background preloader

La démocratie participative absorbée par le système politique local. Rémi Lefebvre. Métropolitiques.

La démocratie participative absorbée par le système politique local. Rémi Lefebvre. Métropolitiques.
Dossier : Réforme territoriale : un état des lieux La démocratie participative est devenue une norme de l’action publique locale. Chez les élus locaux, il est désormais considéré comme incontournable d’associer les citoyens aux décisions entre deux échéances locales et de le faire savoir. L’augmentation régulière de l’abstention aux élections, qui affaiblit la légitimité des élus, renforce encore la prégnance de « l’impératif participatif » qui a saisi l’ensemble des pouvoirs locaux. Alors même que les contraintes juridiques qui poussent les élus à favoriser la participation de leurs administrés sont faibles, on assiste à une véritable prolifération de dispositifs de natures diverses qui s’accumulent, souvent sans véritable cohérence, à des échelles territoriales multiples. L’heure est à l’innovation, à l’expérimentation et au bricolage de nouveaux outils. La démocratie participative est essentiellement locale Comment expliquer le succès de cette nouvelle norme ? Bibliographie Related:  Impact sur l'organisation interne de la collectivitéHistorique, nouvelle approche et mise en perspective

Finalités de la démocratie participative : quelle complémentarité entre démocratie représentative et démocratie participative ? Le Courrier des Maires et des élus locaux. HISTOIRE DES IDEES POLITIQUES 09/02/2009par Auteur associé Si le terme de démocratie représentative est ancien, celui de démocratie participative est d'usage plus récent. Ces termes sont aussi plus ou moins précis : si le terme de démocratie représentative, au niveau étatique a un sens clair, l'appellation démocratie participative relève d'un certain empirisme et est à géométrie variable. Cet article fait partie du dossier: Les collectivités territoriales et la démocratie participative voir le sommaire Par François Dietsch, adjoint au maire de Briey, maître de conférence à l’université de Metz La démocratie participative ne se conçoit pas comme un substitut de la démocratie représentative, elle ne peut être — au niveau local — que complémentaire. De l’émergence de la démocratie participative Le caractère démocratique d’un Etat exige que le peuple participe à l’exercice du pouvoir. La loi du 6 février 1992 Par ailleurs, existaient déjà des textes de portée générale : Améliorer la gestion locale

Démocratie participative - Wikipédia - Iceweasel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La démocratie participative est une forme de partage et d'exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique. On parle également de « démocratie délibérative » pour mettre l'accent sur les différents processus permettant la participation du public à l'élaboration des décisions, pendant la phase de délibération. La démocratie participative ou délibérative peut prendre plusieurs formes, mais elle s'est d'abord instaurée sur le terrain de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme, avant de s'étendre dans les champs de l'environnement. Fondements[modifier | modifier le code] L'impératif participatif : « démocratiser la démocratie »[modifier | modifier le code] Cette nouvelle façon d'appréhender la décision politique répond également au besoin éthique de statuer sur les controverses socio-techniques issues notamment des nouvelles découvertes technologiques et scientifiques.

Démocratie & Participation : Groupement d'Intérêt Scientifique (GIS) "Participation du public, décision, démocratie participative". Participation-et-démocratie.fr Le GIS a pour objet de développer la recherche sur la participation du public aux processus décisionnels et la démocratie participative. Le GIS s’intéresse à la contribution des citoyens, au-delà du fonctionnement habituel de la vie politique institutionnelle, aux choix engageant la vie en société — développement durable, égalité sociale, redistribution et solidarité, rapports science-société, libertés et élargissement des droits, territorialisation et métropolisation, mondialisation, etc. —, à leur discussion dans de multiples espaces civiques et à leur réalisation par la mise en œuvre des politiques publiques. Le GIS ne se donne pas une définition de la démocratie participative ou de la participation du public qui délimiterait étroitement les travaux à engager. 1. Les conceptions de la participation du public et de la démocratie participative 2. Le GIS attache toute leur importance aux travaux sur les formes de participation institutionnalisées. 3. 4.

Diagnostics urbains « en marchant » : quand les usagers font l’expertise. Marion Esquerré. Le Courrier des Maires et des élus locaux. Démocratie participative - Politique de la ville 10/11/2014par Marion Esquerré © Flickr-CC-ScopLaPéniche Venus des Amériques, les « diagnostics en marchant » et les « marches exploratoires » font leur apparition en France, dans le domaine de la gestion urbaine ou, plus spécifiquement, sur la question de la place des femmes dans l'espace public. La méthode implique pleinement les usagers et leur expertise. Cet article fait partie du dossier: Les collectivités territoriales et la démocratie participative voir le sommaire Le rendez-vous a été fixé à 15 heures, à deux pas du périphérique, porte de Montreuil, dans le 20e arrondissement de Paris. Visiblement, les gens se connaissent. « Bonjour et avant tout, merci à tous de vous être déplacés pour cette 6e marche exploratoire de l’année », commence Florence De Massol, 1re adjointe au maire du 20e, en charge entre autres de la démocratie locale, du budget participatif et des espaces verts. Les habitantes ont une expertise d’usage.

Démocratie participative - Wikipédia - Iceweasel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La démocratie participative est une forme de partage et d'exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique. On parle également de « démocratie délibérative » pour mettre l'accent sur les différents processus permettant la participation du public à l'élaboration des décisions, pendant la phase de délibération. La démocratie participative ou délibérative peut prendre plusieurs formes, mais elle s'est d'abord instaurée sur le terrain de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme, avant de s'étendre dans les champs de l'environnement. Fondements[modifier | modifier le code] L'impératif participatif : « démocratiser la démocratie »[modifier | modifier le code] Cette nouvelle façon d'appréhender la décision politique répond également au besoin éthique de statuer sur les controverses socio-techniques issues notamment des nouvelles découvertes technologiques et scientifiques.

Les grands principes du dialogue citoyen nantais. Nantes.fr La Ville de Nantes pose les principes du Dialogue citoyen avec une Charte. Elle sert de base pour construire ensemble les politiques publiques et projets de quartiers. "Construire ensemble une cité solidaire, attractive et durable", le préambule de la Charte traduit une volonté de renforcer une citoyenneté active et une démocratie moderne, s’inscrivant dans la durée. Téléchargez la Charte nantaise du Dialogue citoyen en .pdf (777 Ko). Le dialogue citoyen pour tous La Charte rappelle un principe fondateur du Dialogue citoyen nantais: "Les instances et outils du Dialogue citoyen ne se substituent pas aux instances municipales légitimement élues et pleinement responsables, notamment le Conseil municipal et le Maire, pour prendre les décisions." La Charte reconnaît et appelle les compétences citoyennes de chaque habitant. Pourquoi cette Charte ? La Charte précise :

Yves Sintomer, professeur de sciences politiques : « Le tirage au sort permettrait de recrédibiliser la politique ». Martine Kis. Le Courrier des Maires et des élus locaux. Le tirage au sort, vieille pratique politique, tombée en désuétude, retrouve une certaine popularité. Y recourir permettrait à une large fraction de la population qui ne s’exprime pas et qui n’est plus représentée par les élus, de participer au débat démocratique, comme l'explique Yves Sintomer, professeur de sciences politiques à Paris VIII. Courrierdesmaires.fr. Pourquoi serait-il intéressant de parler, aujourd’hui, de recourir au tirage au sort pour la représentation des citoyens ? Yves Sintomer(1). Quelles critiques peut-on faire au système de l’élection ? Y. Aujourd’hui, les partis n’organisent plus la société, les classes populaires ont décroché de la vie politique organisée par eux. Le résultat de tout cela est que les élections tournent à vide. Comment donc donner du souffle à la politique ? Y. Ce n’est pas une vue de l’esprit, une théorie universitaire. Quels sont les grands exemples historiques ? Y. Quelle était l’argumentation pour privilégier le tirage au sort ? Y. Y. Y. Y. Y.

L'Islande continue à co-produire sa nouvelle constitution avec ses citoyens #egov #crowdsourcing Comme le rapporte le Guardian, l'Islande est en train de crowdsourcer la rédaction de sa constitution : "I believe this is the first time a constitution is being drafted basically on the internet," said Thorvaldur Gylfason, member of Iceland's constitutional council. "The public sees the constitution come into being before their eyes … This is very different from old times where constitution makers sometimes found it better to find themselves a remote spot out of sight, out of touch." L'Islande, qui se relève des effets de la crise sur son système bancaire et ses institutions prépare sa e-constitution. Pour inciter les citoyens à partager leurs idées et les associer à ce projet, l'Etat islandais a donc choisi d'utiliser Internet et les réseaux sociaux. Après, utiliser les médias interactifs ne garantit pas plus d'implication de la part de la population.

Dicopart : dictionnaire de la participation Pourquoi le Dictionnaire de la Participation ? Faire surgir les termes du débat Le projet éditorial d’un dictionnaire sur la Participation est né au sein du Gis Démocratie et Participation pour « recenser » les mots à travers lesquels on définit, on pratique et l’on théorise la participation. Il ne s’agissait pas de mettre à plat les termes d’un débat, ni de faire surgir un langage commun, mais plutôt de proposer une analyse de la participation par une entrée inédite : celle des mots qui définissent ce champ. Une réflexion sur les mots, sur le décalage entre acception courante et acception officielle, sur les différences entre la signification restreinte et étendue, permet d’ouvrir une porte sur le monde composite et hétérogène des acteurs (théoriciens et praticiens) de la participation. Le nombre large et diversifié d’acteurs ainsi que les recherches autour de la participation ont donné lieu au fil des années à un débat consistant. Intercepter une tendance et répondre à une nécessité

Démocratie participative : des propositions pour « renforcer le lien entre élu-e-s et citoyen-ne-s. Marion Esquerré. Le Courrier des Maires et des élus locaux. Forum 15/12/2014par Marion Esquerré © C. Herout Taux d'abstention record, désertion des lieux de participation – quand ils existent –, méconnaissance des institutions et de la fonction d'élus… La 3e édition du forum Femmes et pouvoir s'est penchée sur le fossé qui se creuse entre élus et citoyens. Cela a abouti à un « Livre blanc » aux quinze solutions très concrètes. Cet article fait partie du dossier: Les collectivités territoriales et la démocratie participative voir le sommaire L’association Femmes & pouvoir ne s’intéresse pas qu’à la place des femmes en politique. Chaque année, l’association organise un forum de deux jours réunissant des élus – en majorité des femmes – de tous bords politiques. Méfiance des citoyens « Avec les scandales politiques nationaux des derniers mois et une réforme territoriale complexe, annoncée par vague successive, les citoyens sont de plus en plus méfiants à l’égard de la classe politique », peut-on lire en introduction du Livre blanc issu de ces rencontres.

Les Ateliers citoyens départementaux.Conseil Départemental du Nord.

Related: