background preloader

Coupe de France de robotique

Coupe de France de robotique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Coupe de France de Robotique La Coupe de France de Robotique (ancienne Coupe E=M6 de Robotique) est un concours coorganisé par l'association Planète Sciences et le conseil municipal de la Ferté-Bernard. Elle a lieu tous les ans à la Ferté-Bernard dans le cadre du Festival ARTEC. La coupe de robotique a été créée, à l'origine, en partenariat avec la société VM Productions, (producteur jusqu'en 2005 de l'émission E=M6). Description[modifier | modifier le code] Il s'agit d'un défi ludique, scientifique et technique où se rencontrent des robots autonomes réalisés par des équipes de jeunes passionné(e)s de la robotique ou ayant des projets éducatifs vers les jeunes. Elle regroupe près de 200 équipes constituées de clubs d'amateurs, d'écoles d'ingénieurs, d'IUT, d'universités, de quelques lycées ou de toute autre structure voulant participer à ce concours. La coupe de France est coorganisée par : Déroulement du concours[modifier | modifier le code]

Cog (project) Cog was a project at the Humanoid Robotics Group of the Massachusetts Institute of Technology. It was based on the hypothesis that human-level intelligence requires gaining experience from interacting with humans, like human infants do. This in turn required many interactions with humans over a long period. Because Cog's behavior responded to what humans would consider appropriate and socially salient environmental stimuli, the robot was expected to act more human. This behavior also provided the robot with a better context for deciphering and imitating human behavior. As of 2003, all development of the project had ceased. Today Cog is retired to the Massachusetts Institute of Technology museum. To study theories of cognitive science and artificial intelligence (AI). Another motivation for building humanoid robotic systems is that a machine with a human-like form may have more human-like interactions with people. Cog appeared in Sherry Turkle's book Alone Together Official website

labos Je suis resté un grand enfant. Alors, imaginez ma tête le soir de Noël, déballant de cette boîte une espèce d'insecte argent et jaune d'une quarantaine de centimètres de long... Me voici en présence de l'un des quatre B.I.O-Bugs, nouvelle génération de "jouets intelligents" de WowWee (division jouet de Hasbro), distribué en France par la firme Meccano depuis mai dernier. Poussez le bouton situé sous la carapace sur "on" et vous verrez ce truc commencer à déambuler et à mener sa vie sans rien demander à personne. réclamer sa nourriture, baguenaudant lentement, encore trop jeune pour combattre d'autres B.I.O-Bugs. Si vous mettez deux B.I.O-Bugs dans une pièce (je n'ai pas pu résister, je suis allé en racheter un autre, un rouge baptisé "Le prédateur"), ils échangeront des informations à travers des signaux infrarouges et en se palpant mutuellement les antennes. Mon "prédateur" est un combattant. faire reculer. Les combats à plus de deux B.I.O-Bugs sont aussi possibles. En savoir plus :

Isaac Asimov Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Isaac Asimov Isaac Asimov en 1965. Œuvres principales Biographie[modifier | modifier le code] Enfance russe[modifier | modifier le code] Issu d’une famille juive, fils de Judah Asimov et de Anna Rachel Berman, Isaac naquit à Petrovitchi — près de Smolensk, en Russie — à une date inconnue, entre le 4 octobre 1919 et le 2 janvier 1920 (c’est à cette date-ci qu'il célébrait son anniversaire, adulte)[2]. Éducation et carrière[modifier | modifier le code] À la maison, à Brooklyn, les parents ne parlaient russe que quand « ses grandes oreilles ne devaient pas entendre »[5] : il n'apprit donc jamais la langue. Asimov se définit comme un enfant prodige. Ses études furent assez brillantes pour lui permettre, grâce à une bourse, d’entrer à l’université Columbia. Parallèlement, il commença à écrire de la science-fiction et vit sa première nouvelle, Marooned Off Vesta (Au large de Vesta), publiée en 1939. Vie privée et carrière[modifier | modifier le code]

Tortues de Bristol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Comportement[modifier | modifier le code] Les tortues repéraient les sources de lumière de faible intensité dans les environs et tournaient autour d'elles. Elles pouvaient contourner les obstacles et éviter les sources de lumière plus vives qui avaient pour effet de les brûler, mais lorsque leurs batteries commençaient à faiblir, elles étaient, au contraire, attirées par une source lumineuse pour y puiser leur énergie. En plus, elles étaient dotées d'un système d'identification de la lumière avec le son de telle sorte que la reproduction simultanée de ces deux signaux à plusieurs reprises les entraîne à réagir au son seul, par association du son avec la lumière. C'était la reproduction du fonctionnement du réflexe conditionné, jusque là propriété exclusive de la vie. L'invention des tortues électroniques incita de nombreux chercheurs à développer la vie artificielle. Lien externe[modifier | modifier le code] Portail de la robotique

Le métier à tisser Jacquard L'origine de l'invention L'ancêtre de la plupart des ordinateurs "mécaniques" est une invention française : le métier à tisser Jacquard. Joseph Jacquard était le fils d'un tisseur de soie Lyonnais, et hérita de l'entreprise de son père, mais celle-ci allait mal, et fit bientôt banqueroute. Le succès L'invention faillit disparaître dès sa naissance, détruite par les tisseurs traditionnels qui craignaient de perdre leur emploi au profit de cette machine. Une chaine de cartes perforées d'un métier à tisser Jacquard La postérité dans l'informatique Et lorsque, dans les années 1830, Charles Babbage cherchait une solution pour commander son Analytical Engine, le premier engin à introduire les concepts modernes de l'informatique, il trouva la réponse dans les métiers à tisser Jacquard, et leurs cartes perforées.

Automates Jaquet-Droz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les trois automates Jaquet-Droz Parmi les nombreux automates réalisés par la famille Jaquet-Droz, les automates Jaquet-Droz désignent trois pièces fabriquées (la quatrième est aujourd'hui perdue) par Pierre Jaquet-Droz, son fils Henri-Louis Jaquet-Droz et Jean-Frédéric Leschot entre 1767 et 1774 : la musicienne, le dessinateur et l'écrivain. Les trois automates sont parfaitement fonctionnels ; ils peuvent être admirés au Musée d'Art et d'Histoire de Neuchâtel en Suisse, et une démonstration de leur fonctionnement est faite le premier dimanche de chaque mois. Les trois automates furent exhibés à partir de 1774, à La Chaux-de-Fonds, puis eurent une vie de nomades, furent vendus et perdus plusieurs fois, avant d'être achetés par la Société d'Histoire et d'Archéologie de Neuchâtel en 1906 pour 75 000 francs or, et offerts au musée d'où ils ne sont pratiquement plus sortis. La musicienne[modifier | modifier le code] La musicienne Le dessinateur

Canard digérateur Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Schéma hypothétique de l'appareil digestif du canard de Vaucanson Le Canard Digérateur est un automate canard créé par Jacques de Vaucanson en 1738. Alors que les canards ne peuvent pas digérer du grain de céréales, ce canard mécanique cherchait à montrer comment il est possible de les métaboliser et de déféquer. Description[modifier | modifier le code] Photo du mécanisme du canard mécanique Histoire de l'automate[modifier | modifier le code] affiche L’automate est d'abord exposé en 1744 au Palais-Royal. Cet automate est acheté en 1840 par Georges Tiets, mécanicien[4], mais il brûle en 1879 lors de l'incendie du musée de Nijni Novgorod. Une copie est actuellement visible au musée dauphinois à Grenoble. Voir aussi[modifier | modifier le code] Cloaca, l'œuvre contemporaine de Wim Delvoye. Bibliographie[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code]

Ambassade du Japon au Maroc - Culture et Education - Manifestations culturelles passées Manifestations culturelles passées Conférence et Démonstration sur les "Karakuri-Ningyô", automates traditionnels japonais Chahakobi-ningyô (automate serveur de thé) Tamaya Shôbei, 9e du nom présentées par : SUEMATSU Yoshikazu (professeur à l'Université de Nagoya) TAMAYA Shôbei, 9e du nom (créateur de karakuri-ningyo) Dimanche 25 janvier 2004 à 15h30 au Centre Culturel de l'Agdal, à Rabat Lundi 26 janvier 2004 à 19h00 au Complexe Socio-Culturel Touria Sekkat de Maârif, à Casablanca En collaboration avec l'Arrondissement Urbain de Maârif et le Centre Culturel de l'Agdal, l'Ambassade du Japon a organisé deux séances de conférence-démonstration sur les "Karakuri-Ningyô" (automates traditionnels japonais), le dimanche 25 janvier 2004 à Rabat et le lundi 26 à Casablanca. La manifestation s'est déroulée en deux parties : une conférence donnée par le Professeur SUEMATSU Yoshikazu et une démonstration présentée par le Maître TAMAYA Shôbei. La démonstration a été réalisée avec les zashiki-ningyô.

Horloge d'al-Jazari Les Arabes traduisirent avec soin tous les traités grecs en particulier ceux d'Archimède et de Héron d'Alexandrie en ce qui concerne les machines hydrauliques. Le savant al-Jazri vécut 25 ans au service du Sultan Nasir al-Din Mahmoud, gouverneur de Diyar Bakr en Mésopotamie. Il gagna gloire et renommée avec la publication de son traité sur les automates recensant les machines construites au cours des siècles précédents. L'horloge offerte à Charlemagne en 807 par les ambassadeurs d‘Haroun-al-Raschid (766-809) devait ressembler à celle qu'il y décrit. Le chroniqueur royal de Charlemagne, Eginhard, la décrit ainsi dans ses Annales "Annales regum francorum": « Une machine qui, actionnée par la force motrice de l'eau, marque les heures par un nombre approprié de petites boules de bronze qui retombent sur un timbre d'airain ; à midi, 12 cavaliers sortent par 12 fenêtres qui se referment ensuite derrière eux » Texte complet d'Eginhard

Héron d'Alexandrie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne un savant grec. Pour les oiseaux échassiers, voir Héron. Héron d'Alexandrie Héron, dans le Codex de saint Grégoire de Nazianze, manuscrit grec du IXe siècle. Héron d'Alexandrie (en grec ancien Ἥρων ὁ Ἀλεξανδρεύς / Hếron ho Alexandreús) est un ingénieur, un mécanicien et un mathématicien grec du Ier siècle après J. Présentation[modifier | modifier le code] De la vie de Héron, on ne sait pas grand chose, si ce n'est qu'il était originaire d'Alexandrie. Héron d'Alexandrie créa des automates mus par l'eau, s'intéressa à la vapeur et à l'air comprimé. Son œuvre nous fut transmise via quelques-uns de ses traités de physique et de mathématiques[1]. Réalisations[modifier | modifier le code] Mathématiques[modifier | modifier le code] Il fut aussi, dans Stereometrica, l'auteur de formules de mesures de longueur, de surface et de volume pour des objets en trois dimensions. Formule de Héron[modifier | modifier le code] et L'éolipyle

revue mensuelle - Art Imaginaire : interview de Christian Denisart, par Christophe Jacquemin Christophe Jacquemin (CJ) : Une pièce qui mêle comédiens et robots, c'est une première mondiale ! Avant de parler plus longuement de la genèse de ce projet fou, pourriez-vous nous livrer le sujet de cette pièce ? Christian Denisart (CD) : L'histoire est celle d'un homme à part qui a choisi de vivre à l'écart de ses semblables. Cloîtré chez lui, il a peuplé son monde d'êtres cybernétiques dont il est le créateur: Bruno, animal de compagnie, animal artificiel qui coure dans les jambes de son propriétaire en se balançant sur ses deux roues ; Igor, son majordome, droit comme un i, fait de rouages et de métal... et Leila, danseuse mécanique, évoluant avec élégance et sensualité, qui l'aidera à se préparer pour accueillir celle qu'il attend... une femme de chair et de sang. Sa dernière chance de rejoindre le monde des vivants.

Tamagotchi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tamagotchi Un Tamagotchi (たまごっち, Tamagotchi?) Historique[modifier | modifier le code] Le fabricant de jouets nippon Bandai a sorti en 1996 un gadget qui, en appuyant sur des boutons situés autour d'un petit écran vidéo, permet de nourrir, laver et soigner l'animal virtuel pour qu'il « vive » le plus longtemps possible. Le Tamagotchi est introduit en France par l'homme d'affaires Sébastien Breteau après que ce dernier l'a découvert sur les marchés de Hong Kong où il était expatrié[1]. En 2004 sort la version connexion. De nombreux jeux vidéo tels que Nintendogs ont le même principe, c'est-à-dire élever et observer un animal. Versions[modifier | modifier le code] Le tamagotchi a été inventé dans l'unique but d'amuser les enfants en particulier ceux qui n'ont pas d'animaux domestiques et se sentent seuls. Version 1 : en 2004, le tamagotchi peut se connecter à un autre grâce à l'infrarouge. Version 3 (Keitai)[modifier | modifier le code]

Related: