background preloader

Ensemble simplifions

Ensemble simplifions
Related:  Réseaux sociaux : outils démocratiques ?Administratif et solutions

Twitter : gadget électoral ou outil de démocratie numérique Gilles Babinet, président du Conseil National du Numérique, lors d’une intervention à Sciences Po, relatait avec amusement les questions de certains hommes politiques qui se tournaient vers lui : « ah oui, c’est bien Twitter, disaient-ils. Il faut que je m’y mette ! Auriez-vous un bon bouquin à me conseiller ? » Rires dans la salle. Le choc générationnel. Par charité, Monsieur Babinet n’a cité aucun nom. Pourtant le phénomène Twitter n’a pas échappé aux politiques. Sur le site de micro-blogging, on dénombre la présence d’une vingtaine de ministres, soit les deux tiers du gouvernement, et quelques 200 personnalités politiques. Cet obscur univers du hashtag Si certains tardent à s’y mettre, c’est qu’il existe entre les politiques et Twitter une bonne dose de méfiance. On pourra objecter à cette méfiance que les hommes et femmes politiques ne sont pas des digital natives et qu’il s’agit-là avant tout d’un problème générationnel. Vers une communication plus interactive

Les crématoriums peuvent-ils refuser les cercueils en carton Cercueil-carton.com Le sénateur UMP du Gard Jean-Paul Fournier s'étonne de ce que certains crématoriums refusent les cercueils en carton, pourtant moins chers que les cercueils en bois - de 100 à 400 euros, au lieu de 800 euros et plus. Dans une question écrite au ministère de l'intérieur, il rappelle que leur commercialisation est autorisée depuis l'arrêté du 12 mai 1998 portant agrément d'un matériau pour la fabrication de cercueil. "S'ils répondent à des règles strictes de sécurité et d'hygiène et à des normes également valables pour les cercueils en bois, ces cercueils n'ont aucune raison de détériorer le matériel de crémation, comme certains crématoriums le prétendent actuellement", fait valoir le parlementaire, dans sa question en date du 7 novembre 2013. Il ajoute que" dans tous les pays d'Europe", ces cercueils biodégradables sont largement utilisés, et regrette qu'en France, "ce soit aux crématoriums eux-mêmes de décider" de les autoriser ou non.

BercyCamp : l'administration à l'heure des réseaux sociaux A l’heure du web 2.0, les citoyens attendent de leurs administrations plus d’ouverture, de dialogue et de transparence. Eh bien celles-ci ne font pas la sourde oreille, à en juger par l’initiative des communicants des ministères de Bercy, qui organisaient ce mardi 27 avril à la Cantine le premier barcamp de l’administration publique : le BercyCamp. Pour ces professionnels de la communication publique, les réseaux sociaux représentent une préoccupation concrète qui interroge la nature même de leur activité. Car étant soumise à l'intérêt général, cette communication-là répond à des règles et à des objectifs spécifiques. Quelles doivent être les modalités de la présence des administrations sur les réseaux ? > Un événement original : le BercyCamp, ou la non-conférence de Bercy Pour les représentants du ministère présents, c’est un moyen de « sortir des circuits fermés », en allant chercher les idées innovantes là où elles se trouvent. Un atelier BarCamp à la Cantine.

Assurance-vie en déshérence : ne payez pas pour rien Les milliards d'euros qui dorment dans des assurances-vie non réclamées attisent les convoitises. Un nouveau site Internet vient ainsi de voir le jour en proposant, moyennant le paiement de 39 euros, d'enregistrer votre contrat d'assurance-vie dans une base de données. Selon ses promoteurs, les notaires pourront consulter cette base après le décès d'une personne, afin de pouvoir prévenir ses bénéficiaires. Cette consultation sera payante, mais le site n'indique pas le prix que les professionnels devront régler. Ce n'est pas la première fois qu'une telle initiative éclot. La loi sur les comptes inactifs, promulguée au Journal officiel du 15 juin, a en effet sonné le glas de tels « services », en imposant aux notaires de consulter le fichier central des contrats d'assurance-vie, qui sera constitué dans les prochains mois par l'administration fiscale, et où figureront tous les contrats renfermant au moins 7 500 euros.

La connexion internet, un enjeu démocratique | Nathalie Collard | Médias «Le nerf de la guerre, c'est l'accès à l'internet, insiste le professeur au département des télécommunications de la New York University et auteur de deux ouvrages sur le pouvoir des réseaux sociaux. Regardez ce qui s'est passé en Thaïlande lorsque les chemises rouges ont voulu manifester. Ce mouvement d'opposition a construit son propre réseau Wi-Fi parallèle, car il se doutait bien que le régime en place allait essayer de couper la connexion à l'internet. Même chose à Benghazi, en Libye. Selon Clay Shirky, rencontré la semaine dernière lors de son passage à Montréal dans le cadre de la journée RDV Web Infopresse, les derniers mois ont démontré qu'un peuple en mesure de documenter les événements qui se déroulent sur son territoire, et ce, indépendamment de l'État, peut faire pencher la balance du pouvoir en sa faveur. La bataille se jouera donc sur ce terrain, jour après jour, individu par individu.

Les aides pour payer sa complémentaire santé trop souvent ignorées Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Eric Leroux L'augmentation des dépenses de santé se traduit par une envolée du coût des complémentaires santé, qui sont devenues le premier poste de dépense d'assurances dans de nombreux foyers. Selon l'Insee, ces assurances ont vu leur facture augmenter de plus de 50 % en 15 ans (29 % pour l'inflation), et la cotisation atteint en moyenne 650 euros par an et par personne selon le comparateur Assurland. Pour permettre aux personnes disposant de faibles ressources de s'assurer et ainsi couvrir la part de soins qui n'est pas remboursée par la Sécurité sociale – soit environ 30 % des dépenses totales – deux dispositifs existent. Jusqu'à 550 euros par an Ce deuxième dispositif créé en 2005 est toujours méconnu. Pourtant, son aide n'est pas négligeable : elle peut atteindre jusqu'à 550 euros par an et permet donc de réduire substantiellement le coût d'une complémentaire santé de base. Le montant de l'ACS varie selon l'âge du bénéficiaire :

Les réseaux sociaux, comme leviers des mobilisations et des révolutions Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Maxime de Blasi, lecteur Depuis six mois, émergent des mouvements initiés à partir des réseaux sociaux : le "printemps arabe" en a été le révélateur. Plus près de nous, la mobilisation d'Espagnols sur les places des villes ainsi que celle des Italiens afin qu'ils participent aux référendums populaires, l'illustre également. Au-delà de l'exemple arabe, cet article interroge leur impact sur nos démocraties, susceptible de consacrer "l'extension du domaine des luttes" et de nous faire entrer dans la "démocratie 2.0". L'exemple égyptien a, le premier, révélé l'impact très réel des réseaux virtuels. En effet, à l'origine les émeutes tunisiennes et égyptiennes étaient parties de revendications malheureusement "classiques" – chômage, prix du pain, inégalités – et nul n'aurait pu imaginer qu'elles ne fussent maîtrisées par les pouvoirs en place, comme le montre la tergiversation des diplomaties occidentales. D'où provient donc cet effet levier ?

conséquences patrimoniales d’un remariage LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Olivier Rozenfeld (président de Fidroit) Le remariage, symbole de nouvelle vie, ne doit pas nous en faire oublier la « précédente ». Un patrimoine est fait de droits et obligations qui suivent la personne au-delà de sa situation matrimoniale en cours. En cas de remariage, vous ne pourrez plus, par exemple, prétendre à la pension de réversion des régimes complémentaires de votre ex-conjoint. « Action en retranchement » Il faut aussi en cas de remariage ne pas oublier de modifier la clause bénéficiaire des contrats d’assurance-vie, de prévoyance – en fait, tous les produits d’épargne où votre précédent conjoint a été nommément désigné – et, bien sûr, changer votre testament si vous en avez rédigé un. En revanche, si vous avez eu des enfants de votre précédente union, votre marge de manœuvre est plus étroite pour votre patrimoine.

Les réseaux sociaux au secours de la démocratie Les réseaux sociaux au secours de la démocratie Et ca date du 14 fév 2011 Facebook, Twitter, Google et cie n’ont jamais autant servi l’humanité que ces dernières semaines. Facebook, Twitter et Google au cœur de la révolution égyptienne Depuis juin déjà, la révolte grondait. La révolution tunisienne précipite un peu plus la chute du régime autocratique de Moubarak qui coupe début 2011 tous les accès à Internet. Les réseaux sociaux plus forts que les bombes ? Si je me risque aujourd’hui, chers internautes, à m’aventurer sur le terrain miné qu’est la politique internationale, c’est qu’un vent de liberté semble souffler sur les terres du monde arabe. Comment savoir si vous êtes bénéficiaire d’une assurance-vie non versée ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Johan Deschamps Près de 5,4 milliards d’euros, c’est le montant déposé sur des assurance-vie en déshérence, c’est-à-dire des contrats dont le souscripteur est décédé, mais dont les bénéficiaires ne se sont pas manifestés et n’ont donc pas reçu les sommes qui leur sont dues. Si vous pensez être bénéficiaire d’un tel contrat, il faut en faire la demande auprès de l’association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (Agira), en y joignant l’avis de décès du proche. L’Agira se charge alors de transmettre votre sollicitation à toutes les compagnies financières. Rien n’oblige ces dernières à répondre, sinon leur bonne foi, mais dans un rapport publié lundi 2 mai, l’ACPR « constate que la prise de conscience du marché, bien que tardive, est désormais réelle : elle se traduit tout particulièrement dans les chiffres de règlement des stocks des capitaux en déshérence ». Lire : Assurance-vie : comment éviter la déshérence des contrats

Les réseaux sociaux acteurs de la démocratie ? Emna El Hammi Blogueuse tunisienne Les réseaux sociaux, nécessaires mais pas suffisants Les réseaux sociaux ont contribué aux mobilisations qui ont donné le jour au printemps arabe, dans la mesure où ils ont permis de rapprocher des personnes, d’échanger des informations en temps réel et de faire circuler des mots d’ordre. De là à les considérer comme des acteurs démocratiques (majeurs) il y a un pas que l’on ne saurait franchir que si l’on réduit la démocratie à son versant «négatif» (la protestation, la dénonciation). Même pris comme outils de «communication» (de dé-communication plutôt), ils demeurent marqués du signe de la minorité. Malek Khadhraoui blogueur tunisien «Le régime Ben Ali a œuvré pour transformer le peuple tunisien en une masse d’individus déconnectés, sans possibilité d’échanges et de débats. Ahmed Herzenni Sociologue marocain Journaliste citoyen, acteur indispensable de la transition

Related: