background preloader

Ce samedi, les enfants ont cours de hacking

Ce samedi, les enfants ont cours de hacking
HacKIDemia fait partie de ces chouettes projets qui entendent renouveler la pédagogie des sciences et de la technologie en mettant au centre le (savoir-)faire, et qui puisent leur inspiration dans les valeurs des hackers, ces bidouilleurs créatifs et partageurs. Après une première édition à Paris en juin, HacKIDemia a bougé à Bucarest en Roumanie en septembre. À l’HacKIDemia, on n’apprend pas aux enfants à cracker le code de l’ordinateur de leurs géniteurs, non, on leur enseigne les sciences et la technologie par la pratique, en vertu du learning by doing cher aux hackers, ces bidouilleurs créatifs. Ce samedi, dans le cadre de l’Open World Forum (OWF), la deuxième édition française, co-organisée avec La Cantine/Silicon Sentier, proposera plusieurs ateliers pour mettre les menottes dans le cambouis, et aussi les grandes mimines des parents : conception de jeux vidéo, introduction à l’électronique avec le processeur Arduino et de la soudure, robot, graffiti, etc. Une bêta “magique”

"Le numérique à l'école, c'est à la fois le pire et le meilleur" "On n'est pas là pour s'abrutir devant des écrans." Sur les ondes de France-Inter, le ministre de l'Education, Vincent Peillon, commence la promotion de sa stratégie pour le numérique à l'école. Un projet "global" avec un budget de 10 millions d'euros et qui sera présenté ce jeudi 13 décembre. "Malgré la quinzaine de plans successifs, la France est en retard sur l'équipement et les usages dans les établissements" souligne Gilles Braun, le conseiller pour numérique de Vincent Peillon, au "Nouvel Observateur". "D'ailleurs, on a préféré le terme stratégie plutôt que celui de plan. C'est plus fort." "Réunir les conditions du succès" Concrètement, selon le ministre de l'Education, il s'agit de "favoriser le raccordement des établissements au très haut débit, faciliter l'équipement [tableaux interactifs, tablettes, manuels numériques...]. Au-delà de vouloir moderniser l'école, "il faut surtout que le numérique soit utile, qu'il serve à quelque chose". Eviter un "matraquage marketing"

Coding Goûter n'est pas un cours, n'est pas une leçon, et n'a pas de professeurs. Mais pourquoi ? La raison d'être du Coding Goûter c'est le plaisir de programmer ensemble À l’occasion des Coding Goûters, je publie une courte série d’article. Retrouvez-les sur ils.sont.la Coding Goûter est un événement mensuel où enfants et parents jouent avec des outils de programmation, des jeux et puzzles algorithmiques, des environnements de développement et une variété de languages. Alors, qu’est-ce que Coding Goûter a de si spécial? Les savoirs vont et viennent dans toutes les directions Au Coding Goûter enfants et adultes découvrent et apprennent ensemble, les uns des autres. C’est aussi une bonne occasion pour les adultes d’essayer de nouveaux outils et de réveiller leurs compétences en code, rouillées ou… inexistantes. Bidouillons donc ce ‘hello world’ ! Coding Goûter se nourrit du désir de décortiquer, de bricoler et de modifier les choses existantes. Choisir, c’est s’impliquer Nous aimons tous apprendre et travailler dur – quand nous choisissons notre propre projet !

La programmation pour les enfants: et pourquoi pas le code en LV3 ? Alors que l’informatique est omniprésente et que l’initiation –même superficielle– à la programmation semble plus nécessaire que jamais, son enseignement se raréfie et les salles de classe se vident petit à petit. Des mots, des conjonctions, des signes de ponctuation et des symboles mathématiques s’imbriquant dans un ordre mystérieux: voilà ce que voit un néophyte confronté à des lignes de code. Ce néophyte, c’est moi, c’est peut-être vous, c’est en tout cas la majeure partie de la population qui n’a pas été mise dans la confidence. Pourtant, les bases de la programmation informatique ont bel et bien été enseignées dans les lycées français. Aujourd’hui, alors qu’il existe une vaste typologie de langages, que l’informatique est omniprésente et que l’initiation –même superficielle– à la programmation semble plus nécessaire que jamais, son enseignement se raréfie et les salles de classe se vident petit à petit. Back to Basic Situation paradoxale Quiproquo, clichés and co. Une machine à penser

Le gouvernement veut développer les cours en ligne à l'université 01net. le 28/12/12 à 17h26 « Tous les cours magistraux qui sont dispensés dans des amphithéâtres bondés, dans de mauvaises conditions, tels les cours de médecine de première année, peuvent être remplacés par des cours en ligne », a fait valoir Geneviève Fioraso dans un entretien au quotidien Les Echos. La ministre de l'enseignement supérieur a engagé un projet "France université numérique" pour développer une offre de formation initiale et continue en ligne. Les détails de ce projet seront connus en février, a confirmé le ministère, ajoutant que le budget « n'est pas arrêté pour l'instant ». Parmi les premières mesures symboliques figure l'instauration d'un vice-président chargé du numérique qui siègera dans le conseil d'administration de chaque grande université, afin de développer l'enseignement supérieur en ligne. Les Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche prônaient « Une grande initiative nationale pour le développement de l'enseignement supérieur en ligne.

Thingiverse | #Birdhouse Challenge EmailShare 119EmailShare Birds need houses, and you, the 3D printing community, can be the ones to help. Enter the Thingiverse Birdhouse Challenge by designing a creative and functional birdhouse to shelter the newly-hatched! PRIZES | First Place Prize: One Eggbot, the open-source art robot that lets you draw on spherical or egg-shaped objects. TIME OF CHALLENGE | Thirty days. HOW | You upload a design for your unique birdhouse and the printing instructions to Thingiverse. JUDGING | Our panel of judges will subjectively pick a winning design based on functionality, printability and creativity. Please read the OFFICIAL RULES.

Apprendre le hacking - Techniques de base hacking / sécurité informatique Trade School: “Avec ou sans l’aide du gouvernement, la créativité et la passion doivent exister” | OuiShare | Intelligence & Action for the Collaborative Economy En seulement deux ans, des écoles basées sur le don ont fleuries partout dans le monde et sont désormais actives dans 15 villes et 10 pays, avec presque aucun encouragement de la part des fondateurs. Caroline Woolard, co-fondatrice de Trade School, discute au travers de cette interview de la croissance de ce projet, des défis et des opportunités que les fondateurs rencontrent lors de l’adaptation de leur idée à un public international. Cet article est une traduction d’un article original de Tal Beery sur Shareable.net ; traduit en français pour OuiShare par Carmen Bouyer et Rachel Arnould. En 2010, trois personnes ont eu l’idée folle de créer une école où les professeurs enseignent ce qu’ils veulent et où les étudiants “payent” les cours avec ce dont les enseignants ont besoin – des couverts, de l’art, des conseils – mais jamais avec de l’argent. Trade School New York. Qu’est-ce qui pousse les gens à démarrer une Trade School? Oui, tout à fait! Comment peut-on commencer une Trade School?

Fablab : 8 activités pour enfants et adolescents Quelles activités dans un fablab avec des enfants ? Nouvellement, sur le Wiki FabLabo initié par l’association PiNG (Nantes) un espace consacré aux animations pouvant être menées avec des enfants et des adolescents en fablab : FabLab Junior. Cette rubrique a été créée dans le cadre d’une stage d’initiation au bricolage et à la fabrication numérique pour les 11/16 ans qui s’est déroulé en mars 2014. Modules pédagogiques fablab pour les enfants Au programme : Initiation à l’électronique, au code créatif, à la soudure, sensibilisation au recyclage/récupération d’objets de matériaux. On y retrouve le carnet du route du stage avec ses objectifs pédagogiques, le déroulé des animations menées, des idées d’ateliers et des ressources complémentaires. Activités fablab pour enfants Projets Tests julien Rat Idées d’ateliers Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : Pays de la Loire Tags: adolescent, animation, enfant, EPN, fablab, pédagogie

Edito Nuit du Hack 2014 | www.nuitduhack.com An A+ student regrets his grades The purpose and meaning of education is widely misunderstood and wrongly presented. This is why the education system needs “reinventing, not reforming,” according to Harvard Innovation Education Fellow Tony Wagner. We’re creating a culture – reinforced by society and habitually drilled into students from an early age and well into their teens – that revolves around textbooks, lectures, GPAs and exams, where failing or not doing well are either unacceptable or wrongly considered a sign of weakness or a lack of intellect. Education is not confined to the walls of a classroom; it stretches well beyond that. This very issue took a toll on my own educational career, not in terms of academic performance, but other aspects considerably more important. Less than three years ago, I graduated high school. The system teaches us that if you get ‘As’ across the board, you’ll be successful. Information is propelled into students without teaching them how to practically utilize it.

Hackons l’école ! À l'occasion de la rentrée, OWNI hacke l'Education nationale. Pour se préparer au monde de demain, une autre pédagogie existe, celle des hackers. Les hackerspaces et les makerspaces, ces lieux physiques où se réunissent les hackers, « sont les écoles du futur ». Tel est le credo de James Carlson, fondateur de The School Factory [en] une association qui accompagne la création de ces endroits dédiés aux expérimentations électro-informatiques et au Do It Yourself (DIY, « fais-le toi-même »). Et il parle d’un futur très proche : « Que voulons-nous dire par le terme “école” en 2020 ? Les honneurs du ratage « Le premier qui a dix réponses justes reçoit un bon point. » Quel jeune élève n’a jamais entendu ce genre de promesses ? Le système actuel récompense les couards qui ne font pas d’erreurs. La pratique contre la théorie Le premier jour, ils nous ont regardés bizarrement, une élève est passée et nous a dit : “mon câble de console de jeu a été mangé par mon lapin, pourriez-vous me le réparer ?”

Tour de France du Numérique pour l'Éducation ou pour Microsoft ? Nous sommes en 2013 et nous n’avons toujours pas réussi à éradiquer ce triste symptôme qui frappe depuis des années l’Éducation nationale française, à savoir la marchandisation Microsoft de nos écoles et son malheureux corollaire : le déni volontaire du logiciel libre et de sa culture. Dernier exemple en date, cette initiative qui de prime abord semble tout aussi innocente que louable : le « Tour de France du Numérique pour l’Éducation ». Elle est ainsi présentée sur le site du projet : Le Café Pédagogique et le réseau SCEREN (CNDP-CRDP) sont heureux de vous inviter à l’étape du Tour de France du Numérique pour l’Éducation qui se tiendra dans votre région.Ce rendez-vous sera l’occasion de rencontres et d’échanges sur des pratiques pédagogiques innovantes autour du numérique. Déjà observons le look du site (Edit : Comme cela a été signalé dans les commentaires, l’image de la page en question a, tiens, tiens, changé depuis. Et un peu plus loin : Franchement, de qui se moque-t-on ?

Related: