background preloader

HFEA - Fertility, Infertility, IVF, Embryo research - Human Fertilisation & Embryology Authority

HFEA - Fertility, Infertility, IVF, Embryo research - Human Fertilisation & Embryology Authority

TECHNION FRANCE • Lettre d'information Juillet 2009 Link1, Link2, Link3, Link4 Nouvelles du Technion et de l’ATF A NOTER DANS VOS AGENDA Evénement annuel Technion France 7 et 8 décembre 2009. ‘Le Technion relève les défis de la Croissance par l’Innovation’ : Mardi 8 décembre au Collège de France. Voir programme Lundi 7 décembre, Soirée de Gala, Palais Brongniart, ‘Le Technion fête 85 ans d’Innovation’ en présence des professeurs Hubert Reeves et Henri Atlan, du nouveau Président du Technion, le professeur Peretz Lavie et de nombreuses personnalités françaises et israéliennes. Inscription et réservation : technion@wanadoo.fr ou au 01 40 70 13 28 Conférence du Président du Technion, le professeur Yistzhak Apeloig à Lyon L'UE attribut 6 millions d'euros à un group menant des recherches sur maladie dégénérative musculaire rare Renault dévoilera son prototype de la voiture électrique conçue pour l'infrastructure de ‘Better Place’ à Frankfurt Le Professeur Anath Fischer décorée Honoris Causa par le Président italien Prof. Prof. Prof.

Danielle Tarantola By Daily Mail Reporter Updated: 16:48 GMT, 12 January 2012 A distraught dog lover had her beloved pet cloned so that she could be with him even after he had died. New Yorker Danielle Tarantola paid an incredible $50,000 for the procedure using pet Trouble's DNA to create another dog exactly the same as the first. She named the new pup Double Trouble after she contacted the world's only animal cloning company in South Korea. Double Trouble: The cloned pup may only a few months old but already he is living the same life as Trouble, in this photo the little pup is dressed as an angel, complete with halo. Clone ranger: Trouble dressed as an elf at Christmas time, his DNA has since been cloned by his New York owner And she said of her new pooch: 'I really can see no difference between them. Weeks later, the surrogate went into labour and Danielle watched the birth by webcam from her home in the U.S. Danielle first heard of the Asian cloning company in 2005 when Trouble was still alive.

Dossier d'information : Entretien avec… Marc Peschanski, directeur scientifique de l’I−Stem (unité Inserm 861) au Genopole® d’Evry © Inserm, Marc Peschanski Marc Peschanski (I−Stem, unité Inserm 861) Il y a quatre ans à peine, la loi de bioéthique était votée, autorisant par dérogation en France les recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines (hES). Quelle place occupe aujourd’hui la recherche sur ces cellules porteuses de grands espoirs médicaux ? Dans notre pays, la recherche sur les cellules hES a commencé il y a très peu de temps, légalement à partir de début 2005. Dans ce domaine, où se situe la France par rapport aux autres nations étrangères ? La recherche française dans ce domaine affiche un retard considérable par rapport aux autres pays développés comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni, qui ont des années de recul, de formation et de résultats derrière eux. Comment expliquer ce retard de la recherche française ? Le retard législatif français a été dramatique pour la création des équipes et la formation générale des chercheurs, qui ont dû attendre 2005 pour commencer leurs travaux.

Marc Peschanski, Directeur de l'Institut des cellules souches Spécialisée en géopolitique, stratégie, défense, histoire des religions au Moyen-Orient et en Afrique, elle collabore à FRANCE 24 depuis 2007 et présente l'Entretien. Ex-auditrice de l’IHEDN, elle a été reporter pour Radio France, France 3 et TV5.

Research using human embryonic stem cells by raviii May 7

Related: