background preloader

ActionFroid, association venant en aide aux SDF de France toute l'année

ActionFroid, association venant en aide aux SDF de France toute l'année

http://www.actionfroid.org/

Related:  Projet maraudeEconomie sociale et solidaire

Hébergement d'urgence et lieux d'accueil Vous êtes à la rue et ne savez pas où dormir ce soir ? Sachez que vous pouvez être accueilli(e) à Paris par l’un des dispositifs d’hébergement d’urgence. Ces dispositifs sont renforcés lors des périodes de grand froid. Toutes les infos. Les Centres hébergement d'Urgence et les Centres d'Hébergement et de Réinsertion Sociale CHU et CHRS du CASVP Sans-abri : 1.100 places ouvertes en Île-de-France Tous les jours, vous les croisez, sans peut-être n'y faire même plus attention. En France, on compte aujourd'hui près de 140.000 personnes sans domicile fixe, presque deux fois plus qu'il y a six ans. Un cinquième vivent dans les rues de Paris. A une semaine du début de la trêve hivernale, Jean-François Carenco, le préfet de Paris, annonce en exclusivité à Europe 1 l’ouverture de 1100 nouvelles places pour les sans-abri dans toute l’Ile-de-France dès le 1er novembre. Car cette année à Paris, comme à Toulouse, à Lille ou à Marseille, la situation est très difficile.

Les associations d'aide aux sans-abri préoccupées par le manque d'hébergements Les associations et organisations d'aide aux sans-abri alertent sur le manque de places disponibles cet hiver. Sans mettre les précaires en concurrence, elles réclament aux pouvoirs publics d'étendre leurs efforts en faveur des migrants de Calais à l'ensemble des personnes sans domicile fixe. À cinq jours du début de la trêve hivernale, l'inquiétude plane du côté des associations d'aide aux sans-abri. Si le nombre de personnes sans domicile fixe ne cesse d'augmenter, les places disponibles en hébergement d'urgence, elles, ne suffisent plus. La région Ile-de-France est particulièrement touchée: «Par jour, c'est en moyenne 135 familles (800 personnes environ) sollicitant le 115 qui n'obtiennent pas de places».

Fédération des acteurs de la solidarité - Des propositions politiques pour valoriser les accueils de jour Le 20 octobre 2016, dans le cadre de leur partenariat autour des accueils de jour, la FNARS et la Fondation Abbé Pierre ont organisé à Paris le colloque national « Exclusion, Pauvreté, Invisibilité : quels défis pour les accueils de jour ? » Ce colloque, qui a réuni plus de 400 personnes, a permis de mettre en lumière la réalité des accueils de jour, échanger sur les missions et les pratiques, mais aussi de dresser des propositions politiques et des pistes d’évolutions pour les professionnels, bénévoles et personnes accueillies des structures.

PHOTOS. Lee Jeffries, les yeux dans les yeux avec les SDF- 21 mars 2014 Ce sont ceux que l'on ne regarde pas. Ceux auxquels on ne parle pas. Ceux à qui l'on offre parfois une pièce, ou son sourire gêné, et que l'on oublie vite. Pourquoi les sans domicile fixe refusent-ils d’être pris en charge ? 20 janvier 2009 - Certains sans domicile fixe refusent parfois, au péril de leur vie, l’hébergement en centre d’urgence. Comment comprendre les raisons qui les conduisent à ce choix ? Une analyse de Julien Damon, Professeur associé à Sciences Po. Une partie des sans domicile fixe (SDF) refusent les services proposés pour les aider. Le problème se pose de manière criante en hiver lorsqu’en période de grand froid, certains mettent de la sorte leur vie en péril.

Qui sont les SDF ? Qui sont les SDF en France ? Le sigle SDF, repérable dès le XIXe siècle sur les registres de police est aujourd’hui massivement employé en France pour désigner la population sans domicile fixe. Le mot intègre les significations de sans-logis (absence de logement), de sans-abri (victime d’une catastrophe), de clochard (figure pittoresque n’appelant pas d’intervention publique structurée), de vagabond (qui fait plutôt peur), ou encore de mendiant (qui sollicite dans l’espace public). Dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile : une crise des ciseaux ? - La Cimade Alors que les créations de places CADA n’ont jamais été aussi importantes, le dispositif national d’accueil reste en crise. La raison ne tient pas seulement à l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile. Un rapport d’activité OFII 2015 peu loquace Alors que le précédent avait été publié dès avril 2015, l’OFII publie enfin son rapport d’activité 2015.

Un sans-abri sur dix est diplômé de l’enseignement supérieur Une étude de l’Insee et de l’INED publiée mercredi montre que « le phénomène de déclassement s’étend et [que] le diplôme ne protège plus de la précarité ». LE MONDE | • Mis à jour le | Par Isabelle Rey-Lefebvre Pas moins de 14 % des sans-abri ont suivi des études supérieures et 10 % sont diplômés, selon une étude de l’Insee et de l’Institut national d’études démographiques (INED) publiée mercredi 28 septembre. Un « désordre » dans la catégorisation : le déclassement statutaire atypique de diplômés du supérieur sans domicile−Économie et Statistique n° 488-489 Selon l'enquête Sans-Domicile réalisée par l'Insee et l'Ined en 2012 auprès des adultes sans-domicile francophones, 14 % d'entre eux ont fait des études supérieures et 10 % en sont sortis diplômés. Les diplômés du supérieur sont plus souvent d'âge intermédiaire (30-49 ans), issus de catégories plus favorisées (39 % contre 17 %) et vivent davantage en région parisienne que ceux qui ne le sont pas ; ils sont aussi plus souvent nés à l'étranger (66 % contre 43 %), particulièrement en Afrique.

Related: