background preloader

Stress, peurs et traumatismes : la plasticité du cerveau serait capable de s’adapter et nous protéger

Stress, peurs et traumatismes : la plasticité du cerveau serait capable de s’adapter et nous protéger
Des chercheurs d’une équipe anglaise de l'Université d' Exeter Medical School (UEMS) ont pour la première fois identifié le mécanisme qui nous protège du développement de la peur incontrôlable. Nous le savons et l’apprenons régulièrement, notre cerveau a la capacité extraordinaire de s'adapter à des environnements changeants. Cette capacité est nommée par les experts, la « plasticité ». La plasticité neuronale (ou neuroplasticité) nous protègerait du développement de certains troubles mentaux à la suite de stress et de traumatismes. Cette nouvelle étude, publiée dans la revue de psychiatrie Molecular Psychiatry (1) du journal Nature, vient confirmer cette propension naturelle et approfondir le champ de compréhension de son mécanisme. Avant un événement traumatique, les récepteurs PAR-1 vont habituellement informer les neurones amygdaliens de rester actifs et de produire des émotions vives. Sources A lire « Psychologie de la peur.

http://www.le-guide-sante.org/actualite/284-Stress-peurs-et-traumatismes-la-plasticite-du-cerveau-serait-capable-de-s-adapter-et-nous-proteger.html

Related:  Cerveaucerveau, lien neuronal et acouphèneStress, Traumatisme, ÉmotionsCerveauCerveaux

Les dendrites, les mini-ordinateurs du cerveau Les dendrites sont des prolongements cytoplasmiques qui entourent le corps cellulaire des neurones. Cette étude met en évidence leur rôle primordial, jusqu’ici insoupçonné, dans le traitement des informations nerveuses. © thelunch_box, Flickr, cc by nc 2.0 Les dendrites, les mini-ordinateurs du cerveau - 2 Photos Le système nerveux est constitué de milliards de neurones qui coordonnent leurs efforts pour relayer les informations nerveuses et faire fonctionner l’organisme. Chaque neurone possède un corps cellulaire entouré de dendrites et un axone dans lequel les influx nerveux circulent sous forme de courants électriques. Comment un volume trop fort endommage votre audition et attaque vos nerfs Malmener ses oreilles augmente les risques de pertes précoces d'audition, mais les rouages du phénomène sont longtemps restés mystérieux. Une étude anglaise vient d'apporter la lumière sur les acouphènes et autres problèmes, ouvrant la voie à de futurs traitements. Entre les concerts et les écouteurs, nos oreilles sont soumises à de nombreux risques. Le fait que des sons trop forts endommagent notre audition est bien connu, mais les mécanismes de la perte d’audition et de l’apparition d’acouphènes restaient mal connus jusqu’à un article récent. Publiés le 1er août dans la revue Frontiers in Neuroanatomy, ces travaux réalisés à l’université de Leicester ouvrent la voie à de nouveaux traitements. "Ceux qui souffrent d’une perte d’audition ont des difficultés à comprendre le discours d’autrui, en particulier quand l’environnement est bruyant ou quand d’autres personnes parlent à côté", déplore Martine Hamann, maître de conférences en neuroscience à Leicester.

La plus dangereuse des émotions Toute la journée nous entretenons une conversation intérieure avec nous-même, et parfois la nuit aussi. Souvent, cela consiste à évaluer nos propres actions, à la manière d’un commentateur de football qui décrit les performances et les erreurs des joueurs pendant un match. Mais à la différence des sportifs qui ne peuvent entendre les commentaires pendant qu’ils jouent, vous pouvez réellement « entendre » vos propres propos. Lorsqu’ils sont positifs « Ouais, je suis trop fort !

L'étonnante plasticité du cerveau humain Avec ses 86 milliards de cellules nerveuses et ses millions de milliards de connexions, le cerveau de l'homme moderne est une merveille de complexité qui n'a pourtant rien d'immuable et de figé comme le sont les composés d'un ordinateur. Si connexions, mémoire et langage il y a, ceux-ci sont faits de chair vive: matière changeante construite pour le changement et qui n'existe elle-même que par le changement. Cela veut dire que cet organe incarne un devenir: il confère la faculté d'accomplir demain des opérations que nous sommes incapables de réaliser aujourd'hui. Toutes nos aptitudes particulières, manuelles ou intellectuelles, qui concourent à faire de chacun d'entre nous un spécialiste, un expert unique, sont pour une grande part façonnées durant les premières phases du développement cérébral de l'enfant et de l'adolescent. Mais tout ne se joue pas si précocement.

Sciences biologiques - Parutions Comment le cerveau se réorganise-t-il pendant une période de surdité profonde ? Comment s’adapte-t-il de nouveau à l’audition ? Quels mécanismes cérébraux régissent la récupération de la parole chez les personnes sourdes portant un implant cochléaire ? Claustrum : "Un interrupteur de la conscience" En essayant de traiter par stimulation cérébrale une patiente atteinte d'épilepsie, des chercheurs auraient découvert le "bouton" on/off de la conscience. Le claustrum, une fine bande de matière grise pourrait ainsi constituer le siège de la conscience. Aussi intrigante qu'enthousiasmante, la découverte publiée dans la revue Epilepsy & Behavior nécessite quelques éclaircissements. Co-auteur de l'étude, le Pr Fabrice Bartolomei du service de neurophysiologie à lhôpital de La Timone (Marseille) a répondu à nos questions.

Une nouvelle thérapie « nettoie » les angoisses Jean-Marc DupuisSanté Nature Innovation Une nouvelle thérapie, centrée sur les intestins, permet de nettoyer au sens propre les émotions négatives : angoisses, tristesse, dépression. En effet, l’intestin évacue les restes de l’alimentation que votre corps ne peut digérer, mais il a aussi pour fonction d’évacuer les reste des hormones des émotions : sérotonine, acétylcholine, noradrénaline, GABA. Tout comme il peut se dérégler et mal évacuer l’alimentation, il peut également peiner à évacuer ces hormones, provoquant une accumulation source de désordres émotionnels. L’hydrothérapie, qui est une technique douce de lavement des intestins accompagnée de massages enveloppants, peut alors avoir l’effet d’une véritable « mini-psychothérapie » chez certaines personnes qui, enfin, lâchent prise… Non seulement, un réel assainissement du gros intestin s’opère, mais aussi un grand nettoyage du surplus émotionnel et des lourdeurs psychiques. Votre second cerveau

Comment le cerveau s’adapte à toutes les situations? 02.06.2014 - Communiqué Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie © CC BY-SA 2.0 by ZeroOne Lorsque l’on est face à une situation incertaine, changeante voire nouvelle, notre cerveau opte, après un moment de réflexion, pour une solution plutôt qu’une autre. C’est le raisonnement par lequel l’Homme s’adapte à de telles situations, que vient de décrypter l’équipe d’Etienne Koechlin, directeur du laboratoire de Neurosciences Cognitives (Inserm/ENS).

Le cerveau aux commandes de notre santé Et si un jour nous étions capables d'agir sur le fonctionnement de notre cerveau afin d'augmenter notre mémoire, notre concentration ou encore la perception de nos sens ? Invité dans une émission de radio, Denis Le Bihan, directeur de Neurospin, présente les dernières expériences menées à l'aide de la neuro-imagerie, démontrant les capacités extraordinaires de notre cerveau sur notre santé. Lors de l’émission Science Publique du 12 octobre 2012, que j’ai animée sur France Culture, il est arrivé ce qui se produit parfois lors d’une émission de radio. L’un des invités, Denis Le Bihan, directeur de Neurospin, a relaté des expériences qui ont été menées par différents laboratoires et dont les résultats ont été publiés dans des revues scientifiques.

Comment fonctionne le cerveau quand on apprend ? Le comportement du cerveau pendant l’apprentissage demeure aujourd’hui un grand mystère pour nombre d’éducateurs. Cependant, si l’émergence de la neuro-pédagogie a déjà permis de lever le voile sur certains des aspects du fonctionnement du système nerveux et cérébral de l’être humain pendant le processus d’apprentissage, plusieurs zones d’ombre demeurent encore. Comment fonctionne véritablement le cerveau pendant le processus d’apprentissage ?

Le neurofeedback prometteur pour le traitement de troubles neurologiques et neuropsychiatriques Le rétroaction neurologique consiste à visualiser de l’information physiologique représentant l'activité de régions spécifiques du cerveau dont on n’a pas conscience, au moment où cette activité se produit, et d’utiliser cette information pour s’exercer à l’autorégulation.

La crise d'angoisse traitée efficacement en Eft Description du Produit 3.2/5 ( 64% )based on 5 ratings Sarah Frachon,psy à paris et psychopraticienne vous propose ce tapping : Vous avez une boule au ventre, du mal à respirer, la sensation que tous les organes creux en vous, du larynx à l’œsophage, de l’estomac à l’intestin se contracte par spasmes ! Il y a des nœuds partout ! Vous avez chaud,vous êtes épuisé, vous êtes en sueur, vous avez mal au cœur, vous avez l’impression que vous allez mourir, que vous devenez fou, vous avez peur, que vous ne contrôlez plus rien !

Related: