background preloader

L'eau potable

L'eau potable
La gestion de l'eau, c'est trouver des solutions dans des situations de déficit, d'excès ou de détérioration de la qualité de l'eau ou même de conflits d'usage. Des directives européennes et la législation française donnent un cadre à la gestion de l'eau qui se concrétise par des instruments réglementaires, financiers, culturels qui doivent répondre à des objectifs spécifiques. La gestion de l'eau est décentralisée. La gestion de l'eau implique l'Europe, les partenaires institutionnels (ministères, services déconcentrés tels que les agences régionales de santé -ARS- ainsi que des établissements publics sous tutelle de l'Etat tels que les Agences de l'eau, l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques -ONEMA-, les Voies Navigables de France -VNF-...), les partenaires territoriaux (communes et regroupements de communes...), les partenaires scientifiques et des partenaires techniques ou économiques (différents usagers). L'organisation institutionnelle Le niveau européen Au niveau local

http://www.cieau.com/le-service-public/la-politique-nationale/les-acteurs-de-l-eau

Related:  L'eau une ressource précieuse

Eaux douces, potables et approvisionnement ClaireKönig Enseignante Sciences Naturelles Les eaux douces sont très inégalement réparties à la surface de la planète d'une part, il suffit de regarder une planisphère mais il faut garder présent à l'esprit le fait qu'un pays ou une région peut être relativement riche en eau douce et pauvre en eau potable (même avec des critères de potabilité assez larges) par exemple le Bangladesh est un pays ou coule un des grands fleuves de la planète mais qui manque cruellement d'eau potable. Il en va de même le long du Niger par exemple et ce peut être dû aux sédiments charriés par le fleuve ou au infections potentielles qu'il contient voire les deux. N'oublions pas : l'eau que nous polluons est la même que celle que nous buvons Eau que nous polluons et que nous buvons

Pourquoi payer l'eau ? L'eau à l'état naturel est libre d'accès et gratuite mais elle est rarement potable. Obtenir de l'eau potable, disponible 24H/24H, partout en France requiert des ouvrages qui nécessitent des investissements lourds et de longue durée pour assurer le captage dans la ressource, la potabilisation et la distribution d'un des produits alimentaires les plus surveillés et la dépollution des eaux usées. Les services de l'eau et de l'assainissement sont des industries dont les coûts fixes représentent 80 à 85 % des charges (source : rapport public 2010 du Conseil d'Etat). Pourquoi payer l'eau ?

Au niveau local : la police de l'eau Au niveau local, la réglementation est assurée par des arrêtés préfectoraux et des arrêtés municipaux : arrêtés de limitation des usages de l’eau, arrêtés fixant les dispositions pour la réalisation et l’entretien des ouvrages de prélèvements... Les arrêtés doivent être en conformité avec les dispositions des SAGE et des SDAGE. Les grandes missions de la police de l’eau L’article L210-1 du code de l’environnement stipule que « l’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels sont d’intérêt général. Dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits antérieurement établis, l’usage de l’eau appartient à tous et chaque personne physique, pour son alimentation et son hygiène, a le droit d’accéder à l’eau potable dans des conditions économiquement acceptables par tous. ».

Un purificateur d'eau révolutionnaire fabriqué avec... des paquets de chips Un nouveau dispositif à bas coût mis au point par des étudiants australiens pourrait permettre aux communautés éloignées de Papouasie-Nouvelle-Guinée d’accéder à l’eau potable. Le purificateur léger et facile à monter se compose de matériaux économiques comme des paquets de chips vides. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Eau potable en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En France, la distribution d'eau potable est une compétence dévolue aux communes ou à leurs groupements en vertu de la loi sur l'eau du 3 janvier 1992. Pour pouvoir être qualifiée de potable et être distribuée à la population, l'eau doit satisfaire aux prescriptions de divers décrets[1] qui fixent, pour une longue liste de paramètres, les valeurs à ne pas dépasser. Par exemple, celui du 20 décembre 2001 ramène de 50 à 25 µg/l la teneur maximale en plomb à compter du 25 décembre 2003[2]. Au niveau européen, plusieurs conventions et directives (notamment la convention d’Aarhus du 25 juin 1998 et la directive cadre sur le bon état écologique et chimique des ressources en eau de 2000), font de l’information et de la participation du public un enjeu majeur[3].

Comment lire une facture ? Lorsque l'on paie une facture d'eau, ce n'est pas le prix de la matière première que l'on paie mais le coût de l'ensemble des services rendus pour bénéficier d'une eau potable, à domicile, toute l'année et sans interruption et, dans la majorité des cas, de la dépollution des eaux usées. Il est donc plus juste de parler du « prix des services de l'eau et de l'assainissement ». La facture en détail La présentation de la facture est réglementée et définie par l'arrêté du 10 juillet 1996. Au recto de la facture : On y trouve les informations essentielles suivantes :

La loi sur l'eau et les milieux aquatiques Contexte Les premiers textes modernes concernant le droit de l’eau remontent aux codes napoléoniens. Leur objectif principal était de déterminer le régime de propriété de l’eau. La qualité de l’eau distribuée est rapidement devenue un enjeu majeur de santé publique face aux risques d’épidémie. L'Assemblée générale de l'ONU reconnaît l'accès à l'eau comme un droit humain Après quinze années de débat sur la question, l’Assemblée générale de l’ONU a reconnu le 28 juillet 2010 l’accès à une eau de qualité et à des installations sanitaires comme un droit humain. Il y a aujourd’hui près de 900 millions de personnes qui souffrent d’un accès insuffisant à l’eau. Ce manque a des conséquences dramatiques : la mort estimée de deux millions de personnes par année, dont de nombreux enfants, des suites de maladies provoquées par une eau impropre à la consommation et à l’absence de sanitaires. Un signal politique fort… Pour Catarina de Albuquerque, Experte indépendante chargée d’examiner la question des obligations en rapport avec les droits de l’homme qui concernent l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, « cette résolution est une percée importante pour l’Assemblée des nations unies».

La distribution de l'eau potable Lutter contre les fuites sur les réseaux L'amélioration du rendement du réseau, qui constitue une source significative d'économie de la ressource, passe d'abord par la réduction des fuites. Plus de 20 % de l'eau produite se perd dans les réseaux de nombreuses villes du monde. Veolia Eau est en mesure de réhabiliter ces réseaux fuyards et propose notamment à travers sa filiale La Sade, différentes techniques : La détection des fuites (recherche sur le terrain par corrélation acoustique, sectorisation des réseaux, mesures de débit et pression à diverses heures du jour et de la nuit, détection des débits anormaux).La réparation des fuites (remplacement des canalisations, réhabilitation par chemisage ou par gainage).La mise en place de dispositifs de sécurité pour la protection des canalisations les plus vulnérables.L'emploi d'outils de gestion des réseaux (modélisation, systèmes d'information géographique, etc.). Maîtriser les consommations

Eau potable ? En France, l'eau qui coule à nos robinets est parmi les plus sûres au monde. C'est un produit élaboré, qui a fait l'objet de traitements et de contrôles car il n'existe pratiquement plus à l'état naturel d'eaux conformes aux normes exigeantes de potabilité. L'eau est soumise à une réglementation très sévère pour la garantir contre tous les risques immédiats ou à long terme. Une personne doit pouvoir boire 2 litres d'eau par jour toute sa vie sans risque pour sa santé.

Eau : qualité, loi sur l'eau, Union européenne, politique de l'eau, environnement - Politique de l’eau : vers une bonne qualité de l'eau en 2015 ? Loi sur l’eau : quelle qualité en 2015 ? © La Documentation française Photo : Danièle Taulin-Hommell Obtenir une bonne qualité de l’eau en 2015, tel est l’objectif posé dès l’an 2000 par l’Union européenne aux Etats membres. Géopolitique de l'eau Les problèmes géopolitiques autour de l’eau ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Si des tensions existent autour du partage des ressources des grands fleuves, ce sont des questions plus politiques qui structurent les espaces de l’eau : concurrence ville-agriculture, pollution des nappes phréatiques et réfugiés climatiques. Vers une pénurie mondiale ? Les constats de départ sont terribles : plus d’un milliard d’hommes n’a pas accès à l’eau potable ; chaque jour 3 000 personnes meurent pour avoir consommé de l’eau polluée ; dans le bassin de la mer d’Aral, une mer détruite par la surexploitation des deux fleuves qui l’alimentaient en eau, les taux de mortalité infantile atteignent 118 ‰, l’un des plus élevés au monde (en France il est de 3,6 ‰). Et pourtant, l’eau est naturellement une ressource abondante. Sur la totalité de l’hydrosphère planétaire, l’eau de mer salée représente 97,5 % et l’eau douce 2,5 %.

Related: