background preloader

De quoi parle-t-on ? - Les RPS : c’est quoi ?

De quoi parle-t-on ? - Les RPS : c’est quoi ?
C’est quoi les RPS ? Les risques psychosociaux (RPS) ne sont définis, ni juridiquement, ni statistiquement, aujourd’hui, en France. Ils sont à l’interface de l’individu et de sa situation de travail d’où le terme de risque psychosocial. Sous l’entité RPS, on entend stress mais aussi violences internes (harcèlement moral, harcèlement sexuel) et violences externes (exercées par des personnes extérieures à l’entreprise à l’encontre des salariés). Les accords conclus à l’unanimité par les partenaires sociaux en matière de stress (juillet 2008) et de harcèlement et violence au travail (mars 2010), permettent de s’appuyer sur des définitions relativement consensuelles, qui reconnaissent le caractère plurifactoriel des RPS, admettent l’existence de facteurs individuels mais aussi organisationnels. Dans l’idéal, il conviendrait de parler de « risques psychosociaux au travail », afin de bien circonscrire le champ des responsabilités de l’employeur. Le stress n’est qu’une manifestation des RPS. Related:  projet d’étude de fin d'annéeSouffrance au travailcensi_groupe4_psy

LE TRAVAIL DES CADRES : LE POINT DE VUE DE L'ERGONOMIE M. Francis SIX Ergonome Européen GIP CERESTE - GERN - 1, Avenue Oscar Lambret - 59037 Lille Cédex Résumé L'intérêt de l'ergonomie pour le travail des cadres est récent. Mots clés : Cadres, Activité, Prescription, Logiques d'entreprise, Organisation du travail. Les cadres ont fait l'objet de nombreuses études notamment en psychologie sociale, en sociologie, en psychologie cognitive, en sciences des organisations, sous des aspects privilégiant la personnalité, les motivations, leur rôle dans l'organisation, les jeux de pouvoir. Comprendre le travail des cadres pour transformer le travail des opérateurs Nous avons montré que le travail et les conditions de travail des compagnons sur les chantiers du BTP sont fortement dépendants du travail de l'encadrement de chantier (Vaxévanoglou et Six, 1993 ; Six et Fourot-Tracz, 1997 ; 1999). Les acteurs de l'encadrement, parce qu'ils "créent les cadres" de l'action des opérateurs (de Terssac et Cambon, 1998), sont des prescripteurs. Bibliographie

Renforcer la cohésion de groupe au sein de l'entreprise pour éviter les risques psychosociaux Travailler les uns avec les autres, ou les uns contre les autres ? Les experts en santé au travail associent les risques psychosociaux (RPS) à un isolement social excessif des collaborateurs à leurs postes de travail. Soucieuses de renforcer la cohésion au sein de leurs services et lutter contre les RPS, beaucoup d'entreprises prennent des mesures dont l'efficacité peut être discutée. Ainsi encouragent-elles la multiplication de réunions de toutes sortes (de service, du personnel…) ou d'évènements se voulant conviviaux (fêtes, restaurants…) pour tenter de rompre les situations de solitude. Si l'utilité de ces réunions est évidente, leur caractère systématique et prescrit, dans des organisations où l'entraide et la solidarité sont mises à mal, inspire la méfiance. Coopération et convivialité au travail : une gestion difficile Le collectif : l'armature de la santé au travail A voir également

Anomie néolibérale et suicide au travail Résumé Les gestes suicidaires en lien avec le travail se sont multipliés dans le monde ces dernières décennies et risquent d’augmenter dans les années à venir. On peut les considérer comme l’expression extrême d’une gamme de pathologies individuelles et sociales nourries par la compétition généralisée qui est au cœur du « nouvel esprit du capitalisme ». L’entreprise hypermoderne, illustrée ici par le cas de France Télécom-Orange, représente un microcosme dans le contexte plus large d’une nouvelle « gouvernementalité néolibérale » œuvrant « pour le marché » (selon les expressions de Michel Foucault). Les individus atomisés y deviendraient les simples particules élémentaires de la machine concurrentielle. Ils sont niés dans leur altérité et contraints, sous peine de sanctions, à une obéissance aveugle. Mot-clés : Anomie, gouvernance, honte, identité, mépris, suicide, travail. Summary Neoliberal Anomie and Work Related Suicide Introduction Marin Ledun [1] Le libéralisme disciplinaire

Les RPS, de quoi parle-t-on? Ergonome Web Présentation L’ergonome cherche à améliorer les conditions de travail, ce qui explique qu’il étudie les relations de l’homme et de son environnement. Dans le cas des nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’ergonome, ou le web-ergonome, travaille à rendre plus aisées les interactions Homme-Machine. Deux critères définissent l’ergonomie d’une interface web : L’utilité, c’est-à-dire dans quelle mesure elle répond aux besoins des utilisateurs finaux ; L’utilisabilité, c’est-à-dire la facilité d’utilisation de cette interface. Enfin, il est en charge de rendre accessible les sites aux handicapés moteurs, visuels et neurologiques, conformément aux normes du W3C. La difficulté réside alors dans la prise en compte d’une grande diversité d’internautes : attentes, âge, habitudes, handicaps, connaissances et contraintes techniques sont autant d’éléments à prendre en compte. Missions Lorsqu’il est intégré à l’équipe projet, il participe à la création d’un site Internet. Tâches

Etude de la nature de la relation entre la cohésion et la performance dans un milieu footballistique - Yassine Kasdaoui INTRODUCTION p.1 PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES p.3 I. Problématique p.3 II. Questions de recherche p.4 III. PARTIE 1 : PRESENTATION ET ANALYSE DES CONCEPTS p.6 A- LE GROUPE p.7 I. 1. 2. a. 3. a. 4. II. 1. 2. a. 3. 4. a. b. c. 5. Le rôle de l'équipe p.18 6. B- LA COHESION p.20 I. II. III. IV. 1. 2. C- LA PERFORMANCE p.25 I. II. 1. 2. 3. 4. III. IV. D- L'ASSOCIATION SPORTIVE ET LE CLUB DE FOOTBALL AMATEUR p.31 I. II. III. E- LA DIDACTIQUE p.34 I. II. III. IV. PARTIE 2 : ANALYSE DES VARIABLES p.37 A- LA COHESION p.38 I. 1. 2. 3. et ses collaborateurs p.39 4. a. 5. des dimensions premières et des dimensions secondaires p.42 6. 7. de Carron et al. (1985) p.43 a. et ses collaborateurs p.44 II. B- LA PERFORMANCE p.47 I. 1. 2. la satisfaction au travail p.49 II. 1. l'Identité p.50 2. 3. 4. 5. l'Evolution p.51 PARTIE 3 : METHODOLOGIE ET PROTOCOLE EXPERIMENTALE p.53 A- METHODOLOGIE p.54 I. II. 1. 2. III. IV. 1. 2. V. PARTIE 4 : ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS p.61 I. 1. a. b. c. II. 1. a. b. c. 2. III.

La nouvelle organisation du travail, source de souffrance Pour répondre au reportage Du harcèlement moral stratégique pour virer facile, publié dans Rue89 le 12 février dernier, il nous semble fondamental de revenir au texte princeps de Philippe Davezies « Les Impasses du harcèlement moral au travail ». Si la parution du livre de Marie-France Hirigoyen a eu le mérite de permettre à des milliers de salariés de parler de leur souffrance au travail, cette approche du travail fait l’économie de ce qui nous paraît être pourtant l’essentiel : les nouvelles formes d’organisation du travail. Celles-ci génèrent des décompensations psychiques graves sur le lieu du travail. Les modalités d’entretien d’évaluation individuel (alors que par définition le travail ne peut être que le fruit d’un collectif de travail !) C’est la pression des objectifs et des résultats qui remplace au moins en partie les temps imposés par la hiérarchie. L’orientation client a engendré des dispositifs de contrôle du travail qui ont succédé au commandement taylorien.

Psychologue en ligne - Forum psychologie - Psy en ligne Enquête sur le niveau scolaire : les cachotteries de la France La France aime se distinguer. Or dans la dernière enquête Pisa de l’OCDE, les résultats de ses élèves sont désespérément moyens. Mais elle a quand même réussi à se faire remarquer : parmi les 65 pays ayant participé à l’étude, elle est en effet la seule à avoir refusé de répondre à une série de questions, celles sur les établissements scolaires. Ce qui explique que dans de nombreux tableaux du volume 4 (300 pages), la ligne en face de la France soit remplie de «w» (pour «withdraw», se retirer) alors que toutes les autres ont des chiffres. Interrogé sur ce blocage, le responsable de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance auprès du ministère de l’Education (Depp) a eu une réponse très pointue. Ces questions permettent, entre autres, de faire des comparaisons entre les établissements d’un pays. Dans les premiers - «collèges ghettos» ou «collèges poubelles», lycées pros -, les élèves sont généralement de milieux défavorisés et les résultats très moyens.

Motivation d’équipe : augmenter la cohésion de l'équipe Cet article est le troisième de la série consacrée à la motivation d’une équipe en entreprise. Aujourd’hui je vous propose une approche visant à motiver votre équipe en travaillant sur la cohésion de celle-ci. De quoi parle t-on au juste ? La première définition de cohésion constitue le sens qu’on lui donne communément : forte union des parties constituant un groupe (source: Linternaute). La cohésion de la matière correspond à la force qui s’exerce entre les molécules d’un corps, s’opposant à leur séparation (source: Wikipédia). Imaginons maintenant que le corps est l’équipe de l’entreprise. Voici un schéma qui représente cette image au regard de la motivation d’équipe d’entreprise : Augmenter les interactions au sein de l’équipe, c’est engendrer ou augmenter la cohésion des personnes de l’équipe. L’avantage de favoriser ces interactions est que cela crée du lien mutuellement enrichissant entre les personnes. Motiver l’équipe en instaurant des interactions au sein de l’entreprise

Trouvez votre nouvel emploi: Offres et conseils carrière en ligne | monster.ch Bore out, caracatérisé par le désintérêt ou l’ennui au travail, est l’opposé du fameux syndrome de burn-out souvent cité. Trop de travail ou trop peu – les deux situations peuvent rendre malade. Beate Schulze répond aux questions clés concernant le bore-out, le syndrome d’épuisement professionnel. Quelles sont les causes du phénomène de bore-out ? Beate Schulze : Le syndrome d’épuisement professionnel, également appelé bore-out, est dû au fait que la personne qui en souffre n’est pas suffisamment sollicitée dans son travail, ce qui fait qu’elle s’ennuie et qu’elle doute d’elle-même et également de la valeur ou du sens de son travail. Mais comment se fait cette évolution ? Le salarié ressent cette situation comme une absence de reconnaissance, l’un des facteurs de stress les plus fréquents. Pourquoi les deux situations sont-elles aussi graves l’une que l’autre ? Donc, selon vous, le bore-out entraîne une situation de stress comme le burn-out ? Check-liste :

Travail et santé mentale : approches cliniques La souffrance au travail, dimension intrinsèque de la subjectivité Initiée dans les années 1980 par le livre de Christophe Dejours, Travail : usure mentale, la psychodynamique du travail se définit comme l’analyse psychodynamique des processus intersubjectifs mobilisés par les situations de travail. « Dynamique », en psychologie clinique, renvoie à la dimension du conflit psychique. Cela signifie que l’investigation en psychodynamique du travail prend pour centre de gravité les conflits qui surgissent de la rencontre entre un sujet, porteur d’une histoire singulière préexistante à cette rencontre, et une situation de travail dont les caractéristiques sont, pour une large part, fixées indépendamment de la volonté du sujet (Dejours, 1980, 1993). La « souffrance » est un concept-clé de la psychodynamique du travail. Les rapports entre souffrance et travail ne sont toutefois pas mécaniques ou de cause à effet. Sens et reconnaissance, avec ou sans référence aux « valeurs morales »

Related:  SOLUTIONS : AMELIORATION CONDITIONS DE TRAVAIL DAUNATeloisebcht