background preloader

L'addiction à Internet bientôt un trouble psychiatrique reconnu?

L'addiction à Internet bientôt un trouble psychiatrique reconnu?
Tremblez internautes compulsifs! Les psychiatres ont décidé de se pencher sur votre cas, et pourraient bientôt vous diagnostiquer comme atteint d'un trouble mental. La prochaine édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), la bible internationale de la psychiatrie, évoquera un nouveau trouble, le «Internet-use disorder» (littéralement «trouble de l’utilisation d’Internet»), sur lequel les professionnels sont incités à faire des «recherches supplémentaires», rapporte Mashable. Mais encore? Le manuel explique que certaines personnes qui passent beaucoup de temps sur Internet développent des symptômes similaires à ceux qui sont atteints d’autres troubles de l’addiction, et que la communauté psychiatrique devrait étudier ce phénomène pour éventuellement en faire un trouble à part entière. La classification semble trouver sa source dans d’autres inquiétudes autour notamment de l’addiction au jeu vidéo chez l’enfant comme l’écrit Russia Today: publicité

http://www.slate.fr/lien/62689/addiction-internet-trouble-psychiatrie

Related:  Addictions ?Articles diversComportements addictifs liés à l'usage du numérique

Internet, ça suffit! - Femmes dans la société - La Parisienne Pour vivre heureux, vivons débranchés. C'est le credo d'un nombre croissant de Français qui ont décidé de bouder Internet. Ces nouveaux ermites du numérique sont loin d'être une population marginale. Une étude Havas Media, dévoilée ce matin à Paris, dont nous révélons le contenu en exclusivité, estime à plus d'1,7 million ces nouveaux « déconnectés » qui prennent en grippe souris et smartphone, soit 3,4% de la population française*. La cyberdépendance, un trouble qui ne fait pas consensus Bien que la cyberdépendance provoque de véritables souffrances, ce n'est pas une maladie au sens strict du terme. Du moins pas encore... Le journaliste Thierry Crouzet avait pris l'habitude de consulter ses courriels toutes les cinq minutes. Son iPhone ne le quittait jamais, pas même aux repas de famille. À la suite de son «épuisement numérique», il s'est débranché pendant six mois. Cette expérience est proche de celle d'une personne dépendante en désintoxication.

Cyberdépendance(s) - Tous addicts ? Les opinions et vues exposées dans les articles lecteurs ne reflètent pas forcément celles de la rédaction de Gameblog. C'est en lisant une news en une de Gameblog intitulée "Accro à Internet ? Vous pouvez désormais vous faire soigner" (03/09/13) que je me suis souvenu avoir écrit un article traitant de la cyberdépendance. Hors du champ strict des JV, je me permets malgré tout de le publier ici. Bonne lecture ! Selon une évaluation datant du mois d'août 2012, plus de 2,5 milliards de personnes à travers le monde sont connectées à Internet. Pas d’addiction aux objets numériques J’ai participé à l’émission Le téléphone sonne : “Smartphones et réseaux sociaux: les nouvelles addictions” et j’ai été assez surpris de constater qu’il y avait encore un discours culpabilisant et pathologisant sur les objets numériques. J’ai pu entendre du docteur Willam Olivenstein Lowenstein que l’effet de ces objets était comme la cocaïne. Que les mondes numériques étaient des mondes de la stimulation perpétuelle et de la vitesse. Que 5% des jeunes joueurs de jeux vidéo développaient une addiction. Si j’étais américain, je dirais que c’est de la “bullshit psychiatry”.

Cyberdépendance: ces internautes qui ne débranchent jamais Il vit quinze heures par jour sur internet. «C'est une addiction, oui. Je me sens obligé. Quand je sors, je ressens du manque. Nomophobie : comment soigner cette addiction aux nouvelles technologies ? Qu'est-ce que la nomophobie ? Jean-Michel Rolland définit la nomophobie comme une forme d'addiction concernant « toutes les personnes qui donnent l'impression d'abuser de l'usage » des nouvelles technologies, c'est-à-dire qui utilisent les outils technologiques (ordinateur, tablette, smartphone, réseaux sociaux) dans l'excès. Le terme de nomophobie reste peu connu mais peut équivaloir à celui de cyberdépendance.

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents.

Addictions Dépendance à une substance Le terme « addiction » n’est pas encore répertorié dans les classifications psychiatriques. Nous distinguons alors l’usage, l’usage nocif ou abus de substance, et la dépendance. Nous ne serons plus jamais déconnectés… Jenna Wortham (@jennydeluxe) pour le New York Times a commis un de ces papiers faciles sur les vertus de la déconnexion à l'heure d'un monde toujours plus connecté. Alors qu'elle se rendait à la piscine, elle a été invitée à déposer son téléphone et a pu profiter pleinement de sa journée, sans avoir à consulter avec anxiété ses comptes Facebook et Twitter pour regarder ce que ses amis faisaient. La peur de manquer quelque chose (Fomo, pour Fear of Missing Out) que décrivait Caterina Fake, cofondatrice de Flickr, s'évaporait quelques instants.

Bonjour, Je trouve cet article vraiment très intéressant, non seulement parce qu'il permet de faire le lien avec le cours de "Psychologie clinique et de psychopathologie", et permet de se rendre compte que de nouveaux troubles sont fréquemment trouvés et défini, qu'il y a donc une mise à jour régulière du DSM, la dernière version datant de 2013 dans sa version anglo-saxonne et paru en 2015 en France. Mais aussi et surtout, je ne pensais pas que l'addiction à internet pourrait intégrer le DSM, même si, après tout, il s'agit là d'une addiction comme une autre... Après quelques recherches, je suis parvenue à trouver le DSM-V en PDF, dont je joins le lien : Le "Internet Gaming Disorder" se situe à la page 795 du DSM (soit la page 821 du PDF), malheureusement il est en anglais, mais reste toutefois accessible! Cordialement, Séléna Bois by bois_groupeb_psy Feb 25

Bonjour, Merci, je te souhaite bonne continuation également. Cordialement by matahina_groupe1_psy Apr 10

Bonjour, Je te remercie d'avoir fait ces remarques. Je partage cet avis avec toi, et, je te souhaite de réussir dans la poursuite de ta formation. Cordialement. RT by rouanet_groupe3_psy Apr 10

Bonjour, Je trouve utile de commenter cet article, car il permet de faire le lien entre nos cours de psychologie, notamment les différents troubles mentaux, et la réalité des comportements actuels. L'insertion du nouveau terme «Internet-use disorder» , dans le DSM, illustre classification des troubles mentaux, montre la prise en compte par les professionnels de la psychologie, des comportements délétères qu'entraîne l'addiction liée à l'usage du numérique. Devant l'ampleur de ce phénomène croissant et ses conséquences, il est nécessaire de se pencher sur le sujet. Néanmoins, il serait regréatable que le DSM devienne le "fourre-tout" de nouveaux troubles mentaux, sans un réel approfondissement du sujet en question, et n'entache un peu ou un peu plus sa réputation. Merci pour ce partage Cordialement by matahina_groupe1_psy Apr 9

Bonjour,Quel article surprenant ! La Cyberaddiction au DSM… Cette classification est un témoignage fort de la prise en compte du problème par les professionnels et de la nécessité de chercher des solutions pour éradiquer ce nouveau trouble, le «Internet-use disorder». Des cliniques, des hôpitaux spécialisés dans les pathologies des dépendances numériques proposés comme solution…Les troubles sont là, l’addiction est bien réelle, mais ne serait ce pas une réponse trop forte, qui deviendrait disproportionnée, et du coup, n’atteindrait pas son but. Je ne sais pas, je m’interroge…donc si c’était là le but de votre perle : Merci. RT by rouanet_groupe3_psy Apr 9

Related: