background preloader

Les jeux de l Empire Romain 3/4

Les jeux de l Empire Romain 3/4
Related:  jeux romain antiquebazar temporaire 5Bazar temporaire 29

Les jeux du cirque Les jeux du cirque et les gladiateurs Notes Colisée : Commencé en 70 ap JC, finit en 82. Il fait 50 m de haut, 524 m de périphérie. Il compte 80 rangées de gradins et pouvait accueillir 100.000 spectateurs. Le Cirque Maxime pouvait comptenir 400.000 spectateurs Le théatre de Pompée à Rome : 18.000 places Le théatre de Balbus à Rome : 11.500 places Le théatre Marcellus à Rome : 20.000 places Récompenses Le sportif qui a accumulé le plus de revenus au monde au cours de sa carrière professionnelle est un total inconnu et pour cause, il est décédé depuis environ mille huit cents ans. Récompenses à l'époque d'Enée selon l'Enéïde : Course à pied : 1er : un cheval et des plaques d'argent autour du cou du cheval 2ème : carquois, flêches, baudrier à bandes d'or et agraffe en gemme 3ème : un casque 4ème : une peau de lion 5ème : un bouclier Combat de boxe : 1er : un jeune taureau et des bandelettes tissées d'or 2ème : une épée et un casque Articles Les compétitions hippiques chez les romains Retour

17 | Douiret – Eropaei - Éléphant - G. Espérandieu - Éditions Peeters 1Le Maghreb et le Sahara ont connu depuis le Tertiaire plusieurs espèces de Proboscidiens dont la systématique fut revue par C. Arambourg puis Y. Coppens. Un mastodonte, Anancus OsirisAramb. a été reconnu dans les formations villafranchiennes (Aïn Boucherit). Plus tard, alors que des Anthropiens taillaient les « sphéroïdes à facettes » de l’Aïn Hanech, un éléphant de très grande taille (Elephas Recki)et un autre, qui est à l’origine des éléphants africains actuels (Loxodonta africanava) fréquentaient les berges du lac setifien, dont le comblement n’était pas encore achevé. 2Les Loxodontes (Loxodontaatlantica, L.iolensis, puis L.africanaactuel) sont les éléphants africains aux défenses développées, aux grandes oreilles et aux molaires constituées d’un petit nombre de lames de section losangique, d’où leur nom. 3Il existe aujourd’hui encore quelques familles d’éléphants dans le Gourma et dans le Torgāmā en zone sahélienne berbérophone. Éléphant gravé de l’Oued Djerat.

Antiquité Romaine | Au Fil des Lions Les lions de l’Atlas au cœur des jeux du cirque Lorsque les Romains s’étendent vers l’Afrique du Nord après la défaite de Carthage au IIe siècle av. J.-C., la faune sauvage y est encore nombreuse. Si la mise en culture de vastes surfaces va constituer une première cause de mise sous pression de l’environnement et de recul de la faune sauvage, ce sont les jeux du cirque qui vont provoquer les plus importants dommages. Supposés constituer des symboles de la barbarie, nombre d’animaux sont capturés, exhibés et tués en public par Rome comme autant de manifestations de sa puissance. Un certain nombre d’espèces emblématiques, comme les éléphants, les girafes et les crocodiles, vont ainsi disparaître d’Afrique du Nord. Objet(s) à découvrir : Tibia droit de lion découvert rue des Chartreux à Lyon 1 vidéo associée Gérôme J.

LES JEUX À ROME - LES COMBATS DE GLADIATEURS Il serait trompeur de réduire les combats de gladiateurs dans la Rome antique à de simples épreuves sportives, indépendamment de leur aspect sanguinaire indiscutable. Car quand les dignitaires romains offrent au peuple les spectacles de l'arène, ils font étalage de leur puissance et de leur richesse. Ils s'assurent aussi une certaine paix sociale, en maintenant la plèbe hors du jeu politique. Les combats de gladiateurs (gladius, en latin, signifie « glaive ») venus d'Étrurie (l'Étrurie était le territoire des Étrusques, il correspond en gros à l'actuelle Toscane) nous plongent dans un contexte de foule bruyante, massée sur les gradins où la passion s'empare du public. Tout comme aujourd'hui, il y avait les stars, les entraîneurs, les produits dérivés... et tout comme aujourd'hui, le peuple, tenu à l'écart des débats publics, contemplait déjà, dans ces jeux de la mort, toute la puissance de l'Empire... A - Les jeux, instrument politique B - Les jeux, véritable passion pour le peuple 27.

Musées gallo-romains | Département du Rhône Cinq siècles de découvertes Dès le XVIe siècle, les érudits lyonnais se passionnent pour les ruines, les inscriptions et les objets, statues, monnaies, céramiques… dont ils constituent les premières collections. Au début des années 1980, Lyon sera une ville pionnière en matière de protection du patrimoine, avec la mise en place systématique des fouilles préventives, préalables aux grands travaux urbainsEnrichies par près de cinq siècles de découvertes, les collections du Musée abordent tous les chapitres de la vie publique et privée d’une capitale de l’Empire. > La plus grande ville de la Gaule Dans l’Antiquité, Lugdunum n’avait pas le rang de capitale de la Gaule : au sens administratif, elle n’était que la capitale de la province de Lyonnaise. Mais c’était la plus grande ville de la Gaule, métropole économique et religieuse. Fondée sur la colline de Fourvière en 43 avant J. > Hommes et Dieux Sacrifice à CybèleCet autel commémore un sacrifice offert à la déesse Cybèle, en 160 après J.

Rome cité des jeux : introduction page suivante page précédente Avant d'entreprendre l'étude des textes relatifs aux "jeux", il est important de rappeler quelques notions essentielles à propos de l'origine, de l'importance, de l'organisation et des aléas de ce que nous appelons communément aujourd'hui "jeux du cirque". Ce bref rappel évitera que l'on se pose les mêmes questions à propos de chaque texte et il éclairera la compréhension par l'explication préalable de certains termes techniques. D'origine étrusque, les jeux avaient, au départ, un caractère privé et ils étaient surtout offerts à l'occasion des funérailles (ludi funebres). En effet, les Romains avaient repris aux Etrusques l'usage barbare d'immoler sur le tombeau des guerriers morts des prisonniers de guerre ou des esclaves. En 264 ACN, aux funérailles de J. La célébration des jeux relevait du culte et avait originellement un caractère sacral : leur date figurait au calendrier officiel et ils se déroulaient à l'occasion de grandes fêtes religieuses. 6.

Cirque romain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un cirque, dans le monde romain, est un édifice public où étaient organisées des courses de chars et de chevaux attelés ou montés, voire des courses à pied, des combats de lutte ou de boxe, bien que ces spectacles d'athlétisme soient ordinairement réservés aux stades. Sous l'Empire, il y a un véritable engouement pour les chevaux et les courses, 64 jours par an étant consacrés aux jeux du cirque, contre 17 sous la République, chaque journée comprenant 24 épreuves, voire plus[1]. Architecture[modifier | modifier le code] Plan d'un cirque romain[modifier | modifier le code] La piste et les gradins[modifier | modifier le code] Le cirque romain était constitué d'une piste oblongue (de forme allongée) sablée tournant autour d'un mur bas central, et de gradins (cavea) construits en maçonnerie, souvent sur arcades, ou plus simplement, en bois ou même adossés sur un talus. Le mur : spina[modifier | modifier le code] [modifier | modifier le code]

Lyon mosaique jeux gauche - Mosaïque des Jeux du cirque

Related: