background preloader

Conservation des données

Conservation des données
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La conservation des données (en anglais Retention Management) définit les règles et procédures de conservation des données personnelles ainsi que des registres d'appels téléphoniques (call detail record) que doivent respecter les opérateurs de télécommunications, les fournisseurs d'accès, et les hébergeurs de sites web et de courriels. Elle vise principalement à faire de l'analyse de trafic et à la surveillance. Législation[modifier | modifier le code] La conservation des données est soumise à des dispositions législatives : Dans l'Union européenne : Directive 2006/24/CE sur la conservation des données[modifier | modifier le code] La Directive 2006/24/CE, du , exige la conservation des données pendant une période allant de six mois à deux ans, en particulier en vue de: La commission « Libertés civiles » du Parlement européen avait recommandé[2] Contestations[modifier | modifier le code] Invalidation par la CJUE[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Conservation_des_donn%C3%A9es

Related:  Veille TechnologiqueVeille Technologiqueconservation des données

Gérer ses profils et ses identités  Page mise à jour le 01 septembre 2011 Savoir quelles informations personnelles il est pertinent de divulguer sur Internet. Comprendre les enjeux liés à l’exploitation des identités numériques et posséder les clés permettant d’organiser, en particulier, la distinction entre vie privée et vie professionnelle sur Internet. Cas concret Mathias est élève en BTS. Il utilise beaucoup Internet : La loi sur la conservation des données invalidée car trop permissive 01net le 08/04/14 à 11h20 Coup de théâtre : la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a invalidé, ce mardi 8 avril, la directive européenne 2006/24/CE sur la conservation des données personnelles, jugée trop intrusive. Dans un arrêt cinglant, l’institution estime « qu’en imposant la conservation de ces données et en en permettant l’accès aux autorités nationales compétentes, la directive s’immisce de manière particulièrement grave dans les droits fondamentaux au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel » et que cette ingérence « n'est pas suffisamment encadrée » pour garantir qu’elle soit effectivement limitée au strict nécessaire. Créée pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé, cette directive oblige les fournisseurs d’accès à Internet à conserver des données relatives au trafic, des données de localisation, ainsi que des données connexes nécessaires pour identifier l’abonné ou l’utilisateur. Un cadre disproportionné

Dossier : Sauvegarder et protéger ses données Les disques durs externes permettent par exemple d'être utilisés conjointement à des ordinateurs pour planifier des sauvegardes automatiques de répertoires spécifiques ou même de partition complète. Les serveurs domestiques (NAS, Home Server...) et unités de stockage externes (DAS) sont les solutions les plus complètes, les plus sûres, mais aussi les plus chères. Ils peuvent partager vos données sur un réseau local et assurer une excellente protection des données grâce à des technologies de réplications sur plusieurs disques durs. Il existe enfin des solutions pour sauvegarder vos données en ligne qui sont souvent gratuites, mais limitées. Vous souhaitez trouver une solution de stockage pour partager vos données avec tous vos appareils, ou vos proches ?

Obligations en matière de protection des données personnelles La création et le traitement de données personnelles (numéro d'identifiant, nom, adresse, numéro de téléphone...) sont soumis à des obligations destinées à protéger la vie privée des personnes fichées et les libertés individuelles. Elles varient selon la nature du fichier et la finalité des informations recueillies : déclaration normale ou simplifiée ou demande d'autorisation. Il existe aussi des obligations de sécurité, de confidentialité et d'information.

L’affaire NSA des écoutes et des collectes de données des Etats-Unis dans l’UE : un scandale de surveillance massive qui impacte les relations transatlantiques - Europaforum Luxembourg - 2014 Le 6 juin 2013, le Washington Post et le Guardian, informés par Edward Snowden, informaticien de formation et ex-consultant la Central intelligence agency (CIA) et de l'Agence nationale de sécurité (NSA), deux puissantes agences gouvernementales de renseignements des Etats-Unis, révélaient un véritable système de surveillance massive des communications mis en place par ces agences. Il s’agit du plus grand scandale de surveillance massive des communications, près de 25 ans après les premières révélations concernant le système d’interception des télécommunications plus connu sous le nom de réseau Echelon. Les révélations Ainsi les deux quotidiens, se basant sur des documents remis par Edward Snowden, avaient révélé que le renseignement américain récoltait les données téléphoniques aux États-Unis et en Europe et qu’il aurait accès aux serveurs des grands groupes informatiques comme Google et Facebook.

Solutions d’archivage de données - INCOM France L’archivage de données : un projet d’entreprise et un projet informatique Un projet d’entreprise L’archivage organise la vie de l’information dans l’entreprise. Il garantit à la fois un échange de qualité avec les tiers (clients et fournisseurs), une réponse pertinente aux demandes des institutions de contrôle et la conservation du savoir-faire de l’entreprise. Un projet informatique Une solution d’archivage offre des avantages clés : diminution de la quantité de données résidant sur les disques de production, réduction des ressources et du temps consacrés à la sauvegarde, assurance de pouvoir fournir rapidement l’information demandée ; la tâche des DSI est simplifiée et les coûts inhérents au SI (Système d’Information) sont largement diminués.

WIFI et conservation des données : Les obligations du fournisseur de services Accueil > Publications > Le journal des DSE > Numéro 25- Mai 2010 > Analyses Donner accès à Internet constitue aujourd’hui pour certains professionnels (cybercafés, hôtels, bars ou autres lieux de restauration avec le développement des zones « Wi-Fi » …) une prestation essentielle attendue par leurs clients. Ce service est, toutefois, soumis à des obligations strictement encadrées par la loi. En effet, si en principe la navigation et la communication sur Internet reposent sur l’anonymat et l’effacement des données relatives au trafic, la loi contraint les personnes qui offrent un accès au réseau Internet à conserver les données techniques de leurs clients, pour les transmettre éventuellement aux services de police. 1.

La méthode de veille technologique - La veille techno pour tous L'intérêt de la veille technologique La veille technologique est un concept relativement nouveau; il est apparu en France vers la fin des années 80. C'est une démarche qui s'adresse principalement aux entreprises. Une veille technologique collecte de façon systématique toute information concernant l'environnement scientifique, technique, technologique mais aussi l’environnement économique, commercial et financier du secteur d'activité de l'entreprise qui la met en place. Web français : 1,133 milliards de fichiers archivés en 2012 Tout va très vite avec les nouvelles technologies, y compris le Web dont les sites apparaissent et disparaissent, ou sont mis à jour sans cesse par les contributions individuelles, commerciales ou publicitaires... Si certains n'y avaient pris garde, il ne resterait rien de cette histoire mouvementée. En France, la Bibliothèque nationale (BNF) et l'Institut national de l'audiovisuel (INA) ont la lourde charge d'entretenir cette mémoire, avec sans doute l'une des collections les plus vastes au monde. La BNF publiera dans les prochains jours les chiffres de sa moisson annuelle du Web français effectuée entre octobre et décembre 2012. 1,133 milliard de fichiers ont été récupérés et sauvegardés : textes, images, vidéos, sons... Et même les fichiers dits "css", qui décrivent les maquettes des sites Web. La récolte était budgétée sur 30 téraoctets, comme en 2011, contre 24 en 2010, date de la première collecte entièrement réalisée par la BNF.

Données bancaires et durée de conservation : la CNIL avertit publiquement un e-commerçant à l’issue d’un contrôle - Nomos Délibération de la formation restreinte n° 2012-214 du 19 juillet 2012 Par une délibération du 19 juillet 2012, la formation restreinte de la CNIL a prononcé à titre de sanction un avertissement public à l’encontre d’un important acteur de l’e-commerce, essentiellement fondé sur les conditions de traitement et de conservation des données bancaires des clients. Cette sanction a été prononcée à l’issue d’une phase de contrôle engagée dans le cadre du programme annuel des contrôles de la CNIL (et donc en dehors de toute plainte) ; le e-commerce fait partie des secteurs inclus dans le programme de contrôle 2012. La décision de la CNIL comporte plusieurs indications importantes sur les conditions de traitement des données bancaires des clients par les sites de e-commerce (i) et sur la durée de conservation de l’ensemble des données clients, dont les données bancaires (ii).

Related: