background preloader

Le design de la visibilité

Le design de la visibilité
Notes Ce texte a bénéficié des travaux entrepris dans AUTOGRAPH (ANR) et dans le groupe de recherche sur le web 2.0 d’Orange Labs. Les multiples discussions du mercredi matin avec N. Pissard, dont les intuitions sont à l’origine de cette typologie, C. Aguiton, J.-S. Dans le numéro 153, Réseaux proposera un ensemble d’études de cas portant sur Flickr, Wikipedia, MySpace, les blogs politiques, Second Life et les wikis d’entreprise. GROSS et ACQUISTI, 2005. La notion de subjectivation fait l’objet d’acceptions très différentes dans les sciences sociales. ALLARD et VANDENBERGHE, 2003. DONATH et BOYD, 2004 ; BOYD et ELLISON, 2007. HENNION, MAISONNEUVE et GOMART, 2000. On sait toute l’ambiguïté qu’il y a à définir la personne comme « réelle » et à marquer ainsi la séparation entre « vie réelle » et « vie numérique ». McKENNA, GREEN et GLEASON, 2002. A cet égard, on ne peut que se fier aux manuels de conseils destinés à aider les pratiquants des sites de rencontre : ne trichez pas ! Cf. Related:  Autour de la rencontre avec Dominique CardonEAP

Réseaux sociaux de l'Internet Nicole Ellison et danah boyd définissent les sites de réseaux sociaux comme « des services Web qui permettent aux individus de construire un profil public ou semi-public dans le cadre d’un système délimité, d’articuler une liste d’autres utilisateurs avec lesquels ils partagent des relations ainsi que de voir et de croiser leurs listes de relations et celles faites par d’autres à travers la plateforme [2][2] d. boyd et N. Ellison, «?Social Network Sites?: Definition,... ». En effet, la réussite des plates-formes relationnelles du Web 2.0 doit beaucoup au fait que les personnes y exposent différents traits de leur identité. Dans nombre d’usages des plates-formes relationnelles, les utilisateurs s’adressent non pas à cet agrégat d’anonymes unifiés en une fiction abstraite et surplombante qui figure le public dans les architectures normatives de l’espace public, mais à un groupe plus ou moins circonscrit de proches identifiables.

L'identité comme stratégie relationnelle Notes L. Allard et Fr. Vandenberghe, « Express Yourself ! Les pages perso entre légitimation techno-politique de l’individualisme expressif et authenticité reflexive peer-to-peer », Réseaux, n° 117, 2003, p. 191-219. P. D. C. R. D. Fondements des environnements d’apprentissage personnels Dans la foulée du développement d’iClass, eLearning papers présente un intéressant dossier dont deux articles sur les environnements d’apprentissage personnels et l’apprentissage personnalisé autorégulé (APAR). Dans le premier « Sur la voie des environnements d’apprentissage personnels : sept aspects fondamentaux » les auteurs considèrent que la pratique de l’apprentissage et de l’enseignement n’est pas prédéterminée et qu’elle dépend toujours des outils et des systèmes utilisés. Le développement et le succès croissant des applications de logiciel social, telles que les blogs, les wikis et ce que l’on appelle « environnements d’apprentissage personnels », ou EAP, modifient, facilitent et remettent en question l’apprentissage sur Internet et sont sur le point de modifier le paradigme de l’apprentissage et de l’enseignement. Les auteurs ont identifié sept aspects pour lesquels ces changements sont les plus évidents. L’apprentissage dans le cadre d’EAP provoque des changements concernant :

L'enfer des autres « soi-même » : identité personnelle et archives numériques :: Par Fanny Georges | .dpi: la revue électronique du StudioXX Dans un monde où l'identité réelle est partiellement médiée par le virtuel, dialoguer en temps réel, envoyer des messages électroniques, publier, utiliser des applications, télécharger des photographies, partager, publier des billets collectifs sont la finalité des applications mais aussi la condition sine qua non de la présence. Pour exister, il faut agir et se manifester. Aux individus, devenus des documents, se greffent ainsi au fur et à mesure des traces qui s'agrègent par le truchement des moteurs de recherche, une somme d'archives personnelles où nom réel et pseudonyme se mêlent pour dessiner des vies que le sujet n'a pas réellement vécues, semblables à des patchworks dont les pièces seraient les profils utilisateurs et les liens des noms de passage, et qui pour tous les autres et pour lui-même, lorsqu'il se regarde dans le miroir de Google, composent le vaste système de représentation technique de lui-même . Les activités sont captées dans une anté-chronologie. Notes 8 Cf. 9 Cf.

Les sociabilités numériques par Dominique Cardon Posted on 6 juillet 2012 by Bambou Dans le cadre d’un cycle* de conférences consacrées à la culture numérique, la MIOP a invité le sociologue Dominique Cardon**, pour une communication centrée sur les relations entre les usages des nouvelles technologies et les pratiques culturelles et médiatiques. Cette communication (passionnante !), réalisée en mars 2012 à l’auditorium de la médiathèque de Miramas, a été enregistrée sous forme audio-visuelle, en 2 parties. Bambou vous propose de la visionner dans son intégralité, avant diffusion sur l’espace professionnel du portail de la MIOP. Les sociabilités numériques (1ère partie) / Dominique Cardon Les sociabilités numériques (2ème partie) / Dominique Cardon * Nos 2 prochaines conférences (septembre et novembre 2012): - "Lecture numérique : réalité augmentée ou diminuée ?" - "La culture est-elle soluble dans l’ebook ?

Bernard Stiegler : L'opendata « fait éclater les frontières entre public et privé » Nous entamons la publication d'une série de vidéos tirées de la conférence l'Open data, et nous, et nous ?, que nous avons organisée le 17 mars avec le World e.gov Forum, au campus Microsoft.Bernard Stiegler, philosophe et directeur de l'Institut de Recherche et d'Innovation (IRI, Centre Pompidou), avait pour rôle d'introduire les débats, d'en poser les bases. Il se penche sur les valeurs et les changements apportés par le mouvement de l'Open data, des enjeux que nous avions évoqués avec lui dans un entretien intitulé : Bernard Stiegler : l'open data est « un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet » > L'intégralité de la présentation de Bernard Stiegler : > L'opendata, un tournant majeur > La redéfinition de la frontière entre public et privé Il aborde également la question de la refonte de la « chose publique » : Cela se produit au travers de ces technologies de publications, de l'opendata, qui font éclater les frontières entre public et privé. »

Les 7 habitudes de ceux qui apprennent par eux-mêmes Parodiant un titre de livre à succès, nous osons vous proposer dans ce post les 7 habitudes de ceux qui apprennent par eux-mêmes, de tout et tout le temps. Elles sont tirées de notre observation de “serial learner“ Se fixer en permanence de nouveaux défis Les “apprenants en série“ font de l’apprentissage une activité pérenne. Ils n’apprennent pas seulement pour obtenir un diplôme et trouver un job. Ils apprennent en permanence. Quant ils savent, ils s’ennuient et ont besoin de se mettre à nouveau dans une zone d’inconfort. Professionnellement, ils sont très mobiles et changent souvent de poste et d’entreprise pour satisfaire leur soif d’apprendre. Les “Serials learners“ ne sont pas forcément des rats de bibliothèque. Organiser son apprentissage Les “apprenants systématiques“ savent s’organiser pour apprendre. Observer pour mieux capturer le savoir autour de soi Les assoiffés du savoir sont par définition curieux. Accepter la critique et les conseils Apprendre ne se limite pas à faire.

R. Barbrook - L'économie du don High Tech « [...] quand [Ben Slivka] a évoqué l'idée d'une diffusion gratuite du navigateur de Microsoft, Gates a piqué une crise et l'a traité de 'communiste' (1) .» 1. L'héritage du gauchisme Le Net est hanté par les espoirs déçus des années soixante. Étant donné que cette nouvelle technologie symbolise une nouvelle période de changement rapide, beaucoup de commentateurs contemporains se tournent vers la révolution manquée d'il y a trente ans pour expliquer ce qui se passe aujourd'hui. « La situation est [...] faite pour être vécue par ses constructeurs. Ces activistes gauchistes voulaient créer la possibilité, pour chacun, d'exprimer ses propres espoirs, ses propres rêves et ses propres désirs. La notion de propriété intellectuelle, essentielle dans notre culture, n'est pas formulée de façon pertinente pour tout ce qui touche à l'espace informationnel abstrait. « [...] le Net est loin d'être altruiste, sans quoi il ne marcherait pas. [...] «Linux est subversif. 3.

Dominique Cardon "le design de la visibilité" « Les Identités Numériques Dominique Cardon est sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et chercheur associé au Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS/EHESS). Ses recherches sur « le design de la visibilité » exposent les différentes identités que l’on peut adopter sur l’internet et quelle visibilité ces identités numériques peuvent avoir en fonction des plateformes que l’on côtoie. Ses travaux actuels portent sur les relations entre les usages des nouvelles technologies et les pratiques culturelles et médiatiques. Il s’intéresse notamment aux transformations de l’espace public sous l’effet des nouvelles technologies de communication. Ses recherches récentes portent sur les réseaux sociaux de l’Internet, les formes d’identité en ligne, l’auto-production amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne. Le sociologue Dominique Cardon, décrit les différentes visibilités de nos Identités numériques avec des schémas très explicites. Sources : J'aime :

Une star d’Instagram quitte avec fracas les réseaux sociaux qui « ne sont pas la vraie vie « Les réseaux sociaux sont ma carrière. » Face caméra, une jeune fille s'adresse au Web. Essena O’Neill a 18 ans, elle vit en Australie et c'est une célébrité des réseaux sociaux comme il y en a tant aujourd’hui. Sur Instagram, elle a eu jusqu'à 700 000 abonnés qui regardaient ses photos mettant en valeur son physique, son quotidien idyllique, ses repas colorés, avec quelques messages engagés sur la société. Essena O’Neill avait également sa chaîne YouTube (265 000 abonnés) où elle parlait essentiellement de son régime vegan. Elle était aussi sur Tumblr et, bien entendu, sur Snapchat. Dans sa vidéo, Essena O’Neill a annoncé qu'elle mettait un terme à sa "carrière" et qu'elle quittait les réseaux sociaux, qui « ne sont pas la vraie vie ». "Je ne vivais pas dans le monde réel, je vivais à travers les écrans" Pour marquer très publiquement son départ d'Instagram, elle a décidé de saboter son compte en modifiant les légendes de ses photos pour en dévoiler l'envers du décor. Florian Reynaud

Les Environnement Personnels d’Apprentissage (EPA) lundi 26 janvier 2015. Par Annick Ghislaine OUATTARA Outre les enseignements et devoirs qui leur sont proposés en classe, les apprenants ont toujours dû organiser leur travail en dehors de l’institution éducative. L’intérêt pour ces Environnements Personnels d’Apprentissage (EPA) s’est vu accentué avec les opportunités qu’offrent Internet. HENRI France, « Les environnements personnels d’apprentissage, étude d’une thématique de recherche en émergence », Qui sont donc les amateurs : l'analyse de Patrice Flichy (Visuel : L'extension des « espaces de réception créatrice » : quand les fans détournent les productions manga Naruto, via la pratique du cosplay). Et si on laissait de côté, quelques minutes, la discussion sur la qualité des contributions des non-professionnels en ligne pour mieux comprendre les ressorts qui les poussent à participer ? Voilà la proposition, simple, formulée par Patrice Flichy, professeur de sociologie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et directeur de la revue Réseaux, dans Le sacre de l’amateur, publié en novembre 2010, dans la collection La République des Idées (éd. Le Seuil). Elle lui permet d'examiner cette question dans des perspectives plus lointaines, et, surtout, détachées des habituelles passions entretenues par les inconditionnels de l’UGC - comme de de ses contempteurs. – Les postulats de départ – C’est donc uniquement de l’évolution des pratiques amateurs dont il est question dans l’ouvrage. – Les arts – Commentaire de Patrice Flichy : – La chose publique –

10 propriétés de la force des coopérations faible Dominique Cardon, Maxime Crepel, Bertil Hatt, Nicolas Pissard, Christophe Prieur du laboratoire Sense d’Orange Labs ont synthétisé les 10 principes de fonctionnement des plateformes relationnelles. Ces caractéristiques génériques, que l’on retrouve dans la plupart des plateformes à succès du web 2.0, ne mettent pas en valeur un esprit communautaire, comme on le croit souvent, mais exploitent “la force des coopérations faibles”, c’est-à-dire favorisent une dynamique de bien commun à partir de logiques d’intérêt personnel. Un schéma pour comprendre les modes de coopérations et le web d’aujourd’hui. Les nouveaux usages des plateformes relationnelles du web 2.0 (blogs, Flickr, Wikipedia, MySpace, Facebook, Twitter, etc.) font apparaître des modes de collaboration inédits entre utilisateurs. En écho au célèbre article de Mark Granovetter sur la force des liens faibles (.pdf), on propose de qualifier ce modèle de coopérations faibles [1]. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. ________________ 1.

Le design de la visibilité : un essai de typologie du web 2.0 La manière dont est rendue visible l’identité des personnes sur les sites du web 2.0 constitue l’une des variables les plus pertinentes pour apprécier la diversité des plateformes et des activités relationnelles qui y ont cours. Que montre-t-on de soi aux autres ? Comment sont rendus visibles les liens que l’on a tissés sur les plateformes d’interaction ? Comment ces sites permettent-ils aux visiteurs de retrouver les personnes qu’ils connaissent et d’en découvrir d’autres ? La décomposition de l’identité numérique L’identité numérique est une notion très large. L’extériorisation de soi caractérise la tension entre les signes qui se réfèrent à ce que la personne est dans son être (sexe, âge, statut matrimonial, etc.), de façon durable et incorporée, et ceux qui renvoient à ce que fait la personne (ses œuvres, ses projets, ses productions). Cinq formats de visibilité Sur ces deux axes, il est possible de projeter trois modèles de visibilité, auxquels s’ajoutent deux modèles émergents.

Related: