background preloader

L’innovation pédagogique avec les serious games

L’innovation pédagogique avec les serious games
Les serious games notamment les jeux de simulation sont des outils intéressants pour renouveler les pratiques d’enseignement, pour innover dans la pédagogie. Ils permettent de motiver les étudiants et proposent un espace d’entrainement intéressant pour acquérir des compétences de managements. Néanmoins leurs insertions dans une organisation d’enseignement supérieure n’est pas simple. L’arrivée de ces outils pédagogiques provoquent des changements dans les relations entres les différentes parties prenantes d’une institution académique : étudiants, enseignants, planification, services informatique, direction… Ces outils ne sont donc pas neutre et leur introduction dans une organisation s’apparente à de l’innovation qui nécessite de la conduite du changement. Nous avons expérimenté l’introduction d’une collection de serious games dans les pratiques pédagogique à l’Ecole Supérieure de commerce de Chambéry. Implémenter les serious games dans les pratiques pédagogique

http://www.theinnovation.eu/article/1011

Related:  Les Serious games: une innovation pédagogiqueLes serious gameswalrk

MOOCs et serious games: les apprentissages à l’âge numérique Commençons par les serious games (jeux sérieux en français) qui ont encore parfois mauvaise presse en raison de leur parenté avec les jeux vidéos. Selon la définition proposée par le livre coordonné par Yasmine Kasbi, Les Serious Games, une révolution, il s’agit d’une « application informatique mêlant un objectif sérieux (entraînement, apprentissage, enseignement…) avec des éléments ludiques provenant du jeu vidéo ou de la simulation informatique ». Comme l’explique le sociologue belge Pascal Balancier, coordinateur de SeriousGame.be, « le jeu sérieux nous permet de redécouvrir que le jeu est le plus vieux, le plus naturel et le plus intuitif mode d’apprentissage et de socialisation ». En effet, aussi loin que l’on remonte, l’homme a toujours joué, pour se détendre, pour apprendre, pour développer sa sociabilité mais aussi pour régler des conflits ou passer des moments difficiles. Stimuler les neuronesSi le jeu fonctionne bien en matière d’apprentissage, c’est pour plusieurs raisons.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les réseaux sociaux (et vous avez osé le demander) Aujourd’hui, je réalise qu’il me devient pratiquement impossible de répondre individuellement à toutes ces demandes. D’une part parce qu’elles sont devenues trop nombreuses (environ une dizaine par semaine) et qu’il me faudrait cesser mes enseignements et mes recherches pour trouver le temps de le faire. Et d’autre part parce que ce serait de toute façon absurde, c’est justement pour cela que les enseignants ont succédé aux précepteurs et qu’on a inventé l’imprimerie : pour que ce qui peut être dit, enseigné ou écrit à un seul puisse l’être plutôt au plus grand nombre. Ma première réponse à vos demandes, je l’emprunte d’une certaine façon au billet « For Students » que le grand sociologue américain Howard Becker a ajouté il y a très longtemps à son site personnel : à toutes celles et tous ceux qui lui écrivent pour lui demander de leur expliquer sa « théorie », il demande de lire d’abord son fameux livre, Outsiders.

Les Serious Games, plaisir de jeu et/ou plaisir d’apprendre ? – Ludovia Magazine 2 Shares Share Tweet [Pédagogie Actus] - Les serious games et l'enseignement supérieur, 8 compétences pour l'étudiant du futur, Twitter réinvente la dictée L’actu de la pédagogie ne s’arrête jamais sur Sydologie. Cette semaine ne fait pas exception avec l’arrivée des serious games dans les universités (orientés autant étudiant qu’enseignant), un aperçu des compétences indispensables pour l’étudiant du futur, et une dictée sur Twitter. Les serious games arrivent dans l’enseignement supérieur À l’occasion du Paris Games Week, grande manifestation autour du jeu vidéo du 29 Octobre au 2 Novembre à la Porte de Versailles, letudiant.fr compile ses meilleurs articles sur les serious games. Les jeux vidéos font leur entrée dans l’enseignement supérieur et on trouve ici de nombreux témoignages (Samuel Rufot de l’université de Cergy-Pontoise, Patrick Prévot de l’INSA de Lyon) qui expliquent leurs bienfaits pour les étudiants et les enseignants. Les serious games peuvent même aider à l’insertion en entreprise.

Pas des jeux les serious games? Il y a quelques semaines, nous parlions de cette recherche qui montrait que la frontière entre jeu et travail était plus que mince. À la limite, l'objet jeu sérieux en serait peut-être un hybride. Or, il y a une question qui jusque là était peu abordée dans les médias traitant du phénomène. Est-ce que les serious games sont de bons jeux vidéo? Ça peut sembler idiot, mais la question est plus que pertinente. A l'université, les vertus pédagogiques des « serious games » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nathalie Brafman On connaissait les « serious games » – « jeux sérieux », en français – pour les entreprises ; à l'heure où les questions d'innovation pédagogique se multiplient, de nombreuses universités et grandes écoles utilisent le jeu vidéo pour leurs apprentissages. Bloc opératoire, soin de pathologies dentaires pédiatriques, tour de contrôle pour les futurs aiguilleurs du ciel, entretiens personnalisés, formation aux techniques de vente… Les décors sont en 3D, les voix synthétiques… et les étudiants, derrière leur écran, mettent en pratique leurs cours théoriques pour marquer le plus de points possible.

Les Secrets du Blitz Weekend : étude de cas, templates et codes sources // SURTOUT ne quit­tez pas Bro­cooli sans faire ces 3 clics vrai­ment impor­tants pour nous : les 3 clics ! Un arti­san sans site Web, c’est un peu comme une grande sur­face qui inter­di­rait la moi­tié de ses rayons à ses clients. Pour­tant, en France, 49% des TPE et PME n’ont tou­jours pas de site inter­net (Aden, 2012). Le week-end der­nier, nous avons décidé d’ouvrir l’autre moi­tié des rayons aux clients d’un arti­san. Le week-end der­nier, nous nous sommes réunis à une dizaine et nous avons trans­formé le modèle éco­no­mique d’une TPE. Mais que diable avons-nous fait le wee­kend der­nier ?

Les Serious Games au service des entreprises Le jeu c’est sérieux ! C’est sous ce titre que le « serious game » s’est invité chez IBM France pour une journée « sérieuse » proposée en partenariat par GUIDE Share France (association d’utilisateurs IBM indépendante) et le CIGREF (Réseau de Grandes Entreprises). Journée de réflexion sur la pratique des « serious games » dans l’industrie, la finance, la médecine…

Related: