background preloader

Divertissement sous la Rome Antique

Divertissement sous la Rome Antique
Divertissements dans la Rome Antique Les jeux publics ou "ludi" Les ludi est le terme employé pour désigner les jeux publics à Rome: spectacles théâtraux, épreuves sportives et concours. Ces jeux se déroulaient lors des fêtes en l'honneur des dieux; ils furent institués pour gagner leur bienveillance ou pour détourner leur colère. Généralement annuels, ils pouvaient néanmoins avoir lieu lors d'occasions particulières. Ils ne comportaient pas d'épreuve athlétique, comme chez les Grecs. Ce sont les magistrats (préteurs ou édiles) qui étaient chargés de leur organisation. Sous la République Les ludi les plus anciens sont les courses de chars (ludi circenses) célébrant Mars ou Consus, sous le contrôle des magistrats. Les ludi Apollinares, en l'honneur d'Apollon, furent instaurés lors de la seconde guerre punique (212 av. Sous la République également, la chasse au gros gibier fit son apparition dès 186 av. Sous l'Empire Les jeux privés D'abord constructions provisoires au Ier siècle av. Related:  DIVERTISSEMENTS SPORTS

Ancient Roman Sport Stars: Chariot Racers Posted on 28. Jan, 2014 by Brittany Britanniae in Latin Language, Roman culture Good Day Readers! An Average Race Model of Rome in the 4th century AD, by Paul Bigot. They normally began with a pompa (procession) which started atop the Capitoline Hill and went through the Forum and Sacred Way and back towards Form Boarium, The carceres (starting gates) of the Circus Maximus (which could hold 250,000 people) abutted the Forum Boarium. Ground plan of the Circus Maximus, according to Samuel Ball Platner, 1911. Once the pompa was finished. Technique Roman drivers steered their chariots using their body weight. A white charioteer; part of a mosaic of the third century AD, showing four leading charioteers from the different colors, all in their distinctive gear. There were factions (factiones) or teams for chariot racing (each color allowed 3 chariots in a race): russata(Red), albata (White), veneta (Blue), and prasina (Green). Racers or Charioteers Winners & Famous Charioteers Horses Hello There!

Le théâtre Romain - Collège les 3 rivieres - Verdun sur le Doubs Le théâtre à Rome a son origine dans le théâtre grec. Son accès est permis à tous (femmes, enfants, esclaves) et il est gratuit. Dans ce dernier, de nombreux spectacles étaient joués. 1) Ses formes et dimensions schéma d’un théâtre romain Pendant longtemps, les romains ne construisirent pas de bâtiments spécifiques pour accueillir les représentations théâtrales. Le lieu théâtral est très différent de son modèle grec. l’orchestra grec circulaire contenant le chœur est remplacé par un orchestra semi-circulaire où prennent place les personnes officielles. La scène grecque (proscenion) est haute et étroite alors que la scène latine (proscenium) est large et basse. Le théâtre grec s’étage sur la pente d’une colline, alors que le théâtre romain est construit en terrain plat. Schéma d’un théâtre romain. A Rome, le théâtre est doté d’une façade derrière la scène. Le théâtre est en demi-cercle et il peut contenir jusqu’à 17 000 personnes. 2) Spectacles et éléments d’un spectacle Scènes de tragédie

The Olympic Games in Ancient Rome With the close of the modern Olympic Games in Sochi, let us take a look at their beginnings. The Olympic Games began in Ancient Greece in honor to the supreme god Zeus. The game was one of four PanHellenic festivals held in Greece. However, the Olympic Games were the most famous: The sanctuary’s legend is in the picture link. The Olympic Games, originally created to honor Zeus, was the most important national festival of the ancient Greeks, and a focus of political rivalries between the nation-states. Ruins of the Temple of Hera at Olympia. For the Ancient Romans, the Olympic Games were part of the grandeur of Ancient Greece and their Golden Age. The statue known as the Augustus of Prima Porta, 1st century. “But after these years of decline, the Olympic Games had a second heyday during the Roman Empire. [ Just in case the earlier video of the Games’ history was too long; here is a short historic song for your viewing pleasure] Hello There!

Le théâtre latin I - Les origines En 364 avJC, les Romains empruntèrent aux Etrusques leurs danses et les utilisèrent lors des jeux. Mais c'est en 240 que naît officiellement le théâtre romain : les magistrats chargent un Grec, Andronikos, de donner les premiers Ludi Scaenici (jeux scéniques). Au début les nobles Romains refusent qu'un théâtre soit construit dans Rome. II - Organisation Après des débuts discrets, le théâtre se développe progressivement. Ces spectacles n'ont lieu qu'à l'occasion de solennités religieuses. Pour y assister les spectateurs ne paient pas de droit d'entrée. Les acteurs (actores, histriones) et les danseurs (saltatores) sont généralement des esclaves ou des affranchis. Les accessoires sont plus perfectionnés que dans le théâtre grec. Le public est composé de toutes les différentes couches de la population, mais il est d'usage de revêtir la toge (vêtement de cérémonie) pour aller au théâtre. III - Le théâtre Vocabulaire : IV - Genres et personnages Les personnages (atellanes) :

The Who, What, When, Where and Why of the Ludi Plebeii Posted on 13. Nov, 2013 by Brittany Britanniae in Latin Language, Roman culture In understanding the culture and lifestyles of the ancient Romans, we should look to their holidays to both their gods, monuments, and national victories. An amazing list of Roman festivals can be found here. Drawing of the fragmentary Fasti Antiates Maiores (ca. 60 BC), a Roman calendar from before the Julian reform, with the seventh and eighth months still named Quintilis (“QVI”) and Sextilis (“SEX”), and the intercalary month (“INTER”) in the far righthand column (see enlarged) The Ludi Plebeii comes from the two words ludi (meaning play, games, etc.) and plebeii (meaning a “pleb” or plebian: a commoner person as in comparison ta member of the royal or upper class). The ludi or game factor of the festival was because this celebration had both theatrical performances( such as comedy, satire, tragedy plays) and athletic competitions (running, chariot racing,etc) Circus Flaminius Share this Post! Hello There!

LES THERMES ROMAINS Voir aussi les thermes à St-Romain-en-Gal Pour les Grecs, les thermes sont un lieu où détendre ses muscles après l’exercice physique à la palestre et se laver avant d’enduire son corps d’huile. Pour les Romains, les thermes, appelés aussi bains (balneum, i, n : bain privé ; balna, ae, f : bain public), sont bien plus que cela et ont un rôle social extrêmement important. Ils sont un élément essentiel de la civilisation romaine, dont on trouve encore de nombreuses traces archéologiques dans toutes les cités de l’empire romain : en Italie, en Grèce, en Asie Mineure, en Afrique du Nord, en Gaule etc… Les citoyens les plus riches possèdent des thermes privés dans leur domus. Les thermes publics (exploités par une entreprise privée ou offerts par un magistrat ou l’empereur) sont à la disposition des autres habitants, moyennant un faible droit d’entrée. - frigidarium : (bain froid) : salle de petite taille, souvent obscure et surmontée d’une coupole ouverte en son centre ; - l’unctor le masse ;

La gladiature (MEMO) La désacralisation des ''munera'' Le recrutement L’''auctoratus'' Les chevaliers Les ''ludi'' Les gladiateurs nomades Surnom et armaturæ L'organisation Types Cursus et combinaison de combat Chasseurs Héros de l'arène Vie et mort Repères historiques Vocabulaire relatif à la gladiature Idées reçues Gladiateurs célèbres Dans l'art Les gladiateurs (du latin: gladiatores signifiant «combattant à l'épée», ou «épéiste») étaient des combattants professionnels, esclaves ou non (esclaves affranchis pour leurs exploits ou engagés volontaires, en quête d'une vie meilleure grâce à des victoires bien rémunérées) qui se battaient entre eux ou contre des fauves, à l'origine pour honorer la mémoire d'un mort, puis de plus en plus pour le divertissement du public. A Rome, le plus ancien combat de gladiateurs mentionné dans les textes se déroule en 264 av. Pollice verso ou Bas Les Pouces de Jean-Léon Gérôme, 1872. D'origine étrusque, les combats de gladiateurs avaient chez eux une signification religieuse. L’auctoratus

Les thermes romains - Civilisation romaine Les thermes sont au nombre des monuments caractéristiques de la civilisation romaine. Les thermes sont les bâtiments réservés aux bains. Il y a les thermes publics et les thermes privés. Les établissements thermaux sont particulièrement prisés par les Romains. Les thermes d'Agrippa sont les premiers thermes monumentaux de Rome. Sous l'Empire, les thermes publics sont construits en grand nombre à Rome mais aussi dans toutes les provinces romaines. Les thermes publics Les thermes publics ont deux fonctions toutes aussi importantes l'une que l'autre : l'une sur le plan de l'hygiène et l'autre sur le plan social. Ils sont fréquentés par tout le monde : hommes, femmes et enfants, hommes libres et esclaves mais avec des aménagements. Certains établissements semblent plutôt fréquentés par une catégorie sociale : des gens aisés ou alors gens du peuple. Sous la République, l'entrée des thermes est gratuite pour les enfants et payante pour les adultes. Les thermes publics sont les thermae.

Noctes Gallicanae - Munera gladiatoria Noctes Gallicanae décembre 2013 Organisation des spectacles Les gladiateurs Une journée à l’amphithéâtre Le public Jugements et opinions sur les combats de gladiateurs « Achille célébra par des concours les funérailles de Patrocle ; les peintures des tombes étrusques représentent des jeux funèbres. « Alors le peuple devient le véritable destinataire de ces spectacles, plus que la mémoire du défunt : « donner des gladiateurs » devient le meilleur moyen de se rendre populaire ; de « jeux funèbres », les gladiateurs deviennent ainsi un « cadeau » que l'on fait au peuple, un munus : voilà comment ce mot a pris le sens de « spectacle de gladiateurs ». Les combats de gladiateurs sont-ils, à l’origine, une forme de sacrifice humain ? Pour les Romains, la réponse ne fait aucun doute. Le grammairien Servius, né vers 370, nous a laissé un précieux commentaire des vers 62 à 68 du chant III l’Énéide : Ergo instauramus Polydoro funus, et ingens aggeritur tumulo tellus; stant Manibus arae Servius écrit : 264.

le marché aux esclaves dans la Rome antique En principe le commerce des esclaves est libre. En fait il est réglementé par deux sortes d'impôts : le portorium, droit d'importation et d'exportation et le vectigal, droit de vente. La vente des esclaves se déroule dans les villes, sur les places, sur les fouarailles, où se pressent les intermédiaires spécialisés dans cette odieuse besogne; appelés mangons, ils ont mauvaise réputation. Ce sont de vulgaires trafiquants, souvent d'origine grecque ou orientale qui ont acheté leurs produits humains aux pirates, aux soldats victorieux désireux de se dé­barrasser de leur butin d'esclaves. Les camelots de la chair humaine Le vendeur d'esclaves est aussi contraint d'annoncer clairement les défauts moraux de son esclave : est-il joueur? Les esclaves de luxe comme celui qui vient d'être présenté, sont particulièrement recherchés surtout à partir de l'Empire au Ier siècle. Le problème du prix des esclaves est encore sujet à controverse. L'escroquerie sur la marchandise

Related: