background preloader

Un gros astéroïde "frôlera" la Terre début 2013

Un gros astéroïde "frôlera" la Terre début 2013
Related:  science : L'univers

Les « Géminides », l'une des plus belles pluies d'étoiles filantes de l'année © Via Flick’r et NASA.Pic d’activité des “Géminides” dans la nuit du 13 au 14 décembre. Un nouvel essaim météoritique pourrait également faire son apparition. La nuit du 13 au 14 décembre devrait être l'une des plus animée de l'année en terme d'étoiles filantes ! Une moyenne de 120 météores par heure pourrait fendre le ciel durant cette nuit. Cet essaim météoritique actif entre le 7 et le 17 décembre de chaque année, se nomme les "Géminides" car son radient se situe dans la constellation des Gémeaux (Gemini), non loin de l'étoile Castor. © Via Flick’r et NASA. Un premier pic pourrait se produire vers 21 h (le 13) tandis que les Gémeaux prennent de la hauteur et un second autour de 01 h 50 (le 14 donc). D'après plusieurs spécialistes, un nouvel essaim météoritique pourrait faire son apparition ces jours-ci. © Via Flick’r et NASA.Position du radient de l’essaim météoritique des « Géminides » © Via Flick’r et NASA.Nouvel essaim météoritique dont le radient pourrait être dans les Poissons

Un astéroïde de 500m a croisé la Terre Jeudi 14 juin, des astronomes australiens ont annoncé qu’un gros astéroïde passerait vendredi pas très loin de la Terre, et serait filmé à l’intention des internautes qui pourront l’observer sur un site web. C'est il y a quelques jours à peine que l'équipe d’astronomes et d’astrophysiciens de l'Université nationale australienne dirigés par Rob McNaught a découvert l'objet : un astéroïde prêt à "frôler" la Terre. Baptisé 2012 LZ1, celui-ci mesurait pas moins de 500 mètres de largeur et devait selon les calculs croiser ce vendredi, notre planète bleue, à une distance avoisinant tout de même les 5,38 millions de kilomètres (soit 14 fois celle nous séparant de la Lune). Il n'y avait donc pas de réel danger pour nous. Avez-vous déjà partagé cet article?

Histoires d'impacts Histoires d'impacts Fréquence des impacts météoritiques (IV) D'un point de vue statistique les impacts sont des processus aléatoires, tant dans l'espace que dans le temps. Car non seulement un corps de quelques kilomètres de diamètre peut s'écraser demain sur Terre mais plusieurs d'entre eux frôlent périodiquement notre planète à courtes distances. Quand on discute du risque d'impact météoritique avec l'homme de la rue et même avec certains chercheurs, jusqu'il y a peu le public souriait gentillement et se moquait des scientifiques. En mars 1993, le couple Shoemaker et David Levy de l'Observatoire Jamac découvrirent grâce au télescope du Mont Palomar une comète en chapelets, Shoemaker-Levy 9 qui, selon toute vraisemblance avait été secouée par un événement majeur. En juillet 1994, tous les amateurs et les professionnels assistèrent comme prévu à son impact sur la planète géante. C'est alors qu'on réalisa que ce qui s'était produit là-bas sur Jupiter pouvait se produire sur Terre...

Astéroïde Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un astéroïde est un petit corps du Système solaire composé de roche, de métaux et de glace, de forme irrégulière et dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à plusieurs centaines de kilomètres[1]. On suppose que les astéroïdes sont des restes du disque protoplanétaire qui ne se sont pas regroupés en planètes pendant sa formation. Certains astéroïdes croisant l’orbite de la Terre (appelés géocroiseurs) sont considérés comme objets potentiellement dangereux, à cause du risque de collision, et sont surveillés par des systèmes automatisés. Premières découvertes[modifier | modifier le code] Selon la loi empirique de Titius-Bode, formulée en 1766 par Johann Daniel Titius et divulguée par Johann Elert Bode, une planète aurait dû graviter entre Mars et Jupiter. La majorité des découvertes d’astéroïdes se font dans la zone comprise entre Mars et Jupiter, et appelée la ceinture d’astéroïdes (ou ceinture principale). pour Cérès,

Observez en direct le passage de l’astéroïde ! La Terre va de nouveau être « frôlée » par un astéroïde. Un gros caillou de 2,7 km de diamètre va en effet passer près de notre planète ce vendredi soir aux alentours de 22h30. Baptisé 1998 QE2, cet astéroïde ne représente aucun danger puisqu’il devrait passer à environ 5,8 millions de kilomètres de notre planète, soit à peu près 15 fois la distance Terre-lune. Publicité Les scientifiques, eux, en profiteront pour l’étudier de plus près. « L'astéroïde 1998 QE2 est une cible de grand intérêt pour le radio télescope de Goldstone en Californie et le télescope d'Arecibo à Porto Rico, car nous espérons obtenir des images de haute résolution qui pourront révéler un grand nombre de caractéristiques de sa surface » indique l’astronome Lance Benner, responsable du radar de Goldstone au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena en Californie.

Cinq mille astéroïdes nous menacent, dit la Nasa Le télescope spatial Wise, qui a fonctionné de septembre 2009 à février 2011, a réalisé l'estimation la plus précise à ce jour du nombre d'astéroïdes potentiellement dangereux pour la Terre (PHA pour Potentially hazardous asteroids). © Nasa Cinq mille astéroïdes nous menacent, dit la Nasa - 2 Photos Au sein des agences spatiales, les astéroïdes sont un réel sujet de préoccupation. L'étude de ces vestiges du Système solaire est désormais une priorité pour la Nasa qui veut y envoyer des astronautes. Et que dire de la Chine et autres entrepreneurs privés qui réfléchissent à la façon de les exploiter à des fins commerciales... Si à l’échelle du temps humain la probabilité d’une collision d’un astéroïde avec la Terre est proche de zéro, elle est certaine à l’échelle de l'histoire géologique. Si la fin du monde, que certains pronostiquent en décembre 2012, devait se produire, ce ne sera pas à la suite de la collision d’un astéroïde géant avec la Terre. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

List of Earth-crossing minor planets Diagram showing different asteroid paths. The yellow band marks the Earth's orbit; the red line marks the asteroid's path.Outer-grazer(†): middle, bottomCrosser: right, bottom Close approach trajectory of 2004 FH in the Earth–Moon system An Earth-crosser is a near-Earth asteroid whose orbit crosses that of Earth as observed from the ecliptic pole of Earth's orbit.[1] The known numbered Earth-crossers are listed here. Those Earth-crossers whose semi-major axes are smaller than Earth's are Aten asteroids; the remaining ones are Apollo asteroids. An asteroid with an Earth-crossing orbit is not necessarily in danger of colliding with the Earth. Having a small MOID is not a guarantee of a collision. Of the Earth-crossing asteroids, 3753 Cruithne is notable for having an orbit that has the same period as Earth's. List[edit] Notes: † outer-grazer See also[edit] References[edit] External links[edit]

Astéroïdes Un astéroïde est une petite planète dont les dimensions ne dépassent pas quelques centaines de kilomètres. Entre Mars, la dernière des planètes telluriques, et Jupiter, la première des géantes, s'étend une grande lacune qui partage en deux le système solaire. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la découverte d'une relation numérique connue sous le nom de loi de Titus-Bode, qui donne empiriquement les distances relatives des planètes au Soleil, amena les astronomes à envisager la présence dans cette lacune d'une planète encore inconnue. C'est ainsi que se constitua, à l'instigation de J. Depuis 1848, il ne s'est pas passé d'année sans nouvelle découverte. Les autres, dont la trajectoire reste encore imparfaitement connue, sont désignés seulement par un nombre indiquant l'année de leur découverte et de deux lettres exprimant la date de leur première observation. Certains astéroïdes toutefois s'écartent notablement de la zone dans laquelle la plupart restent cantonnés. L'allemand W.

La comète Panstarrs arrive Jusque-là réservée aux habitants de l'hémisphère Sud, la comète Panstarrs promet un beau spectacle dans le ciel boréal du soir. Dès le 12 mars 2013, il faut la chercher à l'œil nu et aux jumelles dans le crépuscule. Panstarrs a rendez-vous avec la Lune La date à retenir est le 13 mars. Ce soir-là, la comète Panstarrs se situe à seulement 16° du Soleil. Nous avons donc une chance de la voir percer les lueurs du crépuscule, d'autant que sa luminosité devrait être comparable à celle d'une étoile brillante. Pour les spécialistes, sa magnitude est de l'ordre de 1,5 à cette date. Paré de sa lumière cendrée, il devrait renforcer la beauté du spectacle. A l'œil nu ou aux jumelles Si vous ne la voyez pas à l'œil nu, cherchez la comète aux jumelles. Il est impossible de dire exactement ce qui sera visible ou pas car les prévisions sont toujours très incertaines pour une comète. Cette carte est valable pour Clermont-Ferrand. Panstarrs dans un ciel noir Le 16 mars 2013, Panstarrs prend de la hauteur.

L’astéroïde Itokawa a livré ses secrets L'astéroïde Itokawa photographié par la sonde Hayabusa. Photo JAXA. On ne donnait pas cher de sa peau de titane et de Kevlar, souvenez-vous : la petite sonde japonaise Hayabusa, après sa rencontre tumultueuse avec l’astéroïde Itokawa, en 2005, était revenue sur Terre, le 13 juin 2010, en bien mauvais état. Au coeur de Hayabusa, une capsule étanche, sensée contenir des minéraux collectés sur le petit astéroïde. Sauf que personne n’y croyait vraiment : le contact avec l’astéroïde, le 26 novembre 2005, s’était soldé par un choc brutal, suivi d’une panne d’un moteur, d’une fuite de carburant, de la perte des communications… et c’est bien par miracle que des poussières minérales d’Itokawa sont rentrées, au moment du choc, dans son système de collecte… en panne ! La surface d'Itokawa vue de très près par Hayabusa. Ce sont, en tout, 1534 minuscules échantillons de poussière minérale qui ont été trouvées par les chercheurs japonais dans la capsule de Hayabusa. Ce n’est pas tout. Serge Brunier

Astéroïde Apophis : la Russie prévoit une sonde pour protéger la Terre La Russie pourrait envoyer une sonde voler en formation avec l'astéroïde Apophis ou se mettre en orbite autour de lui. L'objectif serait d'étudier son histoire, sa nature, sa composition et déterminer avec exactitude les paramètres de son trajectoire. © Astrium Astéroïde Apophis : la Russie prévoit une sonde pour protéger la Terre - 2 Photos L’Académie des sciences russes vient de dévoiler une feuille de route ambitieuse qui s’étend sur plusieurs années. Guère échaudés par l'échec des deux dernières missions martiennes, Phobos-Grunt en 2011 et Mars 96 en 1996, les membres de cette académie souhaitent que la Russie prépare le retour de l’Homme sur la Lune par l’envoi, à partir de 2020, de missions robotiques de surface, précurseurs aux premières missions habitées. Toutefois, ce qui retient le plus l’attention est le lancement d’un satellite à destination d’Apophis, un astéroïde de près de 300 mètres de diamètre connu pour être l’objet le plus menaçant pour la Terre. Sur le même sujet

Les astéroïdes, une épée de Damoclès À l’heure où les grands Tyrannosaurus rex carnivores chassaient et où les énormes Diplodocus paissaient tranquillement, un astéroïde se dirigeait à toute vitesse vers la Terre. La violente collision qui s’ensuivit dispersa des centaines de milliards de tonnes de débris et engendra un gigantesque incendie. Le jour devint nuit. Et si le scénario se répétait ? Chris Butler/Science Photo Library/Cosmos L'auteur Robert ROCCHIA et Éric ROBIN sont physiciens au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (CEA/CNRS), à Gif-sur-Yvette. Compléments Le 30 juin 1908 une énorme explosion a retenti dans les immensités sibériennes du bassin de la Tongouska, 800 kilomètres au nord-ouest du lac Baïkal. Aucun cratère n'a été identifié, et son absence a ouvert la voie aux hypothèses les plus folles, de la destruction d'un vaisseau spatial extraterrestre à l'explosion thermonucléaire en passant par la chute d'un bloc d'antimatière. Une origine volcanique de l'iridium ?

La désintégration mystérieuse d'un astéroïde a été observée par deux astronomes «Voir cet objet tomber en morceaux devant nos yeux était vraiment surprenant», commente David Jewitt, professeur d'astrophysique à l'Université de Californie à Los Angeles, qui a conduit ces observations. C'était «vraiment bizarre», renchérit Jessica Agarwal, une astronome du Max-Planck Institute en Allemagne, co-auteur de cette recherche. Un nuage de poussières d'un diamètre proche de celui de la Terre Cet astéroïde désintégré, initialement répertorié comme «P/2013 R3», avait été détecté pour la première fois le 15 septembre 2013 et décrit alors comme un objet inhabituel avec une apparence floue. Des observations faites 15 jours plus tard avec le télescope Keck sur le mont Mauna Kea à Hawaii ont révélé trois objets se déplaçant ensemble dans un nuage de poussières d'un diamètre proche de celui de la Terre. Quatre fragments mesuraient jusqu'à 200 mètres de rayon Une accélération de sa vitesse de rotation Une source abondante de météorites dans l'avenir J.M. avec AFP

Un astéroïde menace de frapper Mars Crédit : Nasa/JPL Vue d'artiste indiquant l'angle sous lequel l'astéroïde 2007 WD5 devrait se prés [...] traduction réalisée par Didier Jamet publié sur Ciel des Hommes le 22-12-2007 Des astronomes dont les travaux sont financés par la NASA suivent en ce moment de très près la trajectoire d’un astéroïde nommé 2007 WD5. « En ce moment 2007 WD5 se trouve à peu près à mi-chemin entre la Terre et Mars et se rapproche de la planète Rouge à une vitesse d’environ 45 000 km/h » confirme Don Yeomans, directeur du bureau des objets géocroiseurs au JPL. Il y a aujourd’hui une chance sur 75 pour que 2007 WD5 vienne à entrer en collision avec Mars. Une telle collision pourrait libérer une énergie équivalente à l’explosion de 3 mégatonnes de TNT, soit 200 fois plus que l'explosion de la bombe atomique larguée sur Hiroshima.

Related: