. Nous allons ici résumer son histoire, étudier sa structure et son fonctionnement, afin de comprendre ce qui a fait sa célébrité. « Le bouclier et le glaive du Parti » Dès 1950, alors que le SED – Parti Socialiste Unifié - s'est arrogé tous les pouvoirs, le Ministère de la Sécurité d'Etat – mieux connu sous le nom de Stasi - voit le jour. Alors qu'il dispose d'abord de quelques milliers d'agents, les effectifs montent en flèche afin d'atteindre le chiffre de 80 000 officiers dans les années 1980, tous formés dans une école supérieure de droit, située à Postdam-Eiche, nommée la Juristische Hochschusle. Un vaste arsenal de surveillance Observer et dissuader les opposants Related:  Le Mur de BerlinRépublique Démocatique d'Allemagne (RDA)

16 septembre 1979. Deux familles est-allemandes s'échappent en survolant le mur en montgolfière. La nage, le sous-marin, le tracteur, le télésiège... Les Allemands ont tout essayé pour fuir la RDA avant la chute du Mur. Les familles Strelzyk et Wetzel, elles, ont choisi de jouer ensemble les filles de l'air à bord d'une montgolfière. Le 16 septembre 1979, après 28 minutes de vol, Günter, Peter, Doris, Petra et leurs quatre enfants atterrissent dans un bois sombre. Günter et Peter s'avancent vers la grange. Joie des deux fuyards qui lancent une fusée éclairante pour prévenir leurs familles. Ingénieuse idée L'idée abracadabrantesque de fuir leur pays en empruntant la voie des airs vient à Günter le jour où la soeur de son épouse Petra vient leur rendre visite. Günter en parle aussitôt à son collègue de boulot, Peter Strelzyk, qui approuve. Reste à déterminer la taille d'une montgolfière capable de transporter huit personnes. Une montgolfière a besoin d'un brûleur pour chauffer l'air dans le ballon. Obstination Peter et Günter s'y remettent avec obstination. Persévérance

Allemagne de l'Est (RDA), Histoire (1945-1989) 1945 Zone d'occupation soviétique (Sowjetische Besatzung Zone, SBZ) [108.780 km2, 30 % du potentiel économique du Reich]. - 9-6 constitution de l'administration militaire soviétique (Mal Joukov). - 14-7 Parti communiste d'Allemagne (KPD), Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), Union chrétienne-démocrate (CDU) et Parti libéral-démocrate (LDP) forment le Bloc démocratique. - 27-7 : 11 administrations centrales installées. - Sept. début d'une réforme agraire (expropriation des propriétaires possédant plus de 100 ha, des responsables nazis et des criminels de guerre). Réforme judiciaire. 1945-50 : - 11 camps d'internement soviétiques dont anciens camps nazis [Buchenwald (32.000 prisonniers dont 6.000 à 12.000 morts ; détruit (janv.-févr. 1950), Sachsenhausen, Bautzen] ; 200.000 à 250.000 détenus [dont anciens nazis, collaborateurs, adolescents soupçonnés de sabotage, non communistes (6.000 sociaux-démocrates)], 90.000 morts. 1951 - 27-1 protocole avec Pologne sur frontière Oder-Neisse.

Ministère de la Sécurité d'État Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Création[modifier | modifier le code] Le Ministère de la Sécurité d'État fut créé le sur le modèle du MGB (Ministère à la sécurité gouvernementale) soviétique, pour remplir les fonctions de police politique : renseignement, espionnage et contre-espionnage de la République démocratique allemande. De Zaisser à Mielke[modifier | modifier le code] Après que Zaisser eut essayé de renverser le Secrétaire général du SED, Walter Ulbricht, après l'insurrection de juin 1953[1], il fut congédié par Ulbricht et remplacé par Ernst Wollweber. Cette même année, Markus Wolf prit la tête du Hauptverwaltung Aufklärung (HVA) ou « administration centrale de reconnaissance », la section de la Stasi qui s'occupait de contre-espionnage et d'espionnage. Dissolution[modifier | modifier le code] C'est seulement après la chute du mur de Berlin et la réunification de l'Allemagne, en 1989 et 1990, que la Stasi fut dissoute.

DDR Museum (musée de la RDA) Interaktive Trabi-Simulation – © DDR Museum, Berlin 2013 – © DDR Museum prevnext Le DDR Museum est l'un des plus nouveaux musées de Berlin les plus visités. Et pour cause : il s'agit du seul musée consacré à la vie en ex-RDA qui élargit la vision du traitement de thèmes tels que la Stasi ou le Mur en les plaçant dans le domaine de la vie quotidienne. L'exposition permanente prend au pied de la lettre le slogan "Appréhender l'histoire" : les visiteurs pénètrent dans un appartement de Plattenbau de 1:20 et doivent y utiliser tous leurs sens. Le musée ne tombe pas dans la tendance à "l'Ostalgie" mais constitue, outre les expositions sur le Mur et les lieux commémoratifs de la Stasi, la troisième pierre angulaire de la mise à jour scientifique de l'ex-RDA. Book online ">La liste des partenaires du mois sur toute l’année Order now Berlin WelcomeCard sur le tarif normal de 6€.

Le mur vu du ciel «Où était le mur de Berlin?» Pour répondre à cette question que les visiteurs de la ville et les berlinois eux-mêmes se posent fréquemment, les vues aériennes en disent parfois plus long qu'une promenade à travers la ville. Le No Man’s Land, qui mesurait entre cinq et plusieurs centaines de mètres de largeur, a complètement disparu. Le dispositif frontalier qui séparait le mur d’arrière-plan, côté RDA, du mur extérieur, côté Berlin-Ouest, a été aménagé en rues, en espaces verts et comporte aujourd’hui des quartiers nouveaux. Les vues aériennes ci-après, prises en 2005, indiquent le tracé du mur extérieur (la frontière de Berlin-Ouest) en rouge et le parcours du mur d’arrière-plan en bleu. Le parc du mur L’ancien tracé du mur entre Bernauer / Eberswalder Straße et Kopenhagener Straße plus » Bernauer Straße L’ancien tracé du mur entre Wolgaster Straße et l’emplacement de la gare du nord plus » Invalidenstraße Potsdamer Platz Checkpoint Charlie Les berges de la Spree East Side Gallery Le parc du mur

Gedenkstätte Berliner Mauer Histoire de la RDA : bataille de mémoires – BKL 7 — Berlin Kultur Lab – Medium Depuis le 29 avril 2016, à la citadelle de Spandau, l’exposition “Berlin et ses monuments” a ouvert ses portes. A l’affiche, la tête de Lénine, sous terre pendant vingt ans, refait surface. Ce symbole majeur du régime soviétique avait été mis en terre en 1991 à Müggelheim, au sud-est de Berlin. Son exposition aujourd’hui fait parler. “Les gens avaient peur qu’il y ait une récupération idéologique du léninisme”, explique le docteur Jochen Staadt, historien chercheur à l’Université Libre de Berlin. Cette statue de Lénine n’est pas le seul témoin de l’Histoire qui dérange. Un autre exemple majeur de la difficulté de récupérer la mémoire historique de la RDA serait le Museum für Deutsche Geschichte. Une difficile récupération historique 20 octobre 1951. 26 ans après, le Musée est toujours debout. “Il y a toujours des expositions qui sont organisées à propos de la RDA, mais nous en avons maintenant des interprétations plus ouvertes que celles que proposait le Museum für Deutsche Geschichte.

Archives de la Stasi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo du BStU Une partie de ces archives (les Rosenholz-Akten) avait été récupérée par la CIA au moment de la réunification puis finalement retournée à l'Allemagne et confiée au BStU en 2003. Commissaires fédéraux[modifier | modifier le code] Trois personnalités assumèrent la fonction de commissaire fédéral en charge des Archives de la Stasi : Œuvres traitant de ce sujet[modifier | modifier le code] La Vie des autres (2006), film de Florian Henckel von DonnersmarckHH, Hitler à Hollywood (2011), film de Frédéric Sojcher dont une scène situe son action dans les locaux de la BStULe Compteur de fauche, roman de JY. Liens externes[modifier | modifier le code] Références[modifier | modifier le code]

L'effondrement de la RDA et la chute du mur de Berlin - La guerre froide (1945-1989) L’effondrement de la RDA et la chute du mur de Berlin Tandis que Mikhaïl Gorbatchev libéralise le régime soviétique et que les mouvements d’opposition au communisme se développent en Europe centrale et orientale, la République démocratique allemande (RDA) apparaît comme une forteresse inébranlable, solidement structurée par le Parti communiste appuyé par l’armée et la police secrète, dont les dirigeants se refusent à toute évolution et comptent sur l’appui des troupes soviétiques stationnées en RDA. Toutefois, un courant de contestation se développe, avec l’appui des églises protestantes qui réclament, à l’automne 1988, une «société à visage humain», puis en 1989 appellent le régime à se libéraliser. Des «prières du lundi» regroupent de nombreux contestataires qui protestent contre le régime policier et demandent la démocratisation. Le gouvernement est-allemand d’Erich Honecker compte sur l’appui soviétique pour sauver le régime.

Berlin 1945 und heute Berlin 1945 und heute Kurz nach dem Krieg liegt Berlin in Schutt und Asche. Bilder eines sowjetischen Korrespondenten zeigen das Ausmaß der Zerstörung. 70 Jahre später besucht der Berliner Fotograf Fabrizio Bensch die Orte noch einmal. Samariter-/Rigaer Straße (Friedrichshain) Verschieben Fotos: Georgiy Samsonow / Fabrizio Bensch Reichstag (Tiergarten) Alexandrinenstraße (Kreuzberg) Auguststraße (Mitte) Blick auf das Reichstagsgebäude (Tiergarten) Borsigstraße (Mitte) Blick auf das Marie-Elisabeth-Lüders-Haus (Tiergarten) Frankfurter Allee (Friedrichshain) Voßstraße (Mitte) Kadiner Straße (Friedrichshain) Fotos: Georgiy Samsonow / Reto Klar Hintergrund 1945 kam der sowjetische Fotokorrespondent Georgiy Samsonow mit der fünften Stoßarmee unter Generaloberst Bersarin nach Berlin. Fotograf Fabrizio BenschBensch nahm alte Straßenkarten, Luftbildaufnahmen und Telefonbücher zur Hand, um die Orte ausfindig zu machen.

Berlin 73 L'avis de Ricochet 1973. Jeune fille mal dans sa peau, Sylvie est envoyée par ses parents chez un ami à Berlin. Sophie PilaireVoir la chronique de Sophie Pilaire L'éditeur : Gulf Stream Editeur C’est en 1984 que les Éditions du Gulf Stream sont nées en publiant des images, affiches et cartes postales, principalement sur le thème de la mer. À partir de 2002, les éditions se lancent dans l’inventaire de notre patrimoine vivant...

Related: