background preloader

Paul Jorion : "Le travail disparaît" CSOJ

Paul Jorion : "Le travail disparaît" CSOJ

La France est en guerre et personne ne veut le dire Où voyez-vous des actes de guerre en France qui rappellent le début de la guerre d'Algérie ? Ce qui rappelle le début de la guerre d’Algérie c'est l’extrême euphémisation du discours imposé par le complexe médiatico-politique. On disait « les évènements », on dit « les affrontements ». Le caractère de conflit territorial est totalement nié. Pourquoi êtes-vous en colère contre les médias? Parce qu’ils imposent (presque) unanimement un système de lecture du monde qui est une formidable machine à ne pas voir, à ne pas dire, à ne pas comprendre. Pourquoi avoir fondé un parti politique ? Parce qu’il n’en existait aucun qui répondît à l’urgence de la situation et nommât ce qui arrive, la conquête du territoire. Pourquoi vos maisons d'édition ont arrêté votre contrat? Ça, c’est plutôt à elles qu’il faut le demander… Est-ce que la France est une terre d'immigration depuis des siècles? Absolument pas. Faut-il créer comme sous le modèle de De Gaulle un gouvernement des Forces françaises libres?

Le comportement suicidaire de la finance, par Paul Jorion LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Paul Jorion, économiste et anthropologue Un tribunal de Washington a invalidé, samedi 29 septembre, des mesures prises par la Commodity Futures Trading Commission (CFTC, le régulateur américain du marché des produits dérivés), qui visaient à plafonner le volume des positions qu'un intervenant peut prendre sur le marché à terme des matières premières, afin qu'il ne puisse, à lui seul, le déséquilibrer. Les professionnels du secteur s'étaient opposés à de telles mesures, noyant la CFTC sous un flot d'avis défavorables, s'assurant ensuite - grâce au Parti républicain - que le budget de l'organe de contrôle prévu ne soit pas voté, assignant, enfin, la CFTC devant les tribunaux. Quelques jours auparavant, le 24 septembre, l'International Organisation of Securities Commissions (organisme mondial fédérant les régulateurs nationaux sur le marché des matières premières), à qui le G20 avait confié le soin de réguler le marché du pétrole, jetait l'éponge.

Compétitivité : l’aveu de Mme Christine Lagarde Difficile de traduire plus brutalement le mot de « compétitivité » dont, depuis des mois, se gargarisent ministres, responsables de l’opposition, chefs d’entreprises et grands médias (lire dans Le Monde diplomatique d’octobre, en vente en kiosques, l’article de Gilles Ardinat, « La compétitivité, un mythe en vogue »). A la fin d’un entretien réalisé à Washington et publié jeudi 4 octobre par Le Figaro, Mme Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), se voit poser la question suivante : « Le FMI tente de faire baisser les prix à l’échelle de la zone euro pour compenser le fait qu’il [l’euro] ne puisse dévaluer. Est-ce réalisable ? » La réponse de Mme Lagarde constitue une véritable leçon de libéralisme pur et dur. Oui, explique en substance la directrice générale du FMI, mais il faut baisser les salaires ; c’est d’ailleurs ce que font déjà les Grecs, les Espagnols et les Portugais. A ce prix, les avis du FMI sont-ils encore « compétitifs » ?

Lexique : La propriété privée (Réseau Salariat) Bernard Friot (sociologue) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il anime l'Institut européen du salariat et l'association d'éducation populaire Réseau Salariat, qui promeut l'idée d'un « salaire à vie » pour tous, une proposition alternative au revenu de base[3], idée que Friot dénonce comme étant « la roue de secours du capitalisme »[4]. Ses recherches portent sur la sociologie du salariat et la comparaison des systèmes de protection sociale en Europe. Ses travaux ont également porté sur les retraites, allant à l'encontre des réformes proposées par le gouvernement en 2010. Il a plusieurs fois contredit des idées communément admises, comme en 2010 quand il explique que le « chômage des jeunes » est un « mensonge d'état », et qu'en réalité « un taux de chômage de 25 %, cela veut dire que le quart de 30 % des jeunes est au chômage.

Même le Grand Rabbin de France s’oppose au mariage homo ! (18/10) #homoparentalité (18/10/2012 – 13h05) "Gilles Bernheim, (…) poursuit: «Ce qui pose problème dans la loi envisagée, c’est le préjudice qu’elle causerait à l’ensemble de notre société au seul profit d’une infime minorité, une fois que l’on aurait brouillé de façon irréversible trois choses:- les généalogies en substituant la parentalité à la paternité et à la maternité;- le statut de l’enfant, passant de sujet à celui d’un objet auquel chacun aurait droit;- les identités où la sexuation comme donnée naturelle serait dans l’obligation de s’effacer devant l’orientation exprimée par chacun, au nom d’une lutte contre les inégalités, pervertie en éradication des différences.Ces enjeux doivent être clairement posés dans le débat sur le mariage homosexuel et l’homoparentalité. Ils renvoient aux fondamentaux de la société dans laquelle chacun d’entre nous a envie de vivre.» "(par Jean-Marie Guénois, Le Figaro) "(…)Difficile de faire passer le projet de loi sur le mariage homosexuel à la va-vite. Like this:

Sommes-nous suicidaires ? Si les chiffres du chômage constituent un bon indicateur de la santé d’un modèle économique, il convient de prendre avec sérieux les dernières statistiques fournies par Eurostat. La question qui se pose est donc de savoir jusqu’à quand les peuples accepteront de se sacrifier sur l’autel de l’économie politique financiarisée. La nouvelle est tombée sur l’ensemble des prompteurs : la zone euro compte en septembre 2012 11,6% de chômeurs ( Plus inquiétant, la tendance reste à la hausse et elle touche tous les états de la zone, y compris l’Allemagne même si nombre de commentateurs relèvent déjà que le taux de chômage y reste à un taux historiquement bas (20.000 chômeurs de plus quand les experts en attendaient deux fois moins Or, une telle réalité n’a rien de naturelle ni d’inéluctable.

Coût du travail: le gouvernement voudrait l'alléger de 8 à 10 milliards par an FISCALITÉ - La direction de PSA l'avait réclamé lors de l'annonce de son plan social du début de l'été: "Il faut alléger le coût du travail". Le gouvernement en aurait tenu bonne note, comme Le Monde l'indique mercredi 3 octobre. Selon le site internet du quotidien, les entreprises pourraient bénéficier d'un allégement du coût du travail, de l'ordre d'une quarantaine de milliards d'euros. Le gouvernement voudrait alléger de 5,4 points les cotisations patronales pour les salaires allant de 1,6 à 2,2 Smic, poursuit le quotidien. Le faibles salaires bénéficient quant à eux déjà d'exonérations. Les cotisations employeurs seraient basculées sur un impôt large, vraisemblablement la contribution sociale généralisée (CSG), selon cette même source. La CSG, comment ça marche ? Au contraire de la TVA sociale souhaitée par Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle, la CSG est un prélèvement plus juste aux yeux de la gauche. Machine arrière sur la CSG ?

Lexique : La production de valeur (Réseau Salariat) Islamosionisme @ Et l’histoire de l’islam en France quid ? Il n’y a pas que le travail souterrain du sionisme mondial . Il y a également le travail des arrière-loges mondialistes **, des universités américaines et européennes. Se rappeler que Pol Pot le boucher du peuple cambodgien et ses camarades du même pays, ont été " formés " à la Sorbonne. Cette même université avait formé aussi à Paris les plus grands leaders arabes dont le plus célèbre, Michel Aflak, allait endoctriner et embrigader des générations entières au "socialisme arabe" . Note :** L’Islam de la République, une recette des arrière-loges !

Related: