background preloader

Comment le "drive" va révolutionner nos hypermarchés

Comment le "drive" va révolutionner nos hypermarchés
Le principe : on achète en ligne, puis on va chercher sa commande. A peine besoin de descendre de voiture. Et ça change tout ! Christophe Bacot n’est pas peu fier de son coup. Cet heureux propriétaire du Leclerc de Verdun vient d’ouvrir un deuxième point de vente dans le coin. Sur les plates-bandes d’un Cora et à une poignée de kilomètres du centre-ville et de ses supermarchés. Abonnez vous à l'édition digitale Related:  RETAIL : CROSS CANAL, MAGASIN DU FUTUR, MERCHANDISINGmarketing de service

La grande distribution se lance à la reconquête du consommateur Les grandes surfaces ne séduisent plus. Pour répondre aux attentes de leurs clients, elles se réinventent dans le fond et dans la forme. Tout sous un même toit et au prix le plus bas. Le 15 juin 1963, lorsque le premier hypermarché – un Carrefour – ouvre ses portes à Sainte-­Geneviève-des-Bois, en région parisienne, c’est la cohue. Cinq mille personnes se précipitent pour découvrir les 2 600 mètres carrés de produits frais, d’épicerie, de textiles et d’électroménager. Et déambulent dans les allées en poussant des chariots qui relèguent au musée le filet à provisions. Abonnez vous à l'édition digitale Le plan de Monoprix pour défendre sa culture - 1 Désormais sous contrôle total du Groupe Casino, l’enseigne branchée de centre-ville cherche à préserver ce qui fait son identité. Le 10 juillet dernier, les 21 000 collaborateurs de Monoprix ont poussé un grand ouf ! de soulagement. Ils ont appris ce jour-là qu’aucun de leurs magasins ne serait sacrifié. Du populo au bobo. L’enseigne occupe en effet une place à part dans la distribution fran­çaise. Conseil et proximité.

Supeco, l’arme secrète de Carrefour pour écraser la concurrence Le distributeur teste en Espagne un concept ultra-low cost ouvert aux professionnels comme aux particuliers. Un modèle qui cartonne et qui pourrait bientôt débarquer en France. Difficile d’être séduit quand on pénètre pour la première fois dans un Supeco, la nouvelle arme anticrise que Carrefour teste en Espagne. Un sol en béton brut, un toit façon hangar, un éclairage ­blafard, des produits présentés sur des palettes ou dans leurs cartons, et pas plus d’ani­mation com­merciale que de promotion. Le tout sur 2 000 mè­tres carrés dans un décor de magasin polonais des années 1980. Présentés à l’unité, conserves de légumes, pâtes, riz, détergents, couches pour bébé et bouteilles d’eau sont aussi vendus par paquets de 24, 36, 48, empilés sur des étagères qui s’élèvent jusqu’à 2,50 mètres. Format hybride.

Trouver le bon merchandising en grandes... - Produits Biologiques Comment distinguer un consommateur de produits bio d'un consommateur de produits conventionnels ? La réponse n'est pas évidente. Si le profil du premier était facilement identifié au début de l'ère bio, il ressemble de plus en plus à monsieur tout le monde aujourd'hui. Les acteurs développent de nouvelles recommandations d'implantation, mais il n'existe pas vraiment de règle type, plutôt deux écoles. La première, généralement celle adoptée par les marques spécialisées, préconise une implantation dans le rayon bio. Ainsi d'Alter Éco, qui du commerce équitable s'est orienté vers le bio (80 % des produits, avec pour objectif 100 % d'ici à un an). « Nous préférons être au rayon bio sous forme de " pavé ", car nos clients sont des écocitoyens. Si la majorité des marques bio préfèrent ce raisonnement, certaines, telle Hipp, optent pour la l'implantation au coeur des rayons conventionnels. « Nos consommatrices raisonnent par unités de besoin. Les distributeurs partagés Les enjeux Les reponses

Auchan va lancer des produits conçus par ses clients Le groupe de grande distribution Auchan va commercialiser début 2014 les premiers produits conçus par ses clients, et issus de son partenariat avec le site américain de "création collaborative" Quirky, a-t-il annoncé mercredi lors d'un point presse. Les quatre premiers produits, crées par des clients français d'Auchan, ont été sélectionnés par les internautes hexagonaux et américains mercredi soir. Il s'agit d'un pot de fleur sécable facilitant le rempotage, d'un support permettant de transporter les gâteaux en voiture sans les renverser, d'un système permettant de peser les aliments à partir d'un bol doseur, et d'une théière à durée d'infusion programmable. Il sont issus d'une sélection de sept produits, elle-même réalisée à partir de près de 800 idées proposées sur le site internet Quirky, dans ses versions américaines et françaises - cette dernière a été lancée fin septembre. Le principe est simple: toute personne ayant une idée de produit peut la soumettre sur le site Quirky.

Audace - Burberry entame sa détox Publié le 02 février 2014 Depuis 2011, Greenpeace lutte pour la désintoxication de la mode et du prêt-à-porter. Sur la toile et dans la rue, l’ONG marie viral et guérilla pour étendre l’audience de sa campagne mondiale « Detox », qui a déjà fait plier dix-huit grandes marques. Burberry est la dernière en date... Comment utiliser le pouvoir des réseaux sociaux pour gagner un combat éthique contre une marque de vêtements de luxe en deux semaines seulement ? Egalement dans l’œil du cyclone vert « Detox » - du nom de la campagne mondiale lancée par Greenpeace en 2011, une chemise de Burberry portée par le fiston Beckham pour les besoins d’une campagne haut de gamme en juin 2013. Immédiatement, le fabricant britannique réplique en défendant son respect des standards internationaux pour l’environnement et la sécurité. Déterminée à faire plier Burberry, l’ONG active son réseau de soutiens et implique parents et influenceurs de la mode dans le combat. Les Petits Monstres parlent aux grands

Les grandes surfaces misent sur le catalogue pour les produits blanc, brun, gris Pour la rentrée 2010, les grandes surfaces alimentaires (GSA) et les grandes surfaces spécialisées (GSS) ont investi 21 millions d'euros bruts dans les médias pour les produits blanc, brun et gris, soit un recul de 23% par rapport à 2009 (1) . Ces résultats ont été communiqués dans le PanoBBG®, étude sur l’activité média et hors média des grandes surfaces alimentaires (GSA), des grandes surfaces spécialisées (GSS), mais aussi des sites e-commerce. À travers cette étude réalisée par Le Site Marketing, spécialiste du marketing “come & buy”, l'étude s'intéresse à l'analyse quantitative et qualitative des investissements média et hors média pour les produits blanc, brun, gris (BBG) sur la période “Back to school” du 15 juillet au 12 septembre 2010. Parmi les résultats, Le Site Marketing révèle que le prospectus demeure l'outil-phare des rayons . Chaque enseigne, qu'elle soit de la GSA ou de la GSS, mène une stratégie particulière dans le choix du mix média/hors média . Méthodologie:

Leroy Merlin dope ses marges avec des produits malins - Dossiers - Enquêtes La chaîne nordiste a fait une percée au rayon ameublement du jardin. Son objectif : conquérir la clientèle urbaine qui cherche le confort en terrasse. On peut être réputé pour ses promos sur les perceuses et se donner des airs branchés ! Mi-février, Leroy Merlin dévoilait dans un loft de l’est parisien sa nouvelle collection d’accessoires de jardin, gentiment ­design, à des prix accessibles, comme cette chaise à 59 euros de sa gamme Feet Plug. Il s’agit d’une série de meubles en métal astucieux sur lesquels on fixe divers accessoires (tablette, parasol, lampe…). Leroy Merlin, adresse populaire s’il en est, s’entiche donc des bobos, car il lui faut «ratisser large». C’est en sep­tem­bre 2008 que le roi du bricolage a lancé son offensive.

Smart Flows repère les flux de clients en magasin C'est un peu le Google Analytics des magasins. La technologie mise au point par la jeune start-up Smart Flows permet d'analyser en temps réel les déplacements des clients dans un commerce en repérant leurs smartphones. Grâce à des capteurs qui récupèrent les signaux émis par les téléphones portables, l'outil de Smart Flows réalise une cartographie très précise des mouvements de personnes. Carrefour et le musée du Louvre équipés Présente au CES 2014 de Las Vegas, Smart Flows suit et analyse en temps réel les flux de personnes, offrant ainsi aux distributeurs un outil performant pour améliorer leur connaissance client. "Dans un magasin d'électronique et d'électroménager, on peut observer que sur 100 personnes visitant le rayon multimédia, 30 vont par la suite au rayon électroménager, et 70 au rayon télévisions, explique Nicolas Binet, co-fondateur de Smart Flows. Un outil qui a déjà séduit Carrefour, Gemo et même le musée du Louvre. S'inspirer du e-commerce Shopping connecté

Related: