background preloader

Le secteur du luxe défie la crise, à l'image de LVMH

Le secteur du luxe défie la crise, à l'image de LVMH
Le numéro un mondial du luxe, LVMH, a annoncé lundi 15 octobre des ventes en hausse de 15% à 6,9 milliards d'euros au troisième trimestre, conformes aux prévisions des analystes, et s'est dit "confiant pour l'année 2012" malgré le "contexte de ralentissement économique en Europe". Sur neuf mois, la progression est de 22%, là aussi conforme aux attentes, à 19,86 milliards d'euros. Le groupe détient notamment Louis Vuitton, Céline, Givenchy, les champagnes Moët et Chandon, Dom Pérignon et Veuve Clicquot, les parfums Guerlain et Dior, mais aussi les montres Tag Heuer, Hublot et le joailler Bulgari. Toutefois, la croissance organique a continué de ralentir au troisième trimestre, contre 12% sur l'ensemble du premier semestre. Ce qui constitue pour le groupe "une bonne performance dans le contexte économique actuel". Un marché mondial supérieur à 200 milliards d'euros Au-delà de LVMH, c'est tout le secteur du luxe qui se porte bien. Les Chinois, premiers clients du luxe (Avec AFP) Related:  Mémoire évènementiel de luxe

La Chine, bien partie pour devenir le deuxième marché mondial du luxe En 2017, la Chine sera plus importante que le Japon pour le secteur du luxe. C'est du moins ce que prédit le cabinet international Euromonitor dans une étude publiée mardi. Austérité de plus en plus sévère en Europe d'un côté, gonflement de la classe moyenne dans les pays émergents de l'autre : la donne est en train de changer sur ce marché de 302 milliards de dollars (estimation pour 2012) en hausse de 4% par rapport à l'année dernière. Actuellement, les quatre premiers marchés au monde - Etats-Unis suivis du Japon, de l'Italie et de la France - représentent près de la moitié des ventes en valeur. Mais les puissances émergentes du groupe des "BRIC" ((Brésil, Russie, Inde et Chine) prennent de plus en plus d'importance. Mais Goldman Sachs prédit que la progression de la Chine sur le podium mondial de la consommation de produits de luxe sera plus rapide encore : la banque d'affaires voit ainsi l'Empire du Milieu totaliser 30% des ventes mondiales de produits de luxe dès 2015.

Etude de cas Amazon La stratégie d'entreprise consiste à se fixer des objectifs en fonction de l'environnement (contraintes extérieures) et des ressources disponibles dans l'organisation, puis à allouer ces ressources afin d'obtenir un avantage concurrentiel durable et défendable Le cabinet de conseil Boston Consulting Group "a compté les changements survenus parmi les dix premiers des classements (pour leur capitalisation boursière) sur les périodes 20002004 et 2004-2007. Durant la première période, qui vit l'éclatement de la bulle Internet, la moitié des leaders de l'assurance ont perdu leur place, contre 10 % seulement durant la période d'embellie qui suivit. Le constat vaut pour tous les secteurs." Les différences managériales pourraient expliquer ce paradoxe.

Evénementiel : des relations de sous-traitance basées sur la confiance et le prix 64 % des annonceurs investissent jusqu’à 24 % de leur budget global de communication (hors achat d’espace) sur les opérations événementielles. Tel est l'enseignement principal du Baromètre 2012 Anaé-OpinionWay. Selon l'étude, 65 % des annonceurs ont déjà mesuré l’efficacité de leurs opérations événementielles, et plus particulièrement ceux menant des actions sur des cibles B to C (77 %). Les agences, quant à elles, sont 67 % à proposer à leurs clients un outil de mesure de l’efficacité des opérations. Un marché mené par les appels d’offres Dans le cadre de la sélection de leurs agences, deux critères arrivent en tête parmi tous ceux proposés aux annonceurs : – plus des deux tiers des sélections des agences (71 %) se font par appel d’offres,– la poursuite d'une collaboration précédente (63 %). Selon l'étude, un nombre moyen de trois appels d’offres par entreprise ont été menés au cours des 12 derniers mois avec une moyenne de quatre agences mises en compétition.

Le marketing sensoriel comme axe de positionnement Ce principe de théâtralisation de l’offre est notamment utilisé par les magasins Niketown aux Etats-unis ou en France par les « parcs de la forme »de Décathlon : le point de vente est complété par un complexe de loisirs et de pratiques sportives. Ces exemples d’enseignes montrent que le commerce de détail tend à manipuler l’aménagement du magasin en développant les variables d’atmosphère et sensorielle pour que la visite du consommateur constitue en elle-même une expérience positive, notamment par le biais des émotions qu’il éprouve. L’idée ne date pourtant pas d’hier. C’est Aristide Boucicaut, le premier, qui l’a conceptualisée et mise en pratique au Bon Marché, à la fin du XIXe siècle. Le cas Nature et Découverte [2] Le marketing sensoriel est un des piliers de l’offre de NATURE & DÉCOUVERTES. Cette tendance à la création de magasins d’atmosphère singuliers peut s’expliquer Bibliographie Darpy D. et Volle P (2003), Comportements du consommateur, Dunod

Baromètre de l'Anaé : les agences en quête de légitimité Le marché de l'événementiel se développe mais doit gagner en process. C'est ce qui ressort du Baromètre de la communication événementielle, publié par l'Anaé (Association des agences de communication événementielle) et OpinionWay, présenté ce matin. Un total de 150 annonceurs ont été interrogés sur leur communication événementielle. Il en ressort que près de 70% organisent des événements pour leurs collaborateurs en interne et investissent jusqu'à 24% de leur budget communication. 71% mènent des appels d'offres auprès de quatre différentes agences en moyenne, mais 21% seulement signent des contrats de référencement sur une longue durée avec les agences spécialisées. "Il y a un paradoxe : l'annonceur a besoin d'avoir une relation régulière avec l'agence qui n'a pas le droit à l'erreur, mais ne signe pas pour autant de contrat sur le long terme", souligne Gérard Denis, porte-parole de l'Anaé. Par rapport à l'incertitude économique actuelle, les annonceurs montrent un certain attentisme.

Nature & Découvertes lance un nouveau concept de magasin Pour fêter ses 20 ans, l’enseigne Nature & Découvertes a inauguré la semaine dernière son premier magasin de nouvelle génération. Situé au cœur du centre commercial Parly 2 dans les Yvelines, il s’appuie sur les valeurs qui ont fait le succès de l’enseigne, tout en proposant une offre plus claire et plus accessible. « Des lieux atypiques pour les curieux de la nature » : c’est ainsi que Nature & Découvertes définit ses points de vente. Fort de ce positionnement unique, Nature & Découvertes s’est rapidement développé, et possède désormais 77 magasins en France et à l’international, pour un chiffre d’affaires de près de 200 millions d’euros. Et le pari est réussi : le nouveau concept, sans être révolutionnaire, parvient à clarifier l’offre et à faire cohabiter harmonieusement les différents univers de produits. Ces valeurs font aujourd’hui la richesse de l’enseigne, qui a su les mettre en œuvre avec succès, et ce bien avant la « mode » du développement durable.

L’Oréal en forme grâce à sa division Luxe Début d’année en fanfare pour L’Oréal. Au premier semestre, le leader mondial des cosmétiques a dégagé un résultat d’exploitation en hausse de 11,4 %, à 1,9 milliard d’euros, pour un chiffre d’affaires de 11,2 milliards, en croissance de 10,5 % en tenant compte de l’évolution favorable des taux de change et des acquisitions récentes de Clarisonic et Cadum. À l’exception de 2010, qui suivait une année de baisse des ventes et des profits, c’est la première fois depuis 2007 que le groupe enregistre une croissance à deux chiffres de son résultat d’exploitation. Cette performance avait été la marque de fabrique de L’Oréal pendant plus de 20 ans, jusqu’à la crise de 2008, qui a fait traverser au groupe français deux années plus difficiles. Avec une croissance organique de son chiffre d’affaires de 6 % au premier semestre, L’Oréal enregistre également sa deuxième meilleure performance commerciale depuis 2007. Avantages promotionnels

Marketing sensoriel en details L'IDRAC est une école de commerce multi-campus présente à Amiens, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Paris et Toulouse. L'enregistrement est actuellement désactivé Qui est en ligne ? Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site Membres actifs Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email. ©2016 Blogs IDRAC Aller à la barre d’outils Connexion

Related: