background preloader

70 Percent of Journalists Use Social Networks to Assist Reportin

70 Percent of Journalists Use Social Networks to Assist Reportin
According to a new survey from Middleberg Communications and the Society for New Communications Research (SNCR), as reported in PRWeek , 70 percent of journalists said they use social networks to assist in reporting (compared to 41 percent last year). This is a huge spike in one year, though it shouldn’t surprise any of us with all the lists of journalists using Twitter and other social networks. The survey also found that 69 percent of respondents go to company websites to assist in their reporting, while 66 percent use blogs, 51 percent use Wikipedia (wow), 48 percent go to online videos (double wow), and 47 percent use Twitter and other microblogging services (would have guessed higher on this one). A big part of this shift has to revolve around journalists having less help to do their jobs, while being required to produce more content across various formats in near real-time. When it comes to Twitter, 57 percent of journalists found this social medium to be credible. Related:  Les réseaux sociauxImpact d'internet sur la presse

Oui Xavier, grâce au web, les journalistes deviennent leur propr Xavier Ternisien, journaliste au Monde, a publié ce samedi un article très révélateur intitulé “Les journalistes vont-ils devenir des marques grâce à Internet ?” Lui qui, il y 6 mois, n’avait pour ainsi dire pas encore mis un pied sur le web, est en train, grâce notamment à son activité sur Twitter, d’accréditer la thèse de ces passifous-furieux qui pensent que l’entretien de discussions en ligne participe à la légitimation de leur activité professionnelle. A mille lieues des éditorialistes tour-d’Ivoiriens et des lustreurs de parquets Matignonesques. Oui, je suis convaincu que le web et les réseaux sociaux sont en train de changer la donne. A lire aussi: Xavier Ternisien (Lemonde.fr): “Les journalistes vont-ils devenir des marques grâce à Internet ?” Jean Quatremer (Liberation.fr)”Mon avenir est-il de devenir une marque ? Jeremy Porter: “70 Percent of Journalists Use Social Networks to Assist in Reporting”

Les réseaux sociaux, médias de demain ? "Facebook, méta-média de demain ?", s'était-on demandé ici-bas il y a quelques temps. C'est fort possible, laisse entendre la dernière étude du précieux Pew Internet Research Center, qui s'est penché sur les habitudes d'information de 2259 Américains de plus de 18 ans. Il en ressort que 75% des consommateurs d'information en ligne reçoivent leur information par mail ou par des posts sur les réseaux sociaux. 52% des sondés partagent des liens avec leur entourage par mail ou réseaux sociaux. Pour 51% des "infomanes" inscrits sur les réseaux sociaux, il est devenu normal de recevoir des infos par leurs amis lors d'un jour ordinaire. Pour ne rien rater, 23% d'entre eux suivent aussi des médias ou des journalistes sur des sites communautaires. Autres facteurs qui pourraient contribuer à faire des réseaux sociaux les médias de demain : Alors, demain tous en mode Huis Clos sur le Net ? [via Pew Research Center] [via Netzökonom]

journalisme Les périodes un peu agitées sont des périodes très actives où l'on multiplie les idées. J'ai eu l'occasion de réfléchir, à mes heures perdues, à un concept de rédaction recomposée autour du web et du print, et comme j'ai trouvé cette réflexion passionnante, j'ai décidé de partager son résultat avec vous et d'ouvrir un échange. Cela fait longtemps que l'on parle et propose des modèles de rédaction intégrée (le modèle le plus connu est celui proposé par l'Ifra). Un exemple, la rédaction intégrée du Daily Telegraph, qui fout un peu la trouille au premier abord: Le problème c'est que, bien souvent, ce modèles très théoriques se heurtent à la réalité des rédactions: des journalistes orientés print avec une très faible agilité web. Mais surtout, des journalistes déchirés entre "deux médias" à qui l'on dit: vous allez publier pour les deux médias. 2) Les journalistes deviennent schizophrènes. Pourquoi le réseau ? Notez bien que je n'utilise pas le mot "journaliste", mais "journalisme".

Les journalistes vont-ils devenir des marques grâce à Internet ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Xavier Ternisien Que se passerait-il si les 50 meilleurs journalistes du New York Times quittaient le quotidien de la 8e Avenue et créaient leur propre entreprise de presse, sous la forme d'un site Internet ? C'est Michael Arrington, fondateur du blog américain TechCrunch, qui a posé la question dans un billet du 30 juillet. "Le budget pour réunir une équipe bien payée composée des meilleurs journalistes de la planète s'élèverait à 25 millions de dollars par an, estime-t-il. Michael Arrington cite en exemple le site Internet Politico, spécialisé dans une couverture très incisive de la vie politique américaine, qui a été créé par deux anciens journalistes politiques du Washington Post. Ce phénomène est connu aux Etats-Unis sous l'expression de personal branding, un concept lancé en 1997 par le consultant en management américain Tom Peters. Les jeunes journalistes sont plus à l'aise que les anciens avec ce concept de personal branding.

USA : Facebook écrase MySpace, Twitter monte mais reste un nain Soumis parfois à une profonde critique, les réseaux sociaux n'en restent pas moins très utilisés, surtout aux États-Unis. Et si MySpace a longtemps écrasé le "marché", le phénomène Facebook écrase tout sur son passage depuis deux ans. Les chiffres d'Experian Hitwise parlent d'eux-mêmes. Captant moins de 20 % des utilisateurs de réseaux sociaux outre-Atlantique, Facebook a quasiment multiplié par trois ce pourcentage, occupant désormais 58,59 % de part d'audience. Facebook et MySpace occupent donc depuis près d'un an entre 80 et 90 % des utilisateurs de réseaux sociaux. Experian Hitwise a profité de l'occasion pour se procurer quelques statistiques intéressantes. Enfin, Experian Hitwise s'est renseigné sur les catégories d'âges des visiteurs de Facebook et MySpace. Nil Sanyas Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts).

How Twitter saved my career... and my life :: 10,000 Words :: mu There was a time when I refused to join Twitter, both because I am suspicious of anything being touted as the next. best. thing. and because I didn’t want the site consuming all of my free time. When I finally began using Twitter, it was much in the same way others did: sharing my thoughts and interesting links with other users. It wasn’t until I was suddenly laid off from my job that I truly understood the power of the site and social networking. When I was first laid off from my position at a respected magazine along with a substantial number of other staff members, I was devastated. Other journalists and colleagues who I had friended over the past several months sent knowing tweets of empathy and support, but had no jobs, only words to offer. I honestly expected to find a new job immediately after being downsized, but weeks turned into months and it became increasingly clear that, despite my unique skills, I wasn’t going to find another job as soon as I’d hoped.

Les hôtels investissent Facebook Beaucoup d’hôteliers se posent encore la question de savoir s’il faut absolument être présent sur ce réseau social. D’autres s’y ruent déjà, les restaurateurs restant en retrait. Comment procéder ? Combien ça coûte ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? Les témoins de notre reportage De gauche à droite : Nelly Fhima (Post and Buzz], Michel Atenour (HotelHotel.com), Nicolas Sartorius (NSink) et Sophie Berdah (Le Citizen Hotel). Les règles d’or Facebook selon Nicolas Sartorius Y être présent ! ... Créer un compte profil au lieu de créer une page Fan Facebook Créer une page et la laisser à l’abandon en restant inactifS’adresse seulement à un public françaisNégliger l’orthographe, la syntaxe et la grammaire de vos publications Publier tous vos billets d’un seul coup, à seulement quelques minutes d’intervalle “Le succès de votre présence sur les réseaux sociaux repose sur quelques principes” Les recommandations de Nelly Fhima Les murs Facebook du Citizen et du Seven Lien sur l’image

Database journalism

Related:  Innovationsjournalisme 1