background preloader

Brain Structure Mirrors the Universe

Brain Structure Mirrors the Universe
ONE IS ONLY micrometers wide. The other is billions of light-years across. One shows neurons in a mouse brain. The other is a simulated image of the universe. Together they suggest the surprisingly similar patterns found in vastly different natural phenomena. Mark Miller, a doctoral student at Brandeis University, is researching how particular types of neurons in the brain are connected to one another. An international group of astrophysicists used a computer simulation last year to recreate how the universe grew and evolved. What struck me about this is not the similarity between neuron and universe, though it’s striking — rather it’s the continuity of parallels one finds whenever one looks into the structures of nature. From Hermetics to the Tao of Physics — A Universe of Parallels While derided by some scientists as superficial and misleading, Capra had his allies among the luminaries of physics. “I had several discussions with Heisenberg. Subjective and Objective, Physiology and Veda

http://www.exohuman.com/wordpress/2011/07/brain-structure-mirrors-the-universe/

Related:  cerveauastronomieSciences de la Terre et de l'Univers - A Classer

Biologie Le loup revient progressivement aujourd’hui, mais avec lui l’hostilité des éleveurs de bétail et des chasseurs, qui avait causé entre autres sa quasi-disparition. Après y avoir été pratiquement éradiqué au 20e siècle, le loup réintègre peu à peu l’Europe de l’Ouest. La façon dont se déroule cette reconquête montre que les écosystèmes européens sont en train de recouvrer des qualités perdues –même si, parallèlement, les résistances à la protection de l’environnement perdurent. Petite bouffée d'oxygène sur une lune de Saturne - Espace Des molécules d’oxygène (O2) ont été détectées autour de Dioné, l’une des 62 lunes de Saturne, grâce à un instrument de la sonde Cassini. Pas de quoi rendre respirable l’air de cet astre glacé, selon les critères des Terriens : à la surface de Dioné, la concentration en oxygène équivaut à celle que l’on rencontre à 480 km au-dessus de la Terre ! Robert Tokar et ses collègues du LANL (Los Alamos National Laboratory, Etats-Unis) ont analysé les données du spectromètre à plasma (gaz ionisé) de la sonde Cassini prise lors du survol de Dioné le 7 avril 2010, à seulement 500 km de sa surface criblée d’impacts. Les chercheurs soupçonnaient l’existence de cette exosphère autour de Dioné dans la mesure où le télescope spatial Hubble avait déjà révélé la présence d’ozone. Cassini avait de son côté détecté une fine exosphère du même type autour d’une autre lune saturnienne Rhéa. Dioné vue par Cassini dans plusieurs longueurs d'ondes.

Les trous noirs supermassifs se formeraient à partir d'une graine Si l’hypothèse se confirme, voici à quoi peuvent ressembler les « graines de trous noirs supermassifs ». Un immense nuage de gaz s’effondrant sur lui-même. © Nasa, CXC, M. Weiss Les trous noirs supermassifs se formeraient à partir d'une graine - 2 Photos Des trous noirs supermassifs, il y en aurait quasiment au cœur de chaque grande galaxie de l’Univers. Notre cerveau est-il comparable à Internet ? DÉCOUVERTE. Pendant des années, les neuroscientifiques se sont mis à la recherche d'indices sur le fonctionnement du cerveau grâce à sa structure, notamment le rôle des lobes et les circonvolutions. Plus récemment, ils se sont intéressés à la manière dont les neurones sont connectés entre eux, grâce à l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Un "mini-Internet" dans le cerveau Selon une nouvelle étude réalisée sur des cerveaux de rats, les réseaux neuronaux sont proches d'un autre réseau qui nous est familier.

Origine de la vie : la Nasa étudie la glace cosmique Cette image est un symbole possible des travaux d'astrochimie en laboratoire sur Terre. Le schéma d'un dispositif de l'un de ces laboratoires se voit avec en arrière-plan une photo en fausses couleurs d'un nuage moléculaire. © Gianfranco Vidali Origine de la vie : la Nasa étudie la glace cosmique - 2 Photos C’est l’essor de la radioastronomie après la seconde guerre mondiale qui a permis la découverte de nombreuses molécules interstellaires depuis environ 40 ans. Un nouveau domaine scientifique s’est alors ouvert, celui de l’astrochimie, conjointement avec les progrès fulgurants de la planétologie comparée rendus possibles par la conquête spatiale. De prime abord, l’existence de ces molécules était paradoxale, car on les trouvait dans des nuages à de très basses températures et malgré tout dans des conditions de vide très poussé.

L'univers pourrait bien être un hologramme : ce que signifie cette étude Atlantico : Comment cette nouvelle théorie a-t-elle été découverte, et que change-t-elle sur notre compréhension de l’univers ? Etienne Klein : Il semble que cette équipe de chercheurs japonais ait validé par des simulations une conjecture posée par Malcadena en 1997, selon laquelle notre univers serait une sorte de projection d’un univers ayant un plus grand nombre de dimensions. Selon cette conjoncture holographique, notre univers serait en quelque sorte la surface d’un univers plus vaste. Mais on ne sait pas encore si cette théorie est juste ou non, car elle n’a pas encore été testée en laboratoire.

Comment renverser les modifications génétiques provoquées par la douleur chronique ? L’expérience de douleur chronique domine la vie des personnes qui en souffrent et les modifie en profondeur. Aujourd’hui, un groupe de chercheurs spécialisé dans la douleur et des généticiens ont découvert que ce sentiment n’est pas loin d’une vérité scientifique. Être affligé d’une douleur chronique modifie la façon dont votre cerveau fonctionne sur le plan physique. Les bonnes nouvelles sont que vous pouvez également le changer de nouveau.

Plongez au coeur des mondes extrasolaires Un étudiant britannique a créé une animation vidéo qui permet de voyager à travers tous les systèmes planétaires connus à ce jour. Visiter tous les mondes extrasolaires découverts jusqu'ici par les astronomes, telle est l'expérience inédite que permet cette vidéo créée par Tom Hands, un étudiant de l'Université de Leicester (Grande-Bretagne). Chaque système planétaire est constitué de son étoile (pour cette animation, Tom Hands s'est volontairement restreint aux systèmes dotés d'une étoile unique (il n'y a donc pas de planète circumbinaire, c'est-à-dire une planète orbitant autour d'une étoile binaire) et des exoplanètes qui orbitent autour d'elle.

Cerveau : la naissance des souvenirs observée en direct Sur cette image, on peut observer un neurone en culture. Les synapses excitatrices et inhibitrices sont respectivement en vert et en rouge. Cette nouvelle étude montre comment la cellule nerveuse contrôle la formation des souvenirs. © Don Arnold, DP Cerveau : la naissance des souvenirs observée en direct - 1 Photo

Les astronomes révèlent les « mondes errants » C’est, semble-t-il, le corps céleste flottant (free floating) le plus proche : il se trouve à une distance de 100 années lumières. Pourquoi il a abandonné le système des étoiles ? Vladimir Sourdine, astrophysicien à l’Institut astronomique Sternberg de l'Université d'Etat de Moscou explique : « Les grandes planètes sont en concurrence et essaient de se frayer une place. Jupiter et en quelque sorte Saturne jouent ce rôle dans le système solaire. Dans d’autres systèmes il y a plusieurs Jupiter et la place manque.

Autisme : un faux pli dans le cerveau ? Des chercheurs du CNRS viennent d'identifier un marqueur cérébral spécifique de l'autisme qui pourrait permettre de dépister très tôt les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA). Ces travaux publiés dans la revue Biological Psychiatry montrent qu'une anomalie dans la formation d'un pli du cerveau se retrouve systématiquement chez les enfants atteints de TSA. Une découverte rendue possible grâce aux techniques d'imagerie de pointe développées à l'Institut de neurosciences de la Timone (CNRS/Aix-Marseille Université). Une anomalie détectée dans l'aire de Broca L'anatomie du cerveau se divise en plusieurs lobes cérébraux (frontal, occipital, pariétal...). Chaque lobe est lui-même composé de différentes circonvolutions ou gyrus, qui rassemblent un ensemble de plis délimités par des sillons.

Related: