background preloader

Du neurone au sommeil

Du neurone au sommeil

Syndrome d'épuisement professionnel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le syndrome d’épuisement professionnel, ou burnout, combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l'activité professionnelle, et un sentiment d'échec et d'incompétence dans le travail. Le syndrome d'épuisement professionnel est considéré comme le résultat d'un stress professionnel chronique (par exemple, lié à une surcharge de travail) : l'individu, ne parvenant pas à faire face aux exigences adaptatives de son environnement professionnel, voit son énergie, sa motivation et son estime de soi décliner. En 1969, Harold.B Bradley est la première personne à désigner, dans son article « Community-based treatment for young adult offenders », un stress particulier lié au travail sous le terme de burnout. Ce terme est repris en 1974 par le psychanalyste Herbert J. « En tant que psychanalyste et praticien, je me suis rendu compte que les gens sont parfois victimes d’incendie, tout comme les immeubles. — Herbert J.

Maslach Burnout Inventory's.svg - Wikipédia Cancel Edit Delete Preview revert Text of the note (may include Wiki markup) Could not save your note (edit conflict or other problem). Please copy the text in the edit box below and insert it manually by editing this page. Upon submitting the note will be published multi-licensed under the terms of the CC-BY-SA-3.0 license and of the GFDL, versions 1.2, 1.3, or any later version. See our terms of use for more details. Add a note Draw a rectangle onto the image above (press the left mouse button, then drag and release). Save To modify annotations, your browser needs to have the XMLHttpRequest object. [[MediaWiki talk:Gadget-ImageAnnotator.js|Adding image note]]$1 [[MediaWiki talk:Gadget-ImageAnnotator.js|Changing image note]]$1 [[MediaWiki talk:Gadget-ImageAnnotator.js|Removing image note]]$1

Les gens intelligents se couchent tard Selon une récente étude, le timing du sommeil reflète l’intelligence: les personnes avec des QI (quotients d’intelligence) plus élevés tendent à être plus actifs la nuit et à se coucher plus tard, tandis que ceux avec des QI plus bas tendent à se coucher plus tôt. Le manque de sommeil peut entraîner l’obésité, l’hypertension et de manière générale réduire l’espérance de vie. La somnolence réduit quant à elle la performance mentale, et est à l’origine de nombreux accident de la route par exemple. Mais les horaires du sommeil font partie des sujets qui font débat depuis quelques années, plus particulièrement la corrélation entre le moment du sommeil (plutôt le matin ou plutôt le soir) et l’intelligence, écrit le scientifique Robert Alison dans un article du Winnipeg Free Press qui fait un tour d’horizon des nombreuses publications scientifiques dédiées au sujet. Photo: Sleeping / pedrosimoes7 via Flickr CC License by

depression et sommeil Chez l'homme, la privation de sommeil a un fort effet antidépresseur. Les neurones sérotoninergiques sont, en effet, très actifs à l'éveil. Mais, contrairement aux effets des antidépresseurs ISRS, l'effet de la privation de sommeil est immédiat. Il s'agirait donc d'associer une privation de sommeil d'une nuit par semaine à la prise régulière d'un antidépresseur ISRS - ce qui accélérerait et améliorerait l'effet thérapeutique des ISRS. En outre, l'insomnie pourrait être une sorte d'automédication d'une dépression latente. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), antidépresseurs de la nouvelle génération, bloquent le transporteur de la sérotonine, augmentant ainsi la sérotonine présente dans la fente synaptique. Ainsi, les antidépresseurs ne sont cliniquement efficaces qu'au bout de 2 à 4 semaines de traitement quotidien et ne doivent jamais être interrompus brutalement (effet rebond).

Une nuit blanche accroît notre attrait pour les aliments gras et sucrés › Santé Une nuit blanche a pour effet d'altérer certaines de nos fonctions cérébrales, ce qui augmente notre attrait pour les aliments gras et sucrés. Crédits : Domaine public Après une nuit blanche, nous avons tendance à préférer des aliments gras et sucrés. En cause l'altération de certaines de nos fonctions cérébrales, provoquée par la privation de sommeil. C'est un constat non pas issu d'observations empiriques, mais d'une minutieuse expérience de neuroimagerie menéee sur le cerveau de 23 volontaires : une nuit blanche engendre l'altération de certaines de nos fonctions cérébrales, ce qui a pour conséquence d'accroître notre appétence pour les aliments gras et sucrés. Ce résultat a été publié le 6 août 2013 dans la revue Nature, sous le titre « The impact of sleep deprivation on food desire in the human brain ». Pour parvenir à ce constat, la neurologue Stephanie M. Quelques jours après, la même expérience a été reproduite… mais cette fois après une bonne nuit de sommeil. Résultat ?

Vitamine C et sommeil ne font pas mauvais ménage Vous avez toujours entendu dire qu'il ne fallait pas manger d'oranges au dîner au risque de ne pas pouvoir vous endormir ? C'est exactement ce que l'on appelle une idée reçue ! Notre astuce fait le point sur la question. Vitamine C : effet stimulant limité Pour que la vitamine C ait un effet stimulant, il faudrait en consommer au minimum 500 mg. Or voici un tableau qui pourra vous surprendre. Il est facile de constater que l'orange n'est pas la mieux placée pour ce qui est de l'apport en vitamine C et que tous ces aliments en contiennent bien moins qu'un comprimé de vitamine C (500 mg à 1 g). N'hésitez donc pas à consommer des fruits et des légumes au dîner, même s'ils sont riches en vitamine C. Rappel : il est conseillé, pour être en bonne santé, de manger cinq fruits et légumes par jour ! Comprimés de vitamine C : n’influent pas sur le sommeil Plusieurs études ont montré que prendre un comprimé de vitamine C de 500 mg ou de 1 g ne perturbait pas pour autant le sommeil.

Wikipedia : Sommeil Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Chaton endormi Deux hommes endormis sur un banc Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles réguliers et dont le rôle est encore mal connu. L'alternance veille-sommeil correspond à l'un des cycles fondamentaux chez les animaux : le rythme circadien. Chez l'être humain, le sommeil occupe près d'un tiers de la vie en moyenne. Le sommeil dépend du noyau préoptique ventrolatéral (VLPO). Certaines femmes dorment mal pendant leurs règles (elles sont deux fois plus sujettes aux insomnies que les hommes) et beaucoup d'entre elles durant la ménopause. Histoire[modifier | modifier le code] Le poète doxographe grec Diogène Laërce avait écrit un ouvrage intitulé Du Sommeil et des Rêves (en grec ancien Περὶ ὕπνου καὶ ἐνυπνίων au IIIe siècle av. Heure du coucher[modifier | modifier le code]

Phases du sommeil Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Chaton endormi Deux hommes endormis sur un banc Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles réguliers et dont le rôle est encore mal connu. Le sommeil dépend du noyau préoptique ventrolatéral (VLPO). Certaines femmes dorment mal pendant leurs règles (elles sont deux fois plus sujettes aux insomnies que les hommes) et beaucoup d'entre elles durant la ménopause. Histoire[modifier | modifier le code] Le poète doxographe grec Diogène Laërce avait écrit un ouvrage intitulé Du Sommeil et des Rêves (en grec ancien Περὶ ὕπνου καὶ ἐνυπνίων au IIIe siècle av. Études et recherches[modifier | modifier le code] Importance des premiers jours de la vie[modifier | modifier le code] Heure du coucher[modifier | modifier le code] Durée[modifier | modifier le code] Causes[modifier | modifier le code]

L’organisation du sommeil Contenu publié le : 13 février 2009 et modifié le: 4 janvier 2018 Néanmoins, le sommeil doit s’adapter aux obligations que nous avons tous à subir : horaires de travail contraignants, rythme des enfants, du conjoint. Il arrive également, bien que nos horloges biologiques nous indiquent qu’il est temps d’aller se coucher, que nous restions éveillés car nous sommes avec des amis et la soirée est sympathique… Chacun trouve ainsi un compromis entre son rythme de sommeil et l’organisation de sa vie. Lorsqu’on s’endort le sommeil débute par du sommeil léger (stade N1 puis stade N2) qui conduit rapidement (chez un bon dormeur !) Enregistrer A lire dans la rubrique : Le sommeil normal

Le cycle éveil - sommeil - rêve Depuis les années 1970, des laboratoires de recherche sur le sommeil ont émergé un peu partout dans le monde. Grâce à eux, on a découvert que les problèmes de santé causés par le manque de sommeil sont bien plus nombreux qu’on l’avait imaginé. Ces laboratoires ont aussi identifié plus de 100 dérèglements qui peuvent affecter notre sommeil. De plus en plus d’études chez l’animal et chez l’humain (voir encadré à gauche) convergent vers une implication des hypocrétines dans la narcolepsie. Dans sa forme complète, la narcolepsie s’accompagne aussi d’une manifestation pour le moins surprenante quand on en est témoin : la cataplexie. L’attaque de cataplexie est habituellement déclenchée par une émotion forte comme un fou rire, la colère, la surprise ou encore l’excitation sexuelle. La paralysie du sommeil et l’hallucination liée au sommeil sont d’autres symptômes de la narcolepsie. Le somnambulisme est une autre parasomnie particulièrement fréquente chez l’enfant.

Les interrupteurs neuronaux de l'éveil et du sommeil Être éveillé n’est pas le fruit du travail d’un « centre de l’éveil » dans le cerveau. mais bien le résultat de l’activation d'un réseau complexe et redondant d'une dizaine de groupes de neurones répartis de l’hypothalamus au bulbe rachidien. Ces neurones communiquent entre eux grâce à différents neurotransmetteurs mais ont tous en commun de diminuer ou d’arrêter complètement leur activité pendant le sommeil. Un premier groupe de neurones activateurs de l’éveil utilise comme neurotransmetteur. Situés à la jonction de la protubérance et du mésencéphale, ces neurones projettent leurs axones sur les cellules thalamocorticales du thalamus qu’elles excitent grâce à l’acétylcholine. Des neurones produisant de participent aussi à l’éveil. Les des noyaux du raphé jouent également un rôle important dans l’éveil en bloquant par exemple . Dans l’hypothalamus postérieur, certains neurones à histamine sont actifs dès le réveil, mais sont complètement silencieux durant le sommeil paradoxal.

Le sommeil du foetus Le sommeil du foetus On savait depuis longtemps que le foetus présente des périodes d'immobilité et des périodes d'agitation, périodes complètement indépendantes du rythme de sa mère. Il n'est pas possible de trouver une corrélation entre les phases d'éveil de la mère et les mouvements de l'enfant non-né. Deux méthodes nous permettent d'étudier le bébé foetal et ses états de vigilance: L'enregistrement du rythme cardiaque foetal par monitorage obstétrical, bien connu dans les maternités françaises depuis 1970 environ. L'étude échographique des mouvements f&brkbar;taux, réalisée par de nombreuses équipes obstétricales européen nes permet de dater l'apparition des différentes activités de façon extrêmement précise: Tous les mouvements corporels sont donc présents dès la 20e semaine de gestation, même les mouvements délicats de succion, d'ouverture et de fermeture des yeux. Le bébé foetal est un gros dormeur.

Le manque de sommeil chez les femmes accélère le vieillissement de la peau - Sciences La peau joue un rôle clé dans la protection contre des agressions extérieures. Or manquer de sommeil détraque le système physiologique. Ces constats sont le résultat d'une étude réalisée par l'University Hospitals Case Western Medical Centerà Clevland dans l'Ohio, mandatée par la marque de produits de beauté Estée Lauder. Sur les 7000 femmes interrogées dans plusieurs pays dans le monde, 74% souhaiteraient dormir plus (voir à la fin de l'article la vidéo sur les Français victimes de troubles du sommeil). Laisser la peau se réparer dans la nuit Cette récente étude révèle un phénomène encore peu expliqué jusque-là : les chercheurs ont démontré que la peau avait son propre rythme, bénéficiant d'une réparation cellulaire et d'un processus naturel de purification. Une telle carence chronique de sommeil accélérerait les signes de vieillissement cutané, ralentissant sa régénérescence, perturberait la barrière épidermique, et montrerait une réaction au stress plus importante.

Le manque de lumière bleue du matin fait veiller tard Un manque d'exposition à la lumière matinale du soleil contribuerait au manque de sommeil chez les adolescents, selon une étude américaine publiée dans la revue "Neuroendocrinology letters". La lumière du matin est nécessaire pour stimuler le système biologique circadien qui régule le cycle veille/sommeil ainsi que la température corporelle, la vigilance, l'appétit et les hormones, indiquent les chercheurs. Les Drs. Pendant 5 jours, ils portaient des lunettes spéciales qui bloquait la lumière bleue caractéristique du matin. "Supprimer la lumière bleue du matin, retardait la libération de mélatonine, l'hormone qui indique à l'organisme que c'est la nuit", explique Dr. Voyez également: Psychomédia avec source: Science Daily

Related: