background preloader

Participations

Participations

Cynthia Fleury, singularités plurielles On le sait : «Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui tous ont été remplacés.» Mais c’est à une distance sidérale de ce genre d’évidences ou de clichés que se situe les Irremplaçables. Pour saisir le propos qu’y déploie Cynthia Fleury, professeure à l’American University de Paris, il faut plutôt songer à cette formule du Canadien Christopher Hodgkinson : «Personne n’est indispensable, chacun est irremplaçable.» Exprimé théoriquement, le thème de l’essai est le «processus de subjectivisation», autrement dit l’individuation, non pas au sens d’un individualisme, mais de cette irremplaçabilité des individus qui «protège la démocratie contre ses dérives entropiques» et sans laquelle «l’Etat de droit n’est rien». Régulation. Si elle se réfère circonstanciellement à Jankélévitch ou Foucault, Arendt, Günther Anders, Gramsci, Walter Benjamin, Kant et d’autres, il faut dire que cette recherche, Fleury la conduit en des termes nouveaux et surprenants. Désapprentissage.

Le financement participatif peut-il bâtir des villes Le financement participatif (crowfunding ou « financement par la foule ») est un marché en pleine expansion, expliquait le rapport de Crowdsourcing.org. Les 452 plateformes de financement participatif dénombrées dans le monde en avril 2012 ont récolté 1,1 milliard de dollars de fonds en 2011 pour les projets qu’elles accueillaient – dont plus de la moitié pour des projets hébergés par des plateformes européennes. Comme quoi, le modèle du financement participatif n’est pas un phénomène uniquement lié aux modes de financement anglo-saxons, que l’on dit traditionnellement plus sensibles au mécénat et à la prise de risque que l’Europe. Peut-être parce qu’en fait ce financement participatif fonctionne plutôt de plus en plus comme un système de prévente que comme un système de prise de risque ? Image : Répartition des 450 plateformes de crowfunding dans le monde selon le rapport de Crowdsourcing. Kickstarter en ses limites Image : page d’accueil du site Kickstarter. L’urbanisme Kickstarter

Une post-démocratie aux airs de prérévolution Nous vivons, en France et en Europe, une époque de post-démocratie. Les citoyens n’ont plus de véritable pouvoir de contrôle sur leur devenir. Leurs manifestations sont méprisées et leur vote falsifié. Depuis 2005, les peuples européens savent qu’ils ont face à eux des pouvoirs financiers plus puissants que leur misérable affirmation symbolique et morale. Le traité de Lisbonne a ainsi enterré Kant et son «véritable enthousiasme pour le droit» comme «aspiration morale du genre humain». A ce titre notre post-démocratie pourrait ressembler à la prérévolution. L’abbé Sieyès, dans «Qu’est ce que le tiers état» affirmait en effet : «Qui donc oserait dire que le tiers état n’a pas en lui tout ce qu’il faut pour former une nation complète ? Or l’on sait que ce tiers état représentait 98 % de la population… Sieyès écrit l’hiver 1789 où se préparent encore des cahiers de doléances et les élections des députés aux Etats généraux. Aujourd’hui, le changement peut aussi passer par la subversion.

Search We crowdfund civic projects... find out more about spacehive x close s Discover new projects Switch to map view Search projects Showing 1 to 6 of 277 projects ... The Flyover Liverpool Merseyside Status: Collecting funds Category: Civic Space, Something Different We want to turn a concrete flyover into an amazing urban park for Liverpool - a vibrant place full of life, trees, shops, exhibitions & joy. Axiom Arts Gloucestershire Status: Fundraising Category: Art & Performance, Something Different Raising funds for the Axiom arts co-operative in Cheltenham, reclaiming spaces as creative places. Spacehive blog ... Treat your area to a Spring makeover

« Nos sociétés sont post-démocratiques » Bien qu’elle soit francophone, Chantal Mouffe est encore peu connue en France. Il est vrai que cette philosophe politique belge a choisi de travailler en Angleterrre, où elle a théorisé une gauche "post-marxiste". Son ouvrage fondateur est Hégémonie et stratégie socialiste, co-écrit avec Ernesto Laclau (publié en français aux éditions Solitaires intempestifs). Ses analyses ont notamment inspiré les porte-paroles du parti espagnol Podemos. Voir la vidéo de l’entretien avec Chantal Mouffe « Notre proposition fondamentale est de repenser le socialisme en termes de radicalisation de la démocratie. (…) Aujourd’hui, il faut d’abord récupérer la démocratie. On ne peut pas parler d’émergence de gauche radicale, parce que cette gauche radicale a toujours existé (…) . On nous dit qu’il n’y a pas d’alternative à l’ordre néo-libéral. (…) Mais on peut imaginer une contre-hégémonie, il y a toujours des alternatives. » Vous avez aimé cet article ? Lire aussi : L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie

Raidlight – Partageons l’expérience Trail Social Media + Interactive Digital Wall = Civil Debate at U. of Florida In the Florida Gubernatorial Election of 2010, only 8 percent of 18- to 29-year-olds voted. "Eight percent means that this generation has no voice with our political leadership," said Ann Henderson, director of the Bob Graham Center for Public Service at the University of Florida. "That's a problem to me." This generation of millenials doesn't participate in democracy the way previous generations did. While nothing's wrong with these actions, their communities need them to participate in more traditional forms of civic engagement, including voting, going to city council meetings and volunteering, Henderson said. With a new digital platform called The Wall, the Bob Graham Center for Public Service hopes to engage students in civil debates about economy, politics, and domestic and foreign policy. How The Wall works On The Wall, students answer yes or no questions, defend their response in 140 characters or less and reply to other students' answers. The search for consensus

Related: