background preloader

Pierre Rabhi: La croissance est un problème, pas une solution

http://www.youtube.com/watch?v=1xvm9gNQdV8

Related:  Pierre Rabhi

Biographie de Pierre Rabhi Agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l’agriculture biologique et l’inventeur du concept « Oasis en tous lieux ». Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers. Depuis 1981, il transmet son savoir-faire dans les pays arides d’Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations. Il est aujourd’hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire et a participé à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification.

Pierre Rabhi : « Si nous nous accrochons à notre modèle de société, c’est le dépôt de bilan planétaire » Basta ! : Vous défendez une société de la sobriété. Les crises actuelles et l’austérité qui menace vont-elles permettre de remettre en question le système économique dans lequel nous vivons ? Thierry Meyssan : "Le film anti-islam veut provoquer la haine des occidentaux dans le monde musulman" Tres bonne analyse de T Meyssan comme d’habitude mais j aimerais eglament vous revelz un fait qui lui se passe sur notre tetrritoire et qui est le fait d’islamiste sioniste comme le dit si bien A Soral : "Cette semaine quartier du Chemin Bas d’Avignon à Nîmes, des musulmans intégristes ont menacé les commerçants qui vendaient du vin, du porc ou des « vêtements légers », et leur ont interdit de revenir sous peine de mort. Ces débordements d’une extrême gravité ne sont hélas pas des actes isolés mais tendent au contraire à se banaliser depuis plusieurs mois.

Sophie Rabhi et son école Montessori Activité de groupe à la Ferme des enfants / © Patrick Lazic "Je suis née en Ardèche, au coeur de l'aventure familiale de mes parents Pierre Rabhi et Michèle Rabhi qui ont fait leur retour à la terre au tout début des années soixante. J'ai grandi, avec mes 4 frères et sœurs, parmi les animaux de la ferme, dans un grand bois de chênes proche d'une rivière. Nous avions un élevage de chèvres et une production de fromages. Quand les enfants ont grandi et ont quitté la ferme, ma mère s'est affiliée à Accueil Paysan pour devenir lieu d'accueil d'enfants.

Qu'est ce que vivre ? Il ne faut pas s’accrocher aux alternatives en se disant qu’elles vont changer la société. La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion. Chacun doit travailler en profondeur pour parvenir à un certain niveau de responsabilité et de conscience et surtout à cette dimension sacrée qui nous fait regarder la vie comme un don magnifique à préserver. Il s’agit d’un état d’une nature simple : J’appartiens au mystère de la vie et rien ne me sépare de rien. Je suis relié, conscient et heureux de l’être. C’est là que se pose la question fondamentale : qu’est-ce que vivre ?

Les paris de François Hollande Le Président de la République est un homme de gauche, et il veut que cela se sache. C’est pourquoi il tient tant à ce que ses promesses de campagne, dont certaines – et en particulier celles dont le coût est très faible – soient appliquées par le gouvernement. Il a promis la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, au ravissement des Écologistes, pour 2016, et il a été ferme quant aux emplois aidés, qui devraient créer en 2013 environ 100 000 postes de travail. Notons qu’entre-temps, de septembre 2012 à décembre 2013, le chômage augmentera fortement. Ce sont probablement 700 000 personnes qui perdront leur emploi.

Vers la sobriété heureuse, le nouveau livre de Pierre RABHI - [C "J’avais alors vingt ans, et la modernité m’est apparue comme une immense imposture." Pierre Rabhi a vingt ans à la fin des années cinquante, lorsqu’il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu’ont largement commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les Trente Glorieuses. Après avoir dans son enfance assisté en accéléré, dans le Sud algérien, au vertigineux basculement d’une pauvreté séculaire, mais laissant sa part à la vie, à une misère désespérante, il voit en France, aux champs comme à l’usine, l’homme s’aliéner au travail, à l’argent, invité à accepter une forme d’anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique, point de dogme intangible. L’économie ? Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu ; elle n’est plus qu’un gisement de ressources à exploiter - et à épuiser.

Pierre Rabhi - Livres, citations, photos et vidéos Comment se positionner par rapport aux catastrophes écologiques graves à venir sur notre planète ? Pierre Rabhi : Je dirai en préambule que les catastrophes sont déjà là : il faut en effet se garder d'une vision restrictive à l'occidentale. Je trouve qu'il y a une planétarisation des phénomènes et les conditions climatiques n'épargneront ni le Nord, ni le Sud, elles ne vont pas être sélectives. Moscovici et Hollande nous plongent dans la récession 37 milliards d’euros : c’est l’ajustement budgétaire que Pierre Moscovici prépare pour 2013. Cela revient à près de 2% du PIB et devrait pousser notre économie, qui ne croit plus depuis quelques trimestres, vers une nouvelle récession. Quand des socialistes mènent une politique profondément antisociale. Comme un parfum des années 1990 La situation est extrêmement paradoxale.

Révolution Lente - Pierre Rahbi - L’Autonomie... Le temps de l’i Par Pierre Rabhi le vendredi 08 février 2008, 09:18 - Lien permanent L’écologie une grande leçon d’autonomie Le terme « autonomie » suggère une organisation, une situation fondée sur la non dépendance. Celle ci nécessite une détermination, une volonté et des actes pour lui donner réalité. J'étais au "Grand Journal" de Canal Plus : mon t-shirt Palestine, trop gênant Nadir Dendoune au Grand Journal de Canal Plus le 24 septembre 2012 (Capture Le Plus) C’est l’histoire d’une chaîne subversive. Tellement subversive qu’elle fut la première à avoir diffusé des films pornos. Une chaîne, briseuse de tabous, où tout est permis, où les animateurs débarquent sur les plateaux télé en jeans et en t-shirts, parfois même en tongs. Une chaîne qui invite à peu près tout le monde. A juste titre et toujours au nom de la liberté d’expression.

Revivez la Conférence "une histoire de violence" La violence de la société est aussi le reflet d'une violence qui existe à l'intérieur de chaque individu. Invités : Pierre Rabhi, agroécologiste et philosophe, Paul Watson, activiste et fondateur de Sea Shepherd, Nancy Huston, essayiste et romancière et Thomas d’Ansembourg, psychothérapeute et écrivain. 4 personnalités, 4 récits, 4 points de vue pour s’interroger sur les différentes formes de violence, leurs origines et les leviers de résilience. Et si chacun de nous avait un rôle à jouer ? Voir toutes les parties de la conférence ici. La captation et la diffusion de cette conférence ont engendré des coûts techniques importants.

Survivre à l'effondrement économique @ frederic Lorsque l’effondrement économique surviendra , tous les circuits seront H.S : plus de nourriture , de carburants , d’énergie , etc... car les points de ventes ne seront pas réapprovisionnés.Il s’en suivra un chaos gigantesque essentiellement en zone urbaine , ou le chacun pour soi et la nécessité de survivre autorisera tous les actes, même les plus répréhensibles.Les plus riches et/ou prévoyants auront mis les voiles vers la campagne seul environnement propice à assurer leur subsistance.Pour les autres , sans carburant et affamés , ce ne seront certainement pas des centaines qui auront la force ,l’énergie et l’intelligence de débarquer en pleine montagne pour le spolier : ils dépenseront le peu de carburant à tourner en zone urbaine au départ afin de trouver de quoi survivre. PS : pour ton bien rend toi chez Kontre Kulture , et instruit toi en complétant avec tout ce dont dispose ce site , car tu es en dessous du niveau commun des membres d’E&R.

Related: