background preloader

70 Percent of Journalists Use Social Networks to Assist Reportin

70 Percent of Journalists Use Social Networks to Assist Reportin
According to a new survey from Middleberg Communications and the Society for New Communications Research (SNCR), as reported in PRWeek , 70 percent of journalists said they use social networks to assist in reporting (compared to 41 percent last year). This is a huge spike in one year, though it shouldn’t surprise any of us with all the lists of journalists using Twitter and other social networks. The survey also found that 69 percent of respondents go to company websites to assist in their reporting, while 66 percent use blogs, 51 percent use Wikipedia (wow), 48 percent go to online videos (double wow), and 47 percent use Twitter and other microblogging services (would have guessed higher on this one). A big part of this shift has to revolve around journalists having less help to do their jobs, while being required to produce more content across various formats in near real-time. When it comes to Twitter, 57 percent of journalists found this social medium to be credible.

http://blog.journalistics.com/2009/70-percent-of-journalists-use-social-networks-to-assist-in-reporting/

Related:  Impact d'internet sur la presseLes réseaux sociaux

Les journalistes vont-ils devenir des marques grâce à Internet ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Xavier Ternisien Que se passerait-il si les 50 meilleurs journalistes du New York Times quittaient le quotidien de la 8e Avenue et créaient leur propre entreprise de presse, sous la forme d'un site Internet ? C'est Michael Arrington, fondateur du blog américain TechCrunch, qui a posé la question dans un billet du 30 juillet. "Le budget pour réunir une équipe bien payée composée des meilleurs journalistes de la planète s'élèverait à 25 millions de dollars par an, estime-t-il. Combien de temps faudra-t-il à ce site pour atteindre les 16 millions de visiteurs uniques et les 124 millions de pages vues du site du New York Times ?

Les réseaux sociaux, médias de demain ? "Facebook, méta-média de demain ?", s'était-on demandé ici-bas il y a quelques temps. C'est fort possible, laisse entendre la dernière étude du précieux Pew Internet Research Center, qui s'est penché sur les habitudes d'information de 2259 Américains de plus de 18 ans.

Oui Xavier, grâce au web, les journalistes deviennent leur propr Xavier Ternisien, journaliste au Monde, a publié ce samedi un article très révélateur intitulé “Les journalistes vont-ils devenir des marques grâce à Internet ?” Lui qui, il y 6 mois, n’avait pour ainsi dire pas encore mis un pied sur le web, est en train, grâce notamment à son activité sur Twitter, d’accréditer la thèse de ces passifous-furieux qui pensent que l’entretien de discussions en ligne participe à la légitimation de leur activité professionnelle. A mille lieues des éditorialistes tour-d’Ivoiriens et des lustreurs de parquets Matignonesques. Oui, je suis convaincu que le web et les réseaux sociaux sont en train de changer la donne. Ceux qui avancent à visage découvert, avec les risques que cela comprend, et qui assumeront leur ego-trip en se mettant au service de leur(s) audience(s) constitueront à coup sûr la prochaine génération de professionnels de l’information.

journalisme Les périodes un peu agitées sont des périodes très actives où l'on multiplie les idées. J'ai eu l'occasion de réfléchir, à mes heures perdues, à un concept de rédaction recomposée autour du web et du print, et comme j'ai trouvé cette réflexion passionnante, j'ai décidé de partager son résultat avec vous et d'ouvrir un échange. Cela fait longtemps que l'on parle et propose des modèles de rédaction intégrée (le modèle le plus connu est celui proposé par l'Ifra). Les hôtels investissent Facebook Beaucoup d’hôteliers se posent encore la question de savoir s’il faut absolument être présent sur ce réseau social. D’autres s’y ruent déjà, les restaurateurs restant en retrait. Comment procéder ? Combien ça coûte ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? Peut-on attendre un retour sur investissement ?

Information & jeu vidéo : le newsgame est-il un mariage pertinent ou délirant A première vue, que peut-il y avoir de commun entre un jeu vidéo et le traitement d’une information journalistique ? C’est pourtant cette question iconoclaste mais ô combien riche en perspectives nouvelles qu’une conférence du CFPJ Lab a choisi de traiter le 18 décembre dernier à Paris. Pour accroître l’interactivité et l’engagement des internautes, le journalisme en ligne n’hésite plus à emprunter du côté du jeu vidéo pour aborder des sujets d’actualité complexes mais essentiels. En complément des web-documentaires qui gagnent du terrain dans la palette des formats journalistiques, le « newsgame » est également en train d’opérer une percée prometteuse dans l’univers du contenu éditorial diffusé par les médias. L’enjeu : élargir les formats journalistiques mais également capter des audiences souvent rétives aux approches traditionnelles des médias. Carte d’identité du « newsgame »

Réflexion sur l’avenir des journalistes et des médias Sesssion de rattrapage en 20 minutes en anglais pour ceux qui veulent se poser les bonnes questions sur l’évolution du journalisme et des médias. C’est une conférence que vient de donner le directeur du Pew Research Center’s Project for Excellence in Journalism, Tom Rosenstiel. Pour résumer les points saillants: Réseaux sociaux : quelle langue parler sur ma Page Facebook ? (Partie 1) Après seulement 5 ans d’existence, Facebook est aujourd’hui en passe de devenir un outil incontournable de la stratégie web des entreprises et son format est particulièrement bien adapté à la petite hôtellerie. Hôtels indépendants, maisons d’hôtes et gîtes l’ont compris et affichent de plus en plus leur présence sur les réseaux sociaux. Dans cette démarche, ils oublient trop souvent qu’une part non négligeable de la clientèle est étrangère et Facebook, international par nature. En France, Facebook revendique plus de 20 millions de membres actifs sur un total dépassant bientôt les 800 millions d’utilisateurs à travers le monde. Pourtant, devant tant d’entrain à appliquer de bonnes pratiques d’etourisme, force est de constater que bien souvent le contenu produit est pertinent mais 100% en… français !

Related: