background preloader

Devoirs : Réorienter l’école, pour ne plus désorienter les parents ?

Devoirs : Réorienter l’école, pour ne plus désorienter les parents ?
« Nombre de familles, sous l’effet de la circulation des devoirs, transforment leur foyer en une véritable institution de sous-traitance pédagogique ». La phrase pourrait valoir provocation, adressée aux enseignants largement persuadés que les parents, trop souvent démissionnaires, s’éloignent des réquisits du travail scolaire. Pourtant, Séverine Kakpo est allée voir de près. Le constat de Séverine Kakpo est assez direct : non seulement les parents ne démissionnent pas, mais il s’investissent. Prenons l’exemple d’une élève qui a du mal à comprendre le texte qu’il a à lire à la maison. La tâche de lecture elle-même ne va pas de soi, pour nombre de parents : faut-il faire lire « à voix haute » ou « dans sa tête » ? Des normes invisibles qui suscitent les malentendus Ces situations peuvent donc générer des incompréhensions sur le sens des tâches données dans les devoirs. Les parents « résistants pédagogiques » ? Rien d’étonnant, donc, pour S. Une promesse à tenir ? Marcel Brun

Devoirs à la maison, une guerre qui dure La rentrée scolaire a eu lieu, et avec elle les enjeux autour des devoirs à la maison reviennent sur le devant de la scène. Peut-on vraiment donner en primaire aux élèves du travail à réaliser hors de la classe ? C’est une question qui est régulièrement posée et sur laquelle un flou demeure. Si les élèves peuvent avoir des lectures à faire ou des leçons à apprendre chez eux, les enseignants ne doivent en principe pas leur confier d’exercices écrits. La circulaire du 29 décembre 1956 a en effet édicté « la suppression des devoirs à la maison ou en étude », avec des attendus significatifs qui restent très actuels : « Six heures de classe bien employées constituent un maximum au-delà duquel un supplément de travail ne peut qu’apporter une fatigue préjudiciable à la santé physique et à l’équilibre nerveux des enfants. Études surveillées Diminution du temps d’étude et disparités

Le sport à l'école maternelle L'école maternelle est l'occasion de construire les actions motrices essentielles : se déplacer, assurer son équilibre et manipuler des objets, les projeter ou les recevoir. Les jeux des tout petits en sont les premières manifestations. Le maître conduit l'enfant à passer du simple plaisir d'agir à des actions voulues et organisées, graduellement plus élaborées et articulées entre elles. Le sport scolaire contribue à promouvoir le respect de l’éthique et des valeurs éducatives et humanistes du sport. C'est à cette période de l'enfance que s'élabore le répertoire moteur de base composé d'actions fondamentales : des déplacements (marcher, courir, sauter)des équilibres (se tenir sur un pied)des manipulations (saisir, tirer, pousser)des lancers, des réceptions d'objets L'enfant apprend aussi à partager avec ses camarades des moments de jeux collectifs, de jeux dansés et chantés. Ces expériences l'amènent à exprimer et à communiquer les impressions et les émotions ressenties.

DEVOIRS A LA MAISON Assez curieusement et par un étrange renversement, les « devoirs scolaires » sont aujourd’hui identifiés comme des travaux que l’on fait à la maison, ou, pour les élèves internes, en étude… mais, dans tous les cas en dehors de la présence d’un professeur. Certes, il existe des structures encadrées par les enseignants sous des noms divers (aide individualisée, accompagnement personnel, tutorat, etc.), mais, dans l’immense majorité des cas, ce qui se fait là relève plutôt d’une « pédagogie de soutien » qui reprend des notions mal comprises en classe et n’exonère en rien l’élève de son travail personnel à la maison. Pourtant, historiquement, le travail personnel de l’élève – qu’il concerne la mémorisation, l’entraînement, la recherche ou l’élaboration personnelle – a été conçu comme un des éléments fondamentaux de la scolarisation, devant être effectué en classe ou, au moins, sous la responsabilité directe de l’école. Que reproche-t-on aux devoirs à la maison ? Philippe Meirieu

Le sport à l'école élémentaire Trois heures par semaine, l’éducation physique et sportive (EPS) vise le développement des capacités motrices et la pratique d’activités physiques, sportives et artistiques. Elle contribue à l’éducation à la santé en permettant aux élèves de mieux connaître leur corps, et à l’éducation à la sécurité, par des prises de risques contrôlées. Elle éduque à la responsabilité et à l’autonomie, en faisant accéder les élèves à des valeurs morales et sociales, telles que le respect de règles, le respect de soi-même et d’autrui. Le sport scolaire contribue à promouvoir le respect de l’éthique et des valeurs éducatives et humanistes du sport. L'éducation physique et sportive dans les programmes scolaires Plusieurs activités physiques et sportives sont travaillées chaque année de manière à construire des apprentissages solides. Chacun des modules abordés est l'occasion de construire des connaissances nouvelles, tant sur soi que sur les activités physiques et sportives pratiquées.

Devoirs des lycéens Obligation de respect des personnes et des biens Les élèves doivent respecter l'ensemble des membres de la communauté éducative (élèves, parents, personnels, enseignants...) tant dans leur personne que dans leurs biens. Ils doivent également respecter les bâtiments, les locaux et le matériel qui sont mis à leur disposition. Obligation de travail scolaire Les élèves doivent accomplir les travaux écrits et oraux qui leur sont demandés par les enseignants. Ils doivent respecter le contenu des programmes et se soumettre aux modalités de contrôle des connaissances qui leur sont imposées. Obligation d'assiduité L'obligation d'assiduité consiste pour les élèves à se soumettre aux horaires et aux programmes d'enseignement définis dans l'emploi du temps de l'établissement.

Le sport au collège L’éducation physique et sportive (EPS) au collège Tous les collégiens reçoivent un enseignement obligatoire d’éducation physique et sportive (EPS) hebdomadaire. Son volume horaire est de 4 heures en classe de sixième et de 3 heures dans les autres niveaux de classe. Les collégiens peuvent pratiquer des activités variées : 26 activités physiques, sportives et artistiques (APSA) sont définies au niveau national. L’EPS aide filles et garçons à acquérir de nouveaux repères sur eux et sur les autres, de nouveaux pouvoirs moteurs et gagner en efficacité. respecter la règles’engager dans une démarche de projetprendre des responsabilitésse connaître et se préserver Programme d'éducation physique et sportive du collège, sur Éduscol Association sportive scolaire Les collégiens qui ont envie de pratiquer une activité sportive en plus des cours obligatoires d'EPS peuvent se tourner vers une association sportive scolaire (AS). Une AS est obligatoirement créée dans chaque collège. "Rame en cinquième !"

94-226 : Organisation des études dirigées à l'école élémentaire Organisation des études dirigées à l’école élémentaire Circulaire n° 94-226 du 6 septembre 1994 Abrogée par la circulaire de simplification administrative n° 2009-185 du 7 décembre 2009. B.O.E.N. n° 33 du 15 septembre 1994 Dans les écoles élémentaires, des études dirigées, d’une durée quotidienne de trente minutes, sont mises en place, dans chaque classe, pendant le temps scolaire, à la suite des séquences d’enseignement proprement dites et avant le début des activités péri-scolaires éventuelles. Elles ne remettent donc pas en cause les activités organisées dans le cadre des contrats d’aménagement du temps de l’enfant (CATE) ou des contrats de ville, ni les activités auxquelles les élèves pourraient participer en dehors du temps scolaire à la demande des familles, dans le cadre des études surveillées organisées par les municipalités ou les associations de parents d’élèves et de l’accompagnement scolaire assuré par le milieu associatif. Marcel Duhamel Directeur des Écoles

"Le sport à l'école et le sport scolaire" : rapport parlementaire de Monsieur Robert Lecou, député de l'Hérault Le président de la République a reçu aujourd’hui Robert Lecou, député de l’Hérault, qui lui a remis son rapport sur le sport à l’école. Au terme de nombreux entretiens et visites d’établissements scolaires, Robert Lecou formule vingt-quatre préconisations en faveur du développement du sport à l’école, après avoir dressé un état des lieux objectif des différents dispositifs sportifs mis en place dans le cadre scolaire. Le rapport souligne les nombreux bienfaits du sport, tant en ce qui concerne l’équilibre et la santé des élèves que l’intégration par les jeunes de valeurs essentielles comme le respect de l’autre et des règles, le sens de l’effort et l’esprit d’initiative. Le président de la République tient à remercier Robert Lecou pour son travail qui se penche sur tous les niveaux de notre système scolaire, ne laisse de côté aucune des dimensions du sport à l’école et aborde les questions essentielles de la gouvernance et du pilotage du système.

Related: