background preloader

Electropublication - sociologie Internet blog réseaux - ethnologie anthropologie

Electropublication - sociologie Internet blog réseaux - ethnologie anthropologie

"Theory" in sociology What is a sociological theory? And how does it relate to the challenge of providing explanations of social facts? In the natural sciences the answer to this question is fairly clear. A theory is a hypothesis about one or more entities or processes and a specification of their operations and interactions. A theory is articulated in terms that permit rigorous and unambiguous derivation of implications for the behavior of a body of phenomena -- perhaps through specification of a set of equations or through a set of statements with deductive consequences. A theory may specify deterministic properties of a set of entities -- thus permitting point predictions about future states of the relevant system; or it may specify probabilistic relations among entities, giving rise to statements about the distribution of possible future states of the system. Is there anything like this construct in the social sciences? Consider this taxonomy of the field of social knowledge-creation: ; link, link, link).

La fin de l’Internet illimité Des opérateurs veulent mettre un terme aux forfaits Internet illimités dans les foyers français. Un document de la Fédération Française des Télécoms, qui regroupe Orange, SFR et Bouygues, et consulté en exclusivité par OWNI, amorce ce virage. Dans une relative confidentialité, des opérateurs, et non des moindres, réfléchissent à la mise à mort de l’Internet illimité dans les foyers français. “Oui, il y a certains forfaits sur lesquels on risque de mettre des seuils” confirme ainsi sans détour le porte-parole d’Orange Jean-Marie Culpin, interrogé par OWNI. Si elle s’actualise, la situation serait alors inédite en France, habituée à des “boxs” leur offrant l’un des accès à Internet les plus compétitifs au monde et surtout ne comportant aucun seuil de navigation. Confirmée par certains opérateurs, cette stratégie s’est également décidée collégialement, au sein de la Fédération Française des Telecoms (FFT). La démarche, entamée sur le mobile, a jusque là été couronnée de succès. “Faux!”

BBC Radio 4 Programmes - Frontiers, Acts of Creation Le désordre domestique Entretien avec Jean Paul Filiod PDF Imprimer Envoyer Jean Paul Filiod est anthropologue…en France. Pour télécharger la version complète et mise en page du document. « Esthétiquement on accepte de plus en plus que les choses soient mélangées. Leroy Merlin Source (LMS) : Quelle est exactement votre spécialité ? LMS : Pourquoi vous définissez-vous alors comme socio-anthropologue du quotidien ? LMS : Vous distinguez habitat et habiter. LMS : Votre compréhension de cet espace à la fois public et privé ne cesse d’évoluer. LMS : Le chez-soi est présenté depuis de nombreuses années comme un refuge contre le monde extérieur. LMS : Le désordre est au cœur de vos recherches. LMS : Au terme de votre travail, quelles sont les manières de comprendre le désordre ? Bibliographie :Jean Paul Filiod, Le désordre domestique, essai d’anthropologie, collection Logiques sociales, L’Harmattan, 2003. Pour télécharger la version complète et mise en page du document.

• Fétiches et molécules « Le blog de Tobie Nathan Tobie Nathan * Texte paru dans le Dossier Hors-série Sciences et Avenir n°169 intitulé Qu’est-ce que l’Homme ? — 100 scientifiques répondent À la question « qu’est-ce que l’homme ? », je donnerais une réponse immédiate, abrupte : « l’homme n’est rien ! Évidemment, lorsque je parle des « objets », je n’ai pas seulement en tête les objets manufacturés — qui ne sont pas « rien », mais qui ne sont évidemment pas tout. Plus qu’aux objets, je pense à ces « choses » inouïes que l’homme a fabriquées depuis des centaines de milliers d’années, peut-être même des millions : les langues, par exemple. Dans mon travail clinique avec les populations immigrées en France et dans les recherches que j’ai menées sur les dispositifs thérapeutiques traditionnels, essentiellement en Afrique francophone, mais aussi à la Réunion et au Brésil, j’ai constaté que les peuples avaient fabriqué d’autres « choses ». Chapelet du Fa Fétiche Congo Tobie Nathan chez un vendeur de fétiches au Burundi Like this:

Tracés. Revue de Sciences humaines Le plus souvent connoté péjorativement, le terme irrécupérables ne désigne pas une catégorie instituée des sciences humaines et sociales. Dans le langage courant, on qualifie d’irrécupérables des personnes ou des choses qui ne peuvent pas être récupérées, et dont on cherche le plus souvent à se débarrasser parce qu’elles résistent à toute entreprise de réinsertion ou de recyclage. À l’heure de l’injonction à tout récupérer, réinsérer et recycler, ce dossier fait l’hypothèse que cette injonction exprime aussi un déni de la production massive et constante d’êtres et de choses irrécupérables par les sociétés capitalistes industrielles. Il ne s’agit pas nécessairement de placer sur un même plan la mise au rebut des choses et l’exclusion irréversible des individus, mais plutôt d’aborder conjointement les enjeux sociaux et environnementaux qui découlent de cette hypothèse.

Levi-Strauss Humanisme ? Donneur de voix : Augustin Brunault | Durée : 2min | Genre : Histoire Pour Lévi-Strauss, un humanisme véritable implique le respect de la vie sous toutes ses formes. « J’ai le sentiment que toutes les tragédies que nous avons vécues, d’abord avec le colonialisme, puis avec le fascisme, enfin les camps d’extermination, cela s’inscrit non en opposition ou en contradiction avec le prétendu humanisme sous la forme où nous le pratiquons depuis plusieurs siècles, mais, dirai-je, presque dans son prolongement naturel. [...] » > Consulter la version texte de ce livre audio. NB.

Related: