background preloader

Jeune et surpoids

Jeune et surpoids
11 oct. 2012 - De très nombreuses enquêtes ou publications analysent la prévalence des problèmes de surpoids ou d’obésité chez l’enfant et chez l’adulte. Peu se sont intéressées à la population des 15-25 ans. Cette période entre la fin de l’adolescence et le début de la vie adulte est un moment critique de transition : prise d’indépendance, recherche du premier emploi, etc. En partant des recherches qui ont mis en évidence des facteurs d’obésité dans les habitudes de vie, Doing Good Doing Well, a réalisé avec Ipsos et Logica Business Consulting une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 jeunes âgés de 15 à 25 ans, interrogés du 15 au 25 septembre 2012, via l’Access Panel Online d’Ipsos. Un jeune sur 5 est en surpoids ou obèse. Près d’1 jeune sur 3 rencontre des problèmes de poids : 32% des jeunes ont un problème de poids : 19% sont en état de surpoids ou d’obésité et 13% sont en état de maigreur. Le phénomène de sous-évaluation des problèmes de surpoids est réel : Related:  Enquêtes nutritionnelles européennes

Obésité Dossier réalisé en collaboration avec Arnaud Basdevant, nutritionniste et chercheur, unité Inserm U872, Institut hospitalo-universitaire ICAN (Institute of cardiology metabolism and nutrition), Paris, président du Plan National Obésité 2010-2013 - Janvier 2014. © Fotolia Maladie de l’adaptation aux récentes évolutions des modes de vie, l’obésité résulte d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Ce déséquilibre aboutit à une inflation des réserves stockées dans le tissu graisseux qui entraîne elle-même de nombreuses complications. L’obésité concerne aujourd’hui la quasi-totalité de la planète, y compris de nombreux pays émergents : selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 35 % des adultes dans le monde sont atteints d’obésité ou de surpoids. Mesurer l’excès de masse grasse Le diagnostic de l’obésité passe notamment par le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC), méthode qui reste à ce jour le seul moyen simple pour estimer la masse grasse d’un individu.

OMS EUROPE 09/12/10 25–70% of adults in Europe are overweight In most countries in the WHO European Region, overweight and obesity are increasing in adults. A study of the most recently available national data reveals that 25–70% of adults are overweight, depending on the country; 5–30% are obese, and 41% do not engage in any moderate physical activity in a typical week. Overweight and physical inactivity contribute to the explosion in noncommunicable diseases in Europe. Speaking in Brussels at a high-level conference on monitoring and evaluation of European Member States’ strategies on nutrition-, overweight- and obesity-related issues on 8 December 2010, Zsuzsanna Jakab, WHO Regional Director for Europe, identified common challenges for countries and partners. She noted the close links between obesity and social disadvantages, particularly relating to education. Delivering for Diabetes in Europe Overweight and physical inactivity contribute to the alarming levels of diabetes mellitus in Europe.

EFSA 18/12/09 L'EFSA émet des orientations relatives à la collecte des données sur la consommation alimentaire nationale Nouvelle 18 décembre 2009 L’EFSA a émis des orientations sur les méthodes et les procédures à respecter lors de la collecte des données sur la consommation alimentaire au niveau national. Ce document contribuera à harmoniser la collecte des données sur les apports nutritionnels à l’échelle européenne. La publication de ce document constitue un premier pas important vers la préparation d’une enquête paneuropéenne sur la consommation alimentaire intitulée « Au menu des Européens » (Menu UE) que l’EFSA propose de lancer en 2012. L’enquête répondra au besoin de disposer de données détaillées et harmonisées sur la consommation alimentaire, données essentielles pour améliorer la précision et la fiabilité des estimations d’exposition et, par conséquent, des évaluations des risques réalisées par les groupes scientifiques de l’EFSA et d’autres experts à travers l’Europe. General principles for the collection of national food consumption data in the view of a pan-European dietary survey

PLOS 21/10/14 Psychological Determinants of Consumer Acceptance of Personalised Nutrition in 9 European Countries Objective To develop a model of the psychological factors which predict people’s intention to adopt personalised nutrition. Potential determinants of adoption included perceived risk and benefit, perceived self-efficacy, internal locus of control and health commitment. Methods A questionnaire, developed from exploratory study data and the existing theoretical literature, and including validated psychological scales was administered to N = 9381 participants from 9 European countries (Germany, Greece, Ireland, Poland, Portugal, Spain, the Netherlands, the UK, and Norway). Results Structural equation modelling indicated that the greater participants’ perceived benefits to be associated with personalised nutrition, the more positive their attitudes were towards personalised nutrition, and the greater their intention to adopt it. Conclusion Figures Editor: Fabio Lucidi, University of Rome, Italy Received: June 17, 2014; Accepted: September 15, 2014; Published: October 21, 2014 Introduction Table 1.

BMC 20/01/15 Major dietary patterns and risk of frailty in older adults: a prospective cohort study (étude espagnole) Research article Luz M León-Muñoz12*, Esther García-Esquinas12, Esther López-García12, José R Banegas12 and Fernando Rodríguez-Artalejo12* * Corresponding authors: Luz M León-Muñoz luz.leon@uam.es - Fernando Rodríguez-Artalejo fernando.artalejo@uam.es Author Affiliations 1 CIBER of Epidemiology and Public Health (CIBERESP), Arzobispo Morcillo, s/n 28029, Madrid, Spain 2 Department of Preventive Medicine and Public Health, School of Medicine, Universidad Autónoma de Madrid/IdiPaz, Arzobispo Morcillo, s/n 28029, Madrid, Spain For all author emails, please log on. BMC Medicine 2015, 13:11 doi:10.1186/s12916-014-0255-6 Published: 20 January 2015 Abstract Background There is emerging evidence of the role of certain nutrients as risk factors for frailty. Methods This is a prospective cohort study of 1,872 non-institutionalized individuals aged ≥60 years recruited between 2008 and 2010. Results Over a 3.5-year follow-up, 96 cases of incident frailty were ascertained. Conclusions Keywords: close

FOOD_DTU_DK 12/03/15 Positive trends in the Danish diet More fish and vegetables and less sugar-sweetened soft drinks are some of the new trends that contribute positively to the Danish diet. These are some of the findings of the latest Danish national diet survey conducted by the National Food Institute, Technical University of Denmark. The latest Danish national survey of diet and physical activity shows that Danes are closer to meeting some of the official dietary recommendations. Nearly 4,000 people have participated in the national survey from 2011-2013. More fish and vegetables "It is actually quite simply: By following the well-documented, official dietary guidelines it is possible to achieve a healthy diet." Most Danes eat vegetables every day and the proportion of the diet that vegetables account for has increased almost 20 percent since the last diet survey from 2003-2008. Average consumption of fish has also increased, particularly in the adult diet which contains approximately 14 grams more fish per day. Fewer empty calories

INFLUENCIA 30/10/15 Infographie : quelles sont les habitudes alimentaires des Européens ? Tendances Quand on parle de gastronomie européenne, on s’attend à ce que les italiens mangent des pâtes, les Français du steak ou les Anglais du fish’n chips. Mais au-delà des clichés, que consomment vraiment les Européens ? La start-up Foodora s’est penchée sur la question via une infographie sur nos habitudes alimentaires. « Dis-moi de quel pays tu viens, je te dirai ce que tu manges. » Si sur le papier l’affaire semble entendue, la réalité réserve parfois quelques surprises. Autre enseignement, les Français sont de vrais escargots à table, avec un temps passé par repas égal à 135 minutes. Cover : Masayuki Ishikawa

EURACTIV 14/11/14 Le régime alimentaire occidental favorise les maladies chroniques Le mode de vie occidental augmenterait les cas de diabètes, d’obésité et de cancer, mais aussi les rejets de CO2, selon une étude américaine. Adopter un nouveau régime alimentaire pourrait inverser cette tendance, selon les scientifiques. Le régime et le mode de vie à l’occidentale ont été une nouvelle fois pointés du doigt dans une récente étude publiée par la revue scientifique Nature, qui examine l’évolution des habitudes alimentaires des habitants dans les 100 pays les plus peuplés de 1961 à 2009. L’étude montre que les tendances alimentaires ont évolué en fonction de l’augmentation des revenus et de l’urbanisation. Elle révèle une occidentalisation des régimes alimentaires, avec une plus grande ingestion de viande, de graisse et de sucre, selon l’analyse. >> Lire aussi : INFOGRAPHIE : classement mondial sur l’alimentation Dans le même temps, l’étude révèle que l’élevage bovin, mais aussi halieutique, ont un impact négatif sur l’environnement. Un mode de vie insoutenable

Ann Agric Environ Med 2018;25(1):176–181 Differences in physical activity and nutritionand silhouette-related behaviours in male and female students in selected European countries Differences in physical activity and nutritionand silhouette-related behaviours in male and female students in selected European countries Introduction:As indicated by the WHO, lifestyle plays a unique role in human health, which in turn is determined to a great extent by physical activity and nutrition. It must be borne in mind that physical activity should be systematic and regulated by an age-appropriate exercise intensity. All this indicates that learning about students’ lifestyle, with a particular focus on physical activity is vital as it these young people who aspire to the role of the future elites. Objective:The aim of the study is to evaluate the level of physical activity, nutrition- and silhouette-related behaviours of male and female students to assess the relationships between these variables in students from the Visegrad Group countries. Results:Physical activity was significantly higher in male than female students.

Related: