background preloader

Brain Structure Mirrors the Universe

Brain Structure Mirrors the Universe
ONE IS ONLY micrometers wide. The other is billions of light-years across. One shows neurons in a mouse brain. The other is a simulated image of the universe. Mark Miller, a doctoral student at Brandeis University, is researching how particular types of neurons in the brain are connected to one another. An international group of astrophysicists used a computer simulation last year to recreate how the universe grew and evolved. What struck me about this is not the similarity between neuron and universe, though it’s striking — rather it’s the continuity of parallels one finds whenever one looks into the structures of nature. From Hermetics to the Tao of Physics — A Universe of Parallels “As above, so below,” goes the Hermetic belief — “That which is Below corresponds to that which is Above, and that which is Above, corresponds to that which is Below, to accomplish the miracles of the One Thing”. “I had several discussions with Heisenberg. Subjective and Objective, Physiology and Veda Related:  cerveauastronomieSciences de la Terre et de l'Univers - A Classer

Neurosciences Peu de gens sont plus qualifiés que Matthieu Ricard pour parler de la collaboration entre science et bouddhisme. Formé à la biologie moléculaire et moine bouddhiste depuis plus de trente-cinq ans, il a énormément contribué au dialogue de plus en plus fécond entre scientifiques et pratiquants bouddhistes et il est fréquemment le sujet d’expériences scientifiques sur la méditation. Il explique ici certaines des découvertes qu’ont permises ces expériences et leurs implications pour l’avenir. En 2000, une rencontre exceptionnelle eut lieu à Dharamsala, en Inde. Lors de cette rencontre, un matin, le Dalaï-Lama déclara : « Toutes ces discussions sont fort intéressantes, mais que pouvons-nous vraiment apporter à la société ? Un bienfait global Les méditants expérimentés ont la faculté d’engendrer des états mentaux précis, ciblés, puissants et durables. Il n’y a pas d’âge pour changer Le Dalaï-Lama décrit souvent le bouddhisme comme étant, avant tout, une science de l’esprit.

Un trou noir hors norme découvert dans une galaxie lointaine Des astronomes pensent avoir découvert le plus gros trou noir jamais observé, un monstre doté d'une masse équivalente à 17 milliards de fois celle de notre Soleil, tapi au cœur d'une lointaine galaxie. Ce trou noir est si gigantesque qu'il représente 14 % de la masse totale de sa galaxie, contre seulement 0,1 % habituellement. Une proportion tellement élevée qu'elle pourrait contraindre les spécialistes à réviser leurs théories sur la formation des galaxies, estiment-ils. Le monstre "NGC 1277" est situé à 220 millions d'années-lumière de nous, dans une galaxie dix fois plus petite que notre Voie lactée. La gueule du trou noir est énorme : onze fois plus large que l'orbite de la planète Neptune autour du Soleil. "C'est vraiment une galaxie insolite", résume dans un communiqué Karl Gebhardt, de l'université du Texas à Austin. NGCC 1277 est à coup sûr le deuxième plus gros trou noir identifié, et il pourrait bien ravir la première place du classement.

Les trous noirs supermassifs se formeraient à partir d'une graine Si l’hypothèse se confirme, voici à quoi peuvent ressembler les « graines de trous noirs supermassifs ». Un immense nuage de gaz s’effondrant sur lui-même. © Nasa, CXC, M. Weiss Les trous noirs supermassifs se formeraient à partir d'une graine - 2 Photos Des trous noirs supermassifs, il y en aurait quasiment au cœur de chaque grande galaxie de l’Univers. Beaucoup, comme Sagittarius A*, tapi au centre de la Voie lactée, n’affichent que quelques millions de fois la masse du Soleil et d’autres (le plus souvent au sein de galaxies dominant des superamas) sont hypermassifs : des boulimiques de plusieurs milliards de masses solaires (le record est à 21 milliards). Tous ont grandi avec leurs galaxies-hôte, se régalant du gaz qu’elles renferment et dévorant des étoiles qui passent par là. Mais leur croissance rapide intrigue les astrophysiciens. Les graines de trous noirs supermassifs Des candidats qui ont le bon profil À découvrir en vidéo autour de ce sujet : À voir aussi sur Internet

How Neurons Work Neurones miroirs (I) Une découverte monumentale mais ignorée En 1996, Giacomo Rizzolatti, neurologue de l’Université de Parme, fit la surprenante découverte des neurones miroirs. Une découverte qui, bien que très peu connue du grand public, pourrait être à l’origine d’une révolution scientifique majeure dont on ne pressent que quelques contours. 1. Evoquer les neurones miroirs en un seul billet risque de laisser de côté nombre d’implications scientifiques mais aussi philosophiques. Rappel des faits. « Les neurones miroirs constituent une classe particulière de neurones initialement identifiés dans le cortex précentral du macaque. Depuis 1996, la présence des neurones miroirs a été confirmée par nombres d’études ouvrant la voie vers une compréhension des mécanismes perceptifs ainsi que des processus cognitifs essentiels comme l’interprétation des actions perçues. Chez l’homme, on a observé la présence des neurones miroirs dans le cerveau encore immature du jeune enfant. 2. Il existe une sorte de mécanique, voire de dialectique des miroirs.

Petite bouffée d'oxygène sur une lune de Saturne - Espace Des molécules d’oxygène (O2) ont été détectées autour de Dioné, l’une des 62 lunes de Saturne, grâce à un instrument de la sonde Cassini. Pas de quoi rendre respirable l’air de cet astre glacé, selon les critères des Terriens : à la surface de Dioné, la concentration en oxygène équivaut à celle que l’on rencontre à 480 km au-dessus de la Terre ! Robert Tokar et ses collègues du LANL (Los Alamos National Laboratory, Etats-Unis) ont analysé les données du spectromètre à plasma (gaz ionisé) de la sonde Cassini prise lors du survol de Dioné le 7 avril 2010, à seulement 500 km de sa surface criblée d’impacts. Les chercheurs soupçonnaient l’existence de cette exosphère autour de Dioné dans la mesure où le télescope spatial Hubble avait déjà révélé la présence d’ozone. Cassini avait de son côté détecté une fine exosphère du même type autour d’une autre lune saturnienne Rhéa. Dioné vue par Cassini dans plusieurs longueurs d'ondes. Cet oxygène n’est pas lié à la présence de vie organique.

Plongez au coeur des mondes extrasolaires Un étudiant britannique a créé une animation vidéo qui permet de voyager à travers tous les systèmes planétaires connus à ce jour. Visiter tous les mondes extrasolaires découverts jusqu'ici par les astronomes, telle est l'expérience inédite que permet cette vidéo créée par Tom Hands, un étudiant de l'Université de Leicester (Grande-Bretagne). Chaque système planétaire est constitué de son étoile (pour cette animation, Tom Hands s'est volontairement restreint aux systèmes dotés d'une étoile unique (il n'y a donc pas de planète circumbinaire, c'est-à-dire une planète orbitant autour d'une étoile binaire) et des exoplanètes qui orbitent autour d'elle. Résultat : en quelques 3 minutes, le spectateur passe en revue la totalité des exoplanètes orbitant autour d'une étoile unique connues à ce jour. L'expérience est également intéressante car elle permet de se rendre compte du grand nombre d'exoplanètes qui ont déjà été découvertes à ce jour.

Study showing that humans have some psychic powers caps Daryl Bem's career It took eight years and nine experiments with more 1,000 participants, but the results offer evidence that humans have some ability to anticipate the future. "Of the various forms of ESP or psi, as we call it, precognition has always most intrigued me because it's the most magical," said Daryl Bem, professor of psychology emeritus, whose study will be published in the American Psychological Association's Journal of Personality and Social Psychology sometime next year. "It most violates our notion of how the physical world works. The phenomena of modern quantum physics are just as mind-boggling, but they are so technical that most non-physicists don't know about them," said Bem, who studied physics before becoming a psychologist. Publishing on this topic has gladdened the hearts of psi researchers but stumped doubting social psychologists, who cannot fault Bem's mainstream and widely accepted methodology. All but one of the nine experiments confirmed the hypothesis that psi exists.

Comment renverser les modifications génétiques provoquées par la douleur chronique ? L’expérience de douleur chronique domine la vie des personnes qui en souffrent et les modifie en profondeur. Aujourd’hui, un groupe de chercheurs spécialisé dans la douleur et des généticiens ont découvert que ce sentiment n’est pas loin d’une vérité scientifique. Être affligé d’une douleur chronique modifie la façon dont votre cerveau fonctionne sur le plan physique. Les bonnes nouvelles sont que vous pouvez également le changer de nouveau. Le chercheur Maral Tajerian et son collègue Sebastian Alvarado ont voulu savoir si la douleur chronique changeait la façon dont le cerveau fonctionne sur le plan génétique. Le travail de Tajerian et Alvarado s’est centré sur des souris ayant subi une lésion nerveuse entrainant une douleur chronique. Ils ont constaté des modifications chimiques de l’ADN dans le cortex préfrontal, une baisse de 12 % de l’activité de l’ADN, ce qui est assez important. Alvarado et Tajerian se sont demandé : “C’est un mécanisme réversible”, a affirmé Alvarado.

Société Française d'Exobiologie - Site Officiel L'univers pourrait bien être un hologramme : ce que signifie cette étude Atlantico : Comment cette nouvelle théorie a-t-elle été découverte, et que change-t-elle sur notre compréhension de l’univers ? Etienne Klein : Il semble que cette équipe de chercheurs japonais ait validé par des simulations une conjecture posée par Malcadena en 1997, selon laquelle notre univers serait une sorte de projection d’un univers ayant un plus grand nombre de dimensions. Selon cette conjoncture holographique, notre univers serait en quelque sorte la surface d’un univers plus vaste. Mais on ne sait pas encore si cette théorie est juste ou non, car elle n’a pas encore été testée en laboratoire. Cela reste au stade de l’hypothèse. Comment cette théorie réconcilie-t-elle la théorie de la gravité d’Albert Einstein avec la physique quantique ? Cette théorie rejoint celle des super cordes. Notre univers ne serait-il donc que la projection d’un autre cosmos existant ? La théorie des cordes donne, il est vrai, un peu le vertige avec ses six dimensions supplémentaires. Je m'abonne

Related: