background preloader

Banque de Séquences Didactiques

Banque de Séquences Didactiques
Related:  Préparer une séquenceÉducation

Séminaire maths-sciences juin 2011 (secteur pédagogique de Y. Verdier). Préparer des séquences d'enseignement Auteur : Ph. Dessus, IUFM Grenoble, Mise à jour : septembre 2007, document créé en octobre 2000. Résumé : Faire connaissance avec quelques méthodes de préparation de séquences d'enseignement afin d'en choisir une. Ce chapitre présente diverses méthodes de préparation de séquences d'enseignement, adaptables au contenu enseigné. Quelques grilles sont présentées, ainsi qu'un questionnaire permettant de réfléchir à sa propre manière de préparer ses cours Introduction On dit à juste titre que l'enseignant prépare sa classe devant une classe vide. Ce que l'on sait Il existe plusieurs manières de préparer son enseignement. Il existe également différentes manières de préparer son enseignement selon l'échéance de la séquence. Ce que l'on peut faire Dans la pratique, on peut utiliser différentes grilles de préparation, selon le niveau auquel on se situe. Dans la pratique, il est utile d'adapter les différentes méthodes vues ci-dessus. Information Réponse Renforcement Durée (min) Branch, R.

Les fondamentaux Réseau Canopé Séance d'apprentissage - pdf_Sequence_d_apprentissage-2.pdf Construction d'une séquence pédagogique - Fiche didactique Voici quelques définitions de la terminologie utilisée pour construire les séquences pédagogiques en lycée professionnel et quelques outils : Terminologie SÉQUENCE : Ensemble continu ou discontinu de séances articulées entre elles dans le temps et organisées autour d’une ou plusieurs activités en vue d’atteindre les objectifs fixés par les programmes d’enseignement (terminologie de l’éducation - BOEN n°35 - 17-09-1992). Nb : La séquence vise un objectif d’apprentissage fixé au terme d’un nombre défini de séances. SÉANCE : la séance est une période d’enseignement qui vise un objectif d’apprentissage fixé à son propre terme. Remarque : la durée est généralement de 55 minutes néanmoins.en enseignement technologique et professionnel, la séance peut avoir une durée de 2 à 3 heures selon les répartitions horaires recommandées. OBJECTIFS : L’objectif décrit ce que l’élève sera capable de faire à la fin de la période de formation. quels sont les points essentiels de la séance ? Bibliographie :

DESIR D’APPRENDRE (texte de Philippe MEIRIEU) | le Blog du conectiviste sans n La modernité exaspère la contradiction entre le désir de savoir – tout et tout de suite – et le projet d’apprendre qui impose de tâtonner, d’assumer l’ignorance et d’apprivoiser le temps. « Savoir » et « apprendre » ne sont pas synonymes. Le goût d’apprendre s’est effondré chez beaucoup d’élèves dans la volonté de savoir. C’est parce qu’ils veulent « savoir tout de suite » qu’ils ne comprennent pas la nécessité d’apprendre. La modernité technique elle-même organise de manière systématique nos activités pour que nous puissions savoir sans apprendre et sans avoir appris. Il faut que les enseignants comprennent que la modernité agit de la sorte ; dans le cas contraire, ils ne comprendront pas pourquoi il est si difficile aux élèves de renoncer à savoir tout de suite pour prendre le temps d’apprendre. De la même manière, la modernité exaspère une contradiction entre « le primat du réussir » et « le primat du comprendre ». Philippe MEIRIEU WordPress: J'aime chargement…

Pour bâtir des scénarios pédagogiques intégrant les TIC Dans le domaine littéraire, un Scénario est un canevas, le plan détaillé d'une pièce de théâtre, d'un roman. Au cinéma, c'est la trame écrite et détaillée des différentes scènes d'un film, comprenant généralement le découpage et les dialogues. C'est cette démarche d'écriture et de préparation que l'on peut vouloir transposer pour en faire une méthode dans l'enseignement et la formation : un scénario devient alors un travail préparatoire où un projet (de cours, de séquence, de module) est décrit, raconté, mais aussi découpé, structuré avant d'être réalisé de façon réelle. En fait, dans l'enseignement, il y a toujours eu quelque part cet acte de scénarisation de par le fait même que l'on pense le déroulement d'une séance, la répartition horaire, l'alternance de la théorie et de la pratique, etc. Mais la notion de scénarisation pédagogique s'est peu à peu imposée quand les enseignants ont commencé à intégrer l’audio visuel à leurs pratiques, dans les années 80.

Définir des objectifs pédagogiques efficaces et cohérents grâce à la taxonomie de Bloom et la méthode SMART Une fois les besoins et attentes de formation analysés, définir vos objectifs pédagogiques constitue une étape fondamentale dans le développement de votre projet de formation. C’est le message que j’avais tenté de faire passer dans l’article de lundi : cette étape vous permet non seulement de baliser votre parcours, et aussi d’en faciliter l’évaluation. Toutefois il n’est pas toujours évident de définir facilement ses objectifs pédagogiques : quelles formulations utiliser ? faut-il nécessairement intégrer des verbes d’action ? comment vérifier que les objectifs soient effectivement opérationnels ?… La bonne nouvelle, c’est qu’il existe 2 outils simples et géniaux qui, combinés, peuvent vous aider à réaliser cette étape les doigts dans le nez : il s’agit de la taxonomie de Bloom et de la méthode SMART. Je vous propose de passer ces 2 outils en revue ci-dessous : La taxonomie de Bloom pour définir vos objectifs pédagogiques… [table id=1 /] … et la méthode SMART pour les affiner ! Sources :

Les élèves français du primaire et secondaire ont peur de mal faire Les résultats de l’étude PIRLS sortie au mois de décembre dernier (qui évalue les compétences en lecture des élèves en CM1) ont mis en évidence un des problèmes récurrents du système éducatif français. Les petits élèves français font partie de ceux dont la proportion de non-réponse aux questions qui doivent être rédigées est la plus élevée. Ces résultats ne sont pas nouveaux, ils font d’ailleurs écho à la première étude PISA (qui évalue, elle, les élèves à 15 ans) réalisée il y a plus de dix ans, qui montrait déjà que la proportion de non-réponse aux questions qui demandaient de développer des raisonnements était également la plus élevée en France. Et quasiment deux fois supérieure à celle observée par exemple au Canada, en Finlande ou aux États-Unis. Ces résultats dénotent l’absence de progrès en France sur la dernière décennie et surtout une véritable peur chez les élèves français de quitter les sentiers battus et de prendre le risque d’être hors sujet ou de commettre une erreur.

L'Etat de l'Ecole. Guide de la rentrée 2010 : Les notes sont-elles justes ? Entretien avec Pierre Merle Par François Jarraud Les notes sont-elles justes ? Certes, s'il est bien une activité que les profs font sérieusement, c'est la notation. Ils en connaissent les conséquences dans un système qui se focalise sur les moyennes. Pourtant quand on compare sa notation à celle de ses collègues, souvent on est très surpris. Pour vous, Pierre Merle, la note est une activité sociale comme les autres et l'enseignant note un élève bien réel dans une situation précise. Dans mon ouvrage (Les notes. Les résultats des recherches des psychologues et des sociologues convergent totalement (ce qui n'est pas si fréquent). Peut-on dire de ces influences qu'elles sont conscientes ou inconscientes ? L'écrasante majorité des professeurs étant attentive à la question de l'équité et de la justice scolaire, l'influence des caractéristiques socio-scolaires des élèves sur la notation est inconsciente. Quelle est la part de « l'erreur » du professeur ? Plusieurs études sont parvenues à ce résultat. Pierre Merle

Un bon usage de la notation est-il possible ? Faut-il renoncer aux notes, comme s'y essaient quelques établissements expérimentaux ? Ni l'institution, ni ses acteurs n'y semblent prêts. Ce qui n'empêche pas d'examiner les pratiques réelles, de les comparer avec celles d'autres systèmes scolaires, de juger si certaines semblent mieux adaptées à l'apprentissage et à la réussite scolaire. La notation, un thermomètre ? Pourquoi adopter une métaphore qui associe la scolarité à une maladie ? De la sérénité au profond sentiment d'injustice Du côté des élèves, une enquête menée auprès d'un panel de collégiens et de lycéens, montre que l'expérience de la notation est loin d'être vécue par tous de la même manière. Les examens sont-ils une loterie ? Des biais sociaux et psychologiques sous-estimés Les expériences de psychologie et de sociologie menées auprès de correcteurs font apparaître des tendances assez régulières dans la notation. Quelques indications en vue de l'équité et du progrès scolaire. Jeanne -Claire Fumet Prochains rendez-vous :

Related: