background preloader

Conservation des données

Conservation des données
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La conservation des données (en anglais Retention Management) définit les règles et procédures de conservation des données personnelles ainsi que des registres d'appels téléphoniques (call detail record) que doivent respecter les opérateurs de télécommunications, les fournisseurs d'accès, et les hébergeurs de sites web et de courriels. Elle vise principalement à faire de l'analyse de trafic et à la surveillance. Législation[modifier | modifier le code] La conservation des données est soumise à des dispositions législatives : Dans l'Union européenne : Directive 2006/24/CE sur la conservation des données[modifier | modifier le code] La Directive 2006/24/CE, du , exige la conservation des données pendant une période allant de six mois à deux ans, en particulier en vue de: La commission « Libertés civiles » du Parlement européen avait recommandé[2] Contestations[modifier | modifier le code] Invalidation par la CJUE[modifier | modifier le code] Related:  cedflam

WIFI et conservation des données : Les obligations du fournisseur de services Accueil > Publications > Le journal des DSE > Analyses Donner accès à Internet constitue aujourd’hui pour certains professionnels (cybercafés, hôtels, bars ou autres lieux de restauration avec le développement des zones « Wi-Fi » …) une prestation essentielle attendue par leurs clients. Ce service est, toutefois, soumis à des obligations strictement encadrées par la loi. En effet, si en principe la navigation et la communication sur Internet reposent sur l’anonymat et l’effacement des données relatives au trafic, la loi contraint les personnes qui offrent un accès au réseau Internet à conserver les données techniques de leurs clients, pour les transmettre éventuellement aux services de police. 1. La loi pour la confiance dans l’économie numérique du 21 juin 2004 (dite LCEN) impose aux FAI la conservation des données « de nature à permettre l’identification de quiconque a contribué à la création du contenu ou de l’un des contenus des services dont elle est prestataire » (article 6 II). 2.

Dossier : Sauvegarder et protéger ses données Les disques durs externes permettent par exemple d'être utilisés conjointement à des ordinateurs pour planifier des sauvegardes automatiques de répertoires spécifiques ou même de partition complète. Les serveurs domestiques (NAS, Home Server...) et unités de stockage externes (DAS) sont les solutions les plus complètes, les plus sûres, mais aussi les plus chères. Ils peuvent partager vos données sur un réseau local et assurer une excellente protection des données grâce à des technologies de réplications sur plusieurs disques durs. Il existe enfin des solutions pour sauvegarder vos données en ligne qui sont souvent gratuites, mais limitées. Vous souhaitez trouver une solution de stockage pour partager vos données avec tous vos appareils, ou vos proches ? Vous avez déjà perdu des données, ou ne souhaitez pas que cela arrive ? Tableau synthétique des solutions de sauvegardes existantes

Un pouvoir d'investigation renforcé grâce aux contrôles en ligne Au titre de ses missions, la CNIL doit contrôler les conditions dans lesquelles les fichiers sont créés et utilisés. En 2013, elle a ainsi effectué 414 missions de vérification. Jusqu’à présent, en fonction du contexte et de la nature des vérifications à mener, la loi Informatique et Libertés donnait à la CNIL le pouvoir de procéder à : des contrôles sur place, au cours desquels la délégation de la CNIL a accès aux matériels (serveurs, ordinateurs, applications…) où sont stockés les fichiers. Ce type de contrôle représente actuellement la grande majorité des vérifications réalisées. des contrôles sur pièce, permettant d’obtenir la communication de documents ou de fichiers sur demande écrite ; des contrôles sur audition, consistant à convoquer dans les locaux de la CNIL les personnes mettant en œuvre un fichier ou leurs représentants aux fins d’obtention de tout renseignement utiles ; La Commission pourra ainsi rapidement constater et agir en cas de failles de sécurité sur internet.

Trace numérique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme trace numérique est utilisé dans les domaines de la sécurité, de l'informatique légale et des systèmes d'information. Il désigne les informations qu'un dispositif numérique enregistre sur l'activité ou l'identité de ses utilisateurs, soit automatiquement, soit par le biais d'un dépôt intentionnel. Moteurs de recherche, blogs, sites de réseautage social, sites de commerce électronique, mais aussi cartes à puce, titres de transport, téléphones mobiles : tous les systèmes qui requièrent une identification ou une interaction sont susceptibles de capter des informations sur l'utilisateur – parcours, requêtes, préférences, achats, connexions, évaluations, coordonnées. La notion de traçabilité numérique est de plus en plus présente dans nos sociétés, cela est dû au contexte actuel des Big data, toute information (data) est enregistrée et stockée par défaut. Risques[modifier | modifier le code] Une identité propre ?

La loi sur la conservation des données invalidée car trop permissive 01net le 08/04/14 à 11h20 Coup de théâtre : la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a invalidé, ce mardi 8 avril, la directive européenne 2006/24/CE sur la conservation des données personnelles, jugée trop intrusive. Créée pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé, cette directive oblige les fournisseurs d’accès à Internet à conserver des données relatives au trafic, des données de localisation, ainsi que des données connexes nécessaires pour identifier l’abonné ou l’utilisateur. Un cadre disproportionné Cette captation est jugée excessive et sans contrôle par le CJUE. Dans un communiqué, la députée européenne Françoise Castex s’est félicitée de cette décision, qui marque « un coup d’arrêt à la rétention de données ». « Cette directive, qui a été votée dans le cadre des accords UE/États-Unis après les attentats du 11 septembre, ne répondait pas aux exigences imposées par les droits fondamentaux à la vie privée et à la protection des données. Lire aussi:

Sauvegarder ses données gratuitement Il est conseillé voire indispensable d'enregistrer régulièrement les données sensible de votre ordinateur pour éviter de tout perdre... Un disque dur lâche parfois sans prévenir... Cette astuce a pour but de réunir les différentes façons de protéger ses données afin de vous permettre de faire votre choix. Il est de nos jour possible de sauvegarder ses données sur différents supports (CD/DVD , disque Dur, clé usb, serveur...). Notre vidéo Sauvegarder manuellement ses données Graver sur un CD/DVD Copier les fichiers En utilisant par exemple les logiciels gratuits du lien suivant: NB : On vous conseille les CD, DVD ou Blue Ray ré-inscriptibles. Deep burner CD burner XP Free Easy CD DVD Burner infos: Créer une Image disque infos ici: Graver sur disque Dur Sur une autre partition: Sur un autre Disque dur: Sauvegarder sur une clé usb Sauvegarder en ligne

Solutions d’archivage de données - INCOM France L’archivage de données : un projet d’entreprise et un projet informatique Un projet d’entreprise L’archivage organise la vie de l’information dans l’entreprise. Un projet informatique Une solution d’archivage offre des avantages clés : diminution de la quantité de données résidant sur les disques de production, réduction des ressources et du temps consacrés à la sauvegarde, assurance de pouvoir fournir rapidement l’information demandée ; la tâche des DSI est simplifiée et les coûts inhérents au SI (Système d’Information) sont largement diminués. Nos solutions d’archivage de Messageries, Données et Documents Une approche globale et intégrée L’information d’entreprise est constituée de documents de plus en plus variés et nombreux (e-mails, contrats, bons de commande, rapports, factures…) et les échanges d’information dématérialisés entre l’entreprise et ses interlocuteurs se multiplient. Archivage de messageries : optimisation de l'exploitation des messageries.

Un site marchand peut-il conserver mes données bancaires ? Combien de temps les données bancaires peuvent-elles être conservées? Les données bancaires doivent être supprimées une fois la transaction effectuée. Cette exigence est destinée à limiter les cas d’utilisation frauduleuse des numéros de cartes bancaires. À quelles conditions un site marchand peut-il néanmoins conserver mes données bancaires? Oui, Les sites marchands peuvent conserver ces données à condition qu'ils aient recueilli votre accord exprès et qu’ils vous informent de l’objectif poursuivi. Cet accord nécessite une démarche active de votre part. La conservation du numéro de carte bancaire ne doit pas constituer une condition d'utilisation du service. En plus du numéro de carte bancaire, il faut souvent fournir les trois chiffres du cryptogramme visuel situé au dos de la carte. Dans le but de se prémunir contre les fraudes, un site marchand peut vous demander le cryptogramme visuel de votre carte bancaire. Non, il s’agit d’un dispositif récent dénommé "3D Secure".

Archivage électronique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'archivage est l'action de mettre en archive, d'archiver. Employé surtout à l'origine pour les seuls documents électroniques, comme un synonyme de « stockage » ou de « sauvegarde », il tend de plus en plus à être utilisé pour tous les documents, quels qu'en soient la nature et le support, et à remplacer « conservation ». L’archivage de contenus électroniques est l’ensemble des actions, outils et méthodes mis en œuvre pour réunir, identifier, sélectionner, classer et conserver des contenus électroniques, sur un support sécurisé, dans le but de les exploiter et de les rendre accessibles dans le temps, que ce soit à titre de preuve (en cas d’obligations légales notamment ou de litiges) ou à titre informatif. Le contenu archivé est considéré comme figé et ne peut donc être modifié. La durée de l’archivage est fonction de la valeur du contenu et porte le plus souvent sur du moyen ou long terme. Il convient de bien distinguer l’archivage :

Les obligations du fournisseur de solutions informatiques : de la rigueur technique au rigorisme juridique Dans les contrats informatiques, les obligations de chacune des parties sont essentielles en cas de litige. D’un côté, le prestataire doit remplir une obligation de conseil envers son client et de l’autre, le client doit collaborer avec le prestataire pour atteindre les résultats escomptés. La livraison et la recette doivent correspondre aux besoins exprimés par le client dans son cahier des charges. "C’est obliger deux fois qu’obliger promptement", dit le proverbe... Que semble vouloir appliquer la Cour d’appel de Paris dans son arrêt en date du 17 Novembre 2017 (SAS Credentiel c./ SAS Certeurope). Par celui-ci, elle rappelle l’importance des obligations de conseil, de mise en garde et de délivrance conforme à la charge du fournisseur envers ses clients. Les faits de l’arrêt : un litige entre "initiés" ? La décision rendue par la Cour d’Appel de Paris portait sur la mise en place d’une suite logicielle relative à des prestations de services de sécurité. Eric A.

Related: