background preloader

Locavore : Je mange LOCAL - Dispositif national de valorisation des productions locales : Le locavore

Locavore : Je mange LOCAL - Dispositif national de valorisation des productions locales : Le locavore
L’incroyable enjeu du « local » Comment ne pas se réjouir du développement de ce nouveau rapport à l'alimentation, qui redonne au « consomm’acteurs » le pouvoir sur son assiette ! L’éthique du Petit Producteur a toujours contenu, au-delà de l’identification du producteur sur ses étiquettes (traçabilité et transparence) le « manger local et de saison » (« je mange local », ou « direct producteur », etc.) Les consommateurs, peu ou prou éco-responsables , souhaitent aujourd’hui privilégier et manger des produits locaux et de saison (tous les aliments, ou presque, doivent avoir parcouru moins de 160 km pour arriver dans les assiettes). Comme ils ne sont pas des intégristes, ils s’autorisent, bien sûr, des exceptions dites «de Marco Polo » (sel, poivre, épices, fruits exotiques, café, thé, spécialités régionales ou produits de la mer, etc. qu’ils ne trouvent pas à proximité). La motivation des locavores est variée et légitime : Comment sont acheminés les fruits et légumes ? .

http://www.jemangelocal.fr/locavore.asp

Related:  Réactance psychologiqueConsommer localréaction des consommateurs

Journée Mondiale Sans Achats, le 23 novembre Aujourd’hui le caddie est devenu un véritable totem dans les sociétés occidentales. Notre niveau de satisfaction dépend généralement de son niveau de remplissage et nous lorgnons toujours avec envie sur les caddies plus remplis que le notre. J’achète donc je suis devient le credo des accros de la carte de crédit. Cinq applis pour consommer local Vous êtes locavores ou souhaitez le devenir ? Voici cinq applications sur lesquelles vous pourrez compter dans n’importe quelle situation pour trouver les meilleurs producteurs locaux ! Keldelice, les bons plans du terroir du Crédit Agricole Cette application propose un très grand choix d’endroits où trouver les meilleurs produits du terroir avec pas moins de 10 000 producteurs, tous géolocalisés. Décroissante, pirate ou séduisante : quels sont les nouveaux visages de la consommation ? L'ObSoCo avait réuni dans son cercle, mardi 21 janvier 2014, à l'Université Paris-Diderot un ensemble d'économistes renommés afin d'échanger sur la fin d'une société de consommation. Le lieu idéal pour assister à la juxtaposition de grilles de lecture et de controverses sur la transition en marche. Voilà donc un petit panorama de différents visages que le monde académique donne à la consommation d'aujourd'hui. Une consommation qui pirate Les nouveaux modes de consommation sont-ils issus de la crise ou reflètent-ils une tendance de fond ? Mais à la différence des années 1990 (on se souvient de la grogne altermondialiste de l'époque et des mouvements d'ONG contre les négociations de l'OMC à Seattle), la critique du système s'accompagne d'un désir de changement de l’intérieur du système, « et c'est la première fois que cela s'exprime ainsi , souligne l'économiste, par ailleurs vice président du Modem et député européen.

No Logo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. No Logo : la tyrannie des marques (No Logo: Taking Aim at the Brand Bullies) est un livre de la journaliste canadienne Naomi Klein, paru en janvier 2000. C'est un livre de référence de l'altermondialisme. Sujet[modifier | modifier le code] À travers quatre parties intitulées Zéro espace, Zéro choix, Zéro boulot et Zéro logo, Naomi Klein dresse un état des lieux de la société de consommation.

La bio en France : Agence Bio En 2016, la bio renforce sa croissance Au 30 juin 2016, l’agriculture biologique en France comptait : • 31 880 producteurs, soit + 10 % par rapport à fin 2015. • 14 300 opérateurs de l’aval (transformateurs, distributeurs et importateurs), soit + 6 % par rapport à fin 2015. En fin d’année 2016, la SAU est estimée à plus de 1,5 millions d’hectares, ce qui représente un accroissement de plus de 20% des surfaces conduites selon le mode biologique par rapport à 2015. Produire et consommer local Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. Pourquoi produire et consommer local ? Le secteur du transport est une source de pollution importante. Le transport des marchandises en fait partie : transport par avion de produits frais tels que les fruits exotiques, transport par routes...

No Logo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. No Logo : la tyrannie des marques (No Logo: Taking Aim at the Brand Bullies) est un livre de la journaliste canadienne Naomi Klein, paru en janvier 2000. C'est un livre de référence de l'altermondialisme. Les chiffres de la consommation responsable Pour la huitième année consécutive, l’étude « Les Chiffres de la consommation responsable 2015 » a pour objectif de rendre visible et lisible l’évolution de la consommation responsable sur différents marchés: alimentation, énergie, transports, et même ... finance et tourisme ! Au delà des intentions affichées par les consommateurs dans les enquêtes et sondages, nous voulons rendre compte du « passage à l’acte », en analysant les chiffres effectives des ventes (en volume et en valeur, dans l’hexagone) de produits et services responsables, sur tous les marchés possibles. Les grandes tendances de cette année montrent que si certains secteurs sont en repli (les pompes à chaleur et les transports en commun par exemple), cela est loin d’être représentatif de l’ensemble du marché de la consommation responsable qui progresse sur un très grand nombre de secteurs.

Il est désormais interdit de boycotter On a les victoires qu’on peut : Michèle Alliot-Marie a, il y a quelques mois, par une simple circulaire, commis un attentat juridique d’une rare violence contre l’un des moyens les plus anciens et les plus efficaces de la contestation des Etats par les sociétés civiles, à savoir le boycott. Le 12 février, la Chancellerie a eu cette idée extraordinaire selon laquelle tout appel au boycott des produits d’un pays n’était qu’une «provocation publique à la discrimination envers une nation», punie d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Le ministère demande aux procureurs de la République d’assurer une répression «ferme et cohérente» de ces agissements.

7 idées pour consommer local et pas cher ENVIRONNEMENT - Consommer local n'a jamais eu autant le vent en poupe. Comme le souligne la blogueuse Anne-Sophie Novel, "manger local, c'est retrouver un lien au temps, aux saisons, aux saveurs." En fait, consommer local, c'est retrouver le bon goût des vacances chez mamie, ses confitures, ses tartes au coing, le marché aux fleurs... Consommer local a pour avantage de favoriser les circuits courts: plutôt que d'acheter un yaourt dont l'emballage vient d'Angleterre et les ingrédients de Bulgarie, on l'achète au marché, à un laitier qui a fait lui-même son produit.

Associations de consommateurs - Les associations de consommateurs 15 associations de consommateurs nationales agréées sont à votre service pour vous représenter et vous défendre (voir la définition). Outre leurs activités au plan national (études, recherches, représentations dans de multiples instances officielles ou privées, information et formation des consommateurs), les mouvements sont présents au niveau local à travers de très nombreuses associations. Elles sont issues de 3 grands mouvements différents : - mouvement familial : le Cnafal, la CNAFC, La CSF, Familles de France, Familles Rurales, regroupés au sein de l'Unaf ; La consommation des produits bio a progressé en France en 2012 Cette conscience environnementale croissante est en harmonie avec la montée en puissance de l’agriculture biologique en France. 64% des Français ont consommé bio en 2012 et la part des consommateurs réguliers (au moins une fois par mois) s’élève à 43% alors qu’elle était de 37% en 2003 et de 40% en 2011. 8% des Français sont des « Bio quotidiens », ce sont les plus assidus. 15% des Français sont des « Bio hebdos », c’est à dire qu’ils mangent bio au moins une fois par semaine. 20% sont des « Bio mensuels » : ils consomment des produits bio au moins une fois par mois. Enfin, 21% des Français sont des « Bio occasionnels », ils consomment bio de temps en temps.

Related: