background preloader

Changement climatique : premier facteur de migration forcée - Institut Amadeus

Changement climatique : premier facteur de migration forcée - Institut Amadeus
Les phénomènes climatiques sont devenus le premier facteur de déplacement forcé de populations, avant même les conflits. Par Abdelfatah Ait Ammi, chargé d'études Environnement et Energie C’est maintenant officiel : le changement climatique est désormais la première cause de migration forcée. Dorénavant, le discours sur les migrations ne pourra plus se limiter aux migrants économiques, au phénomène de fuite des cerveaux et aux réfugiés politiques ; il englobe désormais une population grandissante de migrants pour des raisons climatiques ou météorologiques. La question n’est pas complètement nouvelle. En 1990 déjà, le Groupement Intergouvernemental d’Experts sur le Changement Climatique (GIEC) avait noté que le plus grand impact du changement climatique serait sur les migrations humaines. Les experts sont cependant restés prudents quant à établir un lien de cause à effet entre évènements résultant du changement climatique et migrations. Contrainte migratoire a. b. Avenir climatique

http://www.amadeusonline.org/fr/publications/analyses/427-changement-climatique-premier-facteur-de-migration-forcee-.html?showall=1

Related:  migrationsClimat et migration

Le changement climatique, facteur de déstabilisation et de migration Le rôle du climat dans les migrations actuelles, bien qu’impossible à chiffrer, est plus que probable. S’agit-il d’une « crise » ? Ou, plutôt, de l’installation d’un nouveau régime de migrations, alimenté par le changement climatique en cours ? L’afflux de migrants et de réfugiés cherchant asile en Europe est aujourd’hui principalement causé par les guerres civiles et l’effondrement des Etats au Moyen-Orient, mais le rôle du climat, bien qu’impossible à chiffrer, est plus que probable. 25 millions de déplacés Lire aussi Laurent Fabius, le converti du climat Le nombre de réfugiés dans le monde équivaut à l’ensemble de la population française Pour la première fois en 2015, le seuil de 60 millions de personnes déracinées dans le monde a été franchi, selon le Haut Commissariat aux réfugiés. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jules Grandin Un seuil historique a été franchi. Selon le rapport statistique annuel du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), le nombre de personnes déracinées dans le monde en 2015 a dépassé les 60 millions, atteignant le seuil historique de 65,3 millions de personnes. Soit l’équivalent de l’intégralité de la population française (ou italienne), ou encore un être humain sur 113. Ce chiffre prend en compte les réfugiés et demandeurs d’asiles, soit des personnes déplacées hors de leur propre pays, mais aussi les déplacés internes – au sein des frontières de leur propre pays.

Les migrations internationales atteignent un niveau record WASHINGTON, 18 décembre 2015 – Le nombre de migrants internationaux devrait dépasser le chiffre record de 250 millions de personnes cette année, alors que les populations concernées sont en quête de meilleures opportunités économiques et que les pays en développement qui connaissent une croissance rapide continuent d’attirer en grand nombre les populations d’autres régions du monde en développement. Preuve de leur impact économique, les migrants internationaux enverront cette année 601 milliards de dollars à leurs familles restées dans les pays d’origine, portant le montant des envois de fonds reçus par les pays en développement à 441 milliards de dollars. Cette information paraît dans l'édition 2016 du Recueil des statistiques sur les migrations et les envois de fonds publié par le Partenariat mondial pour les connaissances sur le développement et les migrations (KNOMAD), une initiative du Groupe de la Banque mondiale. Point sur les migrations et les envois de fonds par région du monde

Immigration maghrébine au Québec : quelle intégration ? Ainsi, l’afflux de certains migrants originaires de l’Afrique du Nord et de l’Afrique de l’Ouest vers le Canada français se fait par nécessité. S’ils avaient la possibilité de choisir entre le Canada et l’Europe (France et Belgique), nombreux sont ceux qui seraient intéressés par cette dernière, la proximité géographique, la présence d’une forte communauté maghrébine en Europe et le climat de l’Europe occidentale moins rude qu’au Québec étant des facteurs déterminants en la matière. L’enjeu est de taille, mais les décideurs québécois n’arrivent pas à saisir l’occasion que la fermeture des frontières européennes leur offre. Une fois arrivés dans la province les migrants sont livrés à eux-mêmes. Certes, certains arrivent à percer et à s’assurer une bonne place dans la société québécoise, mais cela n’est pas donné à tout le monde.

Santé des migrants en France : l’effet des discriminations liées à l’origine et au sexe 1Les études sur la santé des migrants menées dans divers pays occidentaux – notamment les États-Unis et les pays du Commonwealth – ont souvent souligné que leur population immigrée avait un meilleur état de santé à leur arrivée que les natifs de ces pays ayant le même âge. Cet avantage s’explique tant par la sélection opérée par les politiques migratoires de ces pays (Adelstein et al., 1984 ; Trovato, 1985 ; Wilkinson et Marmot, 2004 ; Young, 1991) que par l’auto-sélection des migrants, qui sont le plus souvent des individus jeunes et dans un état de santé leur permettant de travailler rapidement, et enfin du fait des difficultés inhérentes à la migration que seuls les plus résistants peuvent surmonter (Cognet, 2002). 3Ces questions sont donc encore peu documentées en France. Malgré un durcissement continu des politiques migratoires et une volonté affichée d’introduire des sélections calquées sur les modèles nord-américains, d’importantes différences demeurent dans les procédures.

Quel lien entre migrations internationales et développement Notes Zlotnik Hania, Trends in International Migration since 1965. What Data Reveal - Migration and Development, IOM International Organization for Migration, United Nations, pp. 21-61, Sales No. E.99. III.S.4. Offprint of the Special Issue of International Migration, vol. 37 (1) 1999. Migrations, transferts et inégalités Les articles de ce symposium ont été présentés au colloque international du gdr I dreem [1][1] Groupement de Recherches International du cnrs n° 199... (Développement des Recherches économiques euroméditerranéennes) qui avait pour thème central « Inégalités et développement dans les pays méditerranéens ». Les migrations internationales sont précisément au cœur des problèmes d’inégalités et de développement.

Les migrations internationales pour études : facteurs de mobilité et inégalités Nord-Sud Dès le début des années 80, la coopération Nord-Sud soutenue par une éthique de solidarité cède la place à une nouvelle conception des échanges universitaires internationaux qui les inscrit dans une logique du marché de la formation et de l’emploi hautement qualifié, restreinte aux frontières des pays occidentaux ou des pays émergents. Cette nouvelle conception de la coopération met en avant l’équivalence des valeurs, la réciprocité des échanges et la compétitivité. Ainsi, la création des programmes d’échange se situe prioritairement entre les pays du Nord. Femmes, genre, migration et mobilités 1Il est des exercices incontournables : parler de la féminisation des courants migratoires en fait partie, pour toutes celles et ceux qui prétendent un jour parler des femmes en migration. Tout se passe comme si l’on devait légitimer sans cesse cet objet de recherche. Personne jamais – ou si peu – n’entame une présentation de la migration masculine en indiquant des sex ratio. Constat réitéré d’un androcentrisme qui traverse encore les sciences sociales et qui fait de l’homme le référent universel. Tout se passe également comme si tout écrit sur les femmes migrantes devait débuter par les silences, les oublis, le rappel rituel de l’invisibilité des femmes. 1 Womenandchildren de Nira Yuval-Davis (1997) qui utilise cette expression pour montrer que les femm (...)

Migrations, réfugiés, exil - Collège de France - 12 octobre 2016 Les 12, 13 et 14 octobre 2016 Depuis l’été 2015, l’afflux massif de réfugiés quittant le Moyen Orient est généralement présenté dans le débat public comme une « crise des migrants » qui mettrait à l’épreuve les défenses sécuritaires de l’Europe. On pourrait à l’inverse défendre l’idée que ce défi humanitaire place les réfugiés face à la crise de l’Europe. Elle interroge non seulement l’universalité des droits de l’homme, mais l’histoire même des rapports des sociétés aux grandes vagues migratoires qui les constituent. C’est à les envisager dans la longue durée, et dans une perspective délibérément interdisciplinaire, que sera consacré ce colloque de rentrée du Collège de France. Volontaires ou contraints, les mouvements de population à grande échelle y seront examinés dans leur dimension historique, démographique, anthropologique, biologique, psychologique, sociologique, économique, géographique, linguistique et juridique.

Atlas des migrants en Europe (édition 2012) L’exposition itinérante « Moving beyond Borders » qui rassemble textes, cartes, graphiques, illustrations et photographies – le tout enveloppé dans des paysages sonores composés par la compagnie Étrange Miroir qui a également imaginé la mise en scène de l’exposition – a été inaugurée à Bruxelles le 12 juin 2015. A cette occasion, Migreurop a mis en ligne sur son site des cartes de l’Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires paru chez Armand Colin en 2012. IntroductionPremière partie - Des migrations mondiales mais entravéesSeconde partie - Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?Troisième partie - L’enfermement au coeur des politiques d’asile et de migrationQuatrième partie - Les effets dans les zones de départ et de transit Chaque année, c’est par centaines qu’on compte les décès, par noyade ou par épuisement, d’exilés pris au piège de la mer à bord d’embarcations surchargées et souvent défaillantes.

Organisation internationale pour les migrations Apatride - Individu sans nationalité, soit qu'il n'en ait jamais eu, soit qu’en ayant eu une, il l'ait perdue sans en acquérir une autre. L'état d'apatridie prive l'individu des droits – et supprime les devoirs – attachés à la nationalité à savoir, notamment, le droit à la protection diplomatique et le droit de revenir dans son pays d'origine. En droit international général, la Convention relative au statut des apatrides (1954) organise la condition juridique des apatrides et leur accorde un certain nombre de droits, notamment en matière économique et sociale. Assimilation - Processus par lequel un premier groupe social ou ethnique généralement minoritaire adopte les traits culturels (langue, traditions, valeurs, moeurs, etc.) d'un second groupe, généralement majoritaire. L’adaptation se traduit par une altération du sentiment d'appartenance. L’assimilation va audelà de l'acculturation.

Migrations : des idées et des cartes pour aller à l’encontre des politiques Cafés géographiques de Montpellier du 26 janvier 2016 au Gazette Café. Nous tenons à remercier avant tout Olivier Clochard pour sa venue ce soir. Docteur en géographie et chargé de recherche au CNRS (UMR Migrinter, Poitiers), il est spécialiste des migrations et à ce titre est membre de Migreurop, « réseau européen et africain de militants et de chercheurs dont l’objectif est de faire connaître et de lutter contre la généralisation de l’enfermement des étrangers et la multiplication des camps, dispositif au cœur de la politique d’externalisation de l’Union européenne » (extrait de www.migreurop.org).

5 facts about the U.S. rank in worldwide migration Global migration is no small-scale issue. If all of the world’s international migrants (people living in a country that is different from their country or territory of birth) lived in a single country, it would be the world’s fifth largest, with around 244 million people. The number and shares of people leaving and entering countries is different for each country of the world.

Related: