background preloader

Espèces d'espèces, l'extraordinaire diversité du vivant - systématique et phylogénie

Les abeilles et les fleurs communiquent grâce au courant électrique Les fleurs émettent un faible champ électrique qui signale aux insectes pollinisateurs la présence de nectar dans leur corolle. C'est ce que dévoile une nouvelle étude publiée dans la revue Science Express et menée par les scientifiques de l'École de sciences biologiques de l'Université de Bristol. "Quand un bourdon s'approche d'une fleur, on voit les grains de pollen sauter sur lui avant qu'il se pose. C'est étonnant", rapporte Daniel Robert, de l'université de Bristol. Le chercheur est arrivé à déterminer que ce phénomène était dû aux différences de potentiel électrique entre la plante et l'insecte. Le bourdon est chargé positivement alors que la fleur émet un faible champ électrique chargé négativement. Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques de l'École de sciences biologiques de l'Université de Bristol ont observé plus de 200 abeilles pendant la collecte de pollen de pétunias.

Hackez les villes Blog écologie Ici on ne souffle pas les bougies, on souffre les pissenlits ! C’est fou comme le temps passé vite ! Je n’en reviens pas ! Ma vie a changé en 3 ans mon blog aussi, il a changé de tête déjà. La preuve mon autre blog cuisine saine aura 4 ans en juillet. Puis en novembre 2010 déménagement dans une maison et hop un nouveau sujet qui le vient, le potager bio, le jardin écologique. Un autre sujet que je n’ai pas eu beaucoup le temps de traiter, celui des cosmétiques bio, et des cosmétiques fait maison. Alors on dit que c’est reparti encore au moins pour un an ? Un nouveau livre sur la fabrication des meubles en carton Et voici des nouvelles de Zoé notre créatrice de meubles en carton. Des patrons de meubles design à créer en carton pour sa maison : vive la récupération ! Les matériaux verts organisent 2 démonstrations

Le 22 août, le monde a épuisé ses ressources naturelles Cette année, le jour «du dépassement» est ce mercredi 22 août. Selon les calculs de l’ONG Global footprint network, le monde a consommé en 234 jours les ressources naturelles produites par la Terre en un an. Plus de consommation, moins de production Ce qui inquiète le plus l’ONG, c’est que chaque année, la date du «dépassement» avance: elle était estimée au 21 octobre en 1992, au 3 octobre en 2002 et dix ans plus tard, la date a avancé de plus d’un mois. Les ressources produites par la planète sont consommées bien plus rapidement qu’elles ne sont produites, s’alarme l’ONG, qui compare les besoins croissants de l’humanité à la disponibilité décroissante des ressources. Ainsi, en 2008 l’humanité consommait 2,7 «hectares globaux» par personne en moyenne, alors que la Terre ne pouvait supporter que 1,8 hectare par habitant. Audrey Chauvet

Related: