background preloader

[Dossier] Pourquoi l’ebook ne décolle pas en France

[Dossier] Pourquoi l’ebook ne décolle pas en France
Alors qu’en France, les tablettes envahissent petit à petit les foyers et font l’objet de multiples études, prévoyant une explosion des ventes à très court terme, les liseuses restent encore relativement discrètes. Et pour cause, les livres numériques peinent terriblement à se tailler une place dans les habitudes des consommateurs. Et ce, tout particulièrement en France. En effet, selon une récente étude publiée par le cabinet Kearney, les ventes d’ebooks ne représenteraient que 0,5% des ventes totales de livres dans l’Hexagone, contre 7% au Royaume-Uni et 20% aux Etats-Unis. Ebooks : 12,5M € de CA en France, près de 2 milliards € aux Etats-Unis Toutes les études se rejoignent : la France accumule un indéniable retard sur le marché des ebooks. Prix moyen d’un ebook : 15 € en France contre 10 € dans le monde, la conséquence du prix unique Le facteur prix apparaît comme le premier obstacle. Une offre encore peu étoffée Taux de pénétration des liseuses : 0,2% en France, 20% aux Etats-Unis Related:  E-booksebook

BookCampParis1 Samedi 14 juin, de 14h à 20h. La Cantine, 151 rue Montmartre, 12 passage des Panoramas, 75002 Paris, métro Grand Boulevard (Plan). L'idée de cette journée est de proposer une demi-journée d'expérimentations et de réflexions autour du livre et du numérique. Une série d'ateliers "main à la pâte" pour mieux partager les impacts de l'innovation numérique sur la chaine du livre. Une occasion de rencontre et d'échanges entre bibliothécaires, libraires, éditeurs, auteurs, critiques et lecteurs avec pour mot d'ordre, "tous participants". wino kredyt mieszkaniowy sprzedam mieszkanie sprzedam bilet Programme de la journée 13h-14h : préparation 14h-15h : arrivée, présentation. 15-16h : 4-5 ateliers 16h30-17h30 : 4-5 ateliers 18h-19 : 4-5 ateliers 19h-20h : pot. Nous pouvons accueillir 12 à 15 ateliers dans la journée en 3 séries successives d'une heure. - 3 ateliers pouvant accueillir 15-25 personnes - et 1 à 2 autres plus petits (5-10 personnes). 1. 2. 3. 4. Constance Krebs animera la session. 5. 5. 6. 7.

Le livre numérique en France : usages, habitudes et attentes Lecture numérique > Usages > Actualité Par Cécile Mazin,Le jeudi 08 mars 2012 à 16:29:00 - 0 commentaire A l'occasion du Salon du livre de Paris, le baromètre Sofia/SNE/SGDL sera présenté le vendredi 16 mars à 10h30. L'étude a été menée entre le 20 février et le 4 mars, auprès d'un premier échantillon de 2000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, et d'un second de 500 utilisateurs de livres numériques. Pour approfondir Le Prix Gulli 2013 consacre Le Manoir d'Evelyne Brisou-PellenPour son édition 2013, le Prix Gulli du roman (voir notre actualitté) couronne Le Manoir d'Evelyne Brisou-Pellen (Bayard Jeunesse, 450 pages, 13,50 €), rapportent nos confrères des Histoires sans fin. L'association BiblioPat a désormais son siteA l'origine regroupés autour d'une liste, les bibliothécaires de l'association BiblioPat viennent de lancer un site Internet. Les blogs de la rédaction Bons baisers de l'au-delà : « Carte postale », 34ème nouvelle du Projet Bradbury Focus

Why art will not suffer death by digital | Art and design Diamonds and art are forever ... Damien Hirst's £50m sculpture For the Love of God is a platinum cast of a human skull covered by 8,601 diamonds. Photograph: Reuters Will art be the only serious cultural activity that survives in 50 years' time? And how serious will art be without books to tell its history and wonder what it means? I have written before about ebooks, defending them. In reality, the virtual library on my iPad is quite small and selective and deliberately excludes free or excessively cheap digital books. Now it seems that, as well as British book sales falling, the way publishers like Penguin charge reasonable, and real, prices for online books is being investigated by the US government as uncompetitive – so there go two illusions. Suppose, and surely this cannot be true, it were to be bye bye books. So Hirst's exhibition will open at Tate Modern and critics will – if his recent reviews are anything to go by – rail against his vulgarity and repetitiveness and cynicism.

Liseuses : guide d’achat en une infographie Les beaux jours approchant vous avez peut-être envie d’emporter vos lectures avec vous, partout, sans lester votre bagage de plusieurs pavés littéraires. Une liseuse est l’objet tout trouvé. Après vous avoir proposé une sélection d’enceinte nomades pour vos vacances, complétons cela avec une infographie en forme de guide d’achat concoctée par Chapitre.com, site de vente en ligne de livres. Les avantages de l’ebook, les différents supports de lecture en fonction du type de lecteurs, les formats et multiples verrous numériques appliqués à chaque liseuse, toutes ces informations sont à retrouver sur l’infographie de Chapitre.com. Acteur numérique depuis 1997 et 100% français, le site à souhaiter répondre à plusieurs interrogations des lecteurs potentiels afin que chaque personne opte pour la liseuse qui correspond le mieux à ses habitudes, comme « À quelle librairie numérique telle ou telle liseuse nous donne-t-elle accès ?

Piratage de livres : où en est-on ? Mercredi 14 Mars 2012 Notre étude “EbookZ” qui suit l’offre pirate disponible sur les réseaux depuis 2009 connaît cette année sa troisième édition. Le nombre de livres piratés, sous droits, en français et accessibles sur internet par un internaute moyennement averti est évalué entre 11 000 et 14 000. En 2009, nous avions dénombré une offre située entre 4 000 et 6 000 titres différents dont 3 000 à 4 500 BD réellement accessibles, en 2011 entre 8 000 et 10 000 dont 6 000 à 7 000 BD et cette année entre 11 000 et 14 000 dont 8 000 à 10 000 BD. Sans réelle surpris, le piratage augmente donc. “EbookZ 3” propose cette année :• un focus sur la BD "BDZ" qui a fait l’objet d’une publication pour le salon d’Angoulême,• un autre sur le téléchargement direct. < Retour

E-book Quid ? Qui sont les lecteurs de livres numériques? 1,1 million de livres numériques payants, selon Gfk, ont été téléchargés en 2011. Le marché du livre numérique ne pèse pour l'instant que 12 millions d'euros, ce qui ne représente que 0,3% du chiffre d'affaires de l'édition. Mais le numérique agite de manière inversement proportionnelle le secteur. "C'est un des paradoxes de 2012", estime Jean-Claude Bologne, président de la Société des gens de lettres (SGDL). "Le lectorat est relativement restreint, voire dérisoire, mais depuis un an nous multiplions réunions, lois et accords. Avant tout de gros lecteurs Qui sont donc ces "early adopters" du livre numérique ? Ces lecteurs continuent d'acheter plus de livres imprimés que de livres numériques, mais au global, ils ont tendance à lire plus qu'avant. La liseuse est le support préféré, mais pas le plus répandu Quand ils achètent un livre numérique, ils se tournent en premier lieu vers les pure players comme Google, Amazon et Apple (38%). Le prix, facteur numéro un de choix d'un ebook

Feedbooks lève 1 million d’euros et renforce sa position à l’international « Feedbooks since 2006 », est un slogan que la startup française pourrait tout à fait employer pour qualifier son expertise dans le domaine de la distribution de livres numériques. Cofondée par Hadrien Gardeur, Loïc Roussel et David Julien, l’entreprise a récemment levé 1 million d’euros auprès d’A Plus Finance. Cette levée de fonds arrive à point nommé. L’entreprise doit faire face à une concurrence de plus en plus structurée et à tout prix consolider ses acquis, notamment sur la plateforme Android. Bien connu pour son vaste choix de livres gratuits et libres de droits, Feedbooks est devenu un lieu de rendez-vous pour télécharger des contenus de qualité en toute simplicité. Au coeur de la plateforme, la compatibilité avec le standard EPUB et une architecture qui repose sur le protocole de distribution OPDS, deux paris technologiques qui se sont avérés payants.

KotKot Orsenna : « Le papier continuera, mais avec une valeur de luxe » | Rue89 Culture La couverture du livre L’histoire du papier, c’est aussi celle du monde. Après avoir raconté celle de l’eau et du coton, Erik Orsenna la retrace dans son troisième « Précis de mondialisation ». Une façon pour l’écrivain-conseiller d’Etat d’aborder un sujet très sensible dans son propre milieu : la régression du papier, comme support des savoirs, bouleverse l’administration, la presse, l’édition. Les Chinois ont inventé le papier. « Pour les Arabes, le papier n’est pas seulement un outil pratique de gestion administrative et commerciale, c’est le support privilégié de tous les savoirs. » Durant deux ans, l’histoire du papier, de 751 à nos jours, mena Orsenna de la Chine aux forêts écologiques de Suède, en passant par les draveurs canadiens, le papier recyclé en région parisienne, l’Italie, le Brésil, l’Indonésie, le Japon ou l’Inde. Orsenna adore le papier, les manuscrits : « On y voit la pensée », dit-il. « Des tas de gens m’ont insulté : “Qu’est-ce que tu fait, tu es un traître.

Related: