background preloader

Pourquoi le e-learning ne marche pas

Pourquoi le e-learning ne marche pas
Les pass-word et login rebutent les utilisateurs Les ressources proposées sont de qualités inégales Les produits sur étagère n’apportent pas toujours de plus-value significative Les produits e-learning se périment vite Les réseaux et terminaux ne sont pas au niveau des solutions proposées Les ressources proposées sont fermées et peu accessibles Les dispositifs proposés sont trop complexes à maîtriser pour une variété d’acteurs Les apprenants ne persistent pas dans l’apprentissage, il ne sont pas automones Les formateurs, ingénieurs ou conseillers formation ne proposent pas l’offre. Suivre ce blog Utilisez notre Reader et abonnez-vous aux meilleurs articles de ce blog !

E-learning et blended-learning XEnvoyer cet article par e-mail E-learning et blended-learning XEnvoyer cet article par e-mailE-learning et blended-learning Le e-learning pur et dur est largement supplanté par le mix formation à distance et présentiel L’e-learning est à la peine en France. L’e-learning pur, désormais has been ? Le concept de blended learning ne se limite donc pas uniquement à un mix entre présentiel et e-learning. En somme, du présentiel en passant par le distanciel ou les outils communautaires et de communication, le blended-learning n’a pas son pareil pour mixer l’ensemble des ingrédients. Après l’e-learning Pendant de longues années, la formation présentielle traditionnelle, vaste terrain de jeu ancré dans une culture française forte de la formation académique, a dominé. Rapidement, de nombreux salariés se sont montrés réfractaires à ce type d’apprentissage à distance. Panacée ? Le blended permet également de penser l’apprentissage comme un processus dans le temps. Par Pierre-Jean Leca

Présentation webconference fffod_120320_vf Où va l'E-Learning ? Dans les établissements d'enseignement supérieur européens, l'e-learning progresse et bien peu d'universités désormais ne proposent pas au moins de la formation mixte associant enseignement en présence et à distance. En Afrique, les universités publiques et privées outrepassent leurs difficultés techniques et organisationnelles pour accroître l'usage des outils numériques de gestion et proposer un nombre croissant de cours et diplômes en ligne. Nécessité fait loi, dira t-on : quand on ne peut décidément plus ajouter un seul étudant dans l'amphi bondé, il faut bien trouver de nouvelles modalités de distribution des cours. Aux USA, plus de la moitié des élèves de secondaire ont déjà suivi un cours en ligne. Mais l'avenir du e-learning se profile ailleurs, dans le mélange bientôt inextricable de la présence et de la distance. Illustration : Mihail Jershov, Shutterstock.com Ces profs devenus populaires... en donnant leur cours ! 21 septembre 2013 Scénario arborescent pour e-learning de qualité

Du e-learning au Digital Learning : on y arrive ! La meilleure façon de démarrer le le e-learning dans l’entreprise… c’est de procéder a minima ! Il faut en effet que cette démarche réponde à une vraie problématique de l’entreprise ou de l’un de ses départements. Idéalement, il faudrait même aller au-delà, en s’assurant que l’objectif poursuivi par cette introduction du e-learning est bien aligné sur la stratégie de l’entreprise. Du coup la question posée est celle du choix des premiers projets à « e-learniser »… Impossible ici de faire l’économie d’une analyse approfondie des besoins de formation, qui permettra au Responsable e-learning de prendre en compte les impératifs de formation, comme la nature et la maturité technologique du public à former, les ressources documentaires et humaines existantes, l’éventuelle articulation avec d’autres modalités de formation… Principe à respecter, quel que soit le résultat de cette analyse, et compte tenu des moyens à mobiliser : tout mettre en œuvre pour convaincre les sponsors du projet !

Quel ROI attendre de l’e-learning? L’e-learning peut devenir très rentable par rapport au présentiel, malgré des investissements de départ relativement élevés. Dans une stratégie e-learning, une variété de coûts disparaissent ou sont atténués par rapport au présentiel: la gestion des salles de cours, les déplacements des apprenants, leur hébergement éventuel, ainsi que la rétribution des formateurs – à laquelle se substitue toutefois la rémunération des tuteurs, proportionnelle, celle-ci, au nombre d’apprenants. A l’inverse, la diffusion des cours e-learning nécessite des équipements (postes utilisateurs ou tablettes, réseau et bonne bande passante, …). Mais même le coût de cette infrastructure s’amenuise progressivement eu égard au coût des supports de cours, depuis l’essor du cloud et des logiciels à la demande (saas). En bref, on peut circonscrire les coûts spécifiques au présentiel aux postes suivants: Comment calculer le ROI d’une formation e-learning? Contexte et demande Ce qui détermine le ROI de l’e-learning?

Formation blended (mixte): chacun cherche son mix Tout le monde est d’accord: l’unité temps-action- lieu est finie, place aux dispositifs de formations mixant plusieurs modalités, en différents temps, sur différents lieux. Mais comment décider du meilleur « mix »? Les réalisations des lauréats des récents E-Learning Excellence Awards nous donnent des pistes pour répondre. Ainsi que l’affirme Magali ARTECHE, chef de projet des E-Learning Excellence Awards, les dossiers déposés cette année par les candidats reflétent une grande maturité. Les « parties »: utiliser au mieux chaque modalité pour répondre aux objectifs visés,Le « tout »: veiller à la cohérence du dispositif, de l’amont à l’aval. Premier enseignement, à la lecture des projets: il n’y a pas un , mais plusieurs mix. Un mix? Il y a le mix modalités, bien sûr, pour lequel il me semble que les choix peuvent être répartis ainsi: Le présentiel ne se limite pas au stage, il peut intégrer des conférences, par exemple. Le mix accompagnement L’accompagnement est en soi une modalité.

_Guide_LMS_comment_choisir_sa_plateforme Tribune Blended learning : la formation multimodale à destination des populations nomades par Olivier Ferhat Pour répondre aux besoins découlant des modifications de l’organisation du travail en entreprise, la formation a pris le pli des nouvelles technologies. En associant e-learning et formation en présentiel, qu’elle soit physique ou virtuelle, le blended learning a recours à l’apprentissage multimodal pour fournir une pédagogie adaptée à l’environnement de l’apprenant. Le e-learning a longtemps rassemblé tout ce qu’il pouvait y avoir de digital dans la formation. Apprendre à distance, grâce à de nouveaux supports, a même été, un temps, voué à supplanter la formation classique (celle des salles de formation en entreprises). Or aujourd’hui, il existe une multitude de champs de possibilités collectives et digitales comme les web conférences ou les classes virtuelles, à intégrer dans la notion de e-learning. C’est ce qu’offre le blended learning, en réunissant des activités de formation dites « synchrones » et « asynchrones ». Le "mobile learning" prépare l’avenir Olivier Ferhat

La procrastination et la formation à distance par Sandrine Fischer * La procrastination, du latin procrastino, signifie « renvoyer à demain ». Ce comportement toucherait, selon une revue de littérature réalisée en 2010 par Ruti Gafni et Nitza Geri de l’Université Libre d’Israël, entre 46 et 95% des étudiants de licence. La procrastination pose tout particulièrement problème dans les programmes de formation à distance, où du fait d’une plus grande liberté d’horaires, les apprenants ont tendance à reporter jusqu’au dernier moment les devoirs et révisions. Ils consacrent parfois leur temps en ligne à des activités n’ayant pas de rapport avec leur formation, délaissant ainsi leurs échéances académiques. Un article de synthèse publié dans la revue Computers in Human Behavior montre que les personnes qui procrastinent ont parfaitement connaissance et conscience des échéances qui leur sont demandées, mais elles repoussent le démarrage des tâches perçues comme difficiles, fastidieuses, inintéressantes ou ennuyeuses. Recommandations

E-learning, les 5 alertes de Meirieu Avec l'avènement du numérique, les pédagogues ont dû relever plus d'un défi. Comment intégrer les nouvelles technologies aux apprentissages ? S'agit-il d'une simple amélioration de l'existant, d'une plus-value qui rehausse la qualité de l'enseignement et de la formation ou carrément d'une refonte de nos prestations face à une génération hyper connectée ? Enrichissement du présentiel, hybridation des contenus, FAD, e-learning, applications portables et autres tablettes, réseaux sociaux etc., autant d'outils, de pratiques et d'usages qu'institutions et enseignants ne peuvent plus ignorer sans risquer d'être décalés par rapport au cours actuel des choses. Mais faut-il s'en convaincre encore, il y a toujours débat dans le milieu universitaire autour de la question pédagogique, notamment lors de la conception et mise en oeuvre de projets e-learning. Meirieu et le numérique : méfiance E-learning et pédagogie peuvent (vraiment) faire bon ménage Références :

Related: