background preloader

04/ Comment fusionner 2 cultures d'entreprise après 1 acquisition?

04/ Comment fusionner 2 cultures d'entreprise après 1 acquisition?
Related:  culturebtsamentreprises&organisations

QU'EST CE QUE LA CULTURE D'ENTREPRISE ? - GROUPE CLAN ZEDE La culture d'entreprise est l'ensemble des règles d'une organisation (entreprise privée, publique...), des valeurs partagées, la manière commune d'aborder les problèmes, et la manière dont elles doivent être véhiculées. Elles peuvent être inscrites dans une charte. "La culture caractérise l'entreprise et la distingue des autres, dans son apparence et, surtout, dans ses façons de réagir aux situations courantes de la vie de l'entreprise comme traiter avec un marché, définir son standard d'efficacité ou traiter des problèmes de personnel." [1] La culture d’entreprise a cette étrange qualité d’être la chose la plus partagée et la moins formalisée. I - Les composantes de la culture d'entreprise De nombreuses composantes sont identifiables, citons par exemple : Ces composantes ne sont bien sûr pas uniques et la liste doit être adaptée à l'entreprise étudiée, au cas par cas et sont différentes selon le pays où l'entreprise se situe avec ses mœurs et son rapport au travail. Références

Une entreprise responsable Michelin Performance et Responsabilité Michelin (PRM) est l'expression de la stratégie de développement durable et de responsabilité sociale du groupe Michelin. La place de leader technologique de Michelin conduit l’ensemble du Groupe à relever les nouveaux défis de la mobilité. Ce faisant, il entend contribuer d'une manière responsable au progrès de la mobilité. En innovant, en développant de nouvelles compétences, voire de nouvelles organisations, Michelin prolonge aujourd’hui les valeurs historiques énoncées dans la charte fondatrice de la démarche Performance et Responsabilité Michelin (PRM) lancée par le groupe Michelin en avril 2002, sous l’impulsion de ses Gérants, Édouard Michelin et René Zingraff. Téléchargez le visuel 1 : Performance et Responsabilité Michelin

Proposition d'un outil d'évaluation de l'autonomie dans le travail 1Si l’autonomie dans le travail est souvent valorisée comme une source d’efficacité organisationnelle, elle reste une notion difficile à définir et à mesurer. Cet article propose des critères permettant, à partir de comportements typiques, d’évaluer les niveaux d’autonomie des individus dans leur travail, et soulève également la question des impacts des niveaux d’autonomie sur les pratiques de management. 2 Depuis une période relativement récente, l’autonomie dans le travail est présentée comme un levier d’efficacité et de compétitivité des organisations. L’autonomie dans le travail renvoie communément à l’idée de capacité d’initiatives, de discernement, d’auto organisation, voire de « liberté » dans le travail (Everaere, 1999a). Elle suppose intelligence et réflexion pour réagir rapidement à des situations plus ou moins imprévisibles, quel que soit le niveau hiérarchique des individus, même si le niveau d’autonomie tend à augmenter avec celui des classifications. , au niveau 1).

La culture d’entreprise, épisode 1 / 2. La culture d’entreprise est un thème très à la mode dans le monde des affaires. Qu’est-ce que la culture d’entreprise ? Pourquoi et comment la renforcer ? C’est ce que nous allons voir dans ce premier épisode de notre série en deux volets. Par le passé, culture d’entreprise a toujours plutôt rimé avec rigidité. Tout d’abord, qu’est-ce que la culture d’entreprise ? En effet, plusieurs études prouvent l’existence de liens entre culture d’entreprise et performance : lorsque les employés ont le sentiment d’appartenir à un groupe, ils adoptent des attitudes très favorables à la performance de l’entreprise car sa réussite leur tient à cœur. Mais l’existence d’une culture d’entreprise n’est pas réservée aux grands groupes : il est tout à fait possible de créer une culture d’entreprise et un sentiment d’appartenance au sein d’une petite ou moyenne entreprise. La culture d’entreprise peut être renforcée de plusieurs manières : la création d’une identité visuelle est déjà un bon début.

5 conseils pour faire des affaires avec l’Inde (vidéo de Laurent Goulvestre) - Les Echos Business « L’écueil principal quand on travaille avec des Indiens est de s’enthousiasmer trop vite », explique Laurent Goulvestre, spécialiste du management à l’international et auteur des livres « Bien communiquer avec vos interlocuteurs indiens » et « Les clés du savoir être interculturel ». Si de prime abord, les Indiens parlent bien anglais et qu’ils donnent l’impression de réagir vite et de manière positive, l’expérience sur le long terme s’avère souvent plus compliquée, en raison des différences culturelles. Quelques conseils pour nouer des relations pérennes. 1. En Inde, la société s'organise autour strates sociales bien définies, avec des notions de castes 2. 3. « Le temps est perçu comme un élément cyclique en Inde : ce qui n’est pas accompli dans une vie peut l’être dans une autre. 4. Laurent Goulvestre, auteur des " Clés du savoir être interculturel" (Afnor Editions) 5. Le film "Outsourced" (2007) Une entreprise américaine de vente par correspondance délocalise son call center en Inde.

Éviter le faux départ dans la course au 2.0 Cet article a été publié il y a 3 ans 1 mois 12 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. On le répète de plus en plus et à juste titre, avant la récompense vient l’effort. Malheureusement encore trop d’entreprises foncent tête baissée vers les médailles que les médias sociaux semblent pouvoir leur procurer. Pourtant comme on va le voir dans cet article, une stratégie de communication sur le web 2.0 débute par une longue phase de réflexion et d’analyse. Alors ceux qui désirent voir la course et l’arrivée avec tous les crépitements de flash qui les accompagnent, passez votre chemin. Prêt, feux, partez ??? Dans beaucoup trop d’articles, on semble proclamer et décrire ou une plusieurs stratégies idéales pour se lancer dans l’aventure. Avant de vouloir courir, il faut savoir marcher. Cette étape peut se réaliser en faisant le point sur vos ressources et vos compétences dans le web 2.0. . . Et vous, quel est votre avis ?

Une forte culture d'entreprise Elles sont inscrites sur tous les badges d'accès aux bureaux parisien de la société. Et pour cause, les valeurs de Yahoo constituent le fondement de l'entreprise. "Il s'agit surtout de principes articulés autour de la notion de respect", explique la directrice des ressources humaines de Yahoo pour l'Europe du Sud, Blandine Kouyaté. Afin de s'assurer de la diffusion de cette culture, le siège européen du groupe a nommé une série d'ambassadeurs culturels. Afin de rester au contact des préoccupations de ses salariés, l'entreprise favorise la création de commissions de salariés.

Opération Street Marketing, Leçon 1 : l’Offre Le street marketing est très efficace en créant ainsi une communication de proximité. C’est pourquoi nous vous proposons 3 leçons pour réussir cette technique. Pour mettre en place une opération de street marketing, il faut d’abord réfléchir à une offre claire, convaincante et adaptée. Le street marketing utilise à 90% la distribution de flyers, même si de plus en plus d’entreprises impliquent l’événementiel. Pour que l’opération soit efficace, il faut que l’offre soit à durée limitée en affichant une promotion. En bref, bien réfléchir sur une offre adaptée qui peut se décliner sous la forme de flyers voire en événementiel.

Les habitudes au bureau diffèrent selon les pays INFOGRAPHIE - Une étude publiée par Steelcase décortique minutieusement les différentes habitudes au bureau dans une dizaine de pays. Les open-spaces, réunions, conférences-call ou brain storming sont autant de concepts récurrents dans les entreprises. Selon la structure où le domaine d'activité concerné, les habitudes de travail sont susceptibles de varier. Mais dès lors que l'on franchit les frontières d'un autre pays, elles peuvent complètement changer de visage. Ainsi, si la figure du «chef» aux États-Unis a un leadership qui ne peut exister sans la consultation régulière de ses salariés, en Chine, le chef est quasiment considéré comme un dieu. Le spécialiste de l'espace de travail Steelcase a publié une longue enquête qui détaille les habitudes actuelles au travail, dans plusieurs pays, aux quatre coins de la planète. • En France, on supporte les rapports hiérarchiques. • En Allemagne, la ponctualité est une valeur essentielle. • La Grande-Bretagne, un pays individualiste.

Le Leader du CRM et du Cloud Computing Introduction : gérer votre entreprise facilement La gestion des interactions et des informations clients devient un jeu d'enfant avec la solution de Salesforce CRM. Fini les recherches interminables dans des feuilles de calcul, vos e-mails et des bases de données. Tout ce dont vous et vos collègues avez besoin est stocké en central, dans un emplacement unique et accessible où que vous vous trouviez. En outre, vous pouvez adapter la solution Salesforce CRM à votre manière de travailler et vos processus métiers. Suivre la Démo | Fiche technique Ventes : remporter plus d'affaires, plus vite Concluez vos affaires plus rapidement grâce au stockage centralisé et à la mise à jour des informations ; enregistrez vos interactions clients et suivez l'intégralité de votre processus de vente. Suivre la Démo | Fiche technique Support Client : épatez-les Avec un support client efficace, tout le monde est gagnant : les clients, les employés et le chiffre d'affaires de votre entreprise !

CARRIERE - Gérer les différences culturelles en entreprise Les différences culturelles au sein d'une entreprise peuvent être source de tensions et constituer une entrave majeure au fonctionnement du groupe, voire une cause d'échec. Mais elles peuvent aussi être facteurs d’épanouissement des individus et de performances des entreprises. Le résultat dépend de la manière dont on gère les différences culturelles. photo DR Lepetitjournal.com : Choc des cultures, barrière de la langue, travailler dans un pays étranger n'est pas toujours simple. Evalde Mutabazi : Evidemment, toute préparation est bénéfique pour pouvoir s'intégrer dans un contexte différent, lors d’un départ à l’étranger mais aussi au retour dans son entreprise et son pays d’origine. Ensuite, il est important de s'informer de façon plus large sur le pays ou l’entreprise où l'on va travailler, car beaucoup de comportements, d'attitudes ou de valeurs y sont différents de ceux que l'on connait dans notre propre pays ou entreprise d’origine.

6 outils gratuits pour mesurer votre visibilité sur Internet Dans l’idée, toute action réalisée sur le web suppose l’émergence d’une rétribution, d’un retour sur investissement. Après la compensation financière, la meilleure récompense est le gain de visibilité de son entreprise sur Internet. Pour faire un état des lieux régulier et rapide de ce qui se dit de vous, plusieurs outils ont été conçus pour vous faciliter la tâche. Petite sélection. Google alerts : L’outil le plus connu pour rester informé sur le web. Bien souvent, ces outils ne déploient leur vrai potentiel qu’à partir du moment où vous vous créez (gratuitement) un compte sur leur site. Des outils comme ceux-là, il en existe des milliers. coups de coeur, Non classé

www.simplypsychology.org/social-identity-theory.html by Saul McLeod published 2008 Henri Tajfel's greatest contribution to psychology was social identity theory. Social identity is a person’s sense of who they are based on their group membership(s). Tajfel (1979) proposed that the groups (e.g. social class, family, football team etc.) which people belonged to were an important source of pride and self-esteem. In order to increase our self-image we enhance the status of the group to which we belong. Therefore we divided the world into “them” and “us” based through a process of social categorization (i.e. we put people into social groups). This is known as in-group (us) and out-group (them). The central hypothesis of social identity theory is that group members of an in-group will seek to find negative aspects of an out-group, thus enhancing their self-image. Henri Tajfel proposed that stereotyping (i.e. putting people into groups and categories) is based on a normal cognitive process: the tendency to group things together. Conclusion References

Related: