background preloader

L'open data, ça sert à quoi ? Voici 5 exemples concrets.

L'open data, ça sert à quoi ? Voici 5 exemples concrets.
Le résumé : Du 17 au 22 septembre se tient à Helsinki (Finlande) l'Open Knowledge & Data Festival (le Festival de la connaissance et des données ouvertes). Une semaine complète dédiée aux problématiques des données et de leur réutilisation dans des domaines aussi diverses que l'éducation, la science, le journalisme, etc. L'occasion de découvrir à quoi peut aboutir l'open data. L'ouverture des données (publiques ou privées), c'est à dire le droit d'accéder, de consulter et de réutiliser des données gratuitement et facilement ne s'arrête pas à la publication massive de séries chiffrées. Ce n’est qu’une étape, indispensable mais intermédiaire, pour permettre la création de projets qui peuvent améliorer la connaissance des citoyens et la société dans laquelle ils vivent. L'open data est une application des principes de l'open source, qui mise sur la transparence et le partage des informations pour favoriser la démocratie. Voici 5 exemples. Cartographier l'argent des gouvernements Related:  Datavizà trierOpen data

Answers: The Crisis of Credit Visualized - HD Grockit Answers is just-in-time Q&A for video lectures. In Grockit Answers, interactions happen around video lectures, and participants ask and answer questions about specific points in the lecture. Since every question is attached to a specific point in time in the video, Grockit Answers displays a question and its answers at the point in the lecture that they are most relevant.

Open Data (2/4) : Animer, animer et encore animer Suite de notre retour sur la semaine européenne de la réutilisation des données publiques qui se tenait à Nantes du 21 au 26 mai 2012. Open Data : un moyen pour animer le territoire Laurent-Pierre Gilliard (@lpg), directeur général d’Aquitaine Europe Communication, est revenu dans sa présentation sur l’historique de l’Open Data en Aquitaine. C’est en décembre 2010 aux assises Aquitaine de l’Open Data que le sujet a été lancé par les élus de l’agglomération de Bordeaux, du département et de la Région accompagnés par AEC et la Fing. Animer, c’est faire se croiser les acteurs, comme dans le cadre d’un travail sur l’eau intitulé Bord’eau réalisé en partenariat avec la Lyonnaise des Eaux, l’IUT de Bordeaux et le laboratoire de recherche de la Lyonnaise des Eaux. Image : De gauche à droite : Stéphane Martayan, Charles Nepote, Laurent-Pierre Gilliard et Romain Lacombe sur la scène de l’Open Data Week, photographiés par Mathieu Drouet pour la Fing. Animer, animer et encore animer Hubert Guillaud

Pourquoi le dogme de la gratuité des données publiques freine la diffusion de l’open data Toutes les entreprises qui exploitent de l’information publique à des fins commerciales, qui savent « faire parler » et valoriser les données publiques parviennent au même constat : pour développer un modèle économique viable à partir de l’open data, il faut que les données respectent un triptyque indissociable : fraîcheur, qualité documentaire et exhaustivité. Il suffirait d’ailleurs, pour s’en convaincre, de suivre le débat naissant sur la qualité des données issues de l’open data (1). Toutefois, seules les administrations dont la diffusion des données fait partie intégrante de la mission (IGN, INSEE, INPI, DILA, Météo-France,…) disposent actuellement des compétences et des budgets pour satisfaire ledit triptyque. Préparation des données obligatoire mais coûteuse - Dans le même temps, on commence à le vérifier aussi, «c’est surtout le travail de préparation des données qui coûte cher » (2). En voici un aperçu non exhaustif : Cet article fait partie du Dossier Sommaire du dossier

armelle caron - tout bien rangé tout bien rangé, anagrammes graphiques de plans de villes, impressions numériques sur toile canevas en 3 ex. 120cm x 90cm. Au sujet de ce travail, quelques articles : en allemand: Pourquoi votre entreprise doit s’inscrire dans une démarche d'Open Data | L’ouverture des données continue encore et toujours à se développer. Après les pouvoirs publics, et la mise en ligne de data.gouv l’année dernière, de plus en plus d’entreprises commencent à s’intéresser au sujet. Certaines d’entre elles ont déjà publié des jeux de données accessibles et téléchargeables par n’importe quel internaute. Mais quel intérêt pour une entreprise de s’inscrire dans une démarche d’Open Data ? La vigilance est de mise sur le choix des données à rendre publique. En mettant les données de votre entreprise à disposition, celles-ci sont susceptibles d’être réutilisées par n’importe quel internaute. L’ouverture des données permet de se créer un écosystème de réutilisateurs qui analyseront et mettront en forme vos données, sans vous demander de rémunération, et très souvent de manière innovante. Adopter une démarche Open Data, c’est aussi potentiellement améliorer son image. Dévoiler des jeux de données est aussi l’occasion d’améliorer la transparence de votre société.

Open Data RIP ? La réutilisation des informations publiques bientôt dissoute dans le droit des bases de données La nouvelle vient de tomber que le Tribunal Administratif de Poitiers a rejeté le recours de NotreFamille.com dans le contentieux qui l’opposait aux Archives départementales de la Vienne à propos de la réutilisation commerciale de données d’état civil. La décision du tribunal n’est pas encore accessible, mais elle paraît s’appuyer sur des motifs particulièrement surprenants et inquiétants pour le mouvement d’ouverture des données publiques. En effet, généralement, le débat à propos de la réutilisation des données d’archives se place plutôt sur le terrain de "l’exception culturelle" prévue par l’article 11 de la loi du 17 juillet 1978, qui a donné lieu à de nombreux contentieux. En faisant prévaloir le droit des bases de données sur la réutilisation des informations publiques, le tribunal administratif de Poitiers risque de mettre tout le mouvement d’ouverture des données publiques en cage…(L’Oiseau bleu_Bird cage_04. Par ajari. Ce raisonnement est vraiment très surprenant. Like this:

(Almost) Everything You Need to Know about Culture in 10 Books by Maria Popova What the limits of the universe have to do with the history of jazz and the secret of happiness. Last week, I was reorganizing my library and realized that some of my favorite books are ones that introduced me to subjects I either admired but knew little about or was unaware of altogether. Long before there was The Visual Miscellaneum or Data Flow, there was Graphis diagrams: The graphic visualization of abstract data — a seminal vision for the convergence of aesthetics and information value, originally published in 1974, which codified the conventions of contemporary data visualization and information design. Images courtesy of insect54 As a lover of jazz, I was thrilled for this month’s release of The History of Jazz — Ted Gioia‘s fascinating and ambitious cultural biography of the genre, though such classification is incredibly reductionist, that permeated just about every facet of creative culture, social dynamics and politics. Share on Tumblr

Big data: What’s your plan? The payoff from joining the big-data and advanced-analytics management revolution is no longer in doubt. The tally of successful case studies continues to build, reinforcing broader research suggesting that when companies inject data and analytics deep into their operations, they can deliver productivity and profit gains that are 5 to 6 percent higher than those of the competition. The promised land of new data-driven businesses, greater transparency into how operations actually work, better predictions, and faster testing is alluring indeed. But that doesn’t make it any easier to get from here to there. The answer, simply put, is to develop a plan. There’s a compelling parallel here with the management history around strategic planning. Successfully grappling with these planning trade-offs requires a cross-cutting strategic dialogue at the top of a company to establish investment priorities; to balance speed, cost, and acceptance; and to create the conditions for frontline engagement.

Open data (dossier complet) : formats, licences, réutilisation des données et projets L’édition papier de la Gazette des Communes datée du 21 janvier 2013 (n°3/2157) propose un dossier complet sur l’Open Data : le service public augmenté avec un point sur les formats, les licences et la gratuité en débat, favoriser la réutilisation des données et inscrire les actions pour des données au service du territoire. Qu’est-ce que l’Open Data (ou données ouvertes) – cf. Wikipédia : « Une donnée ouverte (en anglais open data) est une information publique brute, qui a vocation à être librement accessible et réutilisable. La philosophie pratique de l’open data préconise une libre disponibilité pour tous et chacun, sans restriction de copyright, brevets ou d’autres mécanismes de contrôle. » Open Data : où en est-on ? Ce dossier sur les données ouvertes / open data réalisé par Frédéric Ville et coordonné par Romain Mazon s’interroge sur 3 points principaux : En mouvement : le débat se poursuit Favoriser la réutilisation : les citoyens sur le pont Pour en savoir plus Licence :

The Internet map

Related: