background preloader

L'eau potable

L'eau potable
La gestion de l'eau, c'est trouver des solutions dans des situations de déficit, d'excès ou de détérioration de la qualité de l'eau ou même de conflits d'usage. Des directives européennes et la législation française donnent un cadre à la gestion de l'eau qui se concrétise par des instruments réglementaires, financiers, culturels qui doivent répondre à des objectifs spécifiques. La gestion de l'eau est décentralisée. La gestion de l'eau implique l'Europe, les partenaires institutionnels (ministères, services déconcentrés tels que les agences régionales de santé -ARS- ainsi que des établissements publics sous tutelle de l'Etat tels que les Agences de l'eau, l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques -ONEMA-, les Voies Navigables de France -VNF-...), les partenaires territoriaux (communes et regroupements de communes...), les partenaires scientifiques et des partenaires techniques ou économiques (différents usagers). L'organisation institutionnelle Le niveau européen Au niveau local Related:  L'eau une ressource précieuse

Eaux douces, potables et approvisionnement ClaireKönig Enseignante Sciences Naturelles Les eaux douces sont très inégalement réparties à la surface de la planète d'une part, il suffit de regarder une planisphère mais il faut garder présent à l'esprit le fait qu'un pays ou une région peut être relativement riche en eau douce et pauvre en eau potable (même avec des critères de potabilité assez larges) par exemple le Bangladesh est un pays ou coule un des grands fleuves de la planète mais qui manque cruellement d'eau potable. Il en va de même le long du Niger par exemple et ce peut être dû aux sédiments charriés par le fleuve ou au infections potentielles qu'il contient voire les deux. N'oublions pas : l'eau que nous polluons est la même que celle que nous buvons Eau que nous polluons et que nous buvons 1 - Fonctionnement d'un lac. Nous prendrons comme exemple le lac Léman qui est un lac tropical au sens hydrologique puisque sa température profonde ne descend pas en dessous de 6 degrés. Lac Léman un écosystème Nappe phréatique

Au niveau local : la police de l'eau Au niveau local, la réglementation est assurée par des arrêtés préfectoraux et des arrêtés municipaux : arrêtés de limitation des usages de l’eau, arrêtés fixant les dispositions pour la réalisation et l’entretien des ouvrages de prélèvements... Les arrêtés doivent être en conformité avec les dispositions des SAGE et des SDAGE. Les grandes missions de la police de l’eau L’article L210-1 du code de l’environnement stipule que « l’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels sont d’intérêt général. Dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits antérieurement établis, l’usage de l’eau appartient à tous et chaque personne physique, pour son alimentation et son hygiène, a le droit d’accéder à l’eau potable dans des conditions économiquement acceptables par tous. ». La police administrative instruit, suit et révise les dossiers de déclaration et d’autorisation.

Eau potable en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En France, la distribution d'eau potable est une compétence dévolue aux communes ou à leurs groupements en vertu de la loi sur l'eau du 3 janvier 1992. Pour pouvoir être qualifiée de potable et être distribuée à la population, l'eau doit satisfaire aux prescriptions de divers décrets[1] qui fixent, pour une longue liste de paramètres, les valeurs à ne pas dépasser. Par exemple, celui du 20 décembre 2001 ramène de 50 à 25 µg/l la teneur maximale en plomb à compter du 25 décembre 2003[2]. Au niveau européen, plusieurs conventions et directives (notamment la convention d’Aarhus du 25 juin 1998 et la directive cadre sur le bon état écologique et chimique des ressources en eau de 2000), font de l’information et de la participation du public un enjeu majeur[3]. Depuis le milieu des années 1970, les pays industrialisés connaissent des changements socio-économiques qui engendrent de nouvelles formes de précarité. Économie[modifier | modifier le code]

La loi sur l'eau et les milieux aquatiques Contexte Les premiers textes modernes concernant le droit de l’eau remontent aux codes napoléoniens. Leur objectif principal était de déterminer le régime de propriété de l’eau. La qualité de l’eau distribuée est rapidement devenue un enjeu majeur de santé publique face aux risques d’épidémie. Cependant, les fondements de la politique de l’eau actuelle sont essentiellement issus de trois lois : La loi sur l’eau du 16 décembre 1964 qui a organisé la gestion décentralisée de l’eau par bassin versant. La loi sur l’eau du 3 janvier 1992 consacre l’eau en tant que "patrimoine commun de la Nation." La loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 Par ailleurs, une grande partie de la réglementation française découle des directives européennes et notamment de la directive cadre sur l’eau qui a été transposée en droit français par la loi du 21 avril 2004. Les grandes orientations de la LEMA de moderniser l’organisation de la pêche en eau douce.

La distribution de l'eau potable Lutter contre les fuites sur les réseaux L'amélioration du rendement du réseau, qui constitue une source significative d'économie de la ressource, passe d'abord par la réduction des fuites. Plus de 20 % de l'eau produite se perd dans les réseaux de nombreuses villes du monde. Veolia Eau est en mesure de réhabiliter ces réseaux fuyards et propose notamment à travers sa filiale La Sade, différentes techniques : La détection des fuites (recherche sur le terrain par corrélation acoustique, sectorisation des réseaux, mesures de débit et pression à diverses heures du jour et de la nuit, détection des débits anormaux).La réparation des fuites (remplacement des canalisations, réhabilitation par chemisage ou par gainage).La mise en place de dispositifs de sécurité pour la protection des canalisations les plus vulnérables.L'emploi d'outils de gestion des réseaux (modélisation, systèmes d'information géographique, etc.). Maîtriser les consommations

Eau : qualité, loi sur l'eau, Union européenne, politique de l'eau, environnement - Politique de l’eau : vers une bonne qualité de l'eau en 2015 ? Loi sur l’eau : quelle qualité en 2015 ? © La Documentation française Photo : Danièle Taulin-Hommell Obtenir une bonne qualité de l’eau en 2015, tel est l’objectif posé dès l’an 2000 par l’Union européenne aux Etats membres. L’objectif de bon état écologique des eaux Pour améliorer l’efficacité de sa politique dans le domaine de l’eau composée d’une trentaine de directives ou décisions communautaires, l’Union européenne a adopté le 23 octobre 2000 une directive cadre. En France, ce texte a été transposé par la loi du 21 avril 2004. L’état des lieux réalisé en 2004 à la demande de l’Union européenne révèle que seules 23% des masses d’eau superficielles et 43% des masses d’eau souterraines françaises devraient très probablement atteindre un bon état écologique sans effort supplémentaire. La politique française de l’eau a depuis été réformée par la loi du 30 décembre 2006. Le pilotage de la politique de l’eau en question Améliorer l’application du droit communautaire de l’environnement

Détail d'un code Paragraphe 1 : Champ d'application, limites et références de qualité. La présente section est applicable aux eaux destinées à la consommation humaine définies ci-après : 1° Toutes les eaux qui, soit en l'état, soit après traitement, sont destinées à la boisson, à la cuisson, à la préparation d'aliments ou à d'autres usages domestiques, qu'elles soient fournies par un réseau de distribution, à partir d'une citerne, d'un camion-citerne ou d'un bateau-citerne, en bouteilles ou en conteneurs, y compris les eaux de source ; 2° Toutes les eaux utilisées dans les entreprises alimentaires pour la fabrication, la transformation, la conservation ou la commercialisation de produits ou de substances, destinés à la consommation humaine, qui peuvent affecter la salubrité de la denrée alimentaire finale, y compris la glace alimentaire d'origine hydrique. La présente section n'est pas applicable aux eaux minérales naturelles et aux eaux relevant de l'article L. 5111-1.

reglementation environnement reglement et Réglementation et environnement L'eau ? Un produit naturel méconnu. Schématiquement, l'eau évolue entre trois secteurs : les océans (l'hydrosphère), l'atmosphère et les sols (lithosphère). La terre recevant l'énergie solaire, l'hydrosphère chauffée s'évapore, conduisant à la présence d'eau dans l'atmosphère. Cette eau, suite à un refroidissement de l'air, se condense en gouttes ou cristaux de glace et se retrouve précipitée sous forme de pluie, neige ou grêle sur la lithosphère à la surface de laquelle approximativement ¼ pénètre, ¼ ruisselle. L'eau atmosphérique devrait ressembler à de l'eau distillée mais elle contient des gaz dissous (diazote, dioxygène et CO2), des dérivés de l'azote (provenant des réactions produites par des décharges électriques dans l'atmosphère, (principalement des oxydes d'azote NOx )) et des polluants divers gazeux, provenant de foyers de combustion industriels ou domestiques, minéraux, pouvant être naturels (poussières du sol), artificiels (fumées d'usines), radioactifs et organiques. Les paramètres organoleptiques

La directive cadre sur l'eau Contexte législatif européen dans le domaine de l’eau Depuis les années 1970, la politique publique de l’eau s’inscrit dans un cadre européen. La qualité de l’eau a toujours été une préoccupation dans la politique de l’Union européenne. L’approche européenne est indispensable pour la gestion des cours d’eau qui traversent plusieurs pays (comme le Rhin, la Meuse, la Sambre, l’Escaut et le Rhône). les conventions d’Oslo et de Paris (1974 et 1978) sur la protection du Nord-est Atlantique ; la convention de Barcelone (1976) sur la conservation de la Méditerranée. La directive cadre sur l’eau (DCE) du 23 octobre 2000 (directive 2000/60) vise à donner une cohérence à l’ensemble de la législation avec une politique communautaire globale dans le domaine de l’eau. Les objectifs de la DCE La DCE fixe des objectifs pour la préservation et la restauration de l’état des eaux superficielles (eaux douces et eaux côtières) et pour les eaux souterraines. une gestion par bassin versant ; Le cycle de la DCE

Normes L’outil SEQ (Système d'Evaluation de la Qualité de l'eau) a été élaboré pour tenter d’évaluer le plus simplement possible, mais de manière rigoureuse, ce concept complexe de qualité d’une eau qui a été est définie par rapport : -à 5 usages : chaque usage (ou fonction)est défini par un certain nombre de paramètres physico-chimiques ou bactériologiques mesurés sur eau brute (non filtrée ou traitée) pertinents pour caractériser celui-ci. • production d’'eau potable (Alimentation en Eau Potable :AEP et industries agro-alimentaires), • industrie (hors agro-alimentaire), • énergie (pompes à chaleur, climatisation), • irrigation, • abreuvage. - à l'état patrimonial exprimant le degré de dégradation d'’une eau du fait de la pression exercée par les activités socio-économiques sur les nappes, sans faire référence à un usage quelconque.

Les lois françaises sur l'eau La gestion de l'eau en France est réglementée par deux grandes lois, respectivement votées en 1964 et en 1992. Mais une réforme de la loi française sur l'eau est en projet pour l'an 2001 : elle contribuera, notamment, à harmoniser les systèmes de gestion de l'eau au niveau européen (voir Le projet de loi sur l'eau pour 2001). Par ailleurs, la qualité de l'eau du robinet est réglementée par un décret de 1989. La loi du 16 décembre 1964, première grande loi française sur l'eau, organise la gestion de l'eau autour des six grands bassins hydrographiques français, issus d'un découpage naturel selon les lignes de partage des eaux. La loi du 3 janvier 1992 prolonge et complète cette première loi en marquant un tournant important : l'eau devient "patrimoine commun de la nation". La loi de 1992 renforce celle de 1964 sur les aspects "respect du milieu naturel". Enfin, cette loi permet aux associations de se porter partie civile en matière de police des eaux.

Related: