background preloader

Principes de base du cinéma

Principes de base du cinéma
Le montage est l'action de choisir et d'assembler des plans de bases dans un ordre donné et cohérent pour servir la narration. Les plans ainsi montés formeront eux-mêmes, les différentes séquences du film. Il sera suivi, ou précédé, des effets spéciaux, et du montage audio. Au début du cinéma le montage n'existé pratiquement pas. Le montage traditionnel s'effectue à partir du premier positif, les rushes. Le montage son se fait donc avant (films d'animation…) en parallèle, ou à la fin du montage image. Le montage final, ou final cut, peut avoir une influence déterminante sur le sens du film, la « happy end » demandée par les producteurs ne convient pas à tous les films… D'ailleurs, la Directors Guild of America (syndicat de réalisateurs US), permet aux « réalisateurs honteux » de signer leurs film sous le pseudo de Alan Smithee. Une des premières table de montage électrique à lampes, pour films 35 mm, la Moviola (1924) Table de montage Steenbeck ST921 Logiciel de montage FInal Cut Pro Related:  Techniques et langage cinématographiques : éléments d'analyseCulture scientifique et techniqueDomaines croisés

Principes de base du cinéma La lumière est à la base de toute vision, c'est elle qui (se) réfléchit, module, sculpte, met en valeur ou cache… C'est elle aussi qui contient les couleurs et les formes, les objets se contentent de les réfléchir ou de les absorber. Nous verrons aussi que la caméra, n'est pas que l'œil du réalisateur au sens figuré, technologiquement aussi, elle est très proche du fonctionnement de l'œil… Donc, commençons par les bases ! Composition de la lumière La lumière est un rayonnement électromagnétique visible par l'œil humain, qui se se propage en ligne droite dans le vide de l’espace à la vitesse de 300 000 km/s. Mais sur terre dès qu'elle rencontre une surface ou un objet elle se diffuse ou se réfléchit. La lumière du soleil permet bien sûr de voir mais est aussi la première source de chaleur et d'énergie des écosystèmes terrestres, via la photosynthèse. 2 Le contraste : écart de luminosité entre les hautes et les basses lumières. Expérience de Newton Synthese additive Lumière douce

Science.gouv.fr Sciences et cinéma : Utopie / Dystopie : analyse de films de science-fiction avec l’UNIL Accueil > Formations et ressources > Liste des vidéo - balado - webdocu > Utopie / Dystopie : analyse de films de science-fiction avec l’UNIL Des professeurs, chercheurs et docteurs de l’Université de Lausanne se sont prêté au jeu de l’analyse de célèbres films de science-fiction. UnicentreCH-1015 LausanneSuisseTél. +41 21 692 11 11Fax +41 21 692 26 15 En juin dernier, l'Université de Lausanne organisait une croisière scientifique sur le campus de Dorigny à l'occasion des Mystères de l'UNIL. Cette 8e édition était placée sur le thème "Le pire meilleur des mondes". Clones Akira Starshiptroopers The island Plus de vidéos Crédit photo : agsandrew / Shutterstock.com Niveau : Populaire Sujets : Vie et Intelligence artificielle , Géosciences , Biosciences , Physique - Chimie , Mathématiques , Cinéma - Vidéo - Photo - Multimédia Mots-clés : Sciences , Science-Fiction , UNIL

Brève Histoire des effets spéciaux | Flakom.fr Voici en quelques lignes et images l’Histoire des effets spéciaux dans le cinéma. Le père de nos pères : Méliès Georges Méliès (1861 – 1938)Le père des effets spéciaux au cinéma. Les trucages au cinéma sont aussi vieux que le cinéma lui-même, c’est Georges Méliès (1861 – 1938), magicien de formation qui en fut le père. C’est au cours d’une panne de caméra lors d’un tournage sur la place de l’Opéra que Méliès « invente » son premier effet spécial : sa caméra se bloque par suite d’un défilement défectueux de la pellicule. Une minute se passe avant qu’il puisse remettre en route le mécanisme. Méliès fut un cinéaste très prolifique, il réalisa plus de 500 courts métrages tout au long de sa carrière. Méliès a aussi inventé des effets de décors. L’effet de décors Des sculptures, des maquettes et de la ficelle Jusqu’à la fin des années 80, les effets spéciaux étaient créés à partir de maquettes, de sculpture ou de maquillage. Le parain Le secret du générique Quand Lucy Liu perd la tête. Titanic

Éduthèque - Partenaire Sciences et techniques  Présentation de l'offre BRGM - Éduthèque Dans le cadre du portail, le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), service géologique national, met à disposition des enseignants du premier et du second degré des ressources pédagogiques gratuites et téléchargeables pour l’enseignement des sciences de la Terre et de la géographie. L’offre comporte : des ressources thématiques qui donnent accès à InfoTerre, le visualisateur des données géoscientifiques du BRGM (géologie, ressources minérales, eau, risques, sites et sols pollués, occupation des sols),des ressources régionales constituées de kits pédagogiques classés par région utilisant Google Earth,des cartes géologiques à l’échelle 1/50 000, des modèles 3D d’objets géologiques permettant de comprendre comment relier des observations de surface à la géométrie des corps en profondeur,des pistes d’utilisation pédagogiques en classe. Le BRGM sur Internet

Art et Science : Les meilleures photos scientifiques sélectionnées par les Wellcome Image Awards SCIENCE - Un plan de coupe du système nerveux d'une larve de mouche qui ressemble à un dripping de Jackson Pollock. Les Wellcome Image Awards qui récompensent les plus belles photos scientifiques réservent quelques surprises, dénichant la beauté dans des endroits incongrus, de la langue d'un chat à l'utérus d'une jument enceinte. "La richesse -à couper le souffle- de l'imagerie scientifique n'est pas seulement esthétique. Découvrez les 20 images sélectionnées ci-dessous: Geraldine Thompson, Central Manchester University Hospitals NHS Foundation Trust Full pediatric sensory unit Lire aussi :» Un monstre marin inconnu de 480 millions d'années retrouvé au Maroc» La sonde Dawn sur la planète Cérès découvre deux mystérieux points scintillants» Les traumatismes d'enfance altèrent la réactivité cérébrale, selon une étude» Voici les plus beaux clichés de Hubble» Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Le son au cinéma À la naissance du cinéma, en 1895, il est déjà question de synchroniser le son à l’image. Des dizaines d’expériences de synchronisation disque-film se sont succédées au début du vingtième siècle, avec en tête de file le Cameraphone, en 1908, vite rejoint par nombre d’imitateurs : les Vivaphone, Electrograph, Phoneidograph, Picturephone, Phonoscope, Chronophone (de Gaumont en 1910), Cine-phone (Grande-Bretagne), et enfin Kinetophone (Edison 1913). Le cinéma sonore 1927-1932(1) En 1924, les ingénieurs de Western Electric équipent l'appareil de projection et le phonographe de moteurs électriques synchrones qui entraînent les deux machines à la même vitesse. A l'époque tous les films sont projetés en bobines de dix minutes. Mais les producteurs de films n'ont pas oublié les déconvenues du passé, les exploitants des salles de cinéma refusent d'investir dans un nouveau matériel dont personne ne garantit la fiabilité. Mais la vraie révolution vient du systeme Movietone soutenu par la Fox.

Éduthèque - Partenaire Sciences et techniques  Présentation de l'offre CNES – Éduthèque Le Centre National d’Études Spatiales (CNES) met à disposition des enseignants des contenus pédagogiques portant sur les grandes thématiques des sciences et techniques spatiales en relation avec les programmes d’enseignement primaire et secondaire. Les enseignants pourront accéder aux ressources mise à disposition à travers les thèmes suivants : Accéder à l’espace, Concevoir des satellites et les sondes, Observer la Terre, Localiser, Communiquer, Explorer l’Univers, L’Homme dans l’espace. À l’entrée thématique s’ajoutent deux autres entrées : par niveau et par type de support (vidéos, animations, images et photos, schémas, images satellitaires). Enfin l’offre est enrichie par les projets éducatifs suivants : Terr'Image qui permet l’analyse et l'interprétation d’images satellitaires à haute et très haute résolution grâce à un logiciel de traitement d'images développé spécialement pour les enseignants et les élèves. Le CNES sur Internet

Collège Samuel de Missy - La Rochelle - Le miroir dans la représentation de soi Le thème du miroir dans la peinture permet d’introduire un certain nombre de notions dont Le mythe de narcisse, le premier miroir et l’amour de soi à travers la représentation. Narcisse, Le Caravage, 1595 Toute représentation de soi implique l’utilisation d’un miroir. On peut alors convoquer la dimension magique de celui-ci et se remémorer le conte de Lewis Carroll,« De l’autre côté du miroir » où le passage d’Alice dans un autre monde se fait par l’entremise du miroir. Dans la peinture et notamment l’autoportrait, les utilisations du miroir sont diverses : La ressemblance avec une dimension expressive. Van Gogh : « j’ai acheté exprès un miroir assez bon pouvoir travailler d’après moi à défaut de modèle ». Van Gogh, Portrait de l’artiste, 1889 Mise en scène dans la représentation de soi. Rembrandt : multiplie les autoportraits en utilisant le travestissement. Rembrandt, Autoportrait, 1660 Des autoportraits de Rembrandt Jean Genet, Le secret de Rembrandt - 1958 Le miroir, vanité

La décomposition du mouvement Contexte historique La technique de la photographie offre aux scientifiques des possibilités nouvelles. A partir des années 1870, le Français Etienne-Jules Marey (1830-1904) et dans son sillage l’Américain Eadweard Muybridge (1830-1904) se servent d’instantanés photographiques pour décomposer le mouvement des êtres vivants. En dissociant, en figeant, en analysant les poses successives de leurs modèles, les deux hommes peuvent capturer le détail des activités sportives ou des gestes de la vie courante. Par le biais de ces séquences rapprochées, ils obtiennent avec précision les images de ce qu’on ne peut percevoir à l’œil nu. Analyse des images Marey, passionné par la locomotion humaine et animale, est l’inventeur en 1882 du fusil photographique et de la « chronophotographie », qui permettent de linéariser sur une même plaque le déplacement d’un sujet muni, pour les besoins de l’expérience, de plusieurs points réfléchissants sur les bras et les jambes. Interprétation

Related: