background preloader

Musée de l'Informatique - expositions temporaires et permanentes sur l'histoire de l'informatique

Musée de l'Informatique - expositions temporaires et permanentes sur l'histoire de l'informatique

why! open computing SA Jean Zay, le supercalculateur le plus puissant de France pour la recherche | CNRS Le supercalculateur Jean Zay occupe aujourd’hui une surface au sol de 150 m2, pèse 43 tonnes et approche les 2 MWh de consommation électrique. Il est le premier supercalculateur français convergé entre calcul intensif et intelligence artificielle, issu du plan national #AIForHumanity. Sa puissance de calcul atteint 28 pétaflops par seconde, soit 28 millions de milliards d’opérations par seconde, grâce à ses 86 344 cœurs de calcul épaulés par 2 696, dont 1404 nouveaux, accélérateurs de type GPU, qui optimisent le traitement des calculs intensifs et fournissent plus de 82 % de la puissance de calcul. L’architecture de Jean Zay préfigure celles des machines exaflopiques (capables de faire 1 milliard de milliard d’opérations) à venir. Moins d’un an après son inauguration, Jean Zay répond déjà aux besoins de 1600 chercheurs, académiques et industriels, au travers de plus de 600 projets de recherche ouverte issus des communautés de la simulation numérique et de l’intelligence artificielle.

Au fait, pourquoi Xerox s'appelle Xerox ? La marque d'imprimante et de photocopieur Xerox n'a pas choisi de s'appeler ainsi par hasard. Son nom reflète une évolution majeure dans l'histoire de l'impression. Internet est parfois décrit comme un monde virtuel, en opposition au monde réel, qui a une existence physique, une consistance. Il n’en demeure pas moins qu’un monde fait de bits et un autre fait d’atomes se côtoient. L’identité de Xerox est d’ailleurs très liée à l’histoire de l’imprimerie. C’est en 1958 que la société évolue d’identité une première fois, en se rebaptisant Haloid Xerox, puis en Xerox en 1963. Cette trouvaille date de 1938. « Technique particulière d’obtention de formes d’impression sous l’action de la lumière. L’existence de cette technique finit par arriver aux oreilles de Joseph Wilson et, en 1946, un accord est conclu pour aboutir à une machine commerciale. La suite en vidéo

Related: