background preloader

SOINS-TAP2012.pdf

SOINS-TAP2012.pdf
Related:  Education thérapeutique

L’entretien de corégulation en éducation thérapeutique du patient (1/5) L’entretien de corégulation en éducation thérapeutique du patient. Analyser la coopération soignant-soigné Résumé Le courant de recherche en didactique professionnelle sur les relations de service (activité pour et avec un autre) est désormais très actif. Nous nous inscrivons dans ce courant et nous examinons ici une activité de service tout à fait particulière : l’éducation thérapeutique du patient. Nous proposons une méthode, celle des entretiens de corégulation, en phase avec les caractéristiques de cette relation de service. La méthode est décrite. Ce texte sera publié en 5 chapitres successifs et sera téléchargeable à l’issue du dernier numéro : 1- Le contexte de l’éducation thérapeutique du patient 2- L’éducation thérapeutique du patient est une relation de service 3- Co-analyser l’activité d’éducation thérapeutique du patient 4- L’entretien de corégulation, proposition de méthode 5- Conclusion et bibliographie 1- Le contexte de l’éducation thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient (ETP) La notion d’ empowerment (de prise de pouvoir, dans le sens d’une autonomie, d’une responsabilisation accrues), est sous-jacente dans toutes les définitions. D’où les concepts assez récents en France d’autosoins Autosoins Stratégie acquise par le patient pour gérer sa santé en vue de l’améliorer. Le malade apprend à s’autosoigner., d’auto-prise en charge, voire "d’autogestion" de sa santé, voir rubrique GLOSSAIRE. (1) La définition la plus courte est celle-ci : l’éducation thérapeutique a pour but d’aider les patients à prendre soin d’eux-mêmes. (2) La définition de l’OMS oms est plus longue : (...) l’éducation thérapeutique du patient (ETP) L’éducation thérapeutique du patient (ETP) "L’éducation thérapeutique a pour but d’aider les patients à prendre soin d’eux-mêmes". est un processus continu, intégré dans les soins et centré sur le patient. Un processus continu d’apprentissage, intégré à la démarche de soins. L’éducation thérapeutique s’inscrit dans le parcours de soins du patient.

La relation pharmaciens - patients au cœur de l’observance d’un traitement L'observance des traitements de longue durée est une démarche qui peine à être respectée chez les patients. Et si les pharmaciens avaient un rôle clé dans l'observance d'un traitement ? Une récente étude publiée dans la revue Actualités Pharmaceutiques, met en évidence l'importance de la relation pharmaciens - patients dans l'observance d'un traitement. Traitement trop long ? Une récente étude, sur l'observance d'un traitement chronique par paracétamol chez des patients arthrosiques, révèle que la relation pharmacien/patient est au cœur de l'observance d'un traitement. Proche, disponible et souvent très impliqué chez les patients qu'il rencontre et qu'il conseille à l'officine, le pharmacien semble en effet être la clé de voûte du bon suivi d'un traitement. C'est en tout cas ce que confirme cette étude qui a fait participer plus de 1076 pharmacies de France métropolitaine (sur les 5700 sélectionnées via la base de données TVF et invitées à participer à l'étude).

Elisabeth NOËL-HUREAUX Maître de conférences (MCF), Paris 13 - AXE C Elisabeth NOEL-HUREAUX est maître de conférences en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 et membre d'EXPERICE. Au sein de l'Axe C, elle développe des recherches sur les apprentissages en santé. Publications et communications Chapitre d'ouvrage Noël-Hureaux E (2008), « La santé : une ressource éducative ? Articles dans des revues à comités de lecture Noël-Hureaux E. (2010) « Quels savoirs « en jeu » (enjeux) autour de la maladie chronique ? Noël-Hureaux E. (2008) « Communauté de pratique et apprentissage par la pratique », in « Les communautés de pratiques », Pratiques de formation Analyses (dir. Articles dans d'autres revues Noël-Hureaux E. (2005) « Quelles perspectives pour les formateurs en soins infirmiers ? Noël-Hureaux E. (2005) « Pour une clinique des transmissions ciblées », en collaboration avec M. Textes de communications

Quand l'université diplôme les malades Les patients sont devenus des acteurs de santé à part entière. Fort de ce constat, le président de l'Université d'Aix-Marseille, le Pr Yvon Berland, a annoncé le 14 décembre, lors du 4ème colloque Médias & santé, la création à la rentrée 2013 d'une «Université des patients» ouverte exclusivement aux malades chroniques. «Une personne qui a une maladie chronique (prolongée, NDLR) acquière une connaissance considérable, estime le Pr Berland. Il faut valoriser cette expérience». La formation, qui durera 120 heures et sera validée par un diplôme universitaire (DU), devrait accueillir une quarantaine d'étudiants. La démarche s'inscrit dans la logique initiée par l'université Pierre-et-Marie-Curie à Paris en 2010 qui avait ouvert son DU d'éducation thérapeutique à des malades chroniques. Formation juridique, économique… La notion de patient-expert, fortement débattue lors d'un récent colloque organisé par le conseil national de l'ordre des médecins, trouve ainsi une reconnaissance officielle.

EDUCATION THERAPEUTIQUE : LE PATIENT EXPERT - Association Nationale de Défense contre l'Arthrite Rhumatoïde Le terme de « patient expert » est en soi tout un programme ! Nous pourrions débattre de ce que cela signifie au sens pur, mais ce n’est peut-être pas si important, tout comme nous admettrons que le mot « éducation » dans « Education Thérapeutique » est assez mal venu, aucun de nous n’étant en besoin d’être « éduqué » ! Soit ! Le patient expert est donc un malade qui dépasse son cas personnel pour aider d’autres malades à mieux gérer leur vie avec la PR. Dans notre projet, il a reçu une formation spécifique à l’ETP et à la polyarthrite. Il n’est pas un malade modèle, il est un bénévole formé qui puise dans son expérience, pour intégrer efficacement l’équipe médicale afin d’apporter ensemble des informations et connaissances nécessaires à la bonne prise en charge de la PR. « Qui mieux qu’un malade peut comprendre un malade ? Du côté des centres pilotes... Dr Catherine BEAUVAIS, Centre Pilote, Hôpital de Saint Antoine, Paris. Dr Laurent GRANGE, Centre Pilote, Hôpital A.

Savoirs et activités du malade au service du maintien de soi en vie Ce séminaire s’intègre dans les activités de la chaire de recherches en éducation thérapeutique UPMC-CRF-CNAM et dans le programme collaboratif « savoirs et compétences » du Labex HASTEC. Les nouvelles réglementations en santé publique, l’essor des mouvements d’usagers du système de soins et de leurs aidants, ont entraîné une multiplication des compétences utiles et requises pour le traitement des maladies chroniques et l’émergence d’un nouvel acteur : le sujet malade. Jusqu’à présent les sciences sociales se sont surtout intéressées aux conséquences de ces transformations du point de vue des soignants. Au cours de la première année, trois axes de problèmes seront définis, portant sur l’analyse : Les nouvelles réglementations en santé publique, l’essor des mouvements d’usagers du système de soins et de leurs aidants, ont entraîné une multiplication des compétences utiles et requises pour le traitement des maladies chroniques et l’émergence d’un nouvel acteur : le sujet malade.

 L’éducation thérapeutique, aussi l’affaire des proches En s’attaquant aux articulations, les rhumatismes inflammatoires déclenchent des douleurs aigues allant jusqu’à condamner les personnes à une immobilisation partielle voire totale, bouleversant leur équilibre familial et professionnel. Mais, concentrée sur l’organe malade, la médecine oublie souvent de considérer les conséquences des pathologies sur la vie quotidienne. Aujourd’hui, l’éducation thérapeutique intègre cet aspect primordial aux yeux du patient. Durant les sessions, les soignants attentifs au vécu du malade, apprennent à saisir son point de vue et l’accompagnent dans la définition de la meilleure conduite à tenir en fonction de son projet de vie. En contrepartie, le patient accepte de ne plus sous-traiter entièrement les soins et d’en assurer au moins une partie, prix de son autonomie. Au CHR de Metz-Thionville, l’équipe de rhumatologie va encore plus loin. Marie-Georges Fayn

Le blog de catherine tourette-turgis

Related: