background preloader

La_veille_professionnelle.pdf

La_veille_professionnelle.pdf
Related:  Les grands principes et les stratégies de curationVeille & Curation

Diffuser ses résultats de veille La diffusion des résultats d’une veille est, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’un des exercices les plus complexes du processus de veille. Il existe effectivement de nombreuses manières de diffuser l’information et le choix parmi ces manières dépendra des compétences du veilleur (un consultant et un analyste se chargeront d’analyser l’information pour en tirer des recommandations stratégiques, un documentaliste la collectera et éventuellement la triera), mais également des exigences de son/ses client(s) interne(s)/externe(s). Si ces derniers n’ont aucune connaissance sur les manières de diffuser l’information récoltée, il est important de pouvoir leur présenter un éventail des solutions potentielles: Via ce schéma, j’ai essayé de synthétiser les différentes méthodes de diffusion des résultats d’une veille. Dans ce schéma, deux méthodes principales sont présentées: Beaucoup d’outils permettent aujourd’hui d’agréger ses résultats de veille et de les diffuser. La présentation

Scoop.it, un outil de curation A nouveaux usages, nouveau vocabulaire. A la fin de l’année 2010 le terme "curation" a fait son apparition dans le domaine de l’information-documentation directement influencé par les nouvelles utilisations du web 2.0 et la nécessité de filtrer, canaliser, exploiter, partager le flux pléthorique des informations. Ce néologisme, issu du terme curator anglo-saxon dénommant à l’origine le commissaire d’expositions d’art, désigne une activité que les documentalistes connaissent depuis longtemps : regrouper les informations, les sélectionner, les classer selon une thématique précise. La curation va cependant plus loin puisqu’il s’agit aujourd’hui de mettre en valeur ces données, de les éditorialiser et de les partager, valeur ajoutée rendue possible grâce à l’évolution des outils du web. Vous avez dit « Curation » ? La curation avec Scoop.it Présentation du service en janvier 2011 sur Le blog du modérateur « Curation » ou webinage ? Les outils de curation Scoop.it Procédure Lancez-vous ! 1. 4.

Veille informationnelle Comparatif des agrégateurs de fils RSS , La presse bouge avec le numérique. Compare Pearltrees contre Scoop.it contre Storify contre Paper.li contre Montage contre Pinterest contre BlogBridge contre AWeber contre MailChimp contre Feedcat contre RSSA contre Nouri.sh contre Netvibes contre Feedly contre FeedDemon contre Re... Difficile de se faire un choix parmi des outils qui évoluent, se créent, fusionnent, se font racheter et disparaissent en pérmanence .... et s'affichent sur mobiles. , La presse bouge avec le numérique. Difficile de se faire un choix parmi des outils qui évoluent, se créent, fusionnent, se font racheter et disparaissent en pérmanence .... et s'affichent sur mobiles.

Avant j'utilisais Paperli et Scoop-it mais c'était avant Novice ou adepte de la veille d'informations sur vos thèmes de prédilection, la curation fait désormais partie de votre vocabulaire. Parce que vous êtes partageur et que votre égo est momentanément flatté par les statistiques de consultation, vous avez souscrit à Paperli ou Scoop-it. Cela vous a amené à vous familiariser avec ces nouveaux environnements, les fonctionnalités et paramétrages de chacun. Sauf que voilà, 80 % de nos échanges se font toujours avec les 4-5 mêmes personnes avec lesquelles nous partageons et nous nous apprenons mutuellement. La question que je me suis posé est : - Ai-je besoin d'être lu par le plus de monde possible et de les amener à multiplier les clics au risque de les perdre OU vaut-il mieux augmenter la qualité de mes échanges avec un premier cercle qui saura m'amener d'autres personnes aux avis complémentaires comme d'ailleurs, je pourrais aussi enrichir le fil des conversations / rencontres ? Les deux bonus : Qu'en pensez-vous ?

Comparatif de 12 solutions de curation Dans le cadre du dossier sur la curation que jai eu le plaisir de coordonner pour la revue Documentaliste et Sciences de linformation de mars 2012 ( ), jai eu loccasion de réaliser un comparatif de 12 solutions dont je vous propose ci-dessous quelques éléments complémentaires. Vous pouvez aussi télécharger cet article au format PDF sur Slideshare Plutôt que de nous concentrer sur les services dont le positionnement marketing est explicitement celui de la curation, nous avons donc choisi de « brasser large » en choisissant des services qui, à minima et sauf exception répondent à la définition proposée par la Wikipedia : « La curation de contenu () est une pratique qui consiste à sélectionner, éditorialiser et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné ». Les douze solutions sélectionnées Images Vidéos Conclusion

Les solutions alternatives contre l'infobésité L'infobésité est le terme québécois qui désigne la surcharge d'information (information overload en anglais). Elle décrit la situation d'abondance d'information, mais aussi d'incapacité d’assimilation et de réemploi de l’information, pour l’individu et pour l’organisation, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la productivité et l’efficacité. Dans un article paru sur le blog Culture & TIC déjà en 2005, Olivier Thiebaut parlait de l'infobésité comme étant le mal de la société de l'information et le décrivait comme suit : « Qui ne s’est jamais perdu dans la profusion de ses favoris Internet ? N’a jamais téléchargé en cas de besoin, des études, rapports et autres livres blancs finalement jamais lus ? Ce sujet suscite beaucoup d'intérêt sur la Toile au point qu'il met aux prises deux tendances. Un formulaire simple à renseigner : votre secteur d'activité, le nombre total d'employés, leur classement en fonction de leur degré de compétence. Les solutions technologiques

metaphore du crayon [Infobésité] Contrôlez-vous votre flux d’information ?  On croyait connaître la définition d’infobésité quand l’email a débarqué dans l’entreprise. Dans les années 1990, on pouvait lire des témoignages effarés de personnes qui recevaient 50 emails par jour ! Mais notre quotidien maintenant, ce sont des centaines de tweets, des dizaines d’articles, de publications Facebook, des updates Linkedin, Viadeo, Instagram, Tumblr, Pinterest… Et avec nos smartphones, le flux d’information nous suit en dehors des heures de bureau. La gestion des flux d’information est donc devenu l’un des enjeux majeurs de la vie moderne, et il n’est pas étonnant de voir que, dans la Silicon Valley, on se bat pour être celui qui solutionnera ce problème pour nous. Prenez Facebook : après s’être imposé comme le principal flux d’info pour des millions d’internautes, le site de Mark Zuckerberg prétend gérer le problème de l’infobésité pour ses utilisateurs avec son Edge Rank, l’algorithme qui décide qui voit quoi. Des outils pour prendre en main son flux

Ne pas confondre veille et curation Il apparait aujourd’hui deux termes bien distincts dans le lexique des community managers : la veille et la curation. Ces termes mettent en évidence deux pratiques ayant pour but la diffusion de contenu à un public visé, mais par des biais différents. La veille médiatique consiste en une surveillance d’un sujet donné sur les médias et leurs productions liées à l’actualité. Elle peut être le cas échéant rétrospective pour augmenter la profondeur de vue et décrypter un évènement médiatisé.Elle peut être orientée voire mixée avec d’autres veilles (comme la veille concurrentielle qui pourra déborder sur une veille « média » de la concurrence et être incorporée dans la veille concurrentielle par exemple dans une logique de benchmarking).Dans les pays anglo-saxons, on traduit ce terme par « media monitoring« . Un public différent La première particularité que l’on peut noter est sans doute le fait que l’information n’est pas destinée au même public. Une méthodologie différente

Curation : et si on parlait un peu stratégie ? Trop de curateurs amateurs se jettent sur Scoop it ou Paper.li. Et ils oublient le ba-ba de la curation : d’abord déterminer votre stratégie ! La curation est très en vogue en ce moment. Tout le monde en fait ou presque. Mais la curation, qu’est-ce que c’est ? La curation, un métier vieux comme les musées ! A force de parler « curation » en association avec Internet, on en oublie qu’il s’agit en fait d’un vieux mot latin qui signifie « celui qui prend soin de« . La curation, c’est le métier d’un « curateur » : en Belgique, on l’utilise souvent pour désigner une personne qui prend soin des actifs et passifs d’une société en faillite. Dans ce cas, le curateur, c’est la personne qui : détermine le thème d’une exposition,cible les oeuvres qui méritent d’être vuesles contextualise en les reliant entre elle mais aussi à leur auteur, à leur époque, etc.les partage avec le public en les mettant en scène La curation sur Internet : c’est la même chose ! La curation : l’arme mortelle de l’infobésité

Related: