background preloader

Économie de la Grèce antique

Économie de la Grèce antique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’économie de la Grèce antique se caractérise par une forte prégnance de l’agriculture, base de l’économie et de la société, d’autant plus importante que les sols grecs sont peu fertiles. À partir du VIe siècle av. La notion d’« économie », au sens où elle est entendue à l’heure actuelle, est relativement anachronique pour la Grèce antique. Agriculture[modifier | modifier le code] L'olivier, l'une des bases de l'agriculture grecque — ici à Carystos en Eubée L'agriculture est au fondement de l'économie grecque. Exigeante en main-d'œuvre, l'agriculture peut réclamer jusqu'à 80 % de la population. Artisanat[modifier | modifier le code] Une bonne partie de l’artisanat fait partie de la sphère domestique. L’unité de base est l’atelier, souvent d’envergure familiale. Les travailleurs salariés sont payés à la tâche, les ateliers ne pouvant garantir un travail régulier. La poterie[modifier | modifier le code] Le métal[modifier | modifier le code] Related:  Agriculture grèce antiqueGrèce AntiqueEconomie de la Grèce antique

Discussion:Agriculture en Grèce antique Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Article de qualité ?[modifier | modifier le code] Un article vraiment serieux qui a subi de profondes modifications. En tant que contributeur principal, cela fait un certain temps que je veux le présenter au label, mais il reste des éléments à développer pour le rendre réellement complet. Remarque sur le point 1.2.3. Le terme "capitalistique" me paraît impropre en cela qu'il sous-entend une économie capitaliste en Grèce antique. Loin de moi l'idée de vouloir sous-entendre l'existence d'une économie capitaliste en Grèce antique. J'approuve. J'ai consulté l'article du TLF, il indique que le mot capitalistique a été utilisé pour la première fois pour décrire des théoriciens socialistes. On ne demande pas à un dictionnaire – qui se contente de faire l'histoire des mots – de faire dans le distinguo économique. Le boulot qui reste à faire[modifier | modifier le code] 1) développer la section « contraintes du milieu » Article à retravailler ! Bonsoir.

Chronologie de la Grèce antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Protohistoire[modifier | modifier le code] Époque archaïque[modifier | modifier le code] IXe siècle[modifier | modifier le code] Vers 900 : début de l'époque géométrique en Grèce.IXe siècle : Synœcisme à Sparte.814 : fondation phénicienne de Carthage en Méditerranée occidentale.Fin IXe siècle : premières traces de culte à Delphes. VIIIe siècle[modifier | modifier le code] VIIe siècle[modifier | modifier le code] VIe siècle[modifier | modifier le code] Époque classique[modifier | modifier le code] Fin du VIe[modifier | modifier le code] Ve siècle[modifier | modifier le code] IVe siècle[modifier | modifier le code] Il livre bataille au large de Naxos et bat la flotte spartiate commandée par Pollis. Athènes décide de réunir la plus grande flotte possible ; l'expédition est confiée à Timothée, le fils de Conon, celui qui avait battu les Spartiates en 394 à Cnide.

Agriculture en Grèce antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’agriculture est le fondement de la vie économique en Grèce antique. Par la mise en valeur intensive d'un terroir restreint, malgré un outillage et une terre généralement de qualité médiocre imposant le recours à l'assolement biennal, elle a permis d'assurer la subsistance d'une population importante, notamment à l'époque classique, en s'orientant essentiellement vers la production végétale. Cependant, si la « triade méditerranéenne[Note 1] » céréales-olivier-vigne y tient une place prépondérante, la production agricole est plus variée, grâce notamment à la culture de légumes et de légumineuses, ainsi qu'à l'élevage ovicaprin. L'agriculture tient une place prépondérante dans le circuit économique grec : elle occupe près de 80 % de la population (notamment servile) et contribue dans les mêmes proportions à la richesse produite[1]. Les produits de la terre[modifier | modifier le code] Contraintes du milieu[modifier | modifier le code]

la grèce antique - l'époque classique L’époque classique L’époque classique, considérée comme l’âge d’or de la civilisation grecque (V e siècle-IV e siècle), va réunir toutes ses histoires particulières en un destin commun. Les historiens affirment que l’âge archaïque a duré de -750 à -480, période pendant laquelle les cités-États se sont constituées, en même temps que les Grecs s’établissaient autour de la Méditerranée. Mais soudain, tout sembla changer, et la civilisation grecque se trouva menacée d’extinction: une nouvelle puissance venue d’Orient s’apprêtait à envahir les cités-États. Les guerres médiques En 546, le roi de Perse Cyrius II conquit le royaume de Lydie, en Asie Mineure, pour créer un Empire perse qui s’étendait de la mer Égée à l’océan Indien. Darius décida de s’occuper de ces Grecs qu’il trouvait embarrassants. Darius projetait d’anéantir Athènes pour éviter une nouvelle intervention. Darius pensa tout d’abord n’engager qu’une expédition punitive pour forcer Athènes à se soumettre. La menace perse Marathon

Artisanat en Grèce antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Atelier de potier, plaque corinthienne de 575-550 av. J.-C, musée du Louvre L'artisanat est en Grèce antique une activité économique importante mais largement dévalorisée, notamment parce qu'elle était censée être indigne d'un homme véritablement libre. Cependant, si les métèques et les esclaves étaient alors sans doute majoritaires parmi les artisans, on trouvait également nombre de citoyens dans les ateliers, notamment à Athènes, dont certains jouèrent un rôle économique et politique important du fait de leur richesse. Concrètement, l'artisanat correspond en Grèce antique à toutes les activités de transformation manufacturée de matières premières, agricoles ou non, aussi bien dans le cadre de l'oikos, de la chôra ou d'un atelier-boutique urbain (ergasterion) que dans celui d'ateliers de taille plus importante réunissant plusieurs dizaines de travailleurs. Statut de l'artisanat, statut de l'artisan[modifier | modifier le code]

La guerre du Péloponnèse Au bout d’un mois de dévastations dans l’Attique (incendies de fermes, destructions des récoltes, etc.), les hommes d’Archimados II se retirèrent (la flotte athénienne, pendant ce temps, s’attaquait au Péloponnèse.). Au cours des sept premières années de la guerre, les Spartiates dévastèrent l’Attique cinq fois. Thèbes, alliée de Sparte, parvint à prendre Platées (alliée d’Athènes.) en 431 avant Jésus Christ ; de son côté, Athènes, en 430 avant Jésus, parvint à prendre Egine. En juin 430, une épidémie de peste (il s’agissait en réalité de fièvre typhoïde.) frappa Athènes. La ville perdit alors le quart de sa population. En septembre, les habitants de la ville, démoralisés, démirent Périclès (qui avait fait des propositions de paix à Sparte.) de ses fonctions de stratège (il fut en outre poursuivi pour enrichissement personnel et fut condamné à payer une amende.). En 429 avant Jésus Christ, Potidée céda devant Athènes. C’est alors que les deux cités décidèrent de signer une trêve d’un an.

Monnaie grecque antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tétradrachme d'argent frappé par Athènes, vers 450 av. J.-C., revers : chouette à droite et tête de face, rameau d'olivier et croissant de lune, inscription ΑΘΕ. Les monnaies grecques antiques sont un témoignage à la fois abondant et varié de la civilisation grecque. Apparue en Asie mineure à la fin du VIIe siècle av. Techniques de fabrication[modifier | modifier le code] Fabrication des flans[modifier | modifier le code] Une fois le flan formé, il convient de le peser. Les coins[modifier | modifier le code] Revers d'un tétradrachme corinthien, vers 515 av. En plus du type principal, beaucoup de monnaies portent de petites marques en creux. La frappe[modifier | modifier le code] Nomos d'argent de Métaponte, vers 470-440 av. Les monnaies grecques sont frappées, le moulage restant exceptionnel[7]. L'opération requiert un certain soin de la part du monnayeur : d'abord, il faut bien aligner l'axe du coin de revers sur celui de droit.

La cité et la guerre CHAP 9... La cité et la guerre La guerre dans la Grèce classique est la forme la plus courante des relations entre cités. De fait, la plupart des cités consacre l'essentiel de leur politique extérieure à la préparation ou la conduite de la guerre. I] Pourquoi la guerre ? 1) Des raisons économiques : l'impossible autarcie On retrouve ici la contradiction entre l'idéal et la réalité de l'autarcie. 2) Raisons psychologiques : le goût de la compétition Pour les Grecs, la guerre est une activité de compétition. 3) Raisons politiques : la guerre, garantie de liberté Les Grecs éprouvent une passion pour la liberté, et l'indépendance absolue de la cité est considérée comme le fondement de son existence. II] La guerre, affaire de la cité Il n'y a pas d'autorité militaire qui ne soit distincte d'un pouvoir politique. le rôle des institutions et des magistrats rend bien compte de cette primauté. 1) Les institutionsa. b. 2) Les magistratsa. b. III] La guerre et le citoyen a. b. c. a. b. a. b. b. c. b.

Related: