background preloader

Le kit du parfait iReporter. Accessoires, applis, prix, conseils... #iPad #journalisme

Le kit du parfait iReporter. Accessoires, applis, prix, conseils... #iPad #journalisme
Related:  Boite à outils

5 outils de webdocumentaire (qui ne nécessitent pas de programmation) Voici une courte liste d’outils pour créer des histoires interactives et qui sont relativement faciles à utiliser, documentés par l’équipe journalistique de Radio-Canada Rive-Sud/Rive-Nord. Un programme français en HTML5 de style nuagique (cloud computing), c’est-à-dire que le contenu est archivé en ligne. Pour raconter les histoires, on utilise la frise chronologique, le concept phare de 3WDOC. Les vidéos, les images et les textes apparaissent selon leur position sur cette frise linéaire. L’outil n’est pas parfait, un peu instable, mais très simple à comprendre. Storyplanet Un programme en anglais qui est en version bêta pour l’instant. Klynt Très bien fait pour scénariser du contenu en mode intéractif, notamment grâce aux arborescences que l’outil propose. Djehouti Encore un programme de nos cousins français, en HTML5 cette fois. Korsakow Un programme développé à Berlin par des artistes.

Windows Movie Maker créer un diaporama sonore. Windows Movie Maker est un logiciel de montage pour diaporama qui fait partie intégrante des PC. Pour le trouver, Démarrer – Tous les programmes – Faire un clic D sur Windows Movie Maker et un clic G sur Bureau. Cette action permettra définitivement d’avoir l’icône sur le bureau.Créer le diaporama sonore : - Ouvrir la page WMM en cliquant sur l’icône du bureau.Cette page contient le banc de montage dans sa partie inférieure avec emplacement photo et vidéo et un emplacement pour la partie audio.Sur le côté gauche les tâches d’importations, de modifications, de publications.Dans la partie supérieure nous avons la barre de menus (fichier, édition etc …)Au centre l’espace qui va recevoir les tâches importées (images, vidéos, audios)A droite, l’écran de contrôle du diaporama Construction du diaporama : Importation photos. - Clic G sur images dans tâches et importer. Réalisation du titre. - Clic G sur Titre et générique, apparition d’un nouveau tableau. Sélection des effets de transition.

2012 : le triomphe du fact-checking à la française ? C'était l'apanage du journalisme à l'anglo-saxonne, pas des médias français où il restait confiné à quelques rubriques spécialisées dans Libé et sur Le Monde.fr. Mais 2012 aura vu l'explosion du fact-checking dans le journalisme à la française. On en retrouve désormais sur France Inter, Europe 1, France info, I>télé, France 5, Arte, tandis qu'à l'occasion de la campagne présidentielle, le format a fleuri dans le Nouvel Obs, le JDD, Rue89... Au fait, c'est quoi le fact-checking ? Avec son célèbre sens de la provoc, Johan Hufnagel résumait la chose ainsi dans L'Express : "C'est le travail normal d'un journaliste. Le fact-cheking : "une vérification exhaustive et factuelle", "un boulot chiant dans de vieux pdf et des statistiques !" Une définition que Cédric Mathiot, de Libé, précise un peu : "le fact-checking, c'est l'examen exhaustif du discours politique et sa vérification factuelle. Cédric Mathiot vu par Alain Brillon, l'illustrateur de Désintox Pas sûr.

Un générateur de chronologie numérique open source prometteur Ce dispositif de flux est récent mais le développement est très dynamique, le site de Véritéco (l’entité éditrice) est en cours de lancement… il existe déjà un plugin wordpress. A noter que la construction d’une chronologie peut se faire via un modèle de document google doc. L’avantage par rapport à d’autres services est de facilement séparer la forme du contenu ce qui permet de ne pas perdre l’information en cas de fermeture d’un service. Une démarche de médiation numérique implique dans tous les cas de choisir des outils dont ont peut exporter les données, ou au minimum de conserver des traces de manière à pouvoir transférer les données d’un service à un autre. Auteur : Silvae (1100 Posts) Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris.

Sites d'infos : et maintenant, qui va payer ? 5, 10, 30, voire 50 millions de visites par mois. Si l'info en ligne a gagné le pari de la popularité et de la consommation de masse, il lui reste le plus dur, et peut-être le plus urgent, à relever : la monétisation. Comment faire payer cette info hyper-consommée, appréciée, recherchée, partagée ? Combien ? Tel était le thème de l'atelier que j'ai eu le plaisir d'animer, le 3 octobre, aux assises du journalisme à Poitiers. Alors, faire payer l'info, tout le monde est d'accord là dessus. Faire payer les internautes ? Plus facile à dire qu'à faire... Installer des murs, mais avec des trous Si l'on fait tomber un mur, un de ces fameux paywalls adoptés aujourd'hui par 20% des journaux américains en ligne, le défi est aujourd'hui double. C'est l'un des autres enjeux d'une stratégie payante d'ailleurs : être capable d'identifier le nombre d'internautes suffisamment accrocs à l'info pour être prêts à mettre la main au portefeuille. Soigner et renouveler ce que l'on met derrière ce mur

6 outils web pour créer vos timelines interactives Une bonne chronologie vaut souvent mieux que de grandes explications. Les médias en ligne l’ont bien compris, mais les outils adéquats leur ont souvent fait défaut. Heureusement, de nombreux services de timelines – ou chronologies interactives – ont été lancés ces dernières années… avec leurs vertus respectives. ↑1 » Dipity : la facilité Premier service de timeline 2.0, Dipity accumule beaucoup d’avantages : doté d’un design sympa, il permet d’embedder aisément photos et vidéos. Le must : grâce aux 4 modes d’affichage proposés par Dipity, il est possible de visualiser votre timeline sous forme de flipbook (façon iTunes), de liste ou même de Google map. ↑2 » myHistro : l’atout carte D’une approche plus difficile pour le lecteur, myHistro peut s’avérer redoutablement efficace lorsqu’il s’agit de conjuguer le temps à l’espace. ↑3 » TimelineJS : le top, gratuit Vidéos, photos, Google maps, tweets, pages Wikipédia, sons Soundcloud : tous les contenus multimédias du moment s’embeddent aisément.

Enregistrer une conversation sur Skype Les plateformes d'apprentissage restent des espaces précieux. De plus en plus ouvertes sur l'extérieur, accueillant des groupes toujours plus importants, elles ressemblent désormais à de véritables villes où se croisent des apprenants aux besoins diversifiés, qui ne vont pas tous au même endroit, au même moment. Il arrive même que les contenus de cours se fassent discrets; ils peuvent être distribués à la demande, en fonction du niveau effectif de savoir-faire atteint par les apprenants. Ces derniers se retrouvent lors d'événements planifiés (webinaires, classes virtuelles) et sur les forums. La vogue des MOOC a provoqué l'apparition de plateformes de nouvelle génération jouant la carte de la simplicité, de manière à ce que les publics plus habitués à la navigation sur les sites qu'aux cours en ligne s'y sentent à l'aise. Illustration : wavebreakmedia, Shutterstock.com

«Connaître l’audience doit aider à faire du bon journalisme» Crédit: Olivier Lechat Innovation, audience, gestion des contenus créés par des utilisateurs, vérification en temps réel, télévision connectée aux réseaux sociaux… Tels ont été les sujets abordés lors de la conférence sur les nouvelles pratiques du journalisme organisée le vendredi 2 décembre par l’École de journalisme de Sciences Po, où je travaille, en partenariat avec la Graduate School of Journalism de Columbia. Résumé des interventions. >> Revivre le live réalisé lors de cette journée marathon (merci à tous les étudiants de l’Ecole de journalisme de Sciences Po qui ont produit vidéos, photos, textes et tweets. Cet article a été rédigé en s’appuyant notamment sur leur live!) >> Mesure de l’audience et ligne rédactionnelle Emily Bell, directrice du centre de journalisme numérique à Columbia, ex-The Guardian «L’audience n’est plus l’apanage du service marketing, elle est dans les mains des journalistes. >> Lire Et si les journalistes n’écrivaient que ce que les lecteurs lisent?

Twitter et comment s'en servir Les tweets sont des télégrammes décachetés. Bernard Pivot, 25.05.12, 9h04. note du 21/05/2013 – du « miroir promené au bord de la route » (Stendhal) toujours de nombreuses arrivées sur Twitter, hier par exemple ensemble @MartinWinckler (bravo Marc, plus de 1100 followers en même pas 24 heures), ou le grand chef d’Apple, Tim Cook – et de mon côté plus de 9000 followers désormais (dont probablement les 4/5ème sous pseudo, ce que j’ai un peu de mal à comprendre : on n’a guère l’envie de suivre réciproque si on ne sait rien du nouvel abonné), donc je remets en Une ce billet (sans le modifier, d’ailleurs) ; nous autres, les « vieux » de Twitter, utilisons les différents codes #hashtags RT #ff ou :-) comme des éléments de vocabulaire qui peuvent paraître déroutants, mais est-ce que jongler avec les 140 caractères et leur frontière n’est pas un enjeu qui mérite de se les approprier ? note du 18/05/2013 20 000 visites atteintes pour ce billet, merci ! a – 4 ans déjà... b – choisir son identifiant

TENDANCE • ONG recrute journalistes Alors que les médias traditionnels réduisent leurs effectifs, les organisations non gouvernementales recrutent des reporters expérimentés qui choisissent de mettre leur savoir-faire au service d’une cause. 3 mai 2012 | Partager : Ils sont présents aux frontières syriennes comme ils l’étaient dans les ruines de Misrata, en Libye, et sur la place Tahrir au Caire l’an dernier. A côté de correspondants de guerre chevronnés est apparue une ­nouvelle race d’investigateurs tout aussi déterminés à faire des scoops. Ces organisations ont fait appel à des reporters aguerris qui ont renoncé à ­traiter une actualité éphémère pour s’impliquer dans des causes leur tenant à cœur. Internet est au cœur du changement. La directrice de la communication de Human Rights Watch à New York, Emma Daly, est également une journaliste ­chevronnée.

Related:  journalisme 1DDJ tools