background preloader

Qu'est-ce que le travail vivant ?

Qu'est-ce que le travail vivant ?

LE SENS DES MITSVOT PARACHA MASSEÎ | Raphaël Draï - Le Blog « L’Eternel parla à Moïse en ces termes: « Parle aux Enfants d’Israël et dis leur: « Comme vous allez passer le Jourdain pour gagner le pays de Canaan, vous choisirez des villes propres à vous servir de cités d’asile (âréi miklat): là se réfugiera le meurtrier homicide (rotséah’) par imprudence (bicheghagha). Ces villes servirent chez vous d’asile contre le vengeur du sang (goël) afin que le meurtrier ne meurt pas avant d’avoir comparu devant l’assemblée pour être jugé (lamichpat) » (Nb, 35, 9 à 12). Bible du Rabbinat. Une fois libérée de l’esclavage, de l’oppression des corps et de la servitude des âmes, une collectivité humaine-pleinement humaine, ne change pas de nature magiquement. Ce changement exige un long, un continuel travail. Dans la vie d’un peuple libre, il est donc inévitable que des incidents surviennent et que des accidents se produisent. C’est l’un des principes essentiels du droit sinaïtique de délimiter strictement le domaine du droit civil et celui du droit pénal.

Passer au management collaboratif : pièges et astuces | ABILWAYS DIGITAL Le management collaboratif n’est en rien la panacée ultime aux déboires organisationnels des entreprises. C’est une technique qui fonctionne dans un cadre précis et si des objectifs ont été définis en amont. Il s’agit d’optimiser la collaboration du personnel pour améliorer la performance de l’entreprise. Management collaboratif : mode d’emploi Donner la parole à l’ensemble des salariés ou les impliquer dans les décisions n’est pas un geste démocratique gratuit. Il n’est pas toujours facile de convaincre tout le monde des avantages de ce type de management. Reconnaître les conditions favorables au management collaboratif Le management collaboratif ne s’improvise pas : le style de management de départ ou une certaine culture d’entreprise favoriseront une collaboration efficace entre dirigeants et collaborateurs. Mais encore faut-il savoir intégrer les collaborateurs dans les objectifs, les tâches et les projets de l’entreprise. Mais attention ! En chiffres Ils l’ont dit Hannah Arendt :

Une sélection de vidéos pédagogiques Une enquête sociologique sur le "travail de care" Le care est une notion fortement débattue en philosophie et en politique, mais il recouvre aussi des pratiques et des situations sociales. Dans un article paru dans la Revue française de sociologie, deux sociologues suisses présentent l’enquête qu’elles ont menée, avec deux autres sociologues, auprès d’assistants et d’assistantes sociaux pour déterminer les implications pratiques du care. Comment définir le care ? * Natalie Benelli, Marianne Modak, "Analyser un objet invisible : le travail de care", Revue française de sociologie, 51-1, 2010, pp.39-60. A lire sur nonfiction.fr : - Dossier "Do you care ?"

Cours et Formations en Vidéo 100% Gratuits Carol Gilligan Carol Gilligan (born November 28, 1936) is an American feminist, ethicist, and psychologist best known for her work with and against Lawrence Kohlberg on ethical community and ethical relationships, and certain subject-object problems in ethics. She is currently a Professor at New York University and a Visiting Professor at the University of Cambridge. She is best known for her 1982 work, In a Different Voice. She is the founder of difference feminism.[1] Background and career[edit] She began her teaching career at Harvard University in 1967, receiving tenure with the Harvard Graduate School of Education in 1988. Gilligan left Harvard in 2002 to join New York University as a full professor with the School of Education and the School of Law.[4] She is also visiting professor at the University of Cambridge in the Centre for Gender Studies.[5] She is married to James Gilligan, M.D., who directed the Center for the Study of Violence at Harvard Medical School.[9] Awards[edit] Works[edit]

Philosophie générale et philosophie esthétique. Jacques Darriulat - PhiloLog PhiloSophie - Corrigé de devoir n°1 : L’art est-il un langage ? Par Evelyne Buissière Si l’art contemporain nous étonne c’est parce nous avons l’habitude de rechercher le message que délivrent les œuvres d’art, de nous demander ce que l’auteur exprime, ce qu’il veut nous dire. Très souvent, cette recherche d’un sens passe par l’élucidation de ce que représente l’œuvre. Nous avons l’habitude de lier le fait de représenter et celui d’avoir un sens. On peut entendre par langage toute sorte de code, de symbolisation mettant en relation des signes qui dénotent un ensemble d’objets: une carte est un code, tout comme la notation musicale et le langage courant sont des codes. Si l’art est un langage et délivre un message, n’est-il pas plus économique de passer directement par le langage verbal plutôt que par l’œuvre d’art ? Dans quelle mesure peut-on appliquer les concepts qui dé-finissent le langage courant à la compréhension de l’œuvre d’art ? I - Peut-on comprendre ce qu’est une œuvre d’art au moyen des concepts qui structurent le langage ordinaire ?

Philagora

Related: