background preloader

Polémique : la nouvelle imprimante 3D de MakerBot

Polémique : la nouvelle imprimante 3D de MakerBot
Le matériel libre, ou open hardware, en général et l’impression 3D en particulier, cela fait longtemps qu’on en parle sur le Framablog (notre premier article sur la RepRap date de 2008). Nous y croyons parce qu’avec une imprimante 3D libre, vous pouvez non seulement créer des objets en partageant leurs fichiers numériques sous format et licence libres mais également concevoir l’imprimante elle-même, puisque ses sources (c’est-à-dire ses plans de fabrication) sont aussi sous licence libre. À partir de là, vous voici potentiellement prêt pour… changer le monde (ou tout du moins, ne nous emballons pas, pour dessiner lentement mais sûrement les contours d’un nouveau paysage industriel). Évidemment cela ne se fera pas sans peine et l’on peut déjà anticiper de terribles batailles du côté de la propriété intellectuelle (pire encore que pour la culture), d’où notre long (mais passionnant) article : L’impression 3D, ce sera formidable… s’ils ne foutent pas tout en l’air !. Open Hardware meaning

http://www.framablog.org/index.php/post/2012/09/24/makerbot-vs-materiel-libre

Related:  Imprimantes 3D

La technologie Impression 3d L’impression 3d a été inventé par le prestigieux MIT (Massachussetts Institute of Technology) dans les années 90. Il s’agit de produire un objet physique à partir d’un modèle virtuel en 3d. Le principe L’objet est divisé en milliers de couches, qui sont reproduites successivement par une imprimante 3d. Ces couchent fusionnent par l’intermédiaire d’un liant spécifique. La troisième révolution industrielle est en marche et nous pouvons tous y participer La « troisième révolution industrielle » est une expression popularisée par un récent essai de Jeremy Rifkin. Mais s’il se penche attentivement sur la question de l’énergie, qu’il envisage durable et distribuée, il se montre moins prolixe sur la question de la production. Or là aussi de profonds bouleversements nous attendent… Je casse une assiette aujourd’hui. Je prends ma voiture pour aller chez Ikea en acheter une autre (construit en Chine). Je casse une assiette demain.

RepRap, la machine réplicante qui fait peur aux capitalistes L’un des multiples objets 3D réalisés par la RepRap Machine d’Adrian Bowyer, qui dit travailler sur l’auto-réplication des objets. En open-source, naturellement… © RepRap RepRap, la machine réplicante qui fait peur aux capitalistes « Nous sommes en 2020, les hackerspaces, fablabs et autres usinettes se comptent par milliers en France et pas seulement dans les grandes villes. Des gens de bonne volonté se sont regroupés dans certains villages désertiques, dans d’anciennes MJC-Algeco de banlieues "chaudes", dans des usines désaffectées.

Le gouvernement américain investit dans l'impression 3D L'impression 3D promet de transformer radicalement la consommation des ménages dans les prochaines années. À mesure que les imprimantes tridimensionnelles gagneront en précision, l'accès à cette technique de production industrielle s'ouvrira de plus en plus au grand public. Certains fabricants proposent même des modèles pour quelques centaines d'euros. La création d'un objet à partir d'un modèle numérique posera toutefois des problématiques nouvelles. Des procédures en violation de droits de la propriété intellectuelle vont inévitablement s'ouvrir.

L’impression 3D est-elle le moteur de la fabrication de demain "Il y a une sorte de pensée magique chez les geeks aujourd'hui autour de l'impression 3D", s'énerve Christopher Mims pour la Technology Review. Alors que les imprimantes 3D deviennent accessibles aux amateurs - la Thing-o-Matic de MarkerBot ne coûte que 1 100 dollars - et que Pirate Bay estime que les "physibles" - les plans d'objets qu'on peut réaliser via des machines 3D et qui s'échangent dès à présent sur The Pirate Bay - sont la nouvelle frontière du piratage, des penseurs comme Tim Maly pensent que nous approchons de la fin de "l'expédition". C'est-à-dire qu'il sera bientôt plus coûteux d'expédier une pièce depuis la Chine ou de n'importe quel endroit où elle est fabriquée, que de la fabriquer soi-même.

Les fab labs, incubateurs de futur FabLab Toulouse Conference a réuni la semaine dernière un très beau plateau d'intervenants gravitant autour des fab labs, ces mini-usines citoyennes collaboratives de fabrication à la demande. Rencontres. Tomas Diez est directeur de projet Fab Lab Barcelona à l’IAAC (Institute for Advanced Architecture of Catalonia). L’idée est de faire de Barcelone une grande Fab City composée d’une communauté interconnectée de fab labs implantée dans les quartiers. Comment est venue l’idée de mettre en place une Fab City à Barcelone ? L’imprimante 3D, une opportunité pour créer un nouveau marché L’imprimante 3D est principalement utilisée pour la fabrication des prototypes directement à partir d’un plan. Devenue plus efficace et meilleur marché, elle est perçue comme une menace pour l’industrie. C’est en fait une opportunité… L’imprimante 3D offre aujourd’hui l’avantage d’une grande flexibilité dans le processus de fabrication. Chaque objet peut être fabriqué d’une manière individualisée pour répondre aux diverses demandes ou bien pour s’adapter en temps réel aux changements de la demande du marché.

Imprimante 3D : Mode d’emploi : 3 dossiers pratiques y Excellente idée du syndicat mixte Manche Numérique (soutien aux EPN du département) qui met à disposition 3 dossiers pratiques aux EPN et aux fablabs : 3 dossiers thématiques pratiques en libre accès pour se familiariser avec les imprimantes 3D et l’impression 3D. Ces documents ressources peuvent directement être utilisés par les animateurs multimédia dans le cadre d’animations pédagogiques mais aussi par les internautes et mobinautes : L’imprimante 3D : aspects pratiques : Installation et utilisation de la MakerBot Replicator2 (44 pages) Cf. en fin d’article. Sommaire : Consignes de sécurité ; déballage et installation de la machine ; impression ; démontage ; gérer un « bourrage » de PLA.

Les Fab Labs, ou le néo-artisanat Fabriquer soi-même ce dont on a besoin, réparer, au lieu de consommer des objets que l'on jette au moindre dysfonctionnement : tel est le programme des FabLabs, nés au début des années 2000 au MIT grâce au physicien Neil Gershenfeld. Dans Tintin et le lac aux requins, le professeur Tournesol invente un engin révolutionnaire : le photocopieur en trois dimensions. On met un objet d’un côté, un peu de pâte de l’autre et en un tournemain l’original est reproduit à l’identique. Une telle machine existe depuis quelques années sur un principe pas très éloigné de ce qu’avait imaginé Hergé.

L’impression 3D fabrique son lobbying Tuer dans l'oeuf la nouvelle techno disruptive : c'est le risque qui vise les imprimantes 3D. Des machines connectées aux ordis permettant, à la maison, de fabriquer des objets réels en leur transmettant des plans. Les premières demandes de retrait de fichiers arrivent, au nom du droit d'auteur. Mais ses défenseurs prennent les devants et organisent leur lobbying. Pourquoi les entreprises doivent adopter l’impression 3D dès maintenant Selon Gartner, « le moment est idéal » pour expérimenter cette technologie, alors que les imprimantes 3D vont passer à une utilisation et des tarifs bien plus accessibles. L’impression en trois dimensions est en train de passer d’un marché de niche à un marché généralisé. Les entreprises qui tardent à examiner comment la technologie pourrait leur être bénéfique seront désavantagées sur le plan de l’innovation par rapport à leurs rivales qui prennent la technologie au sérieux.

[Carte] Le Grand Emprunt booste les fab labs À la traîne en France, les fab labs, ces mini-usines collaboratives permettant de créer ou fabriquer des objets à la demande, vont se multiplier, entre autres grâce au projet interrégional de médiation scientifique Inmediats. 5 millions d'euros y seront consacrés. Hop ! nous sommes en 2020, les hackerspaces, fablabs et autres usinettes (le nom importe peu) se comptent par milliers en France et pas seulement dans les grandes villes. Des organes imprimables? La révolution des cellules souches imprimées en 3D Des chercheurs affirment avoir trouvé la solution pour utiliser l’impression 3D afin de créer des cellules souches… alors, quelle est la prochaine étape? Les donneurs d’organes sont malheureusement rares. En outre, même si vous trouvez un donneur compatible, après avoir passé un long moment sur liste d’attente, les conditions se détériorent et il est possible qu’un organe ne puisse pas être accepté. Le manque d’organes disponibles fait partie des raisons qui incitent les hôpitaux à se livrer des batailles incessantes sur le rationnement de ces ressources. Comme me l’a confié un chirurgien de ma connaissance, cette situation peut non seulement mettre à mal la relation entre les différents hôpitaux, mais aussi avoir un impact sur les patients. Alors que peut-on faire, hormis trouver des méthodes artificielles pour prolonger la vie jusqu’à ce que des organes soient disponibles ou créer des substituts aux organes?

Related: