background preloader

A propos de Sémiozine atelier d'analyse sémiologique

A propos de Sémiozine atelier d'analyse sémiologique
Related:  Analyses & Sémiologie...sémiologie

Sémiologie de l'image fonctionnelle Base de la semiologie générale Sémiologie (ou sémiotique) = science des signes Le fait que les sociétés ou les individus utilisent des symboles. La fonction symbolique est à la base de la culture, les cultures sont tissées de symboles. Découverte par les philosophes, elle a beaucoup de définitions suivant le champ d'utilisation. Définition générale de Charles S. Deuxième définition : C'est la capacité de se représenter l'absent. Symbole affectif Fréquent chez le petit enfant : Le doudou n'a pas de fonction pratique c'est un fétiche, il renvoie au sein maternel, permet au bébé de garder sa mère près de lui. Symbole par ressemblance objective symbole qui imite (portrait) ressemblance objective avec ce qu'il représente valable pour tous ex : code de la route, symbole dos d'âne : recherche d'une ressemblance La fonction symbolique basée sur une représentation objective s'installe très tôt chez un enfant et est la base de sa pensée. Symboles et signes sont des substituts représentatifs : Définition linguistique du signe :

Décrire et analyser une photographie Voici quelques pistes pour décrire et analyser une photographie. Cette fiche est un peu complexe et peut être adaptée au niveau des élèves et à la façon dont on souhaite travailler autour de la photographie (voir deux exemples avec barème de notation en fin d'article). I - DESCRIPTION d’une PHOTOGRAPHIE 1) Au dos de la feuille, décrire en quelques lignes ce que représente la photographie : lieu, objets, personnage, action … 2) Observer les détails, en cochant les bonnes réponses ◊ et en complétant les « … » : Énumérez les objets qui jouent un rôle ◊ secondaires …… ◊ essentiels …… Ont-ils un rôle ◊ descriptif ◊ informatif Donnent-ils un indice sur le lieu ◊ l’époque ◊ les personnages ◊ l’action Lequel ? ◊ Décor intérieur ◊ extérieur ◊ Pas de décor ◊ Paysage ◊ naturel ◊ urbain ◊ Décor ◊ réaliste ◊ stylisé ◊ Pas de personnage ◊ Portrait ◊ Plusieurs personnages (nombre : ……..) Les personnages ◊ posent ◊ sont pris sur le vif ◊ Un personnage est mis en valeur : C’est ………………………… LES REGARDS sont dirigés vers

L’image et l’écrit : différences et ressemblances ? La photographie touche aux sens, à l’émotion et à la raison. Voilà un média complet. Entre nous, derrière cette photographie, qu’y voit on ? un soldat et un enfant bien sûr. On est ému, par. Selon les convictions de chacun, on interprétera cette image : – comme la dénonciation de la guerre, qui prend en otage des civils, et des enfants. – l’aide bénéfique de l’armée et de la guerre, protégeant ses victimes. – La manipulation d’une nation pour rendre « positive » une intervention armée. Voilà la limite de la communication analogique. On aurait besoin d’une explication verbale ( communication digitale ) pour éclairer le sens. La communication analogique n’a pas de syntaxe permettant une explication non équivoque. [ on lira l’axiome de la logique de la communication, Par Watzlawick : communication digitale et communication analogique ]. L’image ressemble donc à la réalité, et il n’y a pas besoin de mots, de raison pour la comprendre. Reprenons l’exemple de l’image ci-dessus : J'aime :

Analyser une image – conseils Lorsqu’on regarde une image, on recueille de l’information. "Une image vaut mille mots" comme le dit si bien le proverbe. Comment analyser une image? L’idéal est de disposer d’une grille à compléter avec les informations pertinentes. En voici un exemple. Il est possible que l’on ne puisse pas répondre à toutes ces questions. Une image contient beaucoup d’information. n’est jamais de trop pour agrandir les détails! Attardons-nous maintenant à la cueillette d’information. Les personnes Éléments à regarder -Actions des personnes, rôle de chaque personne, liens entre les personnes (parenté, couple), etc -Habillement et coiffure (apparence de la personne) -Language corporel des personnes représentées: désespoir, colère, angoisse. L’espace/ le temps Éléments à regarder -Lieu géographique -États des lieux (propre, sale, etc) -Jusqu’à quel point l’espace est-il rempli? Questions à se poser -Quelle est la fonction de ce lieu? Technique/style Autres éléments Références: Laurent Gervereau. Like this:

Ce langage qui fascine mais dont le fonctionnement nous échappe - Simon Levesque Dans le plus récent numéro du Cygne noir, revue d'exploration sémiotique, nous avons voulu traiter du concept de sutures, suivant les recherches avancées dans l'ouvrage Sutures sémiotiques du philosophe belge Herman Parret. Ici, je reprends une certaine part de mon texte d'introduction à ce numéro pour mettre en évidence une problématique simple qui, de manière générale, se trouve à l'origine des études sémiotiques. Petit exercice de vulgarisation, donc, à l'intention de celles et ceux pour qui résiste la compréhension de ce mot, de ce champ d'études, la sémiotique, et à quoi, trivialement, elle se rapporte. Comment dire l'évidence (qui n'est pas simple)? Comment comprendre le rapport complexe qui se joue entre les mots et les choses? Des concepts variés sont là, prêts dans la langue (c’est-à-dire revêtus d’une forme linguistique) tels que bœuf, lac, ciel, rouge, triste, cinq, fendre, voir. Le fonctionnement du langage, en effet, paraît bien obscur. le lapin blanc est toujours en vue H.

Analyse esthétique d'une photographie de Robert Doisneau - Bolides à Paris Analyse La première lecture de l'image invite à comparer l'énorme taille du véhicule de l'adulte à droite à la taille réduite de l'automobile à pédales de l'enfant à gauche. Quasi instantanément le spectateur est conforté dans cette comparaison par le regard croisé de l'enfant qui souligne l'existence d'un rapport établi entre les 2 véhicules : L'enfant est sur le trottoir et la voiture sur la chaussée. Le bord du trottoir marque la limite du monde de l'enfant et du monde de l'adulte. Mais un élément inquiétant en provenance du monde de l'adulte pénètre dans le monde de l'enfant : une roue du véhicule de l'adulte est montée sur le trottoir. Ces deux éléments sont d'autant plus menaçants que le petit bonhomme avait l'air de circuler lui-même bien droit sur le trottoir, tenant sagement son volant à 10 heures 10. L'opposition entre le monde de l'enfant et le monde de l'adulte n'est donc pas seulement une opposition d'échelle et de lieu ; c'est aussi une opposition d'ordre. Conclusion

Appel à contribution | CYGNE NOIR Sémiotique et liberté Pour la plupart d’entre nous, chaque journée débute de la même manière : le retentissement de l’alarme du réveille-matin se fait entendre et nous tire du sommeil, signal suivi d’une décision plus ou moins éclairée, plus programmée que choisie, qui consiste en général à se lever pour entreprendre d’accomplir les activités prévues à l’horaire cette journée-là. Presque tous nos matins sont faits de cet agencement sémiotique performatif dont la contrainte programmatrice est très peu réfléchie, parce qu’assimilée à une routine elle-même contrainte et programmée. En puissance, les effets d’un signe sont foncièrement équivoques, puisque le sens possible de celui-ci repose sur un contexte, variable, que ce signe sollicite du point de vue de celles et ceux qu’il affecte. Le sens des signes est intrinsèquement lié au pouvoir qu’ils ont de contraindre l’usage que l’on peut faire d’eux. Candidatures Votre proposition doit comporter : Calendrier

Analyse d'oeuvre : Les expulsés d'Ernest Pignon Ernest L’intérêt d’aborder l’œuvre « Les expulsés » d’Ernest Pignon Ernest en histoire des arts ne fait aucun doute. Son impact sur le public en lien avec le contexte du moment à Paris l’inscrivent dans une perspective historique ; un fait marquant de l’actualité. Mais comment un simple dessin marouflé sur la façade d’un immeuble peut-il susciter autant de questions ? Vous trouverez une analyse de l’œuvre partant de recherche : sur l’artiste, son courant d’appartenance, le contexte historique et une description physique. Il manque parfois une problématique dans la mise en place de l’histoire des arts au collège. Il reste à préciser pour les élèves adeptes du « prêt à penser » que lors de l’oral du brevet des collèges, il est demandé au candidat une forme de recul sur l’œuvre, une réflexion personnelle et non un copié collé d’une analyse dont on ne comprend pas le sens. Nom de l’œuvre : « Les expulsés » Période historique : XXe siècle Domaines artistiques : Arts du visuel et Arts de l’espace image

Related: