background preloader

1937, exposition internationale dea arts et techniques

1937, exposition internationale dea arts et techniques
Les visiteurs sont surtout interpellés en 1937 par le face-à-face de deux bâtiments imposants, au pied du Trocadéro, le pavillon du IIIème Reich et le pavillon soviétique, achevé pour sa part plusieurs jours après l’inauguration. Le pavillon l’URSS, surmonté de sculptures colossales. « L’ouvrier et la kolkhozienne » semblent défier l’aigle nazi qui surplombe la place de Varsovie (ça ne s'invente pas!) . Les Allemands avaient attendu que le pavillon soviétique soit achevé pour finaliser le leur, ajoutant au dernier moment une dizaine de mètres à la hauteur prévue pour placer l'aigle nazi dominant les Soviétiques. Boris Iofan supervisa les travaux du pavillon soviétique dès 1933. Sur le projet d'origine, il avait eu l'idée de placer au sommet de son bâtiment une statue de Lénine, de 50 à 70 mètres de haut. Photos de Richard Napier -USA- 1982 Le model de travail au rapport 1/15. L'assemblage de la statue a eu lieu en Mars 1937 dans la cour de l'usine à Moscou. Le Géorgien au fond du puit!

http://www.expositions-universelles.fr/1937-exposition-internationale-urss.html

Related:  L'ouvrier et la kolkhozienneHistoire des Arts à la Cité scolaire Jean Jaurès : les oeuvres

303-3. Staline, la propagande et le culte de la personnalité - En complément... L’hymne national De 1944 à 1961, l’hymne soviétique change : ce n’est plus l’Internationale, mais un hymne en hommage à Staline : Ainsi le 2e couplet : A travers les orages rayonnait le soleil de la liberté Et le grand Lénine a éclairé notre voie. Staline nous a inculqué la fidélité à l’égard du peuple, Et nous a inspirés le travail et les exploits. Après 1961, une fois les crimes de Staline dénoncés par son successeur, Nikita Khrouchtchev, les références à Staline disparaissent et le texte devient : A travers les orages rayonnait le soleil de la liberté Et le grand Lénine a éclairé notre voie.

La Joconde La Joconde [ image principale ] est le portrait le plus célèbre au monde. L’identité du modèle est régulièrement remise en question, mais on admet généralement qu’il s’agit d’une dame florentine, prénommée Lisa, épouse de Francesco del Giocondo. Le nom Giocondo a été très tôt francisé en Joconde, mais le tableau est aussi connu sous le titre de Portrait de Monna Lisa, monna signifiant dame ou madame en italien ancien. Une longue histoire avec la France C’est probablement entre 1503 et 1506 que Francesco del Giocondo commande le portrait de sa jeune épouse à Léonard qui réside alors à Florence. Mais il ne l’a certainement jamais eu en sa possession.

Fiches d'histoire des arts - Le blog de equipe d'histoire-géographie et ed.civique TITRE DE L’ŒUVRE D’ART : LA ROCHELLE (J. Vernet) - Auteur : Joseph Vernet « Strophes pour se souvenir » de Louis Aragon : Pistes pédagogiques - Poètes en résistance - Centre National de Documentation Pédagogique Louis Aragon, « Strophes pour se souvenir » Pistes pédagogiques En 1955, à l’occasion de l’inauguration d’une rue « Groupe Manouchian » à Paris, Louis Aragon écrit le poème « Strophes pour se souvenir », dans lequel il rend hommage à ces résistants « étrangers » arrêtés par les Allemands et fusillés le 21 février 1944. Onze ans après la fin du conflit, l’heure n’est plus à la lutte mais au devoir de mémoire. Le titre du poème annonce de manière claire le projet de lecture : il s’agit d’utiliser la forme poétique (« Strophes ») afin de lutter contre l’oubli et la banalisation du mal (« pour se souvenir »). Le poème s’inscrit ainsi dans la grande tradition littéraire des oraisons funèbres, à l’image de Bossuet en son temps ou de Malraux qui, quelques années plus tard, lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon, prononce un discours poignant.

Afficher le sujet - L'ouvrier et la kolkhozienne histoire de l'art Bonjour, je viens de travailler sur l'œuvre L'ouvrier et la kolkhozienne pour mon passage à l'oral de l'histoire des arts et il manque des choses car ce n'est pas assez long mais je ne sais pas ce qu'il manque, pourriez vous m'aider à compléter mon exposé. Merci d’avance. voila ce que j'ai fais : Cette œuvre se nomme l’ouvrier et la kolkhozienne. Elle a été réalisée en 1937 par Véra Mukhine pour l’exposition universelle à Paris. Véra Mukhine est considérée par les dirigeants au pouvoir comme « une artiste du peuple de l’URSS » donc une artiste officielle du régime Stalinien en effet son art respecte l’idéologie de Staline.

Langston Hughes (1902-1967) Le poète et écrivain Langston Hughes, né dans le Missouri en 1902, figure majeure de la Harlem Renaissance, voyagea en Europe dans les années 20. Il séjourna notamment à Paris et fut accueilli par l’ancien pilote devenu jazzman Eugène Bullard qui le fit engager en février 1923 comme aide-cuisinier et aide-serveur dans son cabaret de Pigalle Le Grand Duc. Il fait allusion à ce séjour dans son ouvrage The Big Sea (1940) vidéo : Langston Hughes lit un de ses plus célèbrtes poèmes, The Weary Blues (1925) pour une chaîne de télévision de Vancouver (CBUT) accompagné par des musiciens de jazz (1958) Droning a drowsy syncopated tune,Rocking back and forth to a mellow croon,I heard a Negro play.Down on Lenox Avenue the other nightBy the pale dull pallor of an old gas light He did a lazy sway . . .He did a lazy sway . . .

L’ouvrier, la kolkhozienne et les africains... L’actualité de la semaine écoulée et une petite recherche documentaire m’ont conduit à essayer d’approfondir un sujet particulier aujourd’hui. Epiphénomène ou évènement, l’inauguration du « Monument pour la renaissance africaine » à Dakar le 3 avril a suscité chez moi comme chez nombre de personnes, journalistes et analystes de la vie public, des interrogations. Essayons de rentrer dans une analyse de cette œuvre monumentale se voulant être le symbole de notre bien-aimé continent, s’extirpant de l’obscurantisme avec force et se projetant vers un avenir meilleur… Monuments, périodes et symboliques comparées Avant toute chose, un petit rappel historique, assez troublant d’ailleurs…

Le chant des partisans » La p@sserelle -Histoire Géographie- Avant les vacances, les élèves de 3ème du collège Waldeck Rousseau ont reçu une information concernant l’épreuve de l’Histoire des arts intégrée dans le nouveau Brevet des collèges. Pour vous aider à vous y retrouver, je vous propose une explication simple de cette épreuve et de ses objectifs. L’histoire des arts : qu’est-ce que c’est ? Pour « donner toute sa place à l’éducation artistique et culturelle », l’histoire des arts doit être enseignée aux collégien(ne)s dans toutes les disciplines et plus particulièrement en Histoire, en Education musicale et en Arts plastiques. Il ne s’agit pas seulement de travailler sur la peinture ou la sculpture. Tous les modes d’expression artistique peuvent être l’objet d’une étude : le poème, la chanson, le design, la bande dessinée, la photographie, une pièce de théâtre, … L’objectif de cet enseignement est de vous forger une culture riche de plusieurs influences et de vous ouvrir l’esprit.

L'Ouvrier et la Kolkozienne Bonjour camarade! :-) je suis également surpris de cette "disparition". Je suis passé au VDNKh (VVTs offociellement maintenant) il y a 10 jours et je n'ai pas trouvé la sculpture! Un ami m'a dit qu'il serait question de la remettre prochainement. 21 février 1944 - L'Affiche rouge Le 21 février 1944, les murs de Paris se couvrent de grandes affiches rouges. Elles font état de l'exécution au mont Valérien de 23 « terroristes » membres d'un groupe de FTP (francs-tireurs partisans), qualifiés d'« armée du crime ». Le chef de ce groupe de résistants s'appelle Missak (Michel) Manouchian. Il est né en Arménie 36 ans plus tôt et a perdu son père dans le génocide arménien. Quand il arrive en France, en 1924, il apprend le métier de menuisier et adhère au syndicat communiste, la CGTU. Il écrit par ailleurs des poèmes et se consacre à la littérature et à l'étude.

L'Ouvrier et la Kolkhozienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire de la sculpture[modifier | modifier le code] Panorama du site de l'exposition de 1937 depuis le Palais de Chaillot : le pavillon de l'Allemagne nazie surmonté d'un aigle, à gauche, fait face à celui de l'Union soviétique surmonté de L'Ouvrier et la Kolkhozienne. L'affiche rouge De nombreux étrangers présents en France avant la guerre, en particulier ceux qui avaient fui le fascisme et la tyrannie dans leur pays, y compris des Allemands, se sont engagés dans la Résistance en France. L’épisode de l’Affiche rouge est là pour rappeler la grandeur de leur engagement et leur martyre. Les structures clandestines

Related: