background preloader

Évaluer des travaux 2.0

Évaluer des travaux 2.0
L’évaluation de productions d’élèves publiées sur les réseaux sociaux peut relever du défi aux yeux de nombreux enseignants. Sur quels critères évaluer le billet d’un élève sur un blogue? Dois-je évaluer toutes ses publications? Comment mesurer ses interactions avec les autres élèves-blogueurs? Michelle Deschênes enseigne au collégial. Confrontée elle-même à ces questions, l’enseignante a mené une recherche dans le cadre de laquelle elle a développé des grilles d’évaluation pour les travaux 2.0 d’élèves. Intégration pédagogique du web social : évaluation des productions par Michelle Deschênes, enseignante au Collège O’Sullivan de Québec Plusieurs enseignants choisissent d’intégrer les technologies pour supporter des activités pédagogiques. Sur le même thème Noter les productions numériques des étudiants : oui, mais comment ? Des critères d’évaluation pour les contributions à un blogue (RIRE) Les grilles rassemblées dans ce billet sont le fruit du travail d’enseignants et de chercheurs.

http://rire.ctreq.qc.ca/2012/10/evaluer-des-travaux-2-0/

Related:  TechnopédagogieEnseignement et numérique (1)Enseigner les TICE

Quels outils numériques pour quels besoins ? Le recours aux technologies numériques à l’appui d’un cours doit respecter quelques principes de bon sens. Il ne s’agit pas d’utiliser l’outil pour lui-même, simplement pour être à la page. On observe trop souvent des présentations inutiles, qui n’apportent rien à l’exposé, voire pire, qui détournent l’attention du public. A cet égard, on gardera à l’esprit que l’utilisation pertinente du tableau traditionnel produira toujours un résultat plus satisfaisant que celle médiocre d’un média moderne. S’agissant des nouvelles technologies, il conviendra plutôt de partir d’un besoin pédagogique, puis de sélectionner l’outil le plus adapté afin de répondre à ce dernier.

Modifier au statut de l'erreur en classe : l'exemple d'un cours avec l'application Tellagami Share Tweet Email J’inaugure cette série « faire cours avec » avec une application découverte il y a 15 jours grâce à edulogia et dont je trouve l’efficacité redoutable: Tellagami. Le programme permet la création d’une vidéo composée d’un avatar (appelé « gami« ) qui présente un arrière plan modifiable (photographie, tableau etc). On ajoute ensuite un enregistrement vocal dans un temps donné (30 secondes max).

Que signifie vraiment « intégrer les TIC » en pédagogie Posons-nous la question suivante : comment un enseignant qui désire intégrer les technologies à sa pédagogie doit-il procéder ou quelles sont les étapes successives et requises visant à l’intégration des TIC par un enseignant ? Il existe quelques modèles qui nous permettent de bien situer les enseignants à l’égard de l’usage des technologies. Un premier modèle expérientiel global est celui proposé par Morin (2010) dans le cadre de son article intitulé « Ma petite histoire d’intégration des TIC en pédagogie » de la revue Pédagogie Collégiale, VOL 23, Numéro 2 (hiver 2010). Vu sous l’angle d’une progression dans le temps, Morin (2010) nous propose une intégration des TIC en six temps très distincts : « En intégrant les TIC à ma pédagogie, je me suis vite rendu compte que la compétence dans le domaine ne se limite pas à la connaissance des outils technologiques.

La classe inversée « permet une pédagogie vraiment active » Pédagogie circulaire, élèves actifs : la classe inversée n'est pas simple à mettre en place, mais elle possède beaucoup d'avantages. Témoignage d'Olivier Quinet, prof de collège. Les 4e d’Olivier Quinet pendant une tâche complexe. Eloge du désordre, ou quand l’improvisation devient une qualité professionnelle « Est-il judicieux de tout prévoir, calibrer, programmer, quand nos expériences (…) nous apprennent que les processus à l’œuvre en éducation composent avec l’improvisation, la réactivité, et donc une certaine créativité ? ». A cette question de François Muller, sur le blog « Chroniques parisiennes en innovation et en formation », tout le monde est tenté de répondre non.

Histoire-Géographie-Lyon - Pratiquer l'oral en Histoire-Géographie avec des outils nomades <code>De nombreuses applications gratuites pour outils nomades (smartphone et tablette) se développent pour construire des Visual Storytelling autrement dit des récits visuels. Utilisée dans les entreprises dans le cadre du marketing et du management, la construction de récits visuels s’avère très intéressante pour développer des capacités de narration et d’expression orale avec nos élèves. Le principe est très simple : il s’agit d’associer une photographie (et/ou plusieurs), d’insérer du texte et d’enregistrer sa voix et de construire ainsi une narration.

Dyslexie : l'importance de la mise en page Par La rédaction d'Allodocteurs.fr Rédigé le Dyslexie : l'importance de la mise en page Les dyslexiques peinent à analyser les lettres, les sons et à comprendre les textes qu'ils lisent. Mais qu’apprendront demain nos enfants à l'école ? A la rentrée prochaine, les enseignants du primaire et du secondaire auront de la lecture. Ils seront en effet consultés par le Conseil supérieur des programmes (CSP), une instance indépendante créée par Vincent Peillon, qui se réunit une dernière fois ce jeudi 5 juin, avant de rendre ses conclusions. Des conclusions soumises à la lecture des profs via un texte qui leur sera adressé : le Socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Partager et analyser les ressources en classe, une pratique prometteuse Pour se retrouver dans l'énorme quantité de ressources disponibles sur la toile, rien ne vaut le socialbookmarking, ou sites d'indexation partagée de signets. Ces répertoires de ressources personnels ou collectifs sont désormais intégrés aux TICE dans une part croissante des classes des écoles anglo-saxonnes. Ce diaporama de Daniel Churchill de l'Université de Hong Kong nous rappelle la différence entre les sites dédiés aux socialbookmarking et les autres sites de partage de ressources. En résumé: Une offre vaste pour des utilisations variées Bruno Devauchelle : Une place pour l'usage ordinaire du numérique ? Ce qui crée un trouble dans l'analyse du développement du numérique en éducation c'est que l'on survalorise les expérimentations/innovations par rapport aux pratiques ordinaires. La médiatisation des faits tend à encourager cette survalorisation : on parle des évènements rares et pas de ceux qui sont fréquents et ordinaires (hormis pour les "marronniers", ces moments de l'année pour lesquelles les médias ne peuvent que faire un pseudo évènement : rentrée des classes, arrivée de l'hiver etc.). Et pourtant les pratiques ordinaires sont beaucoup plus nombreuses que ces pratiques qui font l'objet de tant de reportages et autres articles de presse.

Sciences de la vie et de la Terre - La classe inversée / Ce que c'est et Ce que ce n'est pas La classe inversée Ce que c’est et Ce que ce n’est pas On trouve sur Internet de plus en plus de sites et de blogs sur la classe inversée ou Flipped classroom en anglais. On définit traditionnellement la classe inversée ainsi : Suivi des apprentissages au moyen d’évaluations formatives par questions à choix multiples diffusées sur le Web par le logiciel eTests eTests est un logiciel libre permettant l’édition collaborative et la diffusion d’évaluations formatives par questions à choix multiples sur le Web. Ces évaluations sont formatives, car à chaque proposition de réponse sont associés des justificatifs détaillés ou des indices, selon que la proposition est correcte ou incorrecte. Ce retour instantané d’information permet à l’étudiant de rectifier une éventuelle erreur ou de conforter son raisonnement. L’enregistrement de chaque réponse permet le suivi des performances individuelles ou de groupes. Ceci permet à l’apprenant de se positionner vis-à-vis de ses pairs et le responsabilise dans sa formation. L’analyse édumétrique des réponses permet de détecter des difficultés de résolution, qui peuvent révéler la présence d’un obstacle cognitif de la matière enseignée, dont le diagnostic pourra être affiné par la rédaction de séquences de questions de complexité croissante.

Introduction au dossier “Éduquer au Web2″ Ne nous voilons pas la face, même si des enseignants de plus en plus nombreux s’emparent du Web2 au plus grand bénéfice de leurs élèves, ce n’est pas sans mal ni sans obstacle. S’il apparaît évident que pour préparer nos élèves au monde de demain nous ne pouvons faire l’impasse sur les nouvelles technologies et si officiellement l’institution nous y invite, les choses ne sont pas si simples. Par méconnaissance, peur d’être dépassé par ces outils régulièrement diabolisés dans les médias, les cadres de l’Éducation Nationale mettent en place des filtrages qui empêchent enseignants et élèves d’accéder librement aux ressources du Net dans les établissements… De plus, c’est toute une culture professionnelle qui est à réviser : l’enseignant n’est plus le seul détenteur du Savoir, mais un outil parmi d’autres (essentiel certes) au service des apprentissages de ses élèves.

Related: