background preloader

Journée mondiale de l'eau, 22 mars

Journée mondiale de l'eau, 22 mars
« En cette Journée mondiale de l’eau, engageons-nous à élaborer les politiques qui garantiront un accès durable à l’eau et à l’énergie au plus grand nombre et non pas seulement à quelques privilégiés. » Eau et énergie sont des ressources étroitement liées et interdépendantes. La production et la transmission de l’énergie requiert l’utilisation de ressources en eau, en particulier pour les sources d’énergie hydroélectrique, nucléaire et thermale. Inversement, environ 8% de l'énergie globale générée est utilisée pour le pompage, le traitement et le transport de l'eau pour les usagers. En 2014, l’ONU s’intéresse avant tout à la relation entre eau et énergie, en particulier en termes d’inégalités dont souffrent majoritairement le 'milliard des plus démunis', qui habite dans des bidonvilles et zones rurales pauvres et survit sans eau potable ni nourriture suffisante ni même accès à services sanitaires et énergétiques adéquats. Rejoignez-nous et diffusez vous aussi ces messages!

http://www.un.org/fr/events/waterday/

Related:  Environnement - BiodiversitéL'eau, ressource essentielle

Les changements climatiques pourraient anéantir les progrès sanitaires Les changements climatiques pourraient anéantir les progrès sanitaires des cinquante dernières années en augmentant la survenue d'événements climatiques extrêmes, comme des vagues de chaleur, des tempêtes, des inondations ou des sécheresses, avertit mardi un comité d'experts. "Le changement climatique est désormais une urgence médicale", relève le Pr Hugh Montgomery, de l'University College de Londres, qui a coprésidé la commission mise en place par la revue médicale britannique The Lancet. Selon cette commission, le contrôle des émissions de carbone pourrait avoir de nombreux bénéfices pour la santé en réduisant la pollution de l'air qui favorise diverses pathologies respiratoires et cardiovasculaires. Les travaux de la commission interviennent alors que des négociations sur le climat se poursuivent au niveau international en vue d'un accord espéré à la fin de l'année à Paris.

L’eau "bien public régional" dans un territoire transfrontalier d’Amérique centrale Les frontières sont souvent regardées comme des "cicatrices de l'histoire", mais les régions frontalières et transfrontalières peuvent tout autant être considérées comme des "passerelles" facilitant les processus d'intégration régionale. Dans ces régions toutefois, les conflits sur l'utilisation des eaux transfrontalières constituent une réelle difficulté. À travers le monde, les exemples abondent pour illustrer de tels conflits : les tensions entre Turquie, Syrie et Irak à propos du partage des eaux de l'Euphrate; ou les tensions entre le Mexique et les États-Unis pour les eaux des fleuves Colorado et Rio Grande [1]. En Amérique centrale, le cas du bassin du rio Lempa, partagé par les Républiques du Guatemala, du Honduras et de El Salvador, est certes beaucoup moins connu.

L’Inde ne sait plus gérer son eau L’eau potable est une ressource de plus en plus rare sur la planète pourtant bleue. Le 20 mars 2015, c’est à New Delhi, en Inde, que l’ONU a lancé un appel pour une gestion rigoureuse de l’eau. L’Inde qui, avec la Chine, est le pays qui surexploite le plus les nappes phréatiques. L’Inde souffre d’une urbanisation incontrôlée qui attaque directement les réserves d’eau. Les villes grandissent au détriment des lacs. L’eau abondante de la mousson file à la mer et rien n’est récupéré, se désole Sushmita Sengupta, un membre du Center for Science and Environment.

Europe : les multinationales peuvent désormais breveter le vivant C'est une décision de la Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets datée du 25 mars 2015 qui a permis de faire avancer "la cause" des multinationales sur le brevetage du vivant . A la question "si l'on découvre un lien entre une séquence génétique existant naturellement dans une plante cultivée et un caractère particulier de cette plante, peut-on devenir propriétaire de toutes les plantes qui expriment ce caractère" , la Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets a répondu …"oui". Un changement très important du droit

Image à la une : eau pure, eau polluée, le Gange à Varanasi (Inde) Ablutions religieuses et séchage d’habits sur les ghâts de Varanasi Date de la prise de vue 21 novembre 2014 Géopolitique de l'eau Les problèmes géopolitiques autour de l’eau ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Si des tensions existent autour du partage des ressources des grands fleuves, ce sont des questions plus politiques qui structurent les espaces de l’eau : concurrence ville-agriculture, pollution des nappes phréatiques et réfugiés climatiques. Vers une pénurie mondiale ? Les constats de départ sont terribles : plus d’un milliard d’hommes n’a pas accès à l’eau potable ; chaque jour 3 000 personnes meurent pour avoir consommé de l’eau polluée ; dans le bassin de la mer d’Aral, une mer détruite par la surexploitation des deux fleuves qui l’alimentaient en eau, les taux de mortalité infantile atteignent 118 ‰, l’un des plus élevés au monde (en France il est de 3,6 ‰).

Les taux d'extinctions récents d'espèces sont sans précédent La preuve est irréfutable: C'est ce que des chercheurs concluent dans une érude résumée sur le site de ScienceAdvances L'humanité a commencé à détruire des espèces à un rythme accéléré, initiant un épisode d'extinctions sans précédent depuis 65 millions d'années. Si le rythme d'extinction actuellement élevé continue, les humains seront bientôt privés de nombreux avantages de la biodiversité. « Si on permet que cela continue, la vie pourrait mettre plusieurs millions d'années à s'en remettre, et notre espèce même disparaîtrait probablement assez tôt », a précisé Gerardo Ceballos, de l'université autonome de Mexico.

La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques L’ONU appelle, à l’avant-veille de la journée mondiale sur l’eau, à économiser cette précieuse ressource. Sans quoi le monde devra faire face à un déficit hydrique de 40 % dès 2030. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo Y aura-t-il demain assez d’eau pour tous sur notre planète ? Théoriquement oui, mais il est urgent de changer « radicalement » la façon de l’utiliser et de la partager, prévient l’Organisation des Nations unies (ONU) dans son rapport annuel 2015 sur l’or bleu, qu’elle a rendu public vendredi 20 mars, à l’avant-veille de la journée mondiale de l’eau. Sinon, au rythme actuel, « le monde devra faire face à un déficit hydrique global de 40 % » dès 2030, écrivent les experts du Programme mondial des Nations unies pour l’évaluation des ressources en eau.

Un purificateur d'eau révolutionnaire fabriqué avec... des paquets de chips Un nouveau dispositif à bas coût mis au point par des étudiants australiens pourrait permettre aux communautés éloignées de Papouasie-Nouvelle-Guinée d’accéder à l’eau potable. Le purificateur léger et facile à monter se compose de matériaux économiques comme des paquets de chips vides. Avez-vous déjà partagé cet article?

Related: